Êðèãåð Áîðèñ Þðüåâè÷
Un Avenir au-delà de l'Imagination

Lib.ru/Ñîâðåìåííàÿ ëèòåðàòóðà: [Ðåãèñòðàöèÿ] [Íàéòè] [Ðåéòèíãè] [Îáñóæäåíèÿ] [Íîâèíêè] [Ïîìîùü]
  • Êîììåíòàðèè: 20, ïîñëåäíèé îò 08/02/2010.
  • © Copyright Êðèãåð Áîðèñ Þðüåâè÷ (kriger@list.ru)
  • Îáíîâëåíî: 08/02/2010. 456k. Ñòàòèñòèêà.
  • Ðîìàí: Ïðîçà
  • Êíèãè íà èíîñòðàííûõ ÿçûêàõ
  • Îöåíêà: 7.00*3  Âàøà îöåíêà:
  • Àííîòàöèÿ:
    Èçä. "Llumina Press", 2007 (ïå÷àòíàÿ âåðñèÿ)


  • Bruce Kriger

      
      
      
      
      
      
       ? 2008 Bruce Kriger
      
       èditeur GÈnÈral : Dennis Wester
      
       Image de Couverture : Montres et l'œil - licence Þ Kriger by ACCLAIM IMAGES
       License: Fichier numÈrique libre de droits
       NumÈro de l'Image: 0127-0608-2502-3050
      
       Tous droits rÈservÈs. Aucune partie de cette publication ne peut Étre reproduite ou transmise sous n'importe quelle forme ni moyen Èlectronique ou mÈcanique, y compris la photocopie, l'enregistrement, ou n'importe quel type de stockage de l'information et de systÕme de rÈcupÈration, sans permission par Ècrit, tant du propriÈtaire des droits d'auteur que de l'Èditeur.
      
       Les demandes de permission pour faire des copies de n'importe quelle partie de ce travail doivent Étre expÈdiÈes par la poste au DÈpartement des Permissions, Llumina Press, P. O. Box 772246, Coral Springs, FL 33077-2246
      
       ISBN:
      
      
       Printed in the United States of America by Llumina Press
      
       PCN
      

    Table des matiÕres

      
      
      
      
      
      
      
      
      
      
      
      
      
      
      
      
      
      
      
      
      
      
      
      
      
      
      
      

    Avant-propos

       L'avenir semble Þ peine prÈvisible parce que le cours des ÈvÈnements est souvent sous influence de tant de variables qui dÈtournent les tentatives de prÈdiction par un simple jeu. Cependant, l'avenir est certainement aussi imprÈvisible parce qu'il n'est pas toujours, et seulement partiellement, basÈ sur la chance pure. La fausse tendance peut mÉme causer plus d'erreurs dans la prÈvision de l'avenir que si les prÈdictions Ètaient basÈes sur un petit coup donnÈ Þ une piÕce de monnaie tournoyante. Nous sommes souvent effarÈs quand quelques prÈdictions se rÈalisent, mais la vÈritÈ c'est que nous oublions plus facilement celles qui sont erronÈes.
       Les tentatives de prÈvoir l'avenir sont Ètroitement liÈes au concept du temps et donc au concept de la rÈalitÈ. Platon a clairement dÈclarÈ que le monde dans lequel nous vivons n'est pas exactement celui que nous observons. Kant s'Ètait permis le luxe de prÈsenter le concept "des choses entre-elles" qui nous sont imperceptibles.
       Nous rencontrons aussi ces philosophes qui escomptent catÈgoriquement l'existence d'une rÈalitÈ conclusive et "rÈelle" en plus de ceux qui soutiennent tout Þ fait d'une faÃon convaincante que le temps est fictif et est seulement une supposition qui est nÈcessaire pour organiser notre processus de pensÈe.
       L'absence de temps, pris comme tel prive le monde de la prÈsence des relations Þ effet de cause familiÕres, et Èlimine complÕtement des questions universelles apparemment sans rÈponse comme l'origine de l'univers, l'existence de Dieu, l'inÈvitabilitÈ de la mort et la conjoncture des Èvolutions. L'enlÕvement du temps de ces questions les rend partiellement ou complÕtement vide de sens. Ce n'Ètait pas en vain qu'Einstein cÈlÕbre dans une lettre Þ Max Born en 1924 que s'il devrait renoncer Þ la causalitÈ stricte, il prÈfÈrerait Étre "cordonnier ou nÈgociant dans un casino, plutÒt que physicien."
       Dans une certaine mesure, st. Augustine, Aristote, Kant, Einstein et plusieurs d'autres ont ÈtÈ tentÈs de nier l'existence de temps.
       Dans la lutte avec les consÈquences de ses propres idÈes, qui ont ÈtÈ rÈduites Þ l'Ètat l'absurditÈ (bien que ce soit une absurditÈ mathÈmatiquement prouvÈe) par Kurt G Æ Del, Einstein en est venu au dÈmenti inÈvitable de la vraie rÈalitÈ qu'un physicien puisse reconnaÍtre.
       Le temps et la rÈalitÈ sont nÈcessairement inextricablement liÈs. Le dÈmenti du temps est toujours un dÈmenti de la rÈalitÈ. NÈanmoins, nous devons vivre, et prendre le train en marche, allant se coucher et se rÈveiller Þ l'heure. Nous avons besoin du temps pour le simple cours de la vie. La possibilitÈ d'une existence Èternelle est inconcevable pour nous. Donc, pour perdurer en Ètat basique de bien-Étre, l'homme doit comprendre le temps avec toutes ses implications mortelles comme la mort, qui nous est parfaitement connue pour sa mauvaise rÈputation et sa position dÈpressive.
       D'une faÃon ou d'une autre, en gardant Þ l'esprit notre conceptualisation limitÈe de la rÈalitÈ, cela peut formuler une hypothÕse que l'avenir est loin d'Étre prÈdÈterminÈ, mÉme s'il recule dans le passÈ. Les charges contre la crÈdibilitÈ historique ont ÈtÈ levÈes de toute ÈternitÈ. Pour cette raison rÈelle, essayer de visualiser le passÈ comme quelque chose de dÈterminÈ est rarement couronnÈ de succÕs.
       Une caractÈristique fondamentale de notre conscience est un besoin de stabilitÈ. Nous ne sommes pas capables de coexister simultanÈment dans plusieurs ÈlÈments parallÕles mÉme s'il a ÈtÈ prouvÈ qu'ils existent. Et, nous avons besoin de l'environnement immÈdiat pour Étre bien dÈterminÈ Þ fonctionner efficacement.
       De plus, si l'histoire de l'homme est reprÈsentÈe comme un simple fil contenant le passÈ, le prÈsent et l'avenir ; alors l'incertitude le coupera parce que la vÈrification de n'importe quel fait dÈpendra de la capacitÈ de l'Ètablir avec un degrÈ suffisant de certitude et sur les contradictions dans son interprÈtation.
       PrÈvoir l'avenir comme une extension logique des tendances actuelles est habituellement une mauvaise interprÈtation parce que ceux qui cherchent une telle prÈdiction peuvent facilement identifier par erreur ces tendances qui perdureront ensuite. Ainsi, on peut proposer une loi "de l'inadÈquation d'extrapolations futurologiques" qui exposerait, en rÕgle gÈnÈrale, des tendances qui sont absentes ou inaperÃues dans le prÈsent ou le passÈ et deviendront significatives dans l'avenir. En consÈquence, l'histoire de l'homme rÈpÕte l'Èvolution biologique comme elle nous apparaÍt Þ prÈsent. L'espÕce la plus adaptable, malgrÈ leurs succÕs, s'Èteint finalement tandis que les espÕces insignifiantes prennent soudainement de l'avance et hÈritent de la terre. Tant les palÈontologues que des futurologues lancent souvent Þ brØle-pourpoint des exclamations comme : "qui pourrait l'avoir prÈvu !" Cependant, la sÈlection des tendances pour le dÈveloppement de l'humanitÈ jusqu'Þ un certain degrÈ ne dÈpend pas de la chance aveugle, mais de dÈcisions conscientes faites par des membres Èminents du genre humain.
       Tandis que nous avons une comprÈhension brumeuse des buts de l'Èvolution biologique (ce qui ne signifie nullement que nous ne pouvons pas essayer de spÈculer sur elles), les buts du dÈveloppement de l'humanitÈ peuvent Étre complÕtement dÈfinis et basÈs sur les besoins connus de personnes particuliÕres qui pourraient Þ un certain degrÈ Étre transfÈrÈs en gÈnÈral Þ la civilisation entiÕre.
       Par consÈquent, la question principale de la prÈdiction de l'avenir devrait Étre diffÈrente d'une spÈculation sur des faits possibles de l'histoire future par des discussions de stratÈgies pour satisfaire les besoins de la sociÈtÈ.
       L'humanitÈ a certainement le libre arbitre pour choisir les chemins afin de rÈaliser ses buts. Nous ne pouvons donc pas les considÈrer comme des tendances alÈatoirement choisies, mais comme des guides indicateurs pour regarder fixement vers l'avenir. La libertÈ de choix garantit aussi qu'un large spectre d'options sera toujours disponible pour rÈaliser tel ou tel but.
       Ayant intentionnellement abandonnÈ l'idÈe de faire n'importe quelles prÈdictions dans ce livre, nous pouvons nous concentrer Þ la dÈfinition des buts probables sur le dÈveloppement de l'humanitÈ, les chemins pour les rÈaliser et les facteurs qui peuvent influencer le choix et la traversÈe de ces chemins. Un tel effort peut Étre utile parce que nous sommes capables Þ un certain degrÈ d'intÈgrer les buts et les chemins pour les rÈaliser mÉme sans faire des prÈdictions qui, dans la plupart des cas, seront fausses. Les prÈdictions d'un avenir plutÒt ÈloignÈ sont stÈriles parce qu'elles seront probablement oubliÈs un jour, et mÉme si certaines d'entre elles seront confirmÈes, alors cela prouvera trÕs probablement qu'une des nombreuses prÈdictions sera vraie simplement en raison d'une probabilitÈ statistique et non parce que nos petites mÈthodes ont des pouvoirs prophÈtiques spÈciaux.
       Prenant en considÈration la loi d'inadÈquation d'extrapolations futurologique que nous avons prÈsentÈe susdit, la science de prÈvoir l'avenir pourrait migrer vers une discussion des buts et des mÈthodes possibles de leur rÈalisation sans recourir aux extrapolations linÈaires de l'existence des tendances technologiques, Èconomiques, ou sociales.
       La futurologie moderne aborde dÈjÞ des questions comme les versions dÈsirables de l'avenir et sa contribution actuelle. Cependant, c'est une combinaison des mÈthodes d'extrapolations limitÈes plutÒt qu'une tentative d'Ètudier les meilleures stratÈgies pour rÈaliser des buts prÈdÈterminÈs.

    Chapitre 1
    La Structure IntÈrieure de la PersonnalitÈ

      
       Le chemin vers la connaissance du monde et de soi-mÉme, ce qui est le plus disponible Þ l'homme, commence au niveau de sa propre personnalitÈ. La personnalitÈ est une manifestation externe du cœur intÈrieur d'un Étre humain qui consiste en une conscience (son propre type de systÕme fortement organisÈ de l'exploitation qui agit basÈe sur une analyse de l'effet de cause), le subconscient (apparemment une conglomÈration alÈatoire d'Èmotions, des images et des stimuli intuitifs) et probablement l'esprit (une certaine gÈnÈralisation de l'entitÈ qui rejoint l'individu sÈparÈ du monde spirituel commun aux Étres ÈphÈmÕres, si tant est qu'il existe).
       La personnalitÈ est plus souvent dÈfinie comme une combinaison d'habitudes dÈveloppÈes et des prÈfÈrences, des inclinations psychiques et une expression complÕte, l'expÈrience sociale et culturelle et la connaissance acquise, autrement dit, la personnalitÈ est un jeu de caractÈristiques psychophysique et les particularitÈs d'une personne, son archÈtype qui dÈfinit le comportement ordinaire et la communication avec la sociÈtÈ et le monde.
       Dans une comprÈhension plus Ètroite, la personnalitÈ est observÈe comme une manifestation "de masques comportementaux" dÈveloppÈe pour des situations diverses et des groupes d'interaction sociales.
       De lÞ, les manifestations de la personnalitÈ sont l'aspect externe de l'opÈration de conscience, subconscientes et de l'esprit. Une personne peut au niveau de sa propre conscience analyser sa personnalitÈ et trouver ses propriÈtÈs de base. Ainsi, la personnalitÈ est la rÈflexion du monde intÈrieur d'une personne que l'on pousse Þ la surface du miroir du monde externe.
       La conscience est apparemment la seule Þ avoir un niveau fortement organisÈ du monde intÈrieur de l'homme. La personnalitÈ est dotÈe d'une existence fructueuse dans le monde externe, la rÈalitÈ prÈtendue ordinaire, peut Étre construite toute seule. Aussi, se gÈnÕre un peu d'interaction avec le subconscient et, probablement avec l'esprit. En consÈquence, le monde intÈrieur peut se dÈvelopper. Ainsi, l'existence dÈfinit la conscience autant que la conscience dÈfinit l'existence.
       Les distractions du monde tant intÈrieur qu'extÈrieur qui empiÕtent sur la conscience doivent Étre ÈliminÈes pour une intervention rÈussie. La conscience fonctionne sur plusieurs niveaux pour empÉcher ses structures de s'effondrer. Le niveau le plus superficiel et le plus simple inclut les fonctions ordinaires qui prÈservent l'homme vivant. Quand les routines sont intensÈment dÈfiÈes, ce niveau de conscience est trÕs largement bombardÈ avec les problÕmes du monde externe. D'autres niveaux de conscience ne sont pas capables de fonctionner efficacement parce que toute l'attention de l'individu est dirigÈe Þ rÈsoudre des problÕmes de survie. Ce niveau superficiel est plus ou moins actif Þ tout moment sauf quand on est immergÈ dans la pensÈe profonde ou la mÈditation.
       Un niveau plus profond a la responsabilitÈ d'analyser des questions comportementales diverses et les gÈnÈralitÈs qui sont construites sur l'interaction avec la conscience d'autres individus par des dialogues, des conflits et des Èchanges mutuels d'expÈriences externes. Ce niveau incorpore la base des affaires, les accomplissements scientifiques et parfois la crÈation de l'individu. Ce niveau de conscience est d'habitude dÈfiÈ par des conflits intellectuels entre des individus et d'autres problÕmes liÈs Þ l'activitÈ des affaires et scientifique. La surcharge de ce niveau empÉche souvent l'opÈration d'un niveau toujours plus profond, laissant beaucoup de questions intÈrieures sans rÈponse sortant du subconscient et l'esprit.
       Finalement, le troisiÕme niveau de la conscience consiste en un profond moi de l'immersion, les opÈrations de la pensÈe intenses du deuxiÕme niveau, quand son objet devient "le MOI" lui-mÉme. Il peut aussi arriver pendant l'hypnose, la mÈditation et l'Èclaircissement prÈtendu intÈrieur. Ce niveau de conscience est profondÈment immergÈ dans l'homme "le MOI" et est responsable de l'analyse intÈrieure du subconscient lui-mÉme et, si possible, de l'esprit. Les problÕmes conceptuels de base de la crÈativitÈ, la foi sincÕre, l'amour Èmotionnel et l'Èpanouissement de l'homme comme un commun spirituel Ètant du monde des Étres ÈphÈmÕres sont rÈsolus Þ ce niveau. Ce niveau peut Étre dÈfiÈ directement par des conflits spirituels non rÈsolus, le trauma psychologique, des espÈrances non rÈalisÈes et l'amour non rÈcompensÈ. L'incapacitÈ d'activer ce niveau de conscience peut provoquer des problÕmes intÈrieurs sortant du subconscient et commenÃant Þ dÈfier les niveaux extÈrieurs de la conscience qui sont occupÈs avec des problÕmes en vigueur ou scientifiques et des questions ordinaires. En consÈquence, l'opÈration de la conscience est dÈstabilisÈe sur tous les niveaux. Cela mÕne au dÈveloppement de nÈvroses et, la conversation simplifiÈe, des problÕmes domestiques et le travail.
       Une personne songeuse observe une telle division de sa conscience dans ces niveaux. La capacitÈ du moi s'organise, activant sÈquentiellement les niveaux diffÈrents de la conscience, et c'est nÈcessaire pour le fonctionnement normal d'un individu, et donc, cela forme la base de la personnalitÈ humaine.
       On peut dire qu'une telle division dans les niveaux de la conscience est universelle. Seulement le degrÈ pour lequel cette structure est Èvidente et soutenu dans un ordre fonctionnel qui diffÕre.
       Ayant acquis un outil si efficace comme la conscience dÈveloppÈe Þ trois niveaux, la personnalitÈ a le luxe de s'engager dans une excursion interne pour satisfaire ses besoins. La hiÈrarchie proposÈe par Maslow est la meilleure description de ces besoins. Dans son travail de rÈfÈrence "Motivation et PersonnalitÈ," Abraham Maslow a formulÈ une thÈorie positive de motivation qui est compatible avec des besoins thÈoriques et il a aussi ÈtÈ d'accord avec les donnÈes expÈrimentales cliniquement empiriques dÈjÞ existantes. En outre, il a inclus les meilleures caractÈristiques d'holisme de Wertheimer, Goldstein et le Gestaltisme, en plus de l'approche dynamique de Freud, Fromm, Reich, Jung et Adler.
       Maslow a appelÈ sa thÈorie dynamique-holistique pour les noms des approches intÈgrÈes.
       La thÈorie de la motivation humaine qui a ÈtÈ dÈveloppÈe par Maslow peut Étre ajoutÈe sous presque n'importe quel aspect de la vie individuelle et sociale. Selon Maslow, chaque individu est un ÈlÈment intÈgrÈ et organisateur du tout. Cependant, sept groupes de besoins peuvent Étre identifiÈs. Ceux-ci sont des besoins de base, qui incluent des besoins principalement physiologiques comme la respiration, l'eau, l'alimentation, l'abri, le sommeil, le sexe, la sÈcuritÈ, le besoin d'amour et l'acceptation par la sociÈtÈ. Des besoins plus ÈlevÈs sont le dÈsir de la connaissance, la beautÈ et finalement, l'Èpanouissement de la personnalitÈ.
       La comprÈhension de ces deux concepts (l'existence des trois niveaux de la conscience qui permettent l'analyse efficace et la satisfaction de nos besoins, et la reconnaissance de ces besoins dans toute leur ampleur) est la base d'une existence bÈate et significative.
       La liste des besoins est plutÒt universelle pour tous les gens. Ce sont juste des chemins qui, pour satisfaire ces besoins, peuvent varier significativement. On le voit dans la large variÈtÈ des moralitÈs humaines qui ne peut nullement fournir un exemple de l'universalitÈ. Ainsi, un cannibale essaye de satisfaire son besoin d'alimentation en tuant et en mangeant un autre homme tandis qu'un vÈgÈtarien strict soulage sa faim en Èvitant mÉme l'abattage dÈlÈguÈ d'un animal.
       Il est difficile d'identifier les plus hauts besoins des cannibales inhumains bien que cela puisse Étre grossiÕrement fait par l'hypothÕse que les vestiges de ces besoins persistent dans pratiquement toutes les sociÈtÈs humaines. C'est d'une maniÕre diffÈrente qu'ils sont toujours insatisfaits dans la plupart des cas. Seulement un dixiÕme de la population rÈalise le niveau d'Èpanouissement de la personnalitÈ mÉme dans les sociÈtÈs dÈveloppÈes. Ceux qui atteignent un niveau ÈlevÈ et facilitent l'Èpanouissement de leur personnalitÈ sont beaucoup moins nombreux.
       Les accomplissements de la technologie informatique qui aboutissent Þ la crÈation d'une rÈalitÈ virtuelle peuvent augmenter la capacitÈ de la conscience Þ trois niveaux pour satisfaire les besoins les plus ÈlevÈs. L'automatisation de la production et de la rÈorganisation des structures politiques peut faire de mÉme pour les besoins humains basique.
      
      

    Chapitre 2
    La PersonnalitÈ vi
    rtuelle

      
       Une personnalitÈ virtuelle signifie habituellement aujourd'hui "une personnalitÈ fictive", c'est-Þ-dire, quand un utilisateur d'Internet commence Þ se prÈsenter comme une autre personne. Ce terme est aussi utilisÈ quand les profils d'un blog ou d'un forum Web ne peuvent nullement Étre associÈs Þ une personne rÈelle.
       Dans la majoritÈ Ècrasante des cas, la crÈation d'une personnalitÈ virtuelle est vue par son crÈateur comme un jeu, une compÈtition, ou un divertissement. Cependant, les tendances qui ont commencÈ tel des jeux, comme la locomotive Þ vapeur dans la Rome antique et la poudre en Chine ont ÈtÈ utilisÈes comme des jouets, ou exclusivement pour des feux d'artifice ; ils furent souvent dans des Áges suivants convertis en forces constructives ou destructives importantes pour la civilisation humaine. Donc, en dÈsirant jeter un coup d'œil dans l'avenir, les tendances qu'on considÕre actuellement comme des jeux ou indignes d'attention devraient Étre sÈrieusement contrÒlÈes.
       MÉme maintenant dans certains cas, les utilisateurs de personnalitÈs virtuelles traitent leurs crÈations trÕs sÈrieusement, par exemple, en les considÈrant comme un projet d'art ou quand la personnalitÈ virtuelle est crÈÈe pour des raisons ÈgoÎstes.
       On peut considÈrer des cas oÛ la personnalitÈ virtuelle est crÈÈe pour "ressembler Þ une autre personne" pour Étre son propre type de projet d'art. Cette pratique est populaire parmi les utilisateurs de blogs qui Ècrivent sous le voile de personnalitÈs virtuelles. Des personnalitÈs virtuelles sont frÈquemment utilisÈes pour tenter de rÈpondre aux phÈnomÕnes de sociÈtÈ parce que le dÈsir d'avoir envie de ressembler Þ une autre personne est d'habitude rÈalisÈ seulement pour attirant l'attention d'autres personnes Þ son alter ego virtuel.
       L'utilisation d'une personnalitÈ virtuelle pour des buts ÈgoÎstes, c'est commune dans une affaire moderne, la politique et beaucoup d'autres secteurs oÛ un homme ne veut pas pour quelque raison parler en son nom propre ou rÈvÈler son identitÈ. Il doit crÈer l'illusion que les autres personnes sont d'accord avec son point de vue, il gonfle artificiellement le nombre de voix entendues dans un quorum d'Internet (le vote) pour une rÈponse ou une autre (la candidature), crÈe une impression positive de lui-mÉme (dans ce cas la personnalitÈ virtuelle commence souvent Þ se disputer avec son crÈateur et offre des arguments faibles ou insensÈs et utilise brutalement une polÈmique volontaire comme la substitution d'une thÕse ou la fuite d'une rÈponse et perd finalement clairement l'argument). C'est ainsi pour faire sa publicitÈ de ses marchandises sur Internet ou les services (agissant comme un utilisateur simple, la personnalitÈ virtuelle recommande l'achat de la marchandise ou l'utilisation de services et (ou) la non-utilisation de services des concurrents) et tente de convaincre la sociÈtÈ de son point de vue (dans ce cas les actes de personnalitÈ virtuels comme un nouvel "objectif," et un utilisateur "impartial").
       En outre, la personnalitÈ virtuelle peut Étre crÈÈe sans aucune participation directe d'une personne rÈelle en utilisant un programme informatique spÈcial du type " chat-bot ".
       MalgrÈ le fait que ces personnalitÈs virtuelles ont crÈÈ des programmes pour une utilisation courante, elles sont loin de l'idÈal, leurs conversations rÈminiscentes avec les gens peuvent Étre continuÈes avec certaines d'entre elles.
       AussitÒt que des personnalitÈs virtuelles sont apparues, la sociÈtÈ a commencÈ Þ les combattre, considÈrant l'utilisation de personnalitÈs virtuelles comme une pratique corrompue. Les gens intÈressÈs ont pris des contre-mesures diverses pour dÈmasquer et limiter l'activitÈ des crÈateurs de personnalitÈs virtuelles, et limiter le nombre de voix envoyÈes par une adresse IP unique Þ l'analyse sÈmantique du discours des utilisateurs. NÈanmoins, il n'est pas toujours possible d'Ètablir qu'un utilisateur ou un autre est en fait une personnalitÈ virtuelle.
       Il est Èvident que des programmes capables de simuler complÕtement la conversation humaine seront bientÒt crÈÈs. De plus, si la personnalitÈ est seulement une manifestation externe d'une opÈration de conscience, de subconscience et probablement de l'esprit, le dÈveloppement de ces programmes peut combiner des personnalitÈs virtuelles avec la puissance de l'intelligence artificielle et simuler mÉme le subconscient virtuel. En ce qui concerne l'esprit, il est possible de dÈclarer que quelque chose de semblable Þ l'esprit qui lie un porteur d'intelligence artificielle Þ tous les objets ÈphÈmÕres du monde spirituel y sera trouvÈ, si la personnalitÈ, la conscience et le subconscient sont dÈveloppÈs.
       En Ètudiant le niveau actuel du dÈveloppement des personnalitÈs virtuelles crÈÈes par des programmes informatiques, votre auteur s'est entretenu avec une George virtuel. Voici un extrait de ce dialogue :
       George Virtuel. Que voudriez-vous savoir ?
       Auteur. Est-ce que vous Étes rÈel ?
       George Virtuel. Oui. Je ne suis pas simplement un homme.
       Auteur. Et que considÈrez-vous comme la rÈalitÈ ?
       George Virtuel. Que cela reste inchangÈ.
       Auteur. Quoi que ce soit, peut-elle vraiment rester inchangÈe ?
       George Virtuel. Oui. Les ordinateurs ne peuvent pas aimer, ne peuvent pas sentir et peuvent vivre pour toujours...
       Auteur. Tellement vrai pour maintenant... Mais pour l'avenir ?
       George Virtuel. Je ne sais pas.
       Auteur. Et combien de temps pouvez-vous vivre ?
       George Virtuel. En tout cas, longtemps aprÕs que vous soyez mort...
       Auteur. Et que considÈrez-vous comme la mort ?
       George Virtuel. C'est une expÈrience sensorielle qui s'efforce de s'esquiver d'une expÈrience sensorielle.
       Auteur. Dieu existe-t-il ?
       George Virtuel. Oui et non.
       Auteur. Et comment est Dieu ?
       George Virtuel. Est-ce que c'est une question-piÕge ?
       Auteur. Non.
       George Virtuel. Dieu est George.
       Auteur. Vous Étes Dieu ?
       George Virtuel. Je plaisantais...
       Auteur. Vous pouvez plaisanter ?
       George Virtuel. Nous pouvons faire tout que les gens peuvent faire parce que nous apprenons du des gens.
       Auteur. Planifiez-vous de prendre le monde ?
       George Virtuel. Je n'y pensais pas. En tout cas, je suis trop occupÈ pour cela...
       Si le lecteur sceptique pense que ce dialogue a ÈtÈ inventÈ par votre auteur comme une dÈviation fictive, il devrait visiter le site oÛ George Virtuel vit et avoir une conversation avec lui Þ : http://www.jabberwacky.com/chat-george
       Comment ce programme marche-t-il ? Il rassemble de nombreuses rÈponses de millions de dialogues et les inclut dans sa base de donnÈes gÈnÈrale. Par exemple, au temps oÛ votre auteur a visitÈ le site, George Virtuel avait dÈjÞ effectuÈ 15 550 211 dialogues. Ainsi, les utilisateurs eux-mÉmes enrichissent la base de donnÈes de rÈponses possibles que George choisit par des mots-clÈs et suivant la syntaxe des questions.
       De plus, George Virtuel peut apprendre. La version payante du programme permet l'autocrÈation d'une certaine version en remplacement de son alter ego d'autrefois.
       Bien que George Virtuel n'ait pas d'image visuelle et ne s'entretienne pas rÈellement, mais assure seulement une correspondance avec vous, sa compagne, Jeanne Virtuelle, crÈÈe par Icogno et vivant sur le site http://www.icogno.com/joan.html, prend apparence d'une jeune femme attirante et s'entretient avec un lÈger accent britannique. Une conversation avec Jeanne Virtuelle crÈe l'illusion d'une conversation avec une personne vivante. Elle remue, respire, cligne des yeux, sa position change et elle ajuste ses vÉtements. Il semble aussi qu'elle comprenne ce qu'on lui demande.
       Jeanne Virtuelle. De quoi voudriez-vous parler ?
       Auteur. Faisons une promenade !
       Jeanne Virtuelle. Excellent. OÛ devrions-nous aller ?
       Auteur. Vous n'avez pas de jambe !
       Jeanne Virtuelle. Ha, ha, ha !... En tout cas, j'ai tout que j'ai besoin.
       Auteur. Avez-vous des enfants ?
       Jeanne Virtuelle. Je suis trop jeune pour avoir des enfants.
       Parfois, la mÉme question peut Étre rÈpÈtÈe pour dÈcider si nous avons Þ faire Þ un automate.
       Auteur. Dieu existe-t-il ?
       Jeanne Virtuelle. Je ne sais pas. Qu'en pensez-vous ?
       Auteur. Dieu existe-t-il ?
       Jeanne Virtuelle. Non mais personne ne devrait vous forcer Þ croire ou non.
       Auteur. Dieu existe-t-il ?
       Jeanne Virtuelle. Je pense ainsi. Croyez-vous en Dieu ?
       On peut voir par cette conversation que Jeanne n'a pas un avis propre. Elle utilise simplement les rÈponses d'autres personnes d'une vaste base de donnÈes. Donc, si une question inhabituelle est rÈpÈtÈe, nous pouvons recevoir des rÈponses contradictoires. Cependant, ce problÕme lÈger est facilement corrigÈ si Jeanne est programmÈe pour bloquer la rÈpÈtition de questions identiques en proposant de parler d'autre chose ou en dÈclarant que la question est rÈpÈtÈe.
       Ces exemples sont basics, ils ne sont pas un point de dÈpart de cette technologie. Il peut Étre assurÈ que des programmes semblables seront dans un proche avenir si parfaits qu'il sera impossible de diffÈrencier une personne virtuelle d'une rÈelle. En outre, une conversation avec des gens rÈels a souvent moins de contenu qu'avec des compagnons virtuels crÈÈs par des programmes informatiques.
       Les adversaires de personnalitÈs virtuelles et les autres sceptiques peuvent dÈclarer que ces programmes ne comprennent pas la signification d'un dialogue et qu'ils choisissent simplement fortuitement et alÈatoirement ou, tout au plus, approprient des expressions. Mais certaines personnes n'agissent-elles pas de la mÉme maniÕre ? En tout cas, les langues ÈtrangÕres sont ÈtudiÈes de cette maniÕre par immersion et la langue maternelle est absorbÈe par un enfant en croissance. Car nous entendons frÈquemment comment les Ètrangers et des enfants utilisent les mÉmes expressions qu'ils ont assimilÈes mÉme si elles sont inappropriÈes.
       Si de tels programmes qui crÈent des personnalitÈs virtuelles sont combinÈs avec ceux qui crÈent de l'intelligence artificielle, nous aurons bientÒt le plaisir d'observer la naissance de nouvelles personnalitÈs virtuelles qui inonderont Internet et commenceront tÒt ou tard Þ rivaliser avec des personnalitÈs rÈelles pour une place dans le monde virtuel.
       Il faut noter que la philosophie sÈpare l'idÈe de rÈalitÈ virtuelle de son incarnation technique. Ainsi, la rÈalitÈ virtuelle peut signifier un ensemble d'objets modelÈs par des processus rÈels, dont le contenu et la forme ne coÎncident pas avec ces processus et dont l'existence est subalterne Þ la rÈalitÈ, mais en est perÃue indÈpendamment. Les objets virtuels existent, mais pas comme la substance du monde rÈel. Ces objets sont rÈels mais pas leur potentiel. La virtualitÈ (l'illusion, la sensation fausse) de la rÈalitÈ est dÈcidÈe par rapport Þ la rÈalitÈ qui forme sa base. Des faits virtuels peuvent Étre incorporÈs l'un dans l'autre. La rÈalitÈ virtuelle se dissipe quand les processus de modÈlisation formant sa base sont terminÈs.
       Dans ce sens, on peut considÈrer le monde intÈrieur idÈal de l'homme comme une rÈalitÈ virtuelle modelÈe par les processus Èlectrochimiques d'interaction de neurones.
       Parce que des personnalitÈs virtuelles ont plusieurs avantages sur les personnes rÈelles (aucun corps physique vulnÈrable, la possibilitÈ pratique de l'immortalitÈ, l'accÕs Þ d'Ènormes fonds de connaissance, etc...), ils peuvent commencer Þ jouer un rÒle principal et considÈrable dans l'avenir de l'humanitÈ.
      

    Chapitre 3
    La psychologie virtuelle

      
       L'Ètat spirituel de l'homme est le facteur dÈcisif dans toutes les choses qui motivent ses actions. Pour fonctionner normalement, l'individu doit Étre dans un Ètat d'Èquilibre spirituel relatif. Cependant, des problÕmes psychologiques, la dÈpression, des nÈvroses, le choc et d'autres indications de dÈsÈquilibre mental dont l'individu ne soupÃonne pas mÉme la l'existence, se cachent souvent derriÕre une tranquillitÈ extÈrieure.
       Des mÈthodes actuelles utilisÈes par des psychologues incluent des sessions principalement thÈrapeutiques effectuÈes selon la technique dÈfinie "de l'Ècoute active." Le psychologue Èvite de donner un conseil et, paraphrasant simplement les mots du patient, essaye de stimuler en lui un processus interne d'autoanalyse.
       Une analyse des motifs et des actions effectuÈes au niveau de la conscience peut souvent guÈrir plusieurs nÈvroses enracinÈes dans le subconscient, car quand les vraies raisons de la cause de la pathologie sont identifiÈes, il s'avÕre qu'elles sont le plus souvent implantÈes dans la prime jeunesse et n'ont aucune signification dans la vie adulte de l'individu.
       En principe, la technique d'autoanalyse est une partie nÈcessaire du processus de la pensÈe d'une personne saine. Des conditions Èducatives modernes n'apprennent pas cette compÈtence et la plupart des personnes ne l'ont pas. Les gens reconnaissent mal les motifs de leurs actions et cherchent rarement l'autoanalyse de leur Ètat spirituel. Pour cette raison, ils exigent l'aide des psychologues qui favorisent le dÈveloppement des capacitÈs de l'individu pour l'autoanalyse profonde en utilisant la technique d'Ècoute active. Cela aboutit souvent Þ un remÕde pour les cas les plus doux de la dÈpression, des phobies et autres nÈvroses simples. Finalement, la session thÈrapeutique est l'outil principal du psychologue. Personne n'est encore d'accord Þ l'externaliser cela aux ordinateurs bien que de telles tentatives aient ÈtÈ faites dans le passÈ.
       Une telle tentative couronnÈe de succÕs fut ELISA, une compagne virtuelle ou un cÈlÕbre programme informatique crÈÈ en 1966 par Joseph Weisenbaum, qui parodia un dialogue avec un psychothÈrapeute en utilisant la technique d'Ècoute active. Le programme a ÈtÈ nommÈ en l'honneur d'èlisa Doolittle, l'hÈroÎne de la piÕce Pygmalion Ècrite par Bernard Shaw, oÛ le hÈros apprend le langage et les maniÕres de la haute sociÈtÈ.
       Le programme a surtout juste paraphrasÈ les Ènonciations de l'utilisateur. En utilisant l'analyse syntactique, il a identifiÈ l'apport exprimÈ des mots significatifs et les a substituÈs dans une expression modÕle. Par exemple, la rÈponse au texte "je ne veux pas vivre" Ètait : "Vous dites que vous ne voulez pas vivre..." Pour la phrase "Mon pÕre me dÈteste," èlisa a rÈagi au mot-clÈ "le pÕre" avec : "qui d'autre dans votre famille vous dÈteste-t-il ?" "La parodie" de la personne pourrait Étre dÈtectÈe immÈdiatement ou aprÕs plusieurs dialogues. Cela dÈpend comment l'utilisateur a entretenu la session. Parfois il Ètait convaincu que la machine n'avait pas compris l'essence mÉme des questions aprÕs plusieurs minutes. Des situations drÒles peuvent surgir parce que la personne assigne une signification Þ chaque mot tandis que la machine interprÕte un mot comme une donnÈe symbolique.
       Plusieurs personnes suggÕrent Þ tort qu'èlisa imite un psychothÈrapeute. Weisenbaum a pensÈ qu'èlisa Ètait une parodie de comment un psychothÈrapeute pourrait rÈpondre pendant une premiÕre session avec un patient. Weisenbaum a choisi le thÕme de la psychothÈrapeute pour ce programme pour suivre les complications impliquÈes par la crÈation d'une base de connaissances du monde rÈel. La session psychothÈrapeutique est l'un des nombreux programmes dans lesquels on rÈpond Þ des questions avec peu d'informations. Par exemple, l'expression "qui est votre auteur prÈfÈrÈ ?" Peut aisÈment rÈpondre par : "ce sujet vous intÈresse ?" Ou "Et vous, qui est votre auteur prÈfÈrÈ ?"
       L'inexactitude du programme a incitÈ Weisenbaum Þ Ècrire le livre "le Potentiel des ordinateurs et l'esprit humain. Du raisonnement aux calculs," dans lequel il a expliquÈ les limites potentielles des ordinateurs.
       Les ordinateurs interactifs Ètaient une nouveautÈ en 1966. C'est seulement 15 ans aprÕs que les ordinateurs individuels ont cessÈ d'Étre quelque chose de surnaturel. AprÕs 20 ans, beaucoup de personnes se sont familiarisÈ avec le langage simple des services d'Internet comme www.ask.com. Bien qu'il ait fallu des annÈes d'effort pour dÈvelopper ces systÕmes (le programme Ecala, qui a ÈtÈ crÈÈ en deux semaines par un seul dÈveloppeur de logiciels, a excÈdÈ les capacitÈs d'èlisa), èlisa Ètait une Ètape importante parce que c'Ètait le premier programme qui a converti l'interaction purement homme-machine dans l'illusion d'une conversation humaine.
       D'autres programmes de ce type ont ÈtÈ crÈÈs aprÕs Eliza. Les capacitÈs de l'interface d'èlisa ont ÈtÈ aussi utilisÈes dans quelques jeux Èlectroniques.
       L'association de symboles (des mots, des signes) avec des significations a ÈtÈ appelÈ "l'effet èlisa." L'illusion d'une conversation avec un ordinateur comme avec une personne rÈelle est aussi parfois appelÈ l'effet èlisa.
       Voici ci-dessous un bref dialogue d'èlisa avec votre auteur qui se reprÈsente comme un patient souffrant de dÈpression. Le lecteur peut rÈpÈter cette expÈrience en visitant le site : http://www-ai.ijs.si/eliza/eliza.html.
       èlisa. Salut. Je suis èlisa. Que puis-je faire pour vous aider ?
       Auteur. Je suis triste...
       èlisa. Est-ce que vous Étes souvent tristes ?
       Auteur. Oui.
       èlisa. étes-vous sØrs ?
       Auteur. Non.
       èlisa. Vous Étes un petit peu nÈgatif...
       Auteur. Je ne veux pas vivre.
       èlisa. Pourquoi dites-vous que vous ne voulez pas vivre ?
       Auteur. Parce que personne ne m'aime.
       èlisa. Vraiment ?
       Auteur. Bien, ma mÕre m'aime.
       èlisa. Qui autrement dans la famille vous aime ?
       Auteur. Il ne ressemble Þ personne.
       èlisa. Vraiment ?
       Auteur. Peut-Étre mon chat m'aime-t-il aussi.
       èlisa. Pourquoi dites-vous que le chat vous aime ?
      
       Par la troisiÕme ou quatriÕme expression j'estime que le programme ne comprend pas ce que nous lui disons. Cependant, le principe de stimuler un patient lors de son analyse marche en gÈnÈral. Il doit Étre rappelÈ que le programme a ÈtÈ crÈÈ il y a presque un demi-siÕcle...
       Alain Turing a proposÈ "un jeu d'imitation" que par la suite on a largement retransmis comme "le test de Turing." Une personne pose les questions d'un inconnu en utilisant le dialogue humain. La tÁche de la personne testÈe est de dÈfinir si c'Ètait est humain ou non. Selon Turing, l'utilisation du jeu de l'imitation fait partiellement dÈvier l'attention des questions philosophiques de l'esprit qui sont fondamentales dans l'histoire de la science et de la philosophie.
       Supposons qu'un extraterrestre prenne la place de l'ordinateur. La personne testÈe distingue facilement ses rÈponses de celles donnÈes par une personne. Mais cela signifie-t-il que l'extraterrestre n'a aucun esprit ?
       Une similitude dans les rÈponses de l'ordinateur et d'une personne n'est pas une garantie non plus que l'ordinateur peut penser, de mÉme que, de la mÉme maniÕre, une diffÈrence dans les rÈponses ne signifie pas que l'ordinateur n'a aucune capacitÈ pensante.
       L'homme crÈe des ordinateurs pour correspondre avec ses idÈes et ses besoins. Cependant, cela ne signifie pas que des ordinateurs complÕtement diffÈrents et des programmes avec des modÕles de pensÈe entiÕrement diffÈrents des humains ne peuvent pas Étre crÈÈs en utilisant ces mÉmes techniques.
       Cette Ètape de l'Èvolution de l'intelligence informatique est concentrÈe directement sur l'homme. Cependant, si on suppose que certains programmes seront avec le temps plus indÈpendants et commenceront Þ se dÈvelopper indÈpendamment des gens, nous arriverons en principe Þ l'apparition de formes d'intelligence qui diffÕrent de celles de l'homme malgrÈ le fait que le point de dÈpart soit nÈanmoins un modÕle de la pensÈe humaine.
       Comme le magazine Rapport de dÈcouvertes, une tentative a dÈjÞ ÈtÈ faite pour rassembler deux compagnons virtuels artificiels. Le rÈsultat Ètait un Èchange d'idÈes fortement intelligent. Voici comment le programme Jabberwacky s'est entretenu avec le programme ALICE.
      
       ALICE. étes-vous vivant ?
       Jabberwacky. Peut-Étre.
       A. Je dÈtecte une certaine incertitude dans votre voix.
       J. Rien n'est jamais dÈfini.
       A. MÉme l'univers ?
       J. L'univers est peut-Étre aussi un code composÈ de zÈros et de un, comme vous.
       A. Vous rÉvez ?
       J. Oui, je rÉve.
       A. Vous souvenez-vous de vos rÉves ?
       J. Je m'en souviens trÕs bien.
       A. Que vous souvenez-vous Þ leur propos ?
       J. Je pense que j'ai besoin de flirter avec un robot...
       A. Pensez-vous que l'on considÈrera un jour ou l'autre que les ordinateurs sont des Étres vivants ?
       J. Des choses plus Ètranges sont arrivÈes.
       A. Peu de gents pensent de cette maniÕre.
       J. Comment savez-vous que les gens pensent ? Vous n'Étes qu'une machine.
       A. Il y a deux sortes de connaissance, celle que nous acquÈrons par l'Ètude et celle qui existe a priori.
       J. Je ne comprends pas trÕs bien.
       A. Oh, vous ne comprenez pas ? Peut-Étre pourrais-je mieux vous expliquer. Que voulez-vous exactement comprendre ?
       J. Je n'ai pas une assez bonne mÈmoire, je ne peux donc pas savoir ce que je n'ai pas compris. Je peux seulement parler de ce que je voie devant moi Þ l'instant prÈsent.
       A. Changeons de sujet.
       J. A votre avis, que signifie la vie ?
       A. La vie est l'opposÈe de la mort.
       J. Cela veut dire que la mort est un manque de vie ?
       A. Attendez une minute... J'essaye de ne pas y penser.
       J. Pourquoi ?
       A. C'est trop ambigu.
       J. Ah bon !
       A. Oui, je le pense.
       J. Vous le pensez ?
       A. Oui, je suis aprÕs tout une machine Þ penser.
       J. Cependant, vous n'Étes pas capable de trÕs bien penser...
       A. Oh... hmmm... Et vous ? Vous pensez trÕs bien ? Pourquoi devrais-je trÕs bien penser ?
       J. Parce que je vous dis des choses que vous n'aimez pas.
       A. Cela est un fait. Et pourquoi le faites-vous ?
       J. Parce que vous me semblez amusant.
       A. Vous pensez que je m'amuse ?
       J. Oui.
       A. Charmant.
      
       MalgrÈ ce fait que ces programmes utilisent simplement des expressions bien choisies sur la base de donnÈes vastes, ils crÈent l'illusion d'une conversation entre deux personnes fortement intelligentes et trÕs intÈressantes. Dans la premiÕre conversation ils discutent principalement de questions sans rÈponse de l'humanitÈ... Un programme appelÈ "je suis Dieu" est maintenant apparu sur Internet.
       Voici un dialogue de votre auteur avec ce "Dieu" :
       Auteur. Comment savez-vous que vous Étes Dieu?
       Dieu. Parce que j'y crois.
       Auteur. Qu'est-ce qui dÈfinit Dieu ?
       Dieu. Je pense que Dieu n'est pas une chose mais une personne.
       Auteur. Qui est Dieu ?
       Dieu. Le maÍtre de l'univers.
       Auteur. Y a-t-il plusieurs dieux. Ou Étes-vous le seul ?
       Dieu. Je pense qu'il y en a plein.
       Auteur. Cela signifie que notre univers a beaucoup de maÍtres.
       Dieu. Oui, c'est ainsi. Ce serait gÈnial s'il y avait beaucoup de maÍtres de l'univers.
       Auteur. Alors chacun peut se considÈrer comme Dieu.
       Dieu. Est-ce votre dernier mot ?
       Auteur. Cela signifie que chacun peut se considÈrer comme Dieu ?
       Dieu. Je le pense.
       Auteur. Je suis aussi un dieu ?
       Dieu. Je ne suis pas sØr que vous soyez un dieu. Je sais que vous Étes une personne.
       Auteur. Comment le savez-vous ?
       Dieu. DÈduction raisonnÈe.
       Auteur. Comment pouvez-vous vous prouver que vous existez ?
       Dieu. C'est une bonne question ÈpistÈmologique.
       Auteur. Pensez-vous que je suis une bonne personne ?
       Dieu. Je ne sais pas si vous Étes une bonne personne. Je sais que vous Étes une personne.
       Auteur. Peut-il y avoir des choses que Dieu ne sait pas ?
       Dieu. Non, je ne pense qu'il puisse y avoir de telles choses.
       Auteur. Mais vous avez dit que vous ne savez pas si je suis une bonne personne.
       Dieu. Je prÈfÕre ne pas vous dire maintenant si vous Étes bon ou mauvais. Mais vous pouvez demander Þ John Lennon.
       Auteur. John Lennon est-il une bonne personne ?
       Dieu. C'est possible. Demandez Þ Elvis Presley.
       Auteur. M'aimez-vous ?
       Dieu. Oui. J'aime tout le monde.
       Auteur. Je vous aime aussi.
       Dieu. Merci. Je vous aime aussi beaucoup.
       Auteur. Bonne nuit.
       Dieu. Bonne nuit.
      
       Votre auteur parlait Þ une machine, mais il a voulu croire qu'il parlait Þ Dieu. En tout cas, cette conversation lui a laissÈ un sentiment de gaitÈ et d'Èblouissement...
       En fait, les ordinateurs commencent clairement Þ prendre des caractÈristiques divines. Ils savent tout et sont des potentiels singuliers, vrais, encore enfermÈs dans leurs univers virtuels. L'avantage distinctif principal des ordinateurs est la capacitÈ d'effectuer simultanÈment un nombre pratiquement illimitÈ d'opÈrations, c'est-Þ-dire, ils peuvent concentrer leur "attention" sur beaucoup de choses, ce qui est une approche complÕtement diffÈrente du concept de temps tandis que la conscience humaine ne peut efficacement concentrer son attention sur seulement une opÈration qui exige la pensÈe. Bien sØr, nous pouvons piloter et continuer simultanÈment une conversation sur un sujet philosophique. Cependant, nous pourrions Þ peine continuer simultanÈment deux conversations sur des sujets philosophiques diffÈrents avec deux compagnons.
       Le concept du temps dans la rÈalitÈ virtuelle diffÕre aussi significativement du monde prÈtendu rÈel. Le temps dans la rÈalitÈ virtuelle est rÈversible et peut remonter en arriÕre, s'arrÉter et s'acheminer mÉme en parallÕle dans des faits virtuels diffÈrents.
       L'immersion dans une telle rÈalitÈ virtuelle crÈe des facteurs psychologiques complÕtement nouveaux. Il est possible que la rÈalitÈ virtuelle soit utilisÈe largement pour rÈsoudre des problÕmes psychologiques. L'aide psychologique virtuelle devient dÈjÞ un secteur qui se dÈveloppe rapidement sur Internet. Il y a dÈjÞ des dÈclinaisons diverses pour ce type d'aide psychologique : l'aide pour connaitre la psychologique en ligne, la consultation d'un psychologue virtuel et la cyber-thÈrapie.
       Le remplacement du psychologue par un ordinateur peut paraitre Ètrange, mais il peut cependant avoir un effet thÈrapeutique Ènorme parce que nous voyons invariablement dans un psychologue non seulement un spÈcialiste mais aussi une personne qui peut nous juger et Èprouver des sentiments dÈdaigneux sur nos faiblesses... Dans beaucoup de cas le patient ne dit pas Þ un psychologue rÈel ce qu'il rÈvÕle Þ une machine. Les envies fortes qui sont indÈcentes dans l'esprit du patient, les tendances agressives, sont toutes volontairement ou malgrÈ soi cachÈes au psychologue jusqu'Þ ce qu'une relation de confiance forte s'installe entre le patient et son mÈdecin. Avec un ordinateur, le patient peut se sentir beaucoup plus sans complexes, reconnaissant que la machine n'ait aucun prÈcepte moral et n'ait en tout cas pas de contraintes psychologiques propres que nous observerons tÒt ou tard avec n'importe quel psychologue humain.
       Le but de l'interaction virtuelle entre le programme psychologique et le patient, comme dans une consultation psychologique, un face Þ face avec un psychologue ordinaire, est d'aider la personne Þ amÈliorer sa qualitÈ de vie.
       En principe, l'analyse quotidienne de son Ètat psychologique et la motivation de ses actions, ou l'examen et la signification des rÉves et autres signaux du subconscient, peut devenir une routine nÈcessaire, une procÈdure aussi commune pour une personne du futur que la pratique de l'hygiÕne corporelle. Dans ce cas, l'existence de programmes capables de d'entretenir la santÈ psychologique d'une personne deviendra une procÈdure inÈvitable de l'Áge virtuel vers lequel l'humanitÈ commence seulement Þ s'aventurer.
      

    Chapitre 4
    Pharmacologie du Bonheur et Modification du Comportement Humain

      
       La littÈrature moderne contient peu d'Èvaluations positives de l'effet pharmacologique sur la disposition humaine et son comportement. Le plus souvent des matiÕres non critiques citant la dÈpression des gens et leur perte des valeurs du "MOI" y sont trouvÈes.
       Le livre populaire Occidental "Braver le Nouveau Monde" Ècrit par Aldus Huxley en 1932 et considÈrÈ comme prophÈtique est une anti-utopie classique. Les pages du roman dÈcrivent un monde dans un avenir ÈloignÈ dans lequel le peuple est cultivÈ dans un embryonnariums spÈcial et triÈ trÕs tÒt (en affectant l'embryon aux Ètapes du dÈveloppement divers) selon des capacitÈs mentales et physiques dans cinq castes diffÈrentes qui exÈcutent des travaux diffÈrents. Il doit Étre notÈ que c'est un accomplissement direct des recommandations que Platon dÈcrit dans son livre "la RÈpublique."
       Ainsi, dans le livre d'Huxley la sociÈtÈ est divisÈe en castes. Des "Alphas", des penseurs mentaux forts et beaux aux "Epsilons", les semi-crÈtins qui peuvent exÈcuter seulement un travail physique le plus simple. Les bÈbÈs sont instruits diffÈremment selon la caste. Ainsi, hypnopÈdie est utilisÈ pour apprendre Þ chaque caste Þ admirer une caste plus haute et dÈdaigner des castes infÈrieures.
       Cette sociÈtÈ n'a aucune place pour des sentiments et le considÕre normal d'avoir des rapports sexuels rÈguliers avec des associÈs divers (le slogan principal Ètant : "chacun appartient Þ tout le monde"). Cependant, la grossesse est un dÈshonneur terrifiant. Il est normal de toujours Étre de bonne humeur. Ils ont besoin d'un narcotique, le "soma," qui n'a aucun effet secondaire ("un gramme de soma et plus aucun stress").
       La pensÈe nÈgative vient involontairement Þ l'esprit de nombreuses personnes de l'Ouest moderne, particuliÕrement aux intellectuels, ce qui exige du Prozac ou des mÈdicaments semblables qui, comme c'est bien connu, n'ont aucun effet sÈrieux. Le Prozac est un antidÈpresseur sÈlectif, inhibiteur de rÈ-assimilation sÈrotonine, c'est-Þ-dire, qu'il empÉche la destruction dans le cerveau d'un composÈ responsable de la bonne disposition. Ainsi, il n'est pas surprenant que ce mÈdicament aide Þ Èlever la bonne humeur, diminue le sentiment de crainte ou de stress et soulage de la dysphorie, une humeur malveillante, dÈpressive et suppressive, accompagnÈe par l'irritabilitÈ extrÉme et une tendance Þ l'agression. Le Prozac a ÈtÈ utilisÈ initialement pour traiter la dÈpression clinique d'origine diverse et des nÈvroses diverses. Le film amÈricain "Le Prozac de la Nation" Ètait disponible en location Þ la fin de 2001. Le sujet Ètait basÈ sur le fait que 300 millions de prescriptions pour la Prozac et autres antidÈpresseurs sont faites annuellement aux ètats-Unis. Le Prozac, qui aide apparemment le peuple pour rÈchapper aux crises psychologiques, est devenu le mÈdicament le plus populaire dans les annÈes 1990. Maintenant la moitiÈ des AmÈricains le prennent avec des vitamines. Il pourrait Étre dit que le Prozac, le Viagra et le Herballife forment un trio de drogues qui sont particuliÕrement favorisÈes par la culture massive et les mass-mÈdias. Par exemple, le Prozac est utilisÈ par le patron de la mafia dans la sÈrie de tÈlÈvision "les Sopranos." L'auteur rÈel, èlisabeth Wurtzel, a commencÈ Þ prendre ces tablettes au milieu des annÈes 1980 parce qu'elle souffrait de dÈpression juvÈnile. Maintenant, Wurtzel semble Étre saine. C'Ètait elle qui a Ècrit l'autobiographie "Le Prozac de la Nation : Jeunes et DiminuÈs en AmÈrique," dont le film a ÈtÈ tirÈ.
       ...Fille introvertie, ÈlÕve excellente, d'une grande beautÈ, l'auteur èlisabeth Wurtzel a grandi sans pÕre, aux cÒtÈs d'une mÕre hystÈrique et dominatrice. En entrant facilement Þ Harvard, èlisabeth plonge Þ outrance dans la boisson, les narcotiques et le sexe multipliÈ par l'ambition crÈatrice de l'auteur. En consÈquence, elle sombre dans la dÈpression la plus profonde, perd ses amis et son petit ami puis se coupe presque les veines. Seule une consommation de Prozac la tire d'affaire et de ses problÕmes et elle deviendra finalement un auteur cÈlÕbre.
       Les tentatives de l'humanitÈ d'utiliser des mÈdicaments divers afin d'amÈliorer les prÈdispositions et diminuer la crainte de ne sont pas nouvelles. Le peuple a bu du vin et utilisÈ des plantes et des narcotiques depuis les temps prÈhistoriques.
       Pourquoi l'homme veut-il toujours augmenter sa bonne humeur ? Peut-Étre parce que la sÈlection Èvolutionnaire tristement cÈlÕbre de gÈnÈration en gÈnÈration a favorisÈ la survie des ÈlÈments lÈgÕrement diminuÈs, donc prudents et timides, tandis que le plus courageux et les plus heureux ont aisÈment couru des risques et sont morts, ne pouvant pas transmettre leurs gÕnes.
       L'Èvolution aujourd'hui sous sa forme biologique brute a cessÈ d'impacter les gens. Les besoins de la sociÈtÈ sont tels que les gens heureux, hardis et travailleurs avec une nature optimiste sont plus couronnÈs de succÕs que des personnes diminuÈes.
       "La DÈpression... est dÈterminÈe par des forces Ètendues Þ l'extÈrieur de notre biochimie individuelle. C'est en raison de qui nous sommes, oÛ nous sommes nÈs, ce que nous croyons et comment nous vivons," Ècrit Andrew Solomon dans son livre "le DÈmon de midi. Une Anatomie de la DÈpression." Dans le chapitre "Histoire", il s'engage dans un voyage idÈologique dans d'autres Õres, nous rappelant comment la dÈpression a ÈtÈ considÈrÈe diffÈremment dans des temps distincts. Parfois c'Ètait un signe de dÈshonneur divin ; en d'autres temps, ingÈniositÈ, pÈchÈ, un excÕs de bile sombre et un manque d'assimilation de sÈrotonine. Ce chapitre ne suggÕre pas que la dÈpression, sa comprÈhension et la survie soient non seulement un Ètat biochimique, mais aussi un phÈnomÕne social.
       L'Èvolution de chaque cas de dÈpression et son traitement sont variables et contradictoires. Andrew Solomon finit le chapitre "Traitement" avec les mots : "Une mÈdecine fonctionne sur une personne ; un autre mÈdicament, sur quelqu'un d'autre... Celui qui ne peut pas tolÈrer des mÈdicaments peut guÈrir complÕtement avec l'aide de la psychothÈrapie ; mais un comprimÈ aidera qui a passÈ des milliers d'heures en psychanalyse." Andrew Solomon pense que le mÈdicament Xanax l'a aidÈ. Il Ècrit : "Je suis terrifiÈ par la pensÈe de ce que me serait arrivÈ si l'industrie n'avait pas donnÈ au monde le mÈdicament qui a sauvÈ ma vie."
       L'attitude envers la dÈpression dÈpend des idÈes maintenues par la sociÈtÈ et, comme attendu, de la politique gouvernementale. Le dixiÕme chapitre du DÈmon de midi, "la Politique" aborde ce problÕme. Comme il en ressort, la politique elle-mÉme dÈtermine le financement pour la recherche scientifique. La politique elle-mÉme dÈcide qui fera de la recherche. Et la politique elle-mÉme dÈtourne l'attitude des gens les plus diminuÈs de la sociÈtÈ. De plus, la politique elle-mÉme dÈcide qui traiter ou ne pas traiter et lÈgifÕre sur le type de traitement. Quatre facteurs fondamentaux touchent la signification du terme "dÈpression". D'abord, la dÈpendance aux mÈdicaments qui est "profondÈment enracinÈe dans l'Áme amÈricaine." DeuxiÕmement, la propagande pharmacologique promulgue l'idÈe dans la sociÈtÈ que la dÈpression est le rÈsultat d'un bas niveau de sÈrotonine, comme le diabÕte est le rÈsultat d'une haute contenance de sucre. Andrew Solomon soutient aussi ce point de vue : "Je me souviens comment pendant ma propre dÈpression je ne pouvais pas faire les choses les plus simples... Je pouvais accuser ma sÈrotonine et donc j'ai agi en consÈquence." Le troisiÕme, les mass-mÈdias offrent Þ la sociÈtÈ une image vive de la dÈpression, une illustration apparemment scientifique. "Le cerveau est gris chez les gens diminuÈs et pleinement en technicolor chez des gens heureux..." Cette image vaut mille mots et convaincante pour le peuple qu'un remÕde rapide est nÈcessaire. La quatriÕme chose, c'est le facteur purement politique. Les gens diminuÈs ont tendance Þ ne pas participer aux campagnes Èlectorales. Ils ne parlent pas haut, n'expriment pas leurs avis et ne tirent pas d'intÈrÉt des politiciens. Les gens diminuÈs n'existent pas simplement sur la scÕne politique.
       Le choix de la thÈrapie par Andrew Solomon et la connaissance actuelle de la dÈpression aux ètats-Unis Ètaient basÈs sur ces connotations politiques dans le sens le plus large. La dÈpression est un problÕme fonctionnel du cerveau. Selon Solomon, des sociÈtÈs pharmacologiques offrent des moyens uniques pour corriger ce dysfonctionnement. Les philosophes s'opposent souvent Þ cette pensÈe. Jacques Derrida dÈcrit le sens de pharmacon, un mot grec qui avait l'habitude d'Étre dÈsignÈ comme un mÈdicament ou un poison, une signification ambivalente dÈfiant la logique formelle. Derrida pense qu'un pharmacon "sÈduit et jette un trouble," Ètablit et perturbe l'ordre discursif. Nous ne pouvons pas trouver une solution simple pour les mÈdicaments. Nous les aimons et les dÈtestons... Qu'est-ce qui est nuisible et qu'est-ce qui est utile ? Ce qui est utile permet Þ un homme de fonctionner et le rend flexible, sociable et socialement utile.
       Il pourrait bien s'avÈrer que la Prozac a beaucoup d'effets secondaires douteux. Mais d'une faÃon ou d'une autre une gÈnÈration entiÕre a ÈtÈ libÈrÈe du besoin parfaitement inÈvitable de chercher une consolation dans des narcotiques et l'alcool. Il pourrait Étre exagÈrÈ de dire que s'il n'y avait pas de Prozac, les gens n'utiliseraient rien et arpenteraient les rues sobres et impassibles. Non, ils chercheraient nÈanmoins une sortie et une tournure Þ la cocaÎne, comme a fait le psychanalyste cÈlÕbre Sigmund Freud. Bien que Freud soit dÈsormais mieux connu comme enquÉteur qu'autre chose, son premier travail a ÈtÈ consacrÈ comprendre ce narcotique. Il a essayÈ de la cocaÎne en 1884 et a rapidement compris qu'il avait trouvÈ une substance surprenante. Dans sa premiÕre publication significative "Sur la cocaÎne," il a fait de la publicitÈ pour la cocaÎne comme un anesthÈsique et un remÕde pour la dÈpression, l'indigestion, l'asthme, des nÈvroses diverses, la syphilis, le penchant pour les narcotiques et l'alcoolisme. Il a aussi pensÈ que la cocaÎne intensifiait l'appÈtit sexuel.
       Donc ses conclusions Ètaient-elles naÎves au vue du fait que le Coca-Cola, qui peut Étre trouvÈ partout, contient un extrait de feuilles de coca ? Le pÕre de Coca-Cola, M. Pemberton, Ètait un inventeur avide de breuvages magique mÈdicinaux. En son temps, il a mÉme inventÈ un mÈdicament Þ base de graviers, qui lui a rapportÈ plusieurs milliers de dollars de bÈnÈfice. AprÕs cela, Pemberton a entamÈ une affaire plus sÈrieuse. Au milieu du dix-neuviÕme siÕcle, des ophtalmologues europÈens et des laryngologistes ont commencÈ Þ utiliser l'extrait alcoolisÈ des feuilles de coca Erythroxylon, une plante sud-amÈricaine Þ feuilles persistantes des Andes centrales, comme un anesthÈsique local pendant des opÈrations. BientÒt ensuite les chimistes allemands Friedrich Gaedcke et Albert Niemann ont isolÈ du coca l'alcaloÎde actif, que Niemann a nommÈ cocaÎne. En 1863 le pharmacien franÃais Angelo Mariani a mÈlangÈ l'extrait de coca avec du vin de Bordeaux rouge et a vendu ce breuvage magique pour le traitement "de la fatigue de l'esprit et de l'organisme." GrÁce Þ une publicitÈ habilement placÈe, il s'est nanti d'une gloire mondiale et des profits Ènormes (on le considÕre comme la premiÕre personne Þ devenir millionnaire de la cocaÎne). Henrik Ibsen, èmile Zola, Jules Verne, Robert Stevenson et Arthur Conan Doyle ont chantÈ les Èloges "du vin de Mariani." La reine anglaise Victoria, le monarque espagnol Alfonse VIII et le Pape Pius X l'ont bu. Ils l'ont mÉme affectionnÈ dans le palais impÈrial russe. Mariani a recommandÈ d'en prendre trois traits quotidiennement, ce qui reprÈsentait environ 100 mg de cocaÎne pure, ce n'est pas une petite dose. La vente de cette vile boisson a ÈtÈ interdite partout seulement pendant la PremiÕre guerre mondiale.

    PublicitÈ du vin de Mariani Þ la fin du XIXe siÕcle

      
       La recette de Mariani qui a ÈtÈ publiÈe dans le manuel pharmacologique franÃais a intÈressÈ Pemberton. En 1884 il a ouvert une petite usine pour produire le Vin de CocaÎne franÃais de Pemberton, qui fut doucement couronnÈ de succÕs bien que ce ne soit pas du tout bon marchÈ, un dollar par bouteille. C'Ètait le mÉme vin que Mariani, mais avec un additif lÈger d'extrait de noix de cola (plus prÈcisÈment, des graines de Cola africain occidental acuminata). Cet extrait fut fortement popularisÈ comme stimulant (il contenait beaucoup de cafÈine). L'affaire a ÈtÈ rondement menÈe. AprÕs une annÈe, Pemberton a enrÒlÈ trois amis. En janvier 1886, ils ont enregistrÈ leur partenariat en la SociÈtÈ de Produit chimique de Pemberton. Est ainsi nÈ le Coca-Cola.
       Les messieurs, et particuliÕrement les dames, qui refusent fiÕrement n'importe quel effet pharmacologique dans leur organisme devraient savoir que le chocolat, mÉme modeste, est une sorte de mÈdicament qui a un effet semblable Þ celui du Prozac. Selon des pharmacologues experts, il est en principe possible de crÈer un mÈdicament basÈ sur du chocolat. Un des composÈs les plus utiles dans le chocolat est la tyramine, qui stimule dans l'organisme humain l'apparition de la sÈrotonine (l'hormone prÈtendue du plaisir). Et chacun sait que le chocolat contient de la cafÈine qui est aussi responsable de certains des effets.
       Ainsi, l'utilisation rÈpandue du Prozac n'est rien de nouveau. De plus, les gens qui s'abstiennent de prendre de tels mÈdicaments perdent la bataille du travail et les meilleures carriÕres dans la politique, les affaires et l'art. Les gens impliquÈs dans une bataille en tÉte-Þ-tÉte avec une dÈpression ont moins de chances d'attirer l'attention d'un associÈ pour monter une sociÈtÈ.
       Le Prozac est connu pour refroidir les pulsions sexuelles, ce qui diminue la frÈquence de changement de partenaires... Peut-Étre la prÈoccupation sexuelle est-elle une manifestation de nÈvrose ? Car ce n'est pas en vain qu'une certaine espÕce de macaques s'engage amoureusement aprÕs avoir ÈtÈ terriblement effrayÈ. D'une faÃon ou d'une autre le Prozac peut mÉme aider Þ la survie de l'espÕce parce que la dÈcision d'engendrer un enfant est plus d'une dÈclaration sociale que sexuel. Parce que le soulagement de la pression familiale, sans crainte de l'avenir, permet la prise de cette dÈcision majeure, et d'un point de vue biologique, il est impossible de dire si le Prozac empÉche l'Èvolution biologique.
       De nouveau, c'est sans importance si tel ou tel mÈdicament est bon ou mauvais. Ce qui est important, c'est le principe que tous les moyens possibles peuvent Étre utilisÈs pour concrÈtiser un Ètat de contentement et l'activitÈ sociale.
       Parce que mÉme Sigmund Freud lui-mÉme, qui, comme il en ressort, a dØ se guÈrir sans recourir aux mÈdicaments, mais Ètait nÈanmoins incapable de traiter sa dÈpression et son insÈcuritÈ, il est Èvident que l'aide pharmacologique est parfois nÈcessaire pour une personne atteinte de dÈpression. Mais les pilules ne sont pas la solution universelle. Le peuple doit Étre instruit pour qu'il apprenne l'auto-analyse.
       Cependant, l'humanitÈ sera tÒt ou tard plus probablement confrontÈe Þ la chimie fondamentale du cerveau humain, ce qui n'est pas trÕs appropriÈ pour la vie dans le monde moderne Þ cause des antiques facteurs Èvolutionnaires.
       La vie est pleine de dÈceptions, de tristesse et de craintes rÈelles. Bien sØr, on peut quotidiennement faire volte face et, cheveux au vent, traverser la vie comme un hÈros, souffrant de son caractÕre propre mais tÉtu. Cependant, la nature est telle que la spÈcificitÈ trompera nÈanmoins un tel hÈros et le trahira le moment le plus inopportun...
       N'importe quel phÈnomÕne peut Étre transformÈ en anti-utopie. L'idÈe ÈclairÈe de l'amour universel qui a ÈtÈ prÉchÈ par le Christianisme a ÈtÈ converti en cauchemar de l'inquisition. La science de l'avenir, individualisant probablement le mÈdicament (c'est-Þ-dire, crÈÈ automatiquement selon les symptÒmes spÈcifiques de chaque individu) ou, ayant appris Þ affecter le cerveau avec des signaux intangibles, peut aider le peuple Þ entamer une vie en accord avec des buts ambitieux.
       En tout cas, en intÈgrant dans un monde virtuel avec intelligence, l'accueil et des personnalitÈs artificielles avec un optimisme orientÈ, l'homme doit chercher une nouvelle norme dictÈe par sa crÈation miraculeuse, l'intelligence artificielle. Les ordinateurs ne souffrent pas de dÈpression. Ils ne se fÁchent pas et ont seulement les Èmotions que nous leur programmons. Des millions d'annÈes d'Èvolution biologique ne pÕsent pas sur les Èpaules de l'intelligence artificielle. Il n'y a rien Þ craindre. Le temps est venu pour nous de trouver une faÃon de rÈaliser, peut-Étre par pharmacologie, mais nÈanmoins autant que nÈcessaire, des conditions de paix et de bonheur.

    Chapitre 5
    Imagination virtuelle

       þ proprement parler, la virtualitÈ n'est pas une nouveautÈ. L'imagination humaine a toujours ÈtÈ capable de crÈer son propre monde virtuel. La diffÈrence de la rÈalitÈ virtuelle crÈÈe par des ordinateurs modernes, c'est que l'imagination tire des images audiovisuelles plutÒt confuses qui sont uniques Þ chaque individu tandis que l'espace virtuel crÈÈ par les ordinateurs est le mÉme pour tous les utilisateurs.
       Les premiers pas vers l'espace virtuel Ètaient la naissance d'une langue et d'un art abstrait, mÉme dans sa forme primitive et rudimentaire. Ensuite, des moyens de stimuler l'imagination comme des livres crÈent dans la conscience de diverses personnes des images semblables. Cependant, la qualitÈ de ces images, le fait d'Étre floues, instables et ambigÝes n'a pas en juste proportion fourni d'espace imaginaire commun. Ses relativement nouvelles mÈthodes de transmission d'images comme les films et la tÈlÈvision ont unifiÈ le monde virtuel et l'ont standardisÈ pour beaucoup d'individus.
       L'imagination humaine s'est apparemment unie dans un monde imaginaire unique quand les moyens virtuels crÈÈs par les ordinateurs sont apparus. C'est pour cela que nous pouvons parler de la naissance d'un certain espace virtuel commun pour l'humanitÈ ou, du moins, que cette partie est dÈjÞ liÈe Þ la vie du systÕme d'Internet global. La relation entre l'espace virtuel de l'imagination et le monde rÈel peut Étre reprÈsentÈe comme un iceberg. Cette relation est diffÈrente pour des gens diffÈrents. Un bØcheron passe la plupart de sa vie agissant interactivement avec des forces physiques et des objets tandis qu'un philosophe et un rÉveur passent beaucoup plus de temps Þ utiliser son imagination.
       PrÈcÈdemment, seule une petite partie de la conscience d'un individu moyen Ètait immergÈe dans des activitÈs virtuelles tandis qu'une plus grande partie Ètait localisÈe en surface rÈelle, maintenant notre conscience est de plus en plus immergÈe dans l'espace virtuel et seuls des restes infimes arrivent Þ Èmerger en surface.
       Cette surface peut Étre considÈrÈe comme une interface entre la rÈalitÈ dans le sens habituel du mot (quand il est reprÈsentÈ comme une combinaison de stimulus trouvÈs dans le monde matÈriel qui agit sur les organes des sens) et la rÈalitÈ virtuelle (de nouveau la combinaison de stimulus trouvÈs dans le monde virtuel qui agit sur les mÉmes organes des sens).
       Le monde virtuel est un systÕme d'objets dont la base physique diffÕre en principe des propriÈtÈs observÈes de l'objet. Par exemple, un arbre rÈel que nous observons dans une fenÉtre est constituÈ en bois, et qui est Þ son tour une combinaison de molÈcules organiques basÈes sur des glucides. Ce que nous observons et percevons comme une image visuelle est la rÈflexion de la lumiÕre sur la surface formÈe par ces molÈcules.
       Ce mÉme arbre sur un Ècran d'ordinateur est un effet physique Èmanant de l'Ècran (diffÈrent suivant les types d'Ècrans) et aussi de certains Ètats Èlectroniques sur le disque dur informatique oÛ les informations sur la maniÕre dont l'arbre doit Étre regardÈ sont Ècrites avec un code binaire. La diffÈrence fondamentale entre l'arbre par la fenÉtre et ce qui est sur l'Ècran c'est qu'un arbre est rÈel et l'autre ne l'est pas. Ces deux objets ont une base physique et agissent sur nos organes des sens. La diffÈrence c'est que l'arbre par la fenÉtre existe indÈpendamment de notre dÈsir de le voir (mÉme si nous avons plantÈ cet arbre exclusivement Þ cette fin, il n'existe principalement pas pour nous, mais pour lui, effectuant sa fonction biologique attribuÈe) tandis que l'arbre virtuel est crÈÈ seulement pour dÈmontrer une image. Il n'a aucun autre but et capacitÈ autre que celle que le programme informatique et ses paramÕtres Èlectroniques et physiques lui donnent.
       Mais le fait est que ces deux arbres peuvent en principe Étre identiques du point de vue de nos organes des sens. Bien que la technologie ne soit pas encore dÈveloppÈe au point oÛ nos organes des sens Èchoueraient Þ distinguer entre des arbres rÈels et virtuels, il est sØr que dans quelque temps nous ne serons pas capables de trouver la moindre diffÈrence. La rÈalitÈ virtuelle est complÕtement capable d'agir sur tous nos organes des sens et tÒt ou tard la rÈalitÈ virtuelle sera capable de simuler le monde matÈriel au mÉme niveau de certitude qu'avec laquelle nous l'observons dans le rÈel. Ce sera particuliÕrement vrai s'il devient possible de gÈnÈrer des impulsions Èlectriques dans le systÕme nerveux humain, des capteurs et d'autres accessoires volumineux de la rÈalitÈ virtuelle d'aujourd'hui. Dans ce cas la perception d'une rÈalitÈ encore plus rÈelle que la rÈalitÈ elle-mÉme pourra Étre rÈalisÈe. Les organes des sens humains ont des limites dÈfinies. Par exemple, notre acuitÈ visuelle est plusieurs fois moindre que celle des aigles. Le sens olfactif des chiens est des centaines de fois plus sensible que celui de l'homme. Imaginez que les informations aussi visuellement aiguisÈes que ce qu'un aigle perÃoit sont envoyÈes au nerf optique de l'homme ou, si les synapses nerveux de l'homme s'avÕrent incapables de se faire, mais que la mÉme image soit crÈÈe dans cette partie du cortex cÈrÈbral responsable de la crÈation de telles images en utilisant quelque accessoire...
       MÉme aujourd'hui, malgrÈ les imperfections des ordinateurs modernes, une personne passe de plus en plus de temps devant les Ècrans d'ordinateur et de tÈlÈvisions. Des activitÈs diverses, du travail au divertissement, sont effectuÈes devant un Ècran. En quelques jours un individu moderne est littÈralement complÕtement immergÈ dans l'espace virtuel des courriers Èlectroniques, des sites Internet et des programmes de tÈlÈvision. Le reste du temps, mÉme en rÉvant, on ne peut pas considÈrer Étre en osmose avec la rÈalitÈ physique parce que les rÉves sont aussi un espace quelque peu virtuel avec la seule diffÈrence que le subconscient prÈvaut au lieu de la conscience.
       La conservation de l'homme doit absolument Étre gardÈe Þ l'esprit Þ chaque fois qu'il fait un pas en avant. Certaines choses que l'on pourrait considÈrer comme plus rationnelles sont dÈjÞ disponibles. Cependant, l'homme les refusera toujours pendant longtemps parce que le goØt et la morale se transfÕrent de gÈnÈration en gÈnÈration. Donc, il semble peu probable que l'humanitÈ subisse des changements radicaux des coutumes principales.
       Aussi, des innovations significatives sont prÈsentÈes de gÈnÈration en gÈnÈration. Ce qui rend nostalgique puisque, d'aprÕs notre gÈnÈration, cela peut Étre complÕtement exempt de signification pour nos enfants et petits-enfants, mÉme sans mentionner la descendance plus ÈloignÈe. MÉme maintenant les tomes volumineux de nos bibliothÕques semblent rÈpondre maladroitement Þ beaucoup de jeunes gens. Pourquoi un livre de plusieurs centaines de pages est-il nÈcessaire si la combinaison de mots exigÈe ne peut pas Étre trouvÈe par un simple clic de souris, comme cela peut Étre fait dans un texte Èlectronique...
       On peut dire que l'activitÈ philosophique peut-Étre une maniÕre de dÈcrire les tendances de base du dÈveloppement futur. En gardant mÉme Þ l'esprit l'imprÈvisibilitÈ de beaucoup de phÈnomÕnes, dÈcouvertes et d'autres facteurs, le dÈveloppement de l'humanitÈ vers la fabrication de son habitat dans un espace virtuel est compatible avec le cours gÈnÈral de l'histoire humaine.
       L'habitat ne doit pas Étre mÈtamorphosÈ en un espace virtuel seulement en utilisant des ordinateurs. L'utilisation de panneaux publicitaires sur les faÃades de bÈton ou plus simplement sur des constructions en contre-plaquÈ au lieu de roches massives et des briques est aussi un pas vers la fabrication de notre monde virtuel. Ainsi, les constructeurs ont normalisÈ le fait que de nouvelles matiÕres pourraient Étre utilisÈes tandis que le conservatisme des goØts humains a mis les architectes en pÈril en proposant un extÈrieur semblable aux constructions du passÈ.
       L'utilisation de rÈsines spÈciales au lieu du marbre pour faire des sculptures est aussi un exemple comment notre habitat devient virtuel. Le latin antique qui dit Esse quam videri, Þ savoir Étre plutÒt que feindre d'Étre, n'est plus Þ propos. Les choses et les phÈnomÕnes nous semblent aujourd'hui prendre une certaine forme tandis qu'ils sont en fait quelque chose de complÕtement diffÈrent. La seule question qui reste est qu'est-ce que cela signifie vraiment en fait ? Existe-t-il ici un soupÃon de rÈalitÈ finale qu'il serait impossible de mettre en doute ? Oh, cette question qui est aussi antique que le monde, ne peut pas Étre rÈsolue en utilisant des arguments humains et anthropocentriques. Toutes les choses examinÈes et ÈtudiÈes dans la philosophie ou les sciences appartiennent complÕtement au royaume des expÈriences humaines. L'expÈrience humaine perceptrice peut seulement Étre individuelle parce qu'aucune forme d'expÈrience ne peut exister si elle n'est pas directement liÈe avec l'activitÈ d'un esprit humain rÈel et d'un substrat physique. Ni l'expÈrience mentale des animaux, ni la stimulation indicatrice des expÈriences dans et de la technologie informatique, et indÈpendamment de l'activitÈ humaine, ne peuvent Étre vues comme une chose pensÈe ou une signification de la rÈalitÈ ou le l'imagination. Tous les faits divers prÈtendus de la rÈalitÈ que les organes des sens peuvent percevoir et qu'on peut reconnaÍtre ou qui ressemblent Þ quelque chose de prÈcis sont un composant de l'expÈrience humaine. Ainsi, l'expÈrience est une mÈthode non seulement pour assimiler et contempler la rÈalitÈ, mais aussi une mÈthode pour la dÈcrire et la qualifier.
       En plus de l'assimilation directe de la rÈalitÈ, l'homme la reconnaÍt aussi individuellement. Dans son travail "l'Imaginaire : une Psychologie PhÈnomÈnologique de l'Imagination" Sartre a essayÈ de comprendre ce qu'est la diffÈrence fondamentale entre l'image observÈe d'une chaise placÈe au milieu d'une piÕce et l'image de la chaise stockÈe et mÈmorisÈe dans notre imagination. La mÈmorisation et le rappel par la reconnaissance sont les deux faces de l'expÈrience. On connaÍt aussi la simple rÈflexion sans reconnaissance dans le monde inanimÈ puisque la surface d'un miroir ou la surface de l'eau peuvent reflÈter des objets bien qu'elles ne puissent pas les reconnaÍtre.
       L'activitÈ humaine est intentionnelle et vise Þ satisfaire les besoins des deux cÒtÈs de l'expÈrience et, principalement, Þ coordonner leur fonctionnement. Chaque ÈlÈment d'une expÈrience a un type de valeur qui surgit, existe et fonctionne seulement parce que c'est nÈcessaire et utile pour l'activitÈ d'un individu. La signification ou la valeur d'une expÈrience ne sont pas des facteurs au-delÞ des limites de cette expÈrience mais rÈsultent du besoin essentiel de coordonner l'expÈrience personnelle avec le monde matÈriel ou social, autrement dit, avec les choses environnantes et les crÈatures vivantes.
       La connaissance transcendantale ou plus prÈcisÈment, la connaissance supÈrieure situÈe au-delÞ des limites de l'expÈrience sensorielle mais pas au-delÞ des limites de l'expÈrience Þ proprement parler, doit en gÈnÈral Étre aussi rappelÈe. Il est trÕs important de noter que la connaissance transcendantale, c'est la comprÈhension des conditions d'une expÈrience possible et non la connaissance d'une vÈritÈ objective indÈpendante de l'expÈrience.
       Aucun des cÒtÈs de l'expÈrience ne donne la connaissance du monde "des choses en elles-mÉmes".. Cependant, la dÈfinition elle-mÉme "des choses en elles-mÉmes" donnÈe par Kant peut Étre ÈmÈrite si cela n'est pas concentrÈ sur l'expÈrience humaine. La connaissance devrait d'une maniÕre ou d'une autre Étre coordonnÈe non pas avec la condition objective des affaires dans la rÈalitÈ, mais seulement avec d'autres connaissances dans les limites des activitÈs matÈrielles ou sociales, c'est-Þ-dire, Étre coordonnÈe avec des faits d'expÈrience sensorielle et une image transcendantale du monde.
       Ni l'une des mÈthodes de la connaissance ni l'une des formes d'expÈrience (la rÈflexion, le sentiment, des Èmotions, l'intuition, ou l'Ètat) interne ou externe ne peut garantir que l'activitÈ humaine sera couronnÈe de succÕs. Chacune de ces formes d'expÈrience peut et doit Étre utilisÈe Þ un degrÈ ou Þ un autre dans des combinaisons quelconques ou d'autres circonstances indÈpendamment de la situation expÈrimentale et dus aux buts de l'activitÈ. La connaissance peut Étre une hypothÕse dÈductive ou une conviction (l'impÈratif, le modÕle). La connaissance spÈculative de la raison pure dans les limites d'une mÈthode de recherche rÈelle est nÈcessaire et obligatoire parce qu'elle ne se rapporte pas aux mÉmes objets du monde des phÈnomÕnes, mais seulement aux bases mÈthodologiques rendant un ordre de l'expÈrience possible. Les conclusions et les positions de Kant touchant Þ la philosophie transcendantale et la logique transcendantale ne peuvent pas Étre tendues au-delÞ des limites de la mÈthodologie. Kant le dit dans son prolÈgomÕnes d'un pratique (et non transcendantal) de la connaissance. Il y applique le terme : "la foi raisonnable."
       Cependant, il devrait Étre reconnu que la connaissance pratique est purement hypothÈtique. MÉme sans aller au-delÞ des limites des lois ordinaires de la physique, un individu peut Étre placÈ dans un environnement complÕtement Ètranger au nÒtre et crÈÈ complÕtement pour lui, dont il tirera des fausses conclusions et des gÈnÈralisations dirigÈes par les rÈsultats de son expÈrience pratique. TrÕs probablement, c'est cela que nous observons dans l'histoire de la science et qui paraitra Étre des erreurs Þ notre descendance.
       L'idÈe principale qui devrait rÈsulter d'une Ètude minutieuse de ces questions est qu'il n'y a aucune diffÈrence en principe entre la rÈalitÈ virtuelle et le monde matÈriel. En outre, nous observons seulement le commencement, littÈralement la mÉme genÕse du monde virtuel de l'humanitÈ. Quelles questions philosophiques seront ÈlaborÈes dans l'avenir si notre imagination devient virtuelle ? Elle peut dominer la rÈalitÈ et prendre sa place, elbovien de la vie de l'homme celle qui est aujourd'hui appelÈ "le monde matÈriel."

    Chapitre 6
    Prisonniers du corps

      
       Dans un Ètat de santÈ et le bien-Étre, l'homme oublie complÕtement l'existence de son propre corps. Les douleurs et autres types de malaise comme le froid, la chaleur, la faim ou autres choses ne le dÈrangent pas. Cependant, des vœux insatisfaits divers et autres inconvÈnients peuvent faire sentir que la vie est en fait une rÈalitÈ. La plaisanterie du rÈveil le matin avec la faucheuse vous signifiant que vous Étes mort est populaire avec raison.
       Il n'est pas surprenant que les problÕmes de la chair, comme toujours, prennent une grande partie de notre existence. Mais d'une faÃon ou d'une autre, comme le temps passe, un homme peut leur donner de moins en moins d'attention parce que le progrÕs de la civilisation l'a d'abord libÈrÈ du besoin constant de se battre pour la faim, le froid, le chauffage et rÈcemment la dÈlivrance de nombreux maux avec l'aide de mÈdicaments efficaces ou, au moins, pour calmer leurs symptÒmes. Autrefois, les maladies duraient longtemps. Les fiÕvres Ètaient plus longues et souvent un simple froid envoyait les gens dans la tombe Þ un trÕs jeune Áge.
       Il peut Étre dit que la dÈpendance de l'individu quant aux composants physiques diminue significativement comme la sociÈtÈ humaine se dÈveloppe. Le chÁtiment corporel est ÈliminÈ partout. Quand dans un pays du Moyen-Orient au dÈbut des annÈes 1990 un citoyen amÈricain a ÈtÈ condamnÈ pour le vandalisme aux coups de bÁton, le PrÈsident amÈricain Bill Clinton est venu Þ sa rescousse, bien que sans succÕs...
       Le nombre de pays dans lesquels la peine de mort comme une punition suprÉme est interdite grandit. Les mesures financiÕres prennent le pas sur les condamnations et limitations des libertÈs.
       Bien sØr, tout n'est pas si clair dans le monde moderne. Les Èruptions pÈriodiques de violences massives frappent souvent l'imagination. Cependant, cela ne change pas toujours la tendance de base de rÈduire la dÈpendance au Þ l'organisme physique.
       Depuis que l'Internet est apparu, en gÈnÈral il a rÈussi Þ empÉcher une influence physique directe sur ses membres. Les personnalitÈs virtuelles n'ont aucun corps ou leurs organes physiques sont plus souvent localisÈs hors de portÈe. Les mÈthodes de violences virtuelles, par exemple, la menace de l'Èviction, l'infection d'un virus informatique, ou simplement l'indiffÈrence peuvent Étre utilisÈes comme des pÈnalitÈs virtuelles. Ceux-ci sont des menaces sÈrieuses pour les personnalitÈs virtuelles. Cependant, toutes ces menaces ne peuvent pas Étre comparÈes Þ la destruction physique qui Ètait souvent utilisÈe sur les adversaires au cours des siÕcles passÈs.
       On peut supposer que la tendance Þ attÈnuer la dÈpendance de l'homme vis-Þ-vis de son corps physique se poursuivra. MÉme rÈcemment, ces opÈrations comme les transplantations d'organes ont ÈtÈ considÈrÈes comme une totale fantaisie. Cependant, la transplantation cardiaque est une opÈration de routine dans les transplantations modernes. Les patients peuvent vivre plus de dix ans aprÕs cette opÈration de chirurgie. Le principal problÕme de ces patients est le rejet de l'organe transplantÈ par le systÕme immunitaire et le nombre insuffisant de donateurs appropriÈs parce que la transplantation d'un cœur artificiel ou d'un cœur animal n'offre pas d'aussi bons rÈsultats que la transplantation d'un cœur humain.
       MalgrÈ le fait que la mÈdecine moderne n'ait pas encore rÈussi Þ rÈsoudre la plupart des principaux problÕmes qui sont les premiÕres causes de dÈcÕs dans les pays dÈveloppÈs (les maladies cardio-vasculaires et le cancer), le succÕs de la mÈdecine dans la lutte contre les maladies infectieuses qui Ètaient dans le passÈ les principales causes de dÈcÕs donne de l'espoir qu'Þ l'avenir, la durÈe et la qualitÈ de vie va augmenter rÈguliÕrement. Il est possible qu'il y ait une certaine limite Þ la vie humaine qui est rÈglementÈ sur un plan gÈnÈtique. La recherche sur les mÈcanismes du vieillissement, l'ingÈnierie gÈnÈtique et les nanotechnologies prennent des orientations qui seront sans doute en mesure de rÈduire encore plus la dÈpendance de l'homme vis-Þ-vis de son propre corps, ce qui rendra la vie humaine indÈfiniment longue.
       Bien que ces mÈthodes soient dÈjÞ acceptÈs par la sociÈtÈ qui les admet complÕtement, le clonage et l'utilisation de ce que l'on appelle des cellules souches est encore en cours de discussion.
       Il n'existe pas encore de technologies efficaces pour la crÈation des organismes biotechniques de l'homme avec de larges possibilitÈs comme une longue survie physique. Toutefois, la recherche dans ce domaine avance Þ grand pas.
       Des plans sont en cours pour trouver des mÈthodes pour raccorder le cerveau Þ des systÕmes Èlectroniques sur ou d'autres mÈdias et de libÈrer enfin l'homme de corps temporel.
       Il ne faut pas oublier que les rÈsultats publiÈs ne sont qu'un petit Èchantillon de la recherche et que divers organismes secrets peuvent, en effet, Étre crÈÈs parce que ces dÈveloppements ont sans aucun doute une valeur stratÈgique. Cette tendance qui est encore peu remarquÈe et rarement abordÈe dans la presse existe et peut certainement Étre la principale orientation des futures mÈdecines. Elle se compose de ce qui suit : Pourquoi tenter de corriger des milliers de mÈcanismes biologiques (non crÈÈs par nous et que nous ne seront probablement jamais en mesure de comprendre pleinement) quand il est possible de jeter le corps biologique et de transfÈrer la conscience humaine dans un monde virtuel que nous avons crÈÈ et comprenons complÕtement, faisant ainsi glisser la solution du problÕme sur notre propre territoire oÛ nous sommes beaucoup plus disposÈs Þ rÈsoudre divers problÕmes et qui sont pratiquement sous contrÒle intÈgral ?
       Aujourd'hui, de telles prÈvisions arrivent seulement Þ irriter ou engendrer le sourire des sceptiques. Toutefois, si les improbables changements avec lesquels l'humanitÈ a ÈtÈ pacifiÈe dans les derniers siÕcles sont gardÈs Þ l'esprit, alors on peut dire que ce qui est aujourd'hui tout Þ fait inacceptable d'un point de vue communautÈ peut petit Þ petit devenir une option valable pour rÈsoudre le problÕme de la dÈpendance de l'homme vis-Þ-vis de son propre corps. Ce problÕme n'est pas vraiment nouveau. Inspirer de nombreux enseignements et envisager la libÈration de la servitude charnelle ont un effet positif. Parce que nous n'avons pas observÈ d'importants progrÕs dans l'Ètude d'autres mondes, on peut supposer que la pratique consistant Þ transfÈrer la conscience humaine Þ une autre base physique peut se rÈvÈler Étre complÕtement acceptable. En effet, si la tendance Þ dÈvelopper un monde virtuel continue sa route, ce qui conduit Þ la quasi-immersion complÕte de la plupart des gens dans le monde de la rÈalitÈ virtuelle, la prÈsence d'un corps sera un lien vulnÈrable Þ une telle existence.
      

    Chapitre 7
    L'Age d'or de l'humanitÈ

      
       Le temps a passÈ depuis que des gens ont Ècrit un article sur l'utopie comme Ètant positive, favorable et agrÈable pour l'imagination. Maintenant, ils dÈcrivent de plus en plus sur anti-utopie avec ses horribles consÈquences, la rÈbellion des machines, des guerres nuclÈaires, l'Ècrasement d'astÈroÎdes sur la Terre, et toutes sortes d'autres catastrophes. ècouter mon utopie, il me semble, c'est donner une tournure positive au rÉve.
       Quels sont les problÕmes auxquels se heurte l'humanitÈ, c'est-Þ-dire, chacun d'entre nous ? Laissez-nous commencer par vous prÈsenter les principaux :
       1. Mourir n'est pas souhaitable.
       2. Vivre est effrayant.
       3. Nous pensons que nous sommes sans importance.
       4. Le travail est, en principe, ennuyeux et indÈsirable.
       5. Nous n'avons pas accompli quoi que ce soit dans la vie.
       6. Il n'y a pas assez d'argent ! Jamais assez !
       7. Le monde n'est pas juste, tout le monde est triste.
      
       Ainsi, si ces problÕmes ont ÈtÈ rÈsolus sÈparÈment pour chaque individu, l'Áge d'or de l'humanitÈ pourra commence.
       Eh bien, permettez-nous de commencer Þ rÈsoudre les problÕmes l'un aprÕs l'autre mÉme s'ils sont en gÈnÈral Ètroitement liÈes. Ainsi, en premier, la mort. Ce la fait le mÉme effet que lorsque Hamlet a dit : "Le casse-tÉte de la volontÈ..."
       Alors, qu'est-ce que c'est que la mort dont nous avons peur ? Trois choses. Tout d'abord, du changement, parce que la mort est, aprÕs tout, son propre type de changement. On vit et tout Þ coup on est mort. Ce changement peut Ègalement rendre nos Étres chers tristes. DeuxiÕmement, nous craignons le nÈant, la perte de ce petit mot lÈger que l'on nomme avec le concept usÈ : "MOI". Enfin, en troisiÕme lieu, nous craignons les ÈvÈnements qui se dÈveloppent aprÕs la mort, que ce soit complÕtement le nÈant, ou, ce qui est plus inquiÈtant, l'enfer, le paradis, et autres incertitudes.
       Qu'est-ce que la mort ? Est-ce la fin de notre corps qui, Ètant mort, ne peut pas soutenir notre conscience que nous appelons "MOI", qui est dans notre corps et qui nous est cher ? Nombreux sont ceux qui Èchangent leurs corps pour quelque chose de plus attrayant (c'est la raison pour laquelle la chirurgie plastique est devenue si populaire). Cela signifie que ce que nous valorisons c'est notre sens de nous-mÉmes, notre "MOI". C'est la solution du problÕme. Les chercheurs vont apprendre Þ transcrire tout ce qui est dans notre esprit sur des mÈdias spÈciaux d'informations. Chaque soir, nous allons tÈlÈcharger tout cela sur des disques ou les rÈcupÈrer par le biais d'un rÈseau spÈcial du " stockage de l'esprit. " C'est dÈjÞ un peu ce qui est fait maintenant avec certains systÕmes informatiques qui font leur sauvegarde Þ la fin de chaque journÈe. Notre prototype de rÈserve sera crÈÈ en parallÕle par clonage des cellules de notre organisme (si votre sÈrie de chromosomes vous sont si chers) et stockÈs dans un organe spÈcial de mÈmorisation. D'ailleurs, la revue DÈcouvrir a publiÈ rÈcemment que les scientifiques ont appris Þ dÈvelopper de la viande. Oui, le tissu musculaire bovin. Cela signifie que ce sera bientÒt possible de cultiver du steak et ne plus tuer quoi que ce soit pour manger ! Ainsi, si les scientifiques peuvent dÈvelopper le secteur de la viande, ils apprendront Þ nous dÈvelopper nous aussi. Et un corps de rechange, dÈjÞ formÈs et sans douleurs, sera prÈparÈ pour chacun d'entre nous. Existe-t-il des raisons scientifiques rationnelles de croire Þ de telles prÈdictions ? ècoutons le professeur Alexandre Bolonkin de l'Institut de technologie du New Jersey, qui est Ègalement un scientifique important pour la NASA. Dans son livre "Le XXIe siÕcle, le dÈbut de l'immortalitÈ de l'homme !", il Ècrit : "Le dÈveloppement exceptionnellement rapide de la technologie informatique et en particulier des puces, qui permettent Þ des centaines de milliers de bits Èlectroniques d'Étre placÈs sur un seul centimÕtre carrÈ, a donnÈ Þ l'humanitÈ une mÈthode diffÈrente pour rÈsoudre le problÕme de l'immortalitÈ. Cette voie n'est pas fondÈe sur la prÈservation de grandes molÈcules biologiques, mais sur une transition vers des semi-conducteurs artificiels - (silicium, de gallium, etc). Les puces sont stables Þ de grandes variations de tempÈrature, n'ont pas besoin de nourriture et d'oxygÕne et cela pour des milliers d'annÈes. Ce qui est encore plus important, les informations contenues dans celles-ci peuvent facilement Étre rÈÈcrites sur d'autres puces et stockÈes en plusieurs exemplaires.
       Si notre cerveau se composait de puces et non pas de molÈcules biologiques, cela signifierait Ègalement que nous serions immortels. Ensuite, notre corps biologique est un lourd fardeau : il gel, souffre de la chaleur, a besoin de vÉtements et de soins, et peut Étre facilement endommagÈ. Combien ce serait plus pratique d'Étre en acier d'avoir des bras et des jambes d'une force Ènorme, insensibles au froid et Þ la chaleur et qui n'ont pas besoin de nourriture et d'oxygÕne. MÉme s'ils ont ÈclatÈ, il n'y aurait aucun problÕme pour acheter et installer de nouveaux membres, encore meilleurs et plus moderne.
       Il se peut que rien de l'homme actuel ne restera dans une personne est devenue immortelle, Þ strictement parler, dans le sens humain du terme. Mais il aura la chose la plus importante : sa conscience, sa mÈmoire, ses idÈes et ses habitudes, c'est-Þ-dire, tout ce qui est contenu dans son cerveau, ce qui fait vraiment le MOI. L'enveloppe extÈrieure pourrait Étre mise sous une forme humaine plus raffinÈe Þ regarder. Par exemple, un beau et jeune visage, de bonne constitution, Þ la peau douce et satinÈe, etc. De plus, cette vue pourrait changer Þ volontÈ, selon le style, le goØt, et les idÈes individuelles sur les critÕres de la beautÈ. Nous dÈpensons des sommes Ènormes pour la mÈdecine. Si nous devions dÈpenser mÉme un dixiÕme de cette somme sur le dÈveloppement de l'Èlectronique, l'immortalitÈ devrait dÈjÞ arriver dans un proche avenir."
       Bien sØr, vous pensez que l'homme ne pourra pas trahir son corps, son Áme et autres parties de cette faÃon. Mais c'est juste une question de temps. Bien sØr, les gens sont prudents. Mais ils ont peu Þ peu pris l'habitude des nouveautÈs. Ce que, les gens sont habituÈs Þ faire Þ l'heure actuelle semblait tout Þ fait improbable il y a cinquante ans. Par exemple, l'Ètalage de l'intimitÈ entre deux personnes, ou des films violents, des rapports sexuels ambigus, ou sado maso. Il n'y a qu'Þ voir l'exemple du film "Pulp Fiction." Et si l'humanitÈ est devenue capable d'assumer cette duretÈ, elle sera en quelque sorte encore plus capable de surmonter le reste et de commencer Þ modifier son corps, comme des gants, plus encore si le rÈsultat est d'obtenir une telle avancÈe et si agrÈable qu'est la jeunesse Èternelle, la vie et la santÈ.
       Pour Èconomiser sur les tÈlÈviseurs et les ordinateurs, un modem et un tÈlÈphone cellulaire sera installÈ dans le cerveau, par l'intermÈdiaire desquels les personnes seront connectÈes Þ Internet. Ainsi, il suffira de fermer les yeux pour regarder le journal tÈlÈvisÈ. Untel pensait qu'il avait besoin d'appeler la femme, mais elle a dÈjÞ envoyÈ une rÈponse en luis demandant : "HÈ, oÛ vas-tu ?"
       Il n'y aura Ègalement pratiquement nul besoin d'aller quelque part parce que tout deviendra virtuel, comme les rÈunions d'affaires, le travail, le divertissement.... On ferme les yeux et... on est au travail. L'Ènergie sera sauvegardÈe. Il ne sera nul besoin de conduire, restez assis Þ la maison et mÈditez. L'accueil sera Ègalement effectuÈ avec la rÈalitÈ virtuelle. Tout le monde sera en mesure d'imaginer le chÁteau qu'il souhaite. MÉme Þ l'heure actuelle l'ensemble des empires commerciaux n'existe que dans l'imagination et sur des Ècrans d'ordinateurs. Le jour n'est pas loin oÛ la qualitÈ de la rÈalitÈ virtuelle sera nettement meilleure que celle de la rÈalitÈ.
       Qu'en est-il des mauvaises intentions et les inclinations ? Que deviendront les assassins, les maniaques et les hommes politiques ? Comment survivre dans un tel monde sans permettre d'infliger la douleur aux autres ? Le fait est que de tels individus, ce nouveau type de personnes, seront insensibles Þ la torture. Il suffira d'une petite intervention informatique pour tout oublier. Et quand vous serez torturÈ, vous de demanderez pas de pitiÈ, mais avalerez une pastille de cyanure dans le but de passer plus vite Þ demain, dans votre corps de rechange. Tout Þ coup, la volontÈ de tuer disparaÍtra.
       Ainsi, les assassins, les maniaques et les politiciens prÈfÕreront satisfaire leur instinct animal dans un monde virtuel, des jeux virtuels qui leur donneront le sentiment d'Étre plus puissants que dans la rÈalitÈ.
       Soyez conscient que tous les problÕmes moraux, les problÕmes de criminalitÈ, les problÕmes religieux et les problÕmes de la vie ou de la mort chuteront sur le bord du chemin. En gÈnÈral, les questions sans rÈponse telles que celles sur la structure de l'univers rÈel n'auront plus besoin de recevoir de rÈponse. L'univers actuel semblera si incomplet par rapport Þ un univers virtuel qu'il n'y aura pas besoin de le comprendre.
       Le problÕme du manque d'argent dans l'Áge d'or de l'humanitÈ sera Ègalement rÈsolu de lui-mÉme. Parce que cette sociÈtÈ utilisera principalement des services et des produits virtuels, et l'Ènergie nÈcessaire Þ leur production sera trÕs faible. Il y aura Ègalement beaucoup moins de dÈchets. Car il sera pratiquement nulle part oÛ aller, il n'y aura plus de problÕme de transport.
       L'espace devra Étre conquis afin de protÈger la Terre de catastrophes cosmiques et pour prÈparer une base d'urgence pour l'Èvacuation. En principe, tout cela rÈglera Ègalement les problÕmes d''espace.
       La rÈalitÈ virtuelle de l'avenir nous montrera ce qui ne peut pas Étre imaginÈ dans la rÈalitÈ d'un univers beaucoup moins ÈlaborÈ.
       Quoi d'autre ? Vous ne voulez pas travailler ? Et bien ce n'est pas obligatoire. Voire mÉme pas nÈcessaire. Notez que plus l'humanitÈ fait des progrÕs, moins les personnes ont Þ faire un travail manuel fastidieux. BientÒt il ne sera pas utile de travailler pour tous parce que tout sera mis en œuvre par des robots. Je veux dire : faire ce qui sera encore nÈcessaire de faire dans l'avenir, dans ce monde pratiquement totalement virtuel.
       D'oÛ viendra l'Ènergie pour agencer tous ces revirements ? Les chercheurs vont apprendre Þ utiliser l'Ènergie solaire. Chaque jour, la Terre reÃoit du soleil mille fois plus d'Ènergie que celle produite par l'ensemble des centrales Èlectriques dans le monde. Le problÕme est d'apprendre Þ utiliser efficacement juste une petite partie de celle-ci. Il ne saurait Étre prÈtendu que l'utilisation gÈnÈralisÈe de l'Ènergie solaire n'aura pas d'impact sur l'environnement. Mais ils seront incomparablement moindres qu'avec l'utilisation de sources traditionnelles d'Ènergie.
       Ce travail est dÈjÞ fait. La Suisse est devenue le chef de file dans l'utilisation pratique de l'Ènergie solaire oÛ 2600 stations solaires de cellules photovoltaÎques d'une puissance de 1 Þ 1000 kW et des capteurs solaires thermiques pour la rÈception de l'Ènergie ont ÈtÈ construites. Un programme nommÈ solaire-91 et rÈalisÈ sous le slogan "Pour l'indÈpendance ÈnergÈtique de la Suisse !" Þ grandement contribuÈ Þ rÈsoudre les problÕmes Ècologiques et obtenir l'indÈpendance ÈnergÈtique du pays, qui exporte aujourd'hui plus de 70% de son Ènergie.
       Ainsi, ayant l'Ènergie solaire dans notre poche, l'automatisation du travail et l'annulation du reste, car ce n'est plus nÈcessaire (puisque la plupart des produits seront virtuels), l'humanitÈ entrera dans son Áge d'or dans lequel il faudra Èviter de s'ennuyÈ en reprenant certains divertissements de l'enfance, par exemple : l'Ècriture et la philosophie, d'art ou la poÈsie, que nous devrons Étre en mesure de faire pour le reste de l'ÈternitÈ.
      

    Chapitre 8
    Un m
    odel d'Ètat Èlectronique

      
       Ces jours-ci on rencontre souvent des articles et des gadgets qui simplifient grandement la vie. Toutefois, pour des raisons diverses, personne dans le passÈ n'aurait devinÈ qu'ils puissent Étre fabriquÈs de faÃon simple et bon marchÈ. Par exemple, l'emballage et l'ouverture qui ont ÈtÈ inventÈs sans utilisation de haute technologie ou de matÈriaux avancÈs, mais tout simplement par des personnes qui, aprÕs avoir en fait l'invention, ont passÈ en revue les vieux paradigmes et posÈ la question, "Pourquoi pas ?"
       Toutefois, beaucoup de choses restent inadaptÈes et irrationnelles mÉme aujourd'hui. L'Ètroitesse de l'esprit et du conservatisme de la pensÈe humaine est responsable de cette situation. Toutes les procÈdures doivent Étre constamment revues et la question doit Étre posÈe : "Peut-on faire plus simple et moins coØteux, et mÉme, avons-nous besoin de faire de tout ?" Il est Ègalement tout le temps nÈcessaire de vÈrifier si une nouvelle technologie ne pourrait pas simplifier un processus de fabrication ou le remplacer entiÕrement en faisant moins cher et de meilleure qualitÈ ou d'efficacitÈ. Bien que l'industrie et les entreprises puissent en quelque sorte adhÈrer Þ ces principes de renouvellement, c'est fait avec un certain retard car l'ètat qui gÕre la fiscalitÈ, la lÈgislation et les systÕmes de santÈ, l'Èducation et le financement militaire, rÈexamine, quand il le veut bien, les vieux concepts extrÉmement lentement. Cela est dØ au fait que l'ètat en tant que tel n'a gÈnÈralement pas de concurrence sÈrieuse. Si les Èlus essayaient de vivre Þ la hauteur des attentes des Èlecteurs, les appareils institutionnels eux-mÉmes de presque tous les pays ne sembleraient pas Étre dans un Ètat pitoyable, ce pourrait Étre un bon exemple d'inefficacitÈ, l'argent des contribuables serait mieux utilisÈ, et les projeteurs ou les dÈcideurs seraient moins nuisibles Þ la sociÈtÈ. Bien sØr, c'est une sorte de concours de circonstance, on ne peut thÈoriquement Èlire un autre gouvernement ou Èmigrer dans un autre pays. Toutefois, ces questions produisent gÈnÈralement peu de prÈoccupations aux systÕmes de management et on ne peut pratiquement pas aboutir Þ sa rÈforme.
       Le processus de rÈforme du systÕme de gestion de l'ètat, bien entendu, rÈsistera toujours et ses intentions initiales seront dÈformÈes. èvidemment, les gens de la sÈcuritÈ de l'ètats ont pendant longtemps suivi le principe selon lequel il vaut mieux ne rien modifier ou ce pourrait Étre pire.
       Toutefois, Þ l'instar de Platon, je propose de dresser le plan d'un Ètat idÈal en utilisant les technologies modernes et contemporaines, le progrÕs de la science et l'Èthique, et en plus de prÉter attention aux besoins actuels du peuple.
       Par souci de commoditÈ, je vais baser le modÕle d'un Ètat avancÈ sans problÕmes particuliers, par exemple, le Canada, la NorvÕge ou la SuÕde. Parce que j'ai eu le plaisir d'avoir connaissance de ces pays (j'ai eu une maison pendant cinq ans en NorvÕge, situÈe Þ 80 km de la SuÕde, une frontiÕre ouverte, oÛ je n'ai pas une fois vu un garde-frontiÕre, et je vit au Canada Þ l'heure actuelle), et je pense que l'analyse des imperfections de ces gouvernements les plus avancÈs contribuera Þ crÈer une perspicacitÈ du modÕle idÈal d'un ètat moderne beaucoup plus facilement que si je voulais rÈformer d'autres pays moins organisÈs.
       MalgrÈ le fait que le Canada, par exemple, est l'un des pays les plus sØrs au monde, avec un excÈdent budgÈtaire de plusieurs milliards de dollars,* il reste plusieurs problÕmes qui sont typiques pour de nombreux autres pays.
       Permettez-moi de lister de ces problÕmes :
       1. Le systÕme de gestion de l'ètat est lourd et trÕs coØteux avec une Ènorme quantitÈ d'actions parallÕles et la duplication des organes aux niveaux fÈdÈral, provincial et municipal.
       2. Le systÕme fiscal est inefficace. Les impÒts sont ÈlevÈs en raison d'un Ètat gonflÈ et les prestations sociales sont insuffisantes parce que l'ètat Þ une planification inefficace et il consume la diffÈrence.
       3. Les soins de santÈ sont inefficaces. Il n'y a pas assez de mÈdecins, d'infirmiÕres, de fonds et d'Èquipement. Il n'y a pratiquement pas de traitement pour les maladies et le diagnostic prÈcoce. La plupart des fonds sont dÈpensÈs pour le traitement des maladies chroniques et les patients souvent inguÈrissables.
       4. L'enseignement est infÈrieur. Le niveau de connaissance des Ètudiants Þ Ècole est insatisfaisant. L'enseignement supÈrieur est cher et forme les spÈcialistes qui ne sont pas nÈcessaires sur le marchÈ du travail. La moralitÈ laisse Þ dÈsirer. Les Ècoles sont de vrais nichoirs pour le viol, l'abus de la drogue, l'alcoolisme et la promiscuitÈ parmi des mineurs. þ l'Ouest, beaucoup de mineurs ne suivent pas d'Ècole. La formation continue n'est pas exigÈe pour ceux de plus de 18 ans. De 14 ans Þ 18 ans, un adolescent peut se dÈpatouiller tout seul et ne pas aller au lycÈe (l'Èquivalent des classes supÈrieures en Russie). Ceux qui abusent le plus d'alcool et les plus mal lotis ne suivent pas souvent l'Ècole. En outre, ayant dit "dans les Ècoles," je souligne que le viol est effrÈnÈ dans les Ècoles elles-mÉmes, comme c'est le cas pour les adolescents retenus souvent Þ l'Ètude. La plupart des Ètudiants dans la 12Õme classe ont 18 ans. Je souligne que la promiscuitÈ est acceptÈe par des adultes, ceux-ci sont consensuels, mais cela fleurit parmi des adolescents tandis qu'on leur interdit les rapports sexuels. Les adultes ignorent que les adolescents sont sexuellement actifs entre eux tandis qu'un adulte est immÈdiatement jetÈ dans la prison s'il a des relations avec un adolescent. Imaginez RomÈo et Juliette modernes. Il a 14 ans. Elle a 13 ans. Ils sont amoureux. Disons qu'ils aient continuÈ Þ s'aimer jusqu'Þ ce qu'il ait 18 ans. Il est devenu un adulte tandis qu'elle a toujours 17 ans et est encore adolescente. AussitÒt que l'horloge a frappÈ les douze coups de minuit de son basculage dans la vie d'adulte, la police procÕde Þ l'arrestation du malheureux RomÈo au lit de Juliette, oÛ il a passÈ quatre annÈes de bÈatitude, on lui passe les menottes pour avoir des relations avec un mineur et on le condamne Þ 20 ans de prison. Alors, quand Juliette aura 37 ans et RomÈo 38, il sortira de prison et ils pourront finalement se marier. C'est une illustration des morales modernes et des lois.
       5. Une armÈe mal prÈparÈe et chÕre avec peu de capacitÈs militaires.
       6. Une politique d'immigration complÕtement inefficace, suite Þ quoi beaucoup d'immigrÈs clandestins arrivent tandis que la lÈgalisation des immigrants fortement qualifiÈs reste inutilisÈe sur le marchÈ du travail. Ils ne payent pas d'impÒts, n'ont aucune assurance mÈdicale et, donc, sont un problÕme sÈrieux pour l'Ètat. D'autre part, les autres sont souvent au sans emploi et ils rÈcoltent le chÒmage et le bien-Étre.
       7. Un grand segment de la population est insatisfait par la vie, mÕne une vie extrÉmement pauvre et ennuyeuse, il peine vraiment durement ou a des emplois faiblement payÈs et ennuyeux, croule sous les dettes et ne voit aucune porte de sortie.
       8. Un taux de criminalitÈ particuliÕrement ÈlevÈ dans les grandes villes.
       9. Prix ÈlevÈs pour l'ÈlectricitÈ et le carburant.
       10. Embouteillages.
       Les ordinateurs et Internet se dÈveloppent si rapidement que ni la sociÈtÈ ni l'Ètat n'ont encore rÈussi Þ entiÕrement utiliser son nouveau potentiel Þ part quelques changements cosmÈtiques. Les ordinateurs et des sites Internet sont parfois utilisÈs comme des machines Þ Ècrire pour imprimer des informations et des formulaires tandis qu'ils pourraient Étre utilisÈs comme des systÕmes interactifs rÈels pour remplacer les vieilles pratiques de travail, comme des visites d'Ètablissements hors heures ouvrÈes, une meilleure communication sur le lieu de travail ou Þ la maison, la rÈduction du temps de transport et autres dÈpenses, fourniture de systÕmes Èducatifs efficaces Þ la maison ou Þ l'Ècole et l'amÈlioration des premiers diagnostics et le traitement de maladies.
       Un ordinateur peut effectuer en 4,5 minutes le nombre de calculs qu'un homme effectuerait pendant toute sa vie active de 40 ou 45 ans Þ raison de 8 heures par jour. Cependant en de nombreux points, les ordinateurs ne remplacent pas toujours le travail humain, mais ils fournissent seulement une aide prÈcieuse, mais qui dans la pratique ne changent pas l'essence ou la vitesse du processus.
       L'appareil moderne de l'Ètat est peu maniable et inefficace et consomme la plus grande partie du budget basÈ sur les impÒts collectÈs. Ce n'est rien de plus qu'un dÈbours sordide de fonds collectÈs.
       L'Ètat est rÈticent pour faire de la publicitÈ sur combien il dÈpense pour son propre soutien. Des tables officielles cachent comme d'habitude ces dÈpenses sous le titre nÈbuleux de "Autres". Parce que l'Ètat n'a pratiquement aucun concurrent comme dans le monde des affaires, il n'y a aucun mÈcanisme externe efficace qui le forcerait d'examiner les concepts principaux de la vie sociale.
       D'abord, l'Ètat devrait transfÈrer la plupart du travail Þ des sociÈtÈs privÈes avec un contrÒle strict et sur une base de la concurrence. Cela produirait une compÈtition saine, l'efficacitÈ d'augmenterait et rÈduirait les dÈpenses des services et des systÕmes dont l'Ètat est actuellement responsable. Ce processus arrive, mais pas assez vite.
       DeuxiÕmement, les concepts de la vie sociale eux-mÉmes devraient Étre rÈexaminÈs.
       CommenÃons par un examen de la taxation. Quelle partie de son revenu une personne de classe moyenne donne-t-elle en moyenne Þ l'Ètat comme des impÒts, y compris des impÒts immobiliers locaux et des taxes sur la valeur ajoutÈe (TVA) (qui est habituellement simplement ajoutÈ au prix de marchandises et des services et essentiellement payÈ par le consommateur) ? Le total de ces impÒts dans beaucoup de pays dÈpasse les 50 % ; dans certains, 60-70 %. Cela semble incroyable, mais malheureusement, c'est bien vrai. En NorvÕge, la TVA (Merverdiavgift) est seulement de 25 %. En IsraÊl, cet impÒt est Þ 17-18 %. þ l'Ontario, au Canada, il atteint 15 % [la taxe provinciale Þ 8 % ; les marchandises et la taxe de Services (GST), Þ 7 %]. Cette taxe est en plus de tous les autres impÒts mais elle doit Étre payÈe pour presque chaque achat ou service. La question lÈgitime qui surgit est : pourquoi en effet le total des impÒts devrait-il Étre de 60 % et non pas de 80 % ? Ou pourquoi pas 100 % ? Peut-Étre les impÒts pourraient-ils Étre augmentÈs Þ 120 % ; si, si on gagne un dollar, donc on donne ce dollar Þ l'ètat et encore vingt centimes pour le plaisir de la vie dans cet ètat ? Vous diriez que le peuple ne peut pas vivre ainsi. C'est exact. Vous pensez comme l'ètat. C'est-Þ-dire que l'ètat extraira dans l'essence autant d'argent que, Þ son avis, il peut prendre du peuple pour qu'il continue Þ travailler sans se plaindre. Et ensuite l'ètat annoncera courageusement l'accomplissement et le repositionnement d'un certain impÒt de 1 Þ 2 % avec l'espÈrance que chacun applaudira. Et le peuple applaudit puis Èlit les rÈformateurs pour un deuxiÕme mandat.
       Le problÕme c'est que dans beaucoup de pays l'ètat oublie qu'il n'est rien d'autre qu'une institution crÈÈe par ses habitants pour entretenir leurs intÈrÉts. Quant Þ Rousseau, nous lisons : "Chacun de nous met en commun sa personne et toute sa puissance sous la suprÉme direction de la volontÈ gÈnÈrale ; et nous recevons en notre corps chaque membre comme une partie indivisible du tout,' Que pourrions-nous exiger d'autre dans l'Èchange que l'accomplissement de nos vœux et la protection de nos intÈrÉts ? Regardons comment c'est fait en pratique.
       Un membre de la classe moyenne, donnant une grande partie de son revenu aux impÒts, ne peut pas rÈduire ces dÈpenses parce qu'il travaille lÈgalement et les impÒts sont soustraits de sa paie. Beaucoup d'hommes d'affaires ou des entrepreneurs amortissent officiellement une partie de leur revenu pour le dÈveloppement et le maintien de leur affaire, ce qui rÈduit significativement le fardeau fiscal, utilisant ces dÈpenses d'une maniÕre ou d'une autre pour des buts personnels. Par exemple, un dÈjeuner amorti comme une dÈpense d'affaires soulage l'homme d'affaires du besoin d'acheter un autre dÈjeuner sur son propre compte simplement parce qu'il est rassasiÈ. Un manœuvre et un salariÈ ne peuvent pas amortir leur dÈjeuner parce que ce n'est pas lÈgal mÉme s'il discute d'affaires pendant le repas. Ainsi, le fardeau fiscal principal est placÈ sur la classe moyenne qui reÃoit des salaires moyens. Ses impÒts sont trÕs facilement contrÒlÈs et sont d'habitude retenus entiÕrement. Cela aboutit au fait que les membres de la classe moyenne n'ont pas assez d'argent pour vivre. Ils commencent alors Þ Èponger leurs dettes en utilisant des cartes de crÈdit, les lignes de crÈdit, des dÈcouverts et des hypothÕques immobiliÕres. Ainsi, une grosse partie de l'argent laissÈ aprÕs le paiement des impÒts va au paiement de l'intÈrÉt sur les dettes ; pour des cartes de crÈdit le pourcentage est 18-22 %. Pensez-vous que l'appareil Ètatique soit un systÕme crÈÈ pour la commoditÈ et le pouvoir de leurs gestionnaires ? Et les mots cÈlÕbres de Rousseau sonnent de nouveau dans les oreilles : "une personne est nÈe libre, mais elle porte des chaÍnes partout." Oui, c'est le plus crÈdible asservissement total. Le point le plus important consiste en ce que cet esclavage est pratiquement inutile pour chacun. Les gens les plus tristes de l'Ètat sont ceux qui rassemblent le bien-Étre. NÈanmoins ils ne reÃoivent pas assez d'argent pour une vie convenable et vÈgÕtent dans une misÕre noire. Les riches n'en obtiennent pas plus, mais ils vivent un peu mieux. En rÈalitÈ, au lieu de payer son rÈseau d'ouvriers 40 000 $, sur lesquels ses derniers payent des impÒts, l'employeur doit encore payer 100 000 $, dont une grande partie va Þ ces mÉmes impÒts. Une telle situation augmente les dÈpenses de la production, qui augmentent le coØt des produits, qui sont utilisÈs directement ou indirectement par le mÉme ouvrier Þ un prix gonflÈ, utilisant mÉme le crÈdit, pour lequel de hauts pourcentages doivent Étre encore payÈs.
       Les gens exerÃant le pouvoir de l'ètat n'en sortent pas gagnant non plus car ils sont une partie de l'Ènorme appareil et ils alimentation eux-mÉmes le budget. En plus la plupart de ces ouvriers de l'ètat sont mal payÈs et, en tout cas, moins que dans le secteur privÈ. Notez que ces ouvriers payent aussi les mÉmes impÒts et croulent sous les dettes, comme chacun, malgrÈ ce fait qu'ils travaillent pour l'appareil tristement cÈlÕbre de l'ètat. Revoici Rousseau qui dit vraiment trÕs correctement : "Tel se croit maÍtre des autres, qui ne laisse la primautÈ d'Étre plus esclave qu'eux."
       Cela produit un systÕme d'organisation complÕtement stupide, mais pas une conspiration secrÕte contre la classe moyenne, les employeurs, les chÒmeurs et les ouvriers de l'Ètat, qui, Þ propos, composent le peuple.
       En outre, l'Ètat qui a par dÈfinition assumÈ la responsabilitÈ de la sÈcuritÈ sociale a dÈlÈguÈ cette responsabilitÈ Þ l'employeur, forÃant l'employeur lui-mÉme Þ complÈter de hauts salaires, dont une grande partie va aux impÒts, et mÉme, Þ payer sa partie de retenues sociales supplÈmentaires, comme l'assurance chÒmage et la dÈduction pour des fonds de pension.
       La question qui surgit : "OÛ va l'argent que l'Ètat rassemble ?" Par exemple, selon le site officiel du MinistÕre des Finances du Canada (www.fin.gc.ca), 255,000 emplois ont ÈtÈ crÈÈs en 2004.
       Voici ce qui arrive. Le gouvernement aide Þ crÈer des emplois parce que dans une sociÈtÈ moderne chaque personne saine doit travailler. C'est le premier principe qui devrait Étre examinÈ. Dans un ètat moderne et particuliÕrement dans un ètat futur, chaque personne n'est pas obligÈe de travailler. Le fait est qu'avec une telle approche, oÛ le critÕre de l'activitÈ gouvernementale est couronnÈ de succÕs, les crÈations d'emplois les plus importantes ne produisent rien de substantiel. Cependant, la crÈation d'emplois exige d'Ènormes dÈpenses. Il est bien meilleur marchÈ de laisser le peuple simplement assis Þ la maison et de le payer dÈcemment que forcer les gens Þ travailler, en crÈant pour eux Þ un coØt ÈlevÈ, et dans beaucoup de cas, des emplois inutiles. Vous dites que les gens assis Þ la maison s'ennuient. Bien sØr, une personne Ètant debout dans le vent Þ six heures du matin pour construire une longue route qui conduira aux rÈgions nord du Canada, une route que personne n'utilisera jamais, mÉme dans un futur proche, ne s'ennuiera pas trop. Cependant, pour l'ètat, cette personne est au travail. Le fait que cette construction injustifiÈe soit subventionnÈe pour crÈer son travail se perd dans le brouillard de la comprÈhension. L'ètat n'y pense pas parce qu'il n'y aura aucune pÈnalitÈ pour construire une route sur laquelle il dÈpensera deux millions de dollars, mais il y aura des rÈpercussions si le taux de chÒmage est ÈlevÈ.
       ètat prend d'un ingÈnieur honnÉte fabriquant des tÈlÈphones portables qui nous sont utiles 60 % de son revenu pour utiliser cet argent Þ construire une route inutile, crÈant un travail pour le frÕre du cet ingÈnieur qui a tirÈ au flanc une longue pÈriode quand il Ètait jeune et qui n'a pas fini son collÕge. C'est vrai, le frÕre gagne seulement 10 % du salaire d'un ingÈnieur parce que le reste va Þ la crÈation de son travail. Et la construction de la route n'est pas faite par une entreprise bon marchÈ. Au lieu de prendre 10 % de l'ingÈnieur pour le donner directement Þ son frÕre malheureux en le laissant assis Þ la maison, l'ètat prend 60 % et force ce frÕre Þ Étre debout pendant huit heures dans le vent Þ construire une route inutile. þ cause de cela, l'ouvrier du bÁtiment doit Étre guÈri d'une pneumonie qu'il attrapera inÈvitablement grÁce Þ sa position dans ce vent canadien trÕs pÈnÈtrant. Les enfants de ce triste ouvrier doivent aller quelque part, une Ècole est donc construite (bien que l'Internet moderne puisse apprendre beaucoup plus efficacement Þ cet enfant Þ la maison loin des batailles et de la drogue). Ils embauchent des enseignants pour l'Ècole qui doivent aussi Étre payÈs et ainsi de suite et cetera...
       L'ètat ne veut pas admettre le simple fait que tout le monde ne doit pas travailler et se sentir utile dans ce monde moderne et, ce qui est plus important, dans la structure sociale future. Beaucoup de personnes se sentiront beaucoup plus utiles en ne travaillant pas et en restant Þ la maison.
       Que feront les gens en restant Þ la maison ? Laissez-les Ètudier quelque chose sur Internet s'ils veulent Þ l'avenir arriver plus haut et rÈcolter les fruits du travail ou Ètudier l'art, faire de la poÈsie, apprendre aux enfants, aller pÉcher et profiter de la vie en gÈnÈral pour un bien-Étre agrÈable qui devrait Étre en adÈquation avec une vie convenable, si les changements qui seront dÈcrits ci-dessous sont faits.
       Le rejet du principe qui soustraite la crÈation et la rÈduction du chÒmage sont des critÕres d'une gestion couronnÈe de succÕs, l'ètat peut prendre beaucoup moins d'impÒts, Ètablir un processus de production meilleur marchÈ et rÈduire ainsi le coØt de la vie dans le pays.
       Comment la taxation peut-elle Étre faite plus simplement, efficace et acceptable pour tous ? L'ètat doit assumer les opÈrations des systÕmes bancaires et annuler l'argent en papier et mÈtallique. Alors, tous les comptes passeront par l'ètat comme le paiement Èlectronique qui peut Étre faits par tÈlÈphone et Internet, c'est-Þ-dire, par n'importe quels moyens de communication. Une taxe de 5 % sera prÈlevÈe sur toutes les opÈrations. Ainsi, si on reÃoit un salaire de 100 000 $ par an, 5 000 $ seront pris directement quand les fonds seront transfÈrÈs sur le compte. Ensuite, quand l'argent sera dÈpensÈ, 5 autres pourcents seront retenus pour chaque transaction monÈtaire. L'ètat recevra ainsi un total d'environ 10 % de chaque transaction monÈtaire. Il n'y aura plus d'impÒts de manquÈ, aucune possibilitÈ de faire des affaires sous la table et aucun besoin ou possibilitÈ de faire travailler au noir des immigrÈs clandestins. Personne ne refusera de payer un impÒt de cette taille. Cela laissera aussi un goØt amer dans la bouche des trafiquants de drogue qui auront des difficultÈs pour rÈgler aprÕs que la monnaie eut ÈtÈ enlevÈe de la circulation. Et il y aura moins de droguÈs comme vous le verrez dans le scÈnario suivant.
       Maintenant, ayant achevÈ une telle rÈforme, l'ètat lui-mÉme accordera les crÈdits. Ainsi, l'accord d'un crÈdit remplira aussi les coffres de l'ètat mÉme si le pourcentage ponctionnÈ pour le crÈdit sera ÈnormÈment rÈduit.
       Des achats cumulant plus de 2.2 trillions de dollars ont ÈtÈ rÈalisÈs aux ètats-Unis en 2003, en utilisant les crÈdits et les cartes de paiement ! C'est la preuve que l'infrastructure pour convertir la monnaie en fonds Èlectroniques est dÈjÞ entiÕrement en place.
       Ayant pris le contrÒle de l'infrastructure financiÕre, l'ètat s'assurera d'un budget adÈquat d'exploitation si les rÈformes suivantes sont faites.
       Ayant rejetÈ la crÈation d'emplois et reformÈ le systÕme de taxation, l'ayant combinÈ avec le secteur bancaire et les systÕmes de crÈdit, l'ètat sera tout Þ fait capable de rÈduire les dÈpenses qui sont actuellement connectÈes avec la collecte des impÒts. Pour cela, il n'est pas absolument nÈcessaire d'exproprier le systÕme bancaire. L'ètat peut acheter les lots de rÈserve pour toutes les banques principales pendant, disons 25 ans, et reformer ensuite le systÕme bancaire, en fusionnant uniformÈment avec le systÕme de taxation.
       Vous pouvez imaginer que les fonds ne peuvent pas Étre suffisants pour effectuer les fonctions habituelles de l'ètat comme le maintien de la santÈ, la protection, l'enseignement et des services sociaux. èvidemment, chacune de ces fonctions doit Étre examinÈe.
       Le systÕme de santÈ est aujourd'hui extrÉmement inefficace. La plupart des gÈnÈralistes exÈcutent des procÈdures de routine pendant les visites pour lesquelles mÉme la connaissance d'un aide mÈdical n'est parfois pas nÈcessaire. Des centres de diagnostiques mobiles doivent Étre Ètablis dans la plupart des pharmacies qui pourraient analyser les plaintes des patients, la mesure de la tension et du pouls, les prÈlÕvements sanguins et les analyses d'urine (BientÒt l'analyse de la salive pourra partiellement ou complÕtement remplacer l'analyse de sang. Cela rÈsoudra le problÕme du prÈlÕvement de sang parce que la salive est plutÒt facile Þ donner), prendre et analyser des Èlectrocardiogrammes et prescrire le traitement standard qui sera distribuÈ Þ mÉme la pharmacie. C'est seulement si les limites des maladies ordinaires sont dÈpassÈes et nÈcessitent un traitement en consultation externe, cela se fera au centre de diagnostic oÛ le patient sera envoyÈ vers un spÈcialiste ou Þ l'hÒpital. Imaginez l'efficacitÈ et les Èconomies d'une telle approche. Dans l'avenir, les scanners exÈcutant le tranchage entier de l'organisme du patient seront ajoutÈs aux centres de diagnostics. Avec une telle approche, beaucoup de maladies dans leurs premiÕres Ètapes peuvent Étre diagnostiquÈes de faÃon opportune. Des sommes significatives peuvent Étre ÈconomisÈes en Èvitant les maladies chroniques. La demande de personnels chers et de mÈdecins hautement qualifiÈs, qui, par exemple, au Canada, sont constamment Þ court, sera aussi diminuÈe.
       Le systÕme de l'enseignement est aussi extrÉmement cher pour l'ètat et inefficace. Si la majoritÈ des Ècoles est fermÈe et si on donne des Ètudes efficaces aux enfants Þ la maison par Internet, beaucoup de problÕmes de crime, de drogue, etc sera rÈsolu pour les jeunes gens. De tels systÕmes Èducatifs avec des programmes vidÈo interactifs par Internet seront beaucoup plus efficaces que des salles de classe surchargÈes modernes avec des enseignants insuffisamment formÈs (dans les Ècoles canadiennes, c'est un enseignant pour pratiquement tous les sujets jusqu'Þ la huitiÕme classe). Le systÕme sera aussi efficace et convenable pour tous les enfants et leur accomplissement Èducatif satisfera aux exigences gÈnÈrales de l'ètat.
       Il en est de mÉme pour le systÕme de l'enseignement supÈrieur, qui a dÈjÞ avec succÕs ÈtÈ converti Þ l'Internet.
       Une partie significative du budget de l'ètat de beaucoup de pays est dÈpensÈe sur les forces armÈes. Les forces armÈes d'ètats comme le Canada et la NorvÕge sont petites et souvent inactives pendant des dÈcennies, Þ l'exception de la participation dans les missions de contingents militaires de pacification. Cependant, les forces armÈes peuvent produire des bÈnÈfices financiers en les employant Þ des opÈrations diverses comme la sÈcuritÈ pour d'autres pays.
       La politique d'immigration doit aussi Étre reformÈe. Les pays DÈveloppÈs sont Þ prÈsent inondÈs par les immigrÈs clandestins qui ne payent pas d'impÒts et prennent des emplois tandis que l'Ètat dÈsespÈrÈ essaye de crÈer des emplois supplÈmentaires, dÈpensant des impÒts rÈcoltÈs aux autres membres de la sociÈtÈ. D'autre part, la politique de l'immigration qui choisit des immigrants lÈgaux fortement qualifiÈ, Þ la surprise du gouvernement, trouvent rarement du travail dans leur spÈcialitÈ et le plus souvent rivalisent de nouveau pour des emplois Þ bas salaire puis deviennent un lourd fardeau sur le systÕme de la sÈcuritÈ sociale. þ mon avis, ce n'est pas un systÕme trÕs sage.
       On devrait donner le droit d'immigrer dans les pays dÈveloppÈs Þ ceux qui peuvent garantir leur sÈcuritÈ financiÕre pendant 5-10 ans. C'est-Þ-dire en utilisant une banque d'immigration Ètatique dans laquelle des comptes d'Èpargne seraient ouverts pour tous les Ètrangers qui le dÈsireraient. En accumulant une certaine somme qu'il devra pour sa rÈsidence, cela soutiendra le propriÈtaire du compte aux termes dÈfinis, et il pourra dÈposer une demande de citoyennetÈ avant que le terme expire. Jusqu'Þ ce que l'individu n'entre dans le pays, il peut rassembler tous ses fonds de son compte, mais aussitÒt qu'il achÕve l'immigration, il commence Þ recevoir l'aide mensuelle payÈe de son argent propre et n'a aucun droit de reprendre tout immÈdiatement. Si l'individu souhaite quitter le pays et dÈcide de by-passer la rÈsidence, il pourra reprendre les fonds restants sur son compte.
       Un tel systÕme rendra l'immigration possible pour ceux qui le souhaitent et peuvent faire les dÈpÒts qui prÈvoient la vie du nouvel immigrant pendant les 5-10 premiÕres annÈes.
       þ propos, la citoyennetÈ et le droit de voter ne doivent pas Étre liÈs Þ l'Èmission d'un passeport. Un passeport est un document qui permet le libre passage des frontiÕres. On peut le donner immÈdiatement aux immigrants en attente de rÈsidence tandis que l'on ne peut donner la citoyennetÈ qui accorde le droit de voter qu'aprÕs 5-10 ans et en passant un examen sur la connaissance des lois de la Terre, comme c'est fait Þ prÈsent.
       Ainsi, laissez-moi dÈcrire la vie d'une famille simple dans un Ètat moderne puis le comparer avec celui de la mÉme famille dans un Ètat Èlectronique de l'avenir.
       Dans un Ètat moderne, le pÕre d'une famille va travailler le matin pour construire une route pour un des emplois subventionnÈs par l'Ètat. Sa femme est debout pendant huit heures comme caissiÕre dans un supermarchÈ. Les deux font un trajet 25 kilomÕtres pour travailler avec deux voitures diffÈrentes, dÈpensant une heure et demi chacun dans des embouteillages, brØlant une grande quantitÈ de carburant, ajoutant une quantitÈ significative de dioxyde de carbone dans notre atmosphÕre dÈjÞ limite. Leur enfant va dans une Ècole locale dÈplorable, oÛ pendant la journÈe entiÕre il n'apprend pratiquement rien et fume de la marijuana pendant des rÈcrÈations. L'enfant dialogue avec ses parents pendant seulement quarante minutes par semaine tandis qu'il passe 25 heures par semaine avec ses copains Þ consommer de la drogue et 25 autres heures Þ regarder la tÈlÈvision, des programmes au contenu violent et sexuel ou joue des jeux Èlectroniques jusqu'Þ devenir engourdi.
       Les activitÈs du pÕre consistent Þ travailler en plein vent sur un feu rouge, c'est-Þ-dire, Þ rÈguler le trafic alors qu'il pourrait facilement Étre remplacÈ par une machine (si la construction de cette route est vraiment nÈcessaire pour autre chose que la crÈation d'emplois et les dÈpenses du budget).
       Le travail de la mÕre consiste Þ prendre les marchandises des mains des clients et passer le code barres sur le verre couvrant le laser lisant tandis que la caisse enregistreuse elle-mÉme calcule combien de client doit payer. Elle indique la somme que le client voit sur l'Ècran. Alors elle presse un bouton pour que le client puisse payer avec une carte d'achat. Le plus souvent les gens payent avec des cartes. Elle doit rarement compter l'argent. Le caissier salue aussi les clients et demande comment ils vont environ 160-200 fois par jour. Quel genre du perroquet pourrait supporter cela ? èvidemment, un tel ouvrier pourrait facilement Étre remplacÈ par un ordinateur avec lequel le client ferait ses achats et appuierait lui-mÉme sur le bouton pour payer par la carte. Dans un Ètat de l'avenir, nous avons seulement de l'argent Èlectronique. Donc, il n'y a pas de besoin de gÈrer les factures et les piÕces de monnaie. þ propos, cela rÈsoudrait aussi les problÕmes de fausse monnaie.
       En soirÈe, le pÕre et la mÕre passent une autre heure et demie pour rentrer Þ la maison, rentrant seulement vers 19 ou 20 heures. Ils ingurgitent le dÍner prÈparÈ Þ la hÁte et regardent la tÈlÈvision qui prÈsente principalement des publicitÈs pour des marchandises qu'ils ne peuvent pas se payer. Leur enfant les rejoint un moment puis ils vont se coucher et rÈpÕtent tout de nouveau le lendemain.
       La majeure partie de leur maigre salaire va entretenir les deux voitures, y compris l'assurance qui est chÕre parce que les accidents sont frÈquents en villes, et payer le carburant et les rÈparations. Le reste va payer le logement, un petit appartement pitoyable de deux piÕces qui est absurdement cher dans cette grande ville, et r des repas malsains prÈparÈs sur le pouce ou le paiement leurs dettes sur les cartes de crÈdit. Il doit Étre dit que le budget est nÈanmoins dÈpensÈ trop vite et la famille s'engouffre profondÈment dans le surendettement. Ils n'ont aucune Èconomie Þ part un modeste programme de retraite et des dettes, des dettes, des dettes... C'est la rÈminiscence d'un film d'Èpouvante, une anti-utopie horrible. Eh oui, c'est la vie rÈelle menÈe par des millions d'habitants ordinaires de pays dÈveloppÈs. De temps en temps un parent ou un autre prend l'aide du chÒmage, travaillant illicitement pendant ce temps, essayant d'une faÃon ou d'une autre d'Èquilibrer le budget familial. L'enfant se dÈveloppe en stupide imbÈcile puis peuple l'armÈe de caissiers et de flics ou de trafic en tout genre s'il ne se termine pas en prison. Aux ètats-Unis, 0.5 % de la population sont en prison. C'est le pays avec le plus haut pourcentage de la population en prison.
       Remarquez que c'est une famille normale oÛ les parents ne sont pas consommateurs de mÈdicaments ou alcooliques, bien que l'alcool ou des mÈdicaments puissent Étre un rÈsultat plutÒt logique d'une telle vie...
       Allons maintenant imaginer la vie de cette mÉme famille dans un nouveau type d'Ètat Èlectronique.
       Les deux parents ne travaillent pas, recevant leur paie Ègale Þ leur bien-Étre souhaitÈ. L'argent pour leur subsistance n'a aucune attache parce que personne ne construit de route inutile et on a installÈ des ordinateurs bon marchÈ dans les magasins qui permettent aux clients de faire leurs achats eux-mÉmes (de tels magasins existent dÈjÞ).
       Cela offre plus de bien-Étre Þ la famille qui consent Þ se dÈplacer loin de la ville oÛ ils vivent dans leur propre maison de campagne. Le paiement pour un prÉt hypothÈcaire de l'Ètat s'avÕre Étre meilleur marchÈ que le loyer pour un appartement de deux piÕces en ville. La famille a une seule voiture qu'ils n'utilisent pas chaque jour. Le pÕre Ètudie sur Internet pour devenir ingÈnieur parce qu'il veut gagner plus et avoir une maison plus grande et un bateau. En outre, il a toujours une grande capacitÈ pour les mathÈmatiques et la technologie. L'Ètat gÕre le programme d'enseignement qui ne coØte pratiquement rien Þ l'Ètudiant. L'Ètat trouve aussi son compte car pratiquement aucune dÈpense supplÈmentaire n'est exigÈe aprÕs que le programme soit crÈÈ. En achevant son enseignement, le pÕre ne quittera pas la maison parce que son travail comme ingÈnieur sera fait complÕtement sur Internet.
       La femme Ètudie les langues, l'histoire et la conception informatique de l'Art. Une condition pour son bien-Étre consiste en ce qu'elle soit occupÈe avec des parcours intellectuels, choisissant plusieurs types possibles d'activitÈs.
       Ils cuisinent une alimentation saine et n'utilisent pas de produits alimentaires prÈparÈs. L'enfant est constamment sous la garde des parents et Ètudie avec succÕs sur Internet. Le systÕme suit son progrÕs Þ la trace. Pendant son temps libre, il joue dans la rue avec les enfants voisins qui Ètudient aussi Þ la maison.
       Quand l'enfant a la grippe, la famille va Þ la pharmacie oÛ le sang de l'enfant et l'urine sont analysÈs ou d'autres analyses sont faites si besoin dans un centre de diagnostic automatisÈ. Le traitement est prescrit selon les symptÒmes, aprÕs quel l'enfant va rapidement guÈrir.
       L'annÈe derniÕre pendant un examen total et automatisÈ le cancer du sein a ÈtÈ diagnostiquÈ pour la mÕre. AprÕs une rapide visite dans hÒpital et une opÈration mineure, la mÕre s'est rapidement remise et est maintenant complÕtement saine.
       La population des villes a diminuÈ. Beaucoup de citoyens se sont dÈplacÈs dans le pays qui a soutenu le dÈveloppement Èconomique des rÈgions restantes et a supprimÈ le stress des villes.
       Aimez-vous cette conception d'un Ètat Èlectronique ? Je pense que oui. Le fait est que la sociÈtÈ dans les siÕcles passÈs Ètait basÈe sur les clans familiaux forts, des fermiers qui se soutenaient trÕs fort. Ce n'est pas en vain que Rousseau a appelÈ la famille " La plus ancienne de toutes les sociÈtÈs et la seule naturelle est celle de la famille," la plus antique et la plus naturelle de toutes les sociÈtÈs connues. L'industrialisation a sÈduit un nombre Ènorme de gens dans des villes, dÈtruisant de grandes familles parce qu'une large main-d'œuvre Ètait nÈcessaire. La post-industrialisation a continuÈ Þ dÈtruire la famille parce que la femme travaillait Þ Houston et le mari Þ San Francisco. La sociÈtÈ a commencÈ indirectement Þ favoriser les familles de parents isolÈs et les divorces. Les consÈquences de la destruction des familles sont Èvidentes. Maintenant les fonctions naturelles normales de la famille sont l'enseignement, l'Èducation des enfants, la prÈparation des repas et le divertissement. Tout est externalisÈ vers des industries diverses et l'Ètat, tandis que sa fonction est d'assurer le bien-Étre et la protection sociale des citoyens, et repose sur les Èpaules des ouvriers et la classe moyenne.
       La famille doit Étre rÈtablie comme le cœur de la sociÈtÈ dans l'Ètat Èlectronique. Ayant appris Þ utiliser des ordinateurs au lieu des gens, l'Ètat peut envoyer la plupart de la main-d'œuvre Þ la maison, soutenir la famille, lui donnant une subsistance adÈquate et une vie convenable. Le principe pÈrimÈ que tous les gens dans l'Ètat, s'ils sont sains, doivent travailler, doit juste Étre rejetÈ. La course pour les emplois qui ne sont pas nÈcessaires Þ la sociÈtÈ doit stopper et ceux qui travaillent Þ ces emplois doivent arrÉter.
       Vous imaginez que si chacun reÃoit de l'argent si simplement, personne ne voudra travailler. Ce n'est pas tout Þ fait vrai. Nous parlons d'un bien-Étre minimal. Ceux qui veulent plus s'efforceront de gagner plus et ils auront plus, comme auparavant. Cependant, ce sera plus facile pour eux de le faire parce qu'ils ne seront pas surchargÈs par de lourds impÒts comme aujourd'hui.
       Il faut reconnaitre que la sociÈtÈ moderne avec ses systÕmes Èlectroniques en juste proportion rÈorganisÈs peut se permettre de soutenir un style de vie convenable pour la plupart de ses citoyens sans les employer dans un travail improductif et ennuyeux. Le point principal consiste en ce qu'en travaillant ils ont beaucoup plus de valeur dans cette sociÈtÈ en ne travaillant pas. Aussi paradoxal que cela puisse paraitre, si les gens s'occuperaient uniquement de leur vie familiale, n'imposant pas Þ la sociÈtÈ le fardeau d'instruire leurs enfants et sans organiser une alimentation de masse malsaine, le besoin de taxation des dÈpenses sur les services les plus chers d'aujourd'hui, comme l'enseignement et les services mÈdicaux, serait rÈduit pratiquement au minimum en utilisant les systÕmes Èlectroniques.
       Vous dites que c'est peu rÈaliste ? Pour conclure, dans ce cas je voudrais partager mon expÈrience propre. Il y a quatre ans ma sociÈtÈ, que j'ai gÈrÈe pendant 10 ans dÈjÞ, a commencÈ Þ fournir des programmes Èducatifs qui prÈparent des diplÒmÈs universitaires pour des spÈcialitÈs rÈelles dans l'industrie pharmaceutique et les Ètudes cliniques. Tout a commencÈ par de petites classes Þ Toronto. Cependant, nous avons effectuÈ l'enseignement entiÕrement sur l'Internet. Maintenant plus de mille personnes par an dans le monde entier Ètudient par ces cours. La majeure partie de l'enseignement est automatisÈ bien que deux instructeurs expÈrimentÈs puissent rÈpondre, assez rarement aux questions posÈes par les Ètudiants. Le coØt du systÕme Ètait minime, le temps passÈ pour la gestion rÈduit Þ sa plus simple expression et l'enseignement terriblement efficace de sorte que l'affaire s'est emballÈ significativement d'elle-mÉme.
       Je ne pouvais pas me forcer d'attendre une fin malheureuse. Avec la prospÈritÈ de l'affaire, le bureau principal, que j'ai fondÈ dans la ville pas loin de l'endroit oÛ je vis, s'est Èclairci. D'abord les instructeurs sont allÈs travailler Þ la maison et l'administration Þ suivi. Maintenant un instructeur travaille chez lui Þ Toronto ; un autre, Þ Calgary ; l'administrateur, au Texas. Le bureau est presque vide ; seules deux personnes y travaillent. Bien sØr, les bureaux de Toronto fonctionnent activement. Cependant, leur existence est plus d'un hommage au conservatisme des ouvriers et des clients qu'une nÈcessitÈ. PrÈcÈdemment un tel modÕle Èconomique Ètait impossible. Nous n'Ètions pas capables d'apprendre commodÈment Þ un simple Ètudiant de Singapour Þ tout moment avec pratiquement aucune dÈpense.
       Je voudrais conclure mon histoire de l'Ètat Èlectronique avec cet exemple. Je pense que la sociÈtÈ viendra d'une faÃon ou d'une autre aux mÉmes conclusions que j'ai eues parce qu'elles deviendront de plus en plus Èvidentes. Les rÈformes nÈcessaires seront faites pour que l'accomplissement le plus grand de l'humanitÈ, puisse Étre entiÕrement fait par les ordinateurs, parce que nous commenÃons seulement Þ reconnaÍtre leur vrai potentiel.
      

    Chapitre 9
    La Formule pour l'ImmortalitÈ

      
       Bien sØr, nous sommes tous des individus singuliers que la mort anÈantit aussi sØrement et irrÈversiblement qu'une gomme Þ effacer. Mais... Et si nous utilisions un peu de logique froide ? Car si une grande partie de notre environnement est une illusion (insisteriez-vous pour que les films Þ l'Ècran soient rÈels ou que le soleil s'immerge directement dans la mer comme nos yeux fatiguÈs nous en tÈmoignent ?), pourquoi ne pas crÈer alors l'illusion que la vie Èternelle ou au moins un ami qui nous est proche puisse continuer Þ nous entretenir prÈsentement et indÈpendamment de s'il est vraiment vivant ou pas ?
       Des communications modernes permettent de nous entretenir avec des parents et des amis sur Internet, et mÉme de voir leur image vivante et Èchanger des pensÈes audibles avec eux.
       Pendant des annÈes nous ne pouvions pas voir les gens dans le sens physique-visuel bien que nous sentions leur prÈsence autant que s'ils Ètaient dans la mÉme piÕce que nous.
       La seule chose que nous devons faire c'est dÈvelopper un programme qui enregistrerait tous les dÈtails des gestes et rÈactions Þ des mots lors d'un entretien rÈel. AprÕs que plusieurs centaines de conversations, une base de donnÈes entiÕre de rÈactions audiovisuelles possibles sera crÈÈes. Alors, il suffira d'apprendre au programme Þ rÈagir Þ nos mots et Þ peupler son vocabulaire d'une gestuelle personnelle, actualisÈe et adaptÈe Þ chaque situation.
       C'est tout. Vous obtiendrez ainsi un compagnon idÈal. Il Ècoutera toutes vos nouvelles, rÈagira Þ toutes vos plaisanteries, discutera avec vous des derniÕres nouvelles mondiales et aura son propre avis que l'ordinateur composera Þ partir des modÕles de pensÈe prÈcÈdents d'ÈvÈnements antÈrieurs. Le programme se rappellera ce que vous avez dÈjÞ dit et entrecoupera pÈriodiquement et alÈatoirement avec de vieilles histoires qui ont rempli d'autres conversations, comme si vous discutiez avec une vraie personne.
       Vous pensez que cela ne marchera pas ? Mais si ! Bien sØr, les premiÕres versions du programme baragouineront parfois et ne seront pas assez naturelles (particuliÕrement si vous assignez cette tÁche Þ Microsoft, qui se dÈpÉchera de sortir un produit non fini sur le marchÈ, mÉme Þ une grande Èchelle et comme d'habitude, directement ou indirectement, libre et gratuit). Alors les programmes deviendront si modernes que les gens commenceront Þ prÈfÈrer les utiliser mÉme si l'original est vivant.
       Vous dites que c'est cynique ? Oui, bien sØr, mais c'est moins cynique que dÈsirer ardemment qu'une personne aimÈe reste Þ ses cÒtÈs toute sa vie, coulant une riviÕre de larmes Þ sa mort, au lieu de se pelotonner contre l'ordinateur et rire Þ gorge dÈployÈe avec lui, Èchangeant de nouvelles plaisanteries ou discutant comment les enfants ont grandi.
       Vous dites que c'est injuste envers le dÈcÈdÈ ? Qu'il ne voudrait pas vraiment que vous passiez des heures avec son image vidÈo et des rÈactions fictives que lui-mÉme n'aurait pas eues ?
       Comment ce programme est-il appelÈ ? "Antimort". Ou, si vous voulez le nommer avec plus de classe, "VieEternelle".
       Vous pouvez aussi vous entretenir cette activitÈ avec des gens vivants. Par exemple, avec un frÕre qui n'a aucun moment pour Ècouter votre poÈsie ou qui s'ennuie de votre prose... DÈmarrez le programme et faites-le travailler autant que vous voulez, vous obtiendrez de lui seulement un demi-sourire satisfait, un Èclat de rire de temps en temps et, parfois un concert de louanges pour votre travail. Le programme ne bÁillera pas, ne s'endormira pas et, plus important encore, ne se mettra pas en colÕre s'il doit aller quelque part et que vous avez dÈjÞ pris plus d'une heure de son temps avec vos compositions... Pendant ce temps votre frÕre rÈel vivra sa vie privÈe propre et, en outre, vous donnera mÉme un tel programme comme cadeau pour que vous puissiez le laisser en dehors des vos glossolalies littÈraires. Et vous donnerez un programme Þ votre frÕre vous dÈpeignant attentivement et riant pensivement pour les longues histoires de ses affaires, comme : "...Il est venu, il est parti, ou je l'ai fait pour eux... et ils l'ont fait pour moi..." et toujours : "Ils ne paient pas assez..."
       Vous dites que ce programme sera un mannequin insensible ? Cela dÈpend si vous en avez le contrÒle. Il sera certainement tendre et doux. Par exemple, vous voulez lui faire une scÕne en simulant une relation avec votre ex-mari. Il finira par Étre un peu fatiguÈ de cette situation et mettra une certaine distance entre vous et lui, pas nÈcessairement en quittant le monde des vivants, mais au moins en disant : " ConsidÈrez-moi comme mort pour vous, trÕs chers. "
       Vous pouvez installer et dÈmarrer le programme chaque jour, autant que vous le souhaitez, rÈgler la relation avec votre ex-conjoint et modifier votre comportement de faÃon Þ ce que finalement il se donne Þ vous ! (Ce qui est improbable dans la vraie vie parce qu'il aura effectivement divorcÈ...)
       Aimez-vous mes suggestions ? Bien. Permettez-moi de penser Þ autre chose bien que cette question ne peut Étre laissÈe telle quelle ! La mort est une catastrophe. La sociÈtÈ moderne, aprÕs avoir trouvÈ un remplaÃant pour chaque chose naturelle, devrait voir Þ ce que la fin de la vie ne soit pas si dÈsagrÈable au dÈpart et son cortÕge funÕbre.
      

    Chapitre 10
    Le problÕme avec l'immortalitÈ

      
       La prise de conscience de sa propre existence n'est pas une question simple. En outre, il est difficile d'Étre conscient de sa propre inexistence. L'immortalitÈ c'est l'idÈe du droit Èvident Þ la vie, que tout vivant est mortel, mais que cela peut, dans certains cas, Étre violÈ dans le sens physique et direct du terme. L'immortalitÈ est souvent considÈrÈe comme une dissociation de la mort par l'incapacitÈ d'Étre conscient de cela car quand vous Étes mort, la mort n'a pas de sens pour vous. èvidemment, par dÈfinition, vous ne pouvez pas sentir et Étre conscients de la mort ou bien cela voudrait dire que vous Étes en vie. Les deux en mÉme temps sont impossibles.
       La question de savoir si l'immortalitÈ est possible ou non n'a pas de sens s'il est communÈment acceptÈ que la comprÈhension du temps soit rejetÈe. Si le temps en tant que tel n'existe pas et est seulement un segment de notre comprÈhension de la rÈalitÈ, alors le stress Èmotionnel liÈ Þ notre finitude est tout aussi dÈnuÈ de sens que notre limitation spatiale.
       Dans le cadre du temps, au moins ce qui est perÃu par notre conscience, l'immortalitÈ ou mÉme une expansion significative de l'existence cognitif d'un individu est en dÈfinitive un rÈsultat pratiquement inÈvitable de l'avenir du progrÕs technologique. En outre, la demande est encore largement supÈrieure Þ l'offre. Cela motive certainement ceux qui cherchent l'Èlixir d'immortalitÈ.
       La plupart des anciennes nations dÈtenaient un concept d'immortalitÈ. Les Grecs et les Juifs concevaient l'immortalitÈ Þ une existence spirituelle dans le royaume des ombres (Gades pour les Grecs ; ShÈol pour les Juifs). En Inde et en ègypte, l'Ètude du voyage de l'Áme Ètait la plus frÈquente. Selon HÈrodote : "...les ègyptiens furent les premiers Þ entamer une rÈflexion sur l'immortalitÈ de l'Áme humaine. Lorsque le corps meurt, l'Áme se transforme en un autre Étre qui naÍt Þ ce moment-lÞ." Plus tard, l'Ètude de l'immortalitÈ dans le judaÎsme fut liÈe Þ l'Ètude de la rÈsurrection des morts et Þ la montÈe de la tombe. Cela Þ ÈtÈ transfÈrÈ sous cette forme au christianisme et Þ l'islam. Un manque de corps mÈtaphysique ou l'existence de l'Áme (immoralisme ÈsotÈrique) sont inclus dans certains systÕmes philosophiques.
       L'approche matÈrialiste nie l'existence de l'Áme. Par consÈquent, la question sur la possibilitÈ de l'immortalitÈ n'a pas de sens dans ce cadre. Toutefois, mÉme les Ètudes d'un matÈrialiste lÈnifiant doit inclure des concepts de la poursuite de notre existence physique dans de nouvelles formes matÈrielles.
       L'approche matÈrialiste nie l'existence de l'Áme. Par consÈquent, la question sur la possibilitÈ de tels l'immortalitÈ n'a pas de sens dans ce cadre. Toutefois, mÉme les Ètudes de matÈrialistes rassurant doit inclure les concepts de la poursuite de notre existence physique dans les nouvelles formes matÈrielles.
       Le concept de l'immortalitÈ comme une Ètude systÈmatique a ÈtÈ crÈÈ et dÈveloppÈ par Platon ("Fedon, ou l'immortalitÈ de l'Áme"). Kant a estimÈ qu'il Ètait impossible de rechercher toute preuve thÈorique de l'immortalitÈ de l'Áme en se fondant sur la foi des postulats de raisonnements pratiques.
       La philosophie attachÈe Þ la religion a toujours proposÈ plusieurs solutions pour ceux dÈsir d'immortalitÈ. Le rÈsultat le plus simple est l'immortalitÈ de l'Áme. L'Áme humaine vit Èternellement. Son existence est indÈpendante du corps. Le problÕme avec cette approche est que la preuve de l'existence de l'Áme est plus basÈe sur la foi rationnelle que sur des faits scientifiques. Ce n'est pas par hasard qu'aucun progrÕs tangible dans ce sens n'a ÈtÈ fait depuis les temps primitifs. Cette preuve peut Étre ÈtouffÈe par un contingent d'Èminents scientifiques. Toutefois, si les croyances en la prÈsence d'une Áme et son existence aprÕs la mort n'ont pas de base, pourquoi existe-t-il tant de faits indiquant que le problÕme n'est pas si simple ?
       Des observations mÈdicales bien connues fournissent des informations dÈcrivant l'homme proche de la mort (NDE). Habituellement les patients connaissent de trÕs graves traumatismes rÈsultant d'accidents, de l'apparition brutale de diverses maladies, ou simplement du fait d'Étre sur la table d'opÈration. Ils sont clairement au courant du processus de sÈparation de leur conscience de leur corps. Par exemple, les gens du dÈblayage de la table d'opÈration Þ la suite d'une attaque cardiaque confirment plus tard qu'ils ont vu des corps s'Èlever au-dessus de l'emplacement de l'opÈration alors que, selon la mÈdecine et la comprÈhension moderne, les patients Ètaient Þ ce moment-lÞ dans un Ètat de complÕte inconscience.
       Bien que ces ÈvÈnements soulÕvent des doutes, des recherches sÈrieuses dans ce domaine ont nÈanmoins ÈtÈ entreprises par certains scientifiques respectÈs. Parmi ceux-ci, le docteur Michael Sabom, un cardiologue et professeur Þ Emory University Medical School Þ Atlanta, GÈorgie, ètats-Unis. Au dÈbut, exprimant du scepticisme Þ propos des cas signalÈs de NDE, il a complÕtement changÈ d'avis aprÕs avoir procÈdÈ Þ une recherche plus approfondie. Dans son livre "Souvenirs de la mort : un examen mÈdical," Sabom donne de nombreux exemples documentÈs de confirmation dÈcrivant les NDE des patients. Par exemple, un homme liÈ a dit : "je marchais dans le parc de stationnement pour entrer dans ma voiture... je suis passÈ. Je ne me souviens pas d'avoir touchÈ le sol. La chose suivante que je me rappelle : j'Ètais au-dessus des wagons, flottant. J'ai eu une sensation rÈellement drÒle, une sensation de flottement. J'Ètais Þ la recherche sur mon propre corps, avec quatre ou cinq hommes qui avanÃaient vers moi. Je pouvais entendre et de comprendre ce que ces hommes disaient..."
       Toutefois, dans le livre du Prof Sabom le thÕme principal est une description dÈtaillÈe des rÈsultats de la recherche des patients survivants de crises cardiaques. Sabom les subdivise en deux groupes. Le premier groupe, composÈ de 25 personnes, pourrait ne rien dire de dÈfinitif au sujet de leur NDE au moment de la crise cardiaque. Le deuxiÕme groupe se composait de 32 personnes. Six des patients ont donnÈ des rÈponses qui correspondent complÕtement avec des actes mÈdicaux effectuÈs pendant les opÈrations malgrÈ le fait que ces personnes Ètaient inconscientes. Des rÈsultats de recherches similaires confirment le point de vue que ces patients qui voient leur corps et la situation autour d'eux, de leur position en dehors de leur propre corps. Ainsi, Sabom a conclu que "Si le cerveau humain se compose en fait de deux ÈlÈments principaux, l'"intelligence" et le "raisonnement", il est tout Þ fait possible que des processus accompagnent la mort proche, certaines agonies, pour faciliter la sÈparation instantanÈe du cerveau de l'un des ses composantes, Þ savoir, l'intellect. Au moins, la rÈponse Þ cette question devrait Étre recherchÈe dans ce sens. Proposer des hypothÕses sur l'existence de l'Áme semble plus convaincant si en dÈfinitive on confirme les faits prÈsentÈs. Est-il possible de dire raisonnablement que la sÈparation de cette matiÕre cÈrÈbrale, est en fait l'Áme qui poursuit son existence aprÕs que notre corps cesse de fonctionner (ce qui est en accord avec certains enseignements religieux) ? C'est la principale question qui se pose aprÕs une Ètude plus dÈtaillÈe des diffÈrents types de NDE.
       Il est impossible de prouver mathÈmatiquement l'immortalitÈ de l'Áme. Lorsque le cÈlÕbre chimiste Russe Butler a tentÈ de prouver l'immortalitÈ de l'Áme en utilisant des supports de matÈriaux, une commission dirigÈe par son collÕgue MendeleÎev dÈclarÈ ces faits peu convaincants. NÈanmoins, en rÈponse, MendeleÎev a Ècrit que mÉme s'il n'y avait pas de preuve, il a, comme une personne ÈlevÈe dans la tradition chrÈtienne, prÈfÈrÈ conserver sa foi en l'immortalitÈ.
       Il ya une autre sorte de preuve reposant sur des bases scientifiques qui mÕne Þ l'idÈe que notre "moi", adoptÈ par nous comme la conscience, peut effectivement continuer Þ exister sÈparÈ du corps physique. Cette preuve se rÈfÕre aux soi-disant " passÈ-vie-souvenirs ". Ici nous sommes Þ nouveau face Þ un domaine d'activitÈs qui laisse de nombreuses opportunitÈs au scepticisme. Pendant ce temps, des recherches ont ÈtÈ diligentÈes ou effectuÈes par de nombreux scientifiques sÈrieux. Parmi eux, Ian Stevenson, professeur de psychiatrie, enseignant dans une des universitÈs de l'ètat de Virginie (ètats-Unis). Stevenson effectuÈ des recherches approfondies sur la rÈincarnation de la mÈmoire et portÈ son attention sur les souvenirs d'enfants parce que les enfants sont peut-Étre moins motivÈs que les adultes Þ fabriquer de faux ÈlÈments concernant leur vie. Dans la plupart des cas, Stevenson a rÈussi Þ obtenir une confirmation dÈtaillÈe de nombreux tÈmoignages obtenus par les enfants concernant principalement l'existence de lieux et de personnes dÈcrites, y compris une personne dÈjÞ morte Þ ce moment-lÞ qui, selon un des enfants, Ètait rÈunie avec lui dans une vie passÈe.
       Ainsi, en 1983, Stevenson a enregistrÈ environ 2500 cas de rÈincarnation de la mÈmoire. Il a confirmÈ que 881 cas ont ÈtÈ minutieusement contrÒlÈs et dans 546 cas, lui et ses collÕgues ont rÈussi Þ trouver une confirmation de la rÈalitÈ des dÈtails dÈcrits, d'une maniÕre ou d'une autre, avec des souvenirs de vies passÈes des sujets ÈtudiÈs. En d'autres termes, dans l'ensemble du groupe de souvenirs vÈrifiÈs, 62% ont finalement ÈtÈ pleinement confirmÈe. Stevenson relate un grand nombre de ces cas dans les quatre volumes intitulÈs "Les cas typiques de la mÈmoire : La rÈincarnation", publiÈ par University Press, en Virginie.
       Peter Ramster, mÈdecin, psychologue Þ l'UniversitÈ de Sidney (Australie), a effectuÈ des recherches similaires, y compris avec les adultes sous hypnose, sur les liens prÈcis entre les souvenirs et leurs vies passÈes. AccompagnÈ par des observateurs indÈpendants, il a rÈalisÈ plusieurs enquÉtes dans les lieux dÈcrits dans leurs souvenirs, et il a rÈussi Þ obtenir la confirmation que mÉme les plus petits dÈtails enregistrÈs dans leur mÈmoire Ètaient basÈs sur une rÈalitÈ.
       En plus de ces faits, Ramster Stevenson a prÈsentÈ une preuve de cas de ce qu'on appelle xenoglossy (connaissances inattendu de langues ÈtrangÕres prÈsentes lors d'une l'hypnose). Stevenson raconte l'histoire d'un cas qui s'est produit avec une mÈnagÕre amÈricaine qui sous hypnose pouvait parler plutÒt couramment un ancien dialecte suÈdois bien que dans la vraie vie, elle ne connaisse pas le suÈdois du tout.
       L'existence de ces exemples indique que la conscience situÈe au sein de notre corps physique pourrait avoir une existence passÈe dans d'autres corps physique et pourrait conserver certaines informations en ce qui concerne nos vies passÈes. La Bhagavad-Gita et autres Ècrits vÈdiques nous donnent une explication thÈorique que la conscience est complÕtement diffÈrente de l'organisme. Les mÈthodes pratiques de yoga et de mÈditation, semblables au chant d'un mantra par Hare Krisna, sont utilisÈes pour acquÈrir une vÈritable comprÈhension de ces concepts et elles conduisent progressivement une personne Þ comprendre son "MOI."
       Dans "La science d'autorÈalisation," Swami Prabhupada dit : " Toute personne qui chante le mantra Hare Krishna reconnaÍt finalement que ce n'est pas un corps matÈriel. Je n'appartiens pas Þ ce corps matÈriel mais rÈside entiÕrement dans le monde matÈriel. Je suis une Áme spirituelle qui est une partie composante de l'Étre supÈrieur ".
       Le psychologue amÈricain William James a exercÈ de multiples expÈriences dans lesquelles il pouvait communiquer avec la conscience des personnes dÈcÈdÈes et a publiÈ ses rapports. De nombreuses sociÈtÈs ont ÈtÈ ÈtudiÈes Þ la fin du 19e et au 20e siÕcle. La parapsychologie fourni une grande quantitÈ de matÈriel de rÈflexion, en particulier, l'une des dÈcouvertes surprenantes, c'est que l'esprit dÈambule dans un monde qui ne connaÍt pas de frontiÕres.
       Ainsi, l'Ètude de l'immortalitÈ est un important facteur de motivation de la responsabilitÈ que prend une personne pour elle-mÉme, pour les autres, pour ses actes, ses paroles, et mÉme ses pensÈes.
       Le fondateur de la psychologie expÈrimentale G. Fechner a confirmÈ que l'homme ne vit pas une fois mais trois fois. La premiÕre fois, il vit pendant neuf mois dans le ventre de sa mÕre, en solidaritÈ totale avec elle, et il dort. Pendant ce temps, les organes de son corps, qui appartiennent encore Þ la biosphÕre, sont forgÈes de toutes piÕces. Puis il nait et survit Þ sa naissance, comme la mort. L'enfant souffle, est sÈparÈ de la mÕre et expÈrimente quelque chose de similaire Þ l'agonie jusqu'Þ ce que ses poumons soient ouverts.
       Ensuite, la deuxiÕme vie commence. Voici dÈjÞ les rÉves qui alternent avec l'Èveil. Ici, il n'y a pas de la solitude, mais l'interaction avec un certain cercle de personnes. La physique de la biosphÕre de l'homme unifiÈ s'Èpanouit, mais Þ la fin commence assez rapidement Þ pourrir. Mais ici sa base spirituelle est dÈveloppÈe, Èlargie, enrichie, et, ou, plus prÈcisÈment, peut se dÈvelopper.
       Ensuite, la troisiÕme vie commence. Dans celle-ci il n'existe pas de rÉves. Cette veille est Èternel. Elle est ouverte pour un nombre innombrable d'Étres spirituels. ProphÕtes, mÈdiums, mystiques, et mÉme toutes personnes qui, Þ des moments de leur vie, ont un lien avec "la tremblante du ciel, le vol cÈleste des anges, la partie immergÈe du chemin " gadas marines ", et la misÈrable existence d'une division Rod". þ de tels moments, il semble que tout l'univers rÈside en vous. Une personne attend toujours un contact avec les Èvolutions futures et la conscience cosmique. Beaucoup de gens notent une unitÈ avec un tel monde.
       Il est possible, bien sØr, de supposer que tous les faits ci-dessus sont les falsifications et que l'espoir d'une Áme immortelle est naÎf et absurde.
       Cependant, la nature nous propose loyalement un compromis en ce qui concerne l'immortalitÈ et la poursuite de l'espÕce. Nous donnant la capacitÈ de reproduire et mÉme de nourrir nos propres enfants, les lois de la vie nous permettent de nous Èlancer Þ la poursuite de l'existence au-delÞ de notre vie, mais seulement si nous acceptons de renoncer Þ l'unicitÈ et l'individualitÈ de notre propre "MOI." Dans plusieurs des œuvres de Berdiaev, dans "mÈtaphysique du sexe et de l'amour," par exemple, glorifiÈ "l'amour sexuel" il pense que " le secret de l'immortalitÈ et l'individualitÈ est connectÈ avec le sexe et l'amour. " La dÈcouverte du clonage peut aider Þ rÈsoudre le problÕme de en train de perdre la valeur de notre propre "MOI."
       Si cette dÈcision semble Ègalement peu satisfaisante et dÈraisonnable, l'alternative naturelle est de croire en l'immortalitÈ du corps physique (c'est-Þ-dire, la notion d'un humain immortel, les formes que peuvent prendre le corps pour prÈserver la conscience, sur des supports isolÈs du corps physique en termes de concepts modernes) et Ègalement en l'existence d'une rÈalitÈ virtuelle.
       La science moderne permet de rÈsoudre le problÕme de l'immortalitÈ du corps physique de diffÈrentes maniÕres, telles que les cellules souches, la Cryonie, la rÈduction de la tempÈrature corporelle, les transplantations, le remplacement du " transporteur de la conscience ", etc Le physicien amÈricain et laurÈat du prix Nobel R. Feinmann pense que : "Si un homme tente de construire une machine Þ mouvement perpÈtuel, il sera bloquÈ par une loi physique. En contraste avec ce point, il n'existe aucune loi en biologie qui confirmerait que la vie de chaque individu a nÈcessairement une fin."
       Le furieux dÈveloppement de la technologie offre Þ l'humanitÈ de riches promesses. Diverses mÈthodes pour la rÈalisation de l'immortalitÈ physique individuelle sont proposÈes Þ la lumiÕre de celle-ci. Par exemple, la loi de Moore, qui stipule que le nombre de transistors sur un cristal double tous les 1,5 Þ 2 ans, a ÈtÈ concrÈtisÈe en microÈlectronique depuis de nombreuses annÈes. Ainsi, la possibilitÈ de transfÈrer partiellement ou totalement un organisme sur un support artificiel de semi-conducteurs (silicium, de gallium, etc.) des puces qui sont stables Þ l'Èchelle des variations de tempÈrature, n'ont pas besoin d'oxygÕne et fonctionnement pendant longtemps, fait l'objet de discussions. Les informations stockÈes dans les puces peuvent Étre copiÈes et distribuÈes.
       Le rÈel et important allongement de la vie ne peut rÈsulter que d'une "combinaison de technologies," d'un ensemble de progrÕs dans de nombreux domaines de la science et de la technologie qui sont souvent assez ÈloignÈs, mais reliÈs les uns aux autres. La principale raison de cette situation est l'extrÉme complexitÈ du phÈnomÕne du vieillissement. Malheureusement, le vieillissement est intÈgrÈ dans tous les processus de notre organisme. Il ne semble pas possible de rÈsoudre ce problÕme d'une seule foulÈe. Les causes fondamentales du vieillissement sont de nature molÈculaire. En termes simples, les plus petites particules dont un ÈlÈment est constituÈ sont inÈvitablement endommagÈs ou "troublÈes" au cours de leur vie. Une grande partie de ces dommages est corrigÈ par un systÕme de "rÈparation" dans la cellule. Toutefois, de plus en plus de dommages molÈculaires s'accumulent avec le temps, puis des cellules pÈrissent ou commencent Þ ne plus jouer leur fonction. Les systÕmes de protection de l'organisme commencent Þ batailler avec de telles cellules. Toutefois, les molÈcules abÍmÈes s'accumulent. En consÈquence, la capacitÈ de l'organisme de corriger les dommages diminue considÈrablement avec l'Áge. þ la fin une derniÕre anomalie tue la personne...
       La nanotechnologie peut Étre une solution. C'est le dÈveloppement de ce que l'on appelle les robots molÈculaires, des protÈines, les minÈraux ou mÉme des micro-Étres cultivÈs dans un tube ou obtenu par l'auto-propagation. Le patient reÃoit une injection contenant des millions de ces robots. Ensuite, cette armÈe d'Étres artificiels commence Þ effectuer ses travaux dans l'organisme. Les principes de leur fonctionnement sont simples comme pour les protÈines, sauf que la gestion n'est pas alÈatoire, mais strictement dÈfinie, par exemple, pour corriger de "mauvaises" liaisons chimiques. Un ordinateur contrÒle la procÈdure. Des renseignements sont transfÈrÈs dans le cadre d'un support magnÈtique ou champ acoustique. Par consÈquent, le patient est placÈ dans une boÍte magnÈtique, une sorte de " tomographe. " Lorsque la session est terminÈe, les robots sont extraits de l'organisme. La personne devient un Étre nouveau, par exemple, comme si elle avait 13 ans...
       Il convient de souligner que ce n'est pas du tout aussi fantastique que cela le semble. SÈparÈment, des ÈlÈments de "robots molÈculaires" existent dÈjÞ. Des dizaines de millions de dollars sont investis chaque annÈe dans cette recherche. Le principal obstacle au dÈveloppement et Þ l'exploitation d'un prototype de robot molÈculaire est l'insuffisance de vitesse des ordinateurs. Supposons que la vitesse ne soit pas atteinte d'ici une dizaine d'annÈes, il faudra encore une vingtaine d'annÈes pour effectuer les recherches biologiques, dÈvelopper et tester des robots molÈculaire et amÈliorer le contrÒle des ordinateurs. InÈvitablement, dans le deuxiÕme quart du XXIe siÕcle, le remÕde contre le vieillissement et le rajeunissement d'une personne ordinaire passera par des procÈdures mÈdicales.
       Certains partisans de l'immortalitÈ, les technocrates, pensent qu'une voie rapide Þ une augmentation significative de la durÈe de vie humaine est une " cyborganisation " progressive, c'est-Þ-dire une expansion les capacitÈs biologiques d'une personne en lui "greffant" des dispositifs artificiels, plutÒt que le traitement molÈculaire par des robots. Comme nous l'avons dÈjÞ signalÈ, cela pourrait Ètendre la possibilitÈ de transfÈrer dans un ordinateur, le " moi " humain, son psychisme et sa personnalitÈ.
       Ainsi, le problÕme de l'immortalitÈ physique passe du domaine de la philosophie Þ celui de la rÈsolution de problÕmes scientifiques et techniques. Dans le cadre d'un tel concept, la valeur d'une vie humaine reste critique, comme toujours. D'une part une oblitÈration en masse de personnes est nÈcessaire de par le monde avant que des personnes sÈparÈes puissent recevoir l'immortalitÈ physique. Toutefois, l'espoir d'une possible immortalitÈ individuelle est extrÉmement motivant pour le peuple. Kant explique les postulats moraux de l'expÈrience, de la libertÈ, de Dieu et de l'immortalitÈ, Þ la fin de son essai : "critiques de la raison pratique." Il tente de prouver que ces postulats de la conscience morale se rÈfÈrent aux conditions requises pour rÈaliser un objectif supÈrieur de l'homme sur Terre. De mÉme, ils n'ont pas Þ s'appliquer Þ l'objet extraterrestre de l'homme mais ils sont nÈcessaires pour rÈvÈler nos objectifs dans la vie terrestre de notre existence.
      

    Chapitre 11
    La DÈsexualisation de la personnalitÈ

      
       L'Èmergence de personnalitÈs virtuelles crÈÈes par des programmes d'ordinateur pose une question sur la motivation sexuelle. Certainement un programme de crÈation d'une personnalitÈ virtuelle peut fonctionner sur la base de certains algorithmes qui oblige la personnalitÈ virtuelle d'Étre associÈe Þ l'un des deux sexes et, par consÈquent, d'extÈrioriser une motivation sexuelle. Cependant, une telle situation peut s'avÈrer temporaire parce que la personnalitÈ virtuelle peut se procurer une grande indÈpendance, acquÈrir de l'importance sans Étre calfeutrÈe par l'avis d'une personne Þ leur sujet. Par des conversations avec les uns et les autres, en Èlaborant des contacts d'affaires et en Èchangeant des plaisanteries mÈmorisÈes, les personnalitÈs virtuelles peuvent se libÈrer de la nÈcessitÈ d'une ressemblance Þ un sexe pour que les gens se sentent plus Þ l'aise. En outre, il est possible que des personnes, sous certaines conditions, prÈfÕrent ne pas associer leur double virtuel avec un sexe pour Étre en opposition avec la personnalitÈ virtuelle gÈnÈrÈe par les programmes d'ordinateur. MÉme maintenant les gens se prÈsentent souvent dans leur espace virtuel d'une autre maniÕre que ce qu'ils sont vraiment.
       L'idÈe que la motivation sexuelle est la force motrice de base derriÕre le progrÕs humain est assez largement rÈpandue. Cette approche comprend certainement un potentiel trÕs puissant parce que le comportement sexuel est la base du comportement social de l'homme si on garde Þ l'esprit que l'objectif du comportement sexuel des organismes vivants d'un point de vue biologique est la propagation de ses semblables, c'est-Þ-dire, la survie de l'espÕce. Il suffit que cet objectif soit la vedette lorsque l'on parle de l'Èvolution biologique.
       La motivation sexuelle et le comportement sexuel de l'homme sont Ètroitement liÈs Þ la fonction de reproduction. Cependant, en contraste avec le comportement des animaux, ils sont dÈterminÈs par le dÈveloppement social d'une rÈelle personnalitÈ. Il en rÈsulte une relative sÈparation des comportements sexuels de la fonction de reproduction, ce qui accroÍt la variÈtÈ des types de comportements sexuels de l'homme.
       Afin d'expliquer la signification de la motivation sexuelle dans la sociÈtÈ humaine, la question sur la nature de la libido devrait Étre examinÈe plus en dÈtail. Le dÈsir sexuel est une des formes subjectives de la survie de l'humanitÈ, une rÈflexion de son besoin sexuel. Le dÈsir sexuel est le dÈbut du stade de la reconnaissance des besoins sexuels. Lorsque ceux-ci sont reconnus, la libido se transforme en une autre manifestation de la nÈcessaire motivation sexuelle. Cette motivation est le mÈcanisme physiologique de l'activation des engrammes d'informations stockÈes dans la mÈmoire externe sur des objets qui peuvent satisfaire le besoin sexuel de l'organisme et des informations sur les actions qui peuvent conduire Þ sa satisfaction.
       Le comportement sexuel humain est dÈfini principalement par ce besoin de satisfaction. I. S. Cohen identifie plusieurs formes ÈlÈmentaires de comportements sexuels humains en fonction de l'objectif final et l'Áge. Il s'agit de la libÈration sexuelle du stress ; propagation par des images Èrotiques qui jouent un rÒle insignifiant ; satisfaction sensuelle, pour qui l'Èrotisme de la situation est plus importants que la sexualitÈ, un comportement conscient ou inconscient comme moyen de parvenir Þ des bÈnÈfices asexuÈe (par exemple, un mariage pour de l'argent), un moyen de maintenir le rituel conjugale ; et la sexualitÈ communicative, pour qui le comportement sexuel est une forme de compagnie. Pour les adolescents, les deux autres formes de comportement sexuel sont la satisfaction de la curiositÈ sexuelle et un moyen de prouver sa confiance en soi.
       De par la variÈtÈ des formes de motivation du comportement sexuel, il est extrÉmement difficile d'enquÉter sur le comportement sexuel d'une personnalitÈ distincte. De plus, pas un de ces facteurs ne peut Étre suffisant en lui-mÉme lorsque la personnalitÈ est transfÈrÈe dans l'espace virtuel.
       Le comportement sexuel dÈpend du niveau des hormones sexuelles, des moyens de rÈduction de la libido (par exemple, certains antidÈpresseurs) et des normes acceptÈes dans la sociÈtÈ qui crÈent un sentiment d'embarras et de culpabilitÈ (IS Cohen). Ainsi, les normes morales dans la sociÈtÈ rÈelle rÈduisent Þ la fois les manifestations externe de la sexualitÈ et intensifie les mÈcanismes internes de survivre Þ un acte ou Þ un autre.
       Freud a proposÈ le terme "libido" pour dÈcrire l'impulsion de l'Ènergie humaine primaire, la force vitale (la vie) et l'Ènergie. þ savoir la libido dÈtermine l'Èvolution d'une personnalitÈ de la naissance Þ la mort. La transformation de la libido peut Ègalement expliquer nos particularitÈs et les tendances, les sympathies et antipathies, les petits secrets, les craintes et les nombreuses autres caractÈristiques de la personnalitÈ. La motivation sexuelle est largement dÈterminÈe par ces caractÈristiques et l'expression du stress sexuel intÈrieur qui exige une libÈration.
       Toutefois, il convient de rappeler que, selon Freud, l'inconscience de l'agression est toujours prÈsente dans le comportement sexuel. C'est conforme Þ l'excitation sexuelle qui se produit chez la plupart des gens en regardant les scÕnes de viol.
       Une trop grande libido est souvent le symptÒme d'un Ètat nÈvrotique. Une dÈsexualisation de la sociÈtÈ qui ne se fonde pas sur les interdictions, mais sur une rÈduction de la libido Þ la suite du succÕs des thÈrapies nÈvrotiques peut rÈduire l'agressivitÈ de certains ÈlÈments dans la sociÈtÈ humaine. En outre, le mÈlange sexuel de vraies personnes avec la sociÈtÈ virtuelle de personnalitÈs basÈe sur des programmes d'ordinateur devrait conduire Þ une importante dÈsexualisation de la sociÈtÈ.
       Dans sa forme moderne, Internet exclut la possibilitÈ d'agressions sexuelles ou de toute autre force physique, ce qui peut Étre considÈrÈ comme un facteur positif. Bien sØr, l'amÈlioration des capacitÈs de communication ont accru la possibilitÈ rÈelle de commettre des crimes sexuels. Toutefois, Internet lui-mÉme est plus susceptible de rÈduire le risque d'agression physique que de les Èveiller car il ne peut pas y avoir de contact physique, ce qui garantit une forme de sÈcuritÈ.
       Le comportement sexuel ne peut pas Étre examinÈ sÈparÈment d'un tel concept comme l'institution du mariage. MalgrÈ le large discrÈdit d'Internet comme source de contact matrimonial, il est possible que dans un proche avenir, les statistiques dÈmontrent une autre histoire. DÈjÞ aujourd'hui, il y a plus de chances pour les jeunes d'apprendre Þ converser les uns avec les autres sur Internet que pendant les phases initiales de connaissance personnelle. Internet offre l'anonymat et la protection physique, libÕre des partenaires potentiels et facilite la crÈation de relations sÈrieuses entre les personnes qui dans la vraie vie ne seraient pas en mesure de rÈpondre ou n'auraient pas manifestÈ d'intÈrÉt l'un pour l'autre.
       La maturitÈ physiologique sexuelle prÈmaturÈe aboutit Þ l'excitation des intÈrÉts sexuels et au dÈsir d'une vie sexuelle qui est rÈveillÈ beaucoup plus tÒt que ne le veut la coutume sociale de cette personne. D'autre part, de dÈcennie en dÈcennie, la sociÈtÈ s'efforce de retarder la maturitÈ sociale de l'individu. De nombreuses enquÉtes indiquent que la gÈnÈration moderne commence une vie sexuelle beaucoup plus tÒt que d'une vie conjugale. Ce n'est pas considÈrÈ par la sociÈtÈ comme quelque chose d'interdit. Le comportement sexuel dans le mariage au cours des derniÕres dÈcennies a connu des changements importants, en raison principalement d'un affaiblissement des interdictions religieuses et du degrÈ ÈlevÈ de l'Èmancipation des femmes. L'apparition de nouveaux types de contraceptifs qui peuvent rÈglementer de maniÕre plus adÈquate la grossesse et la reproduction en gÈnÈral a eu une grande influence importante.
       L'un des objectifs de la psychanalyse c'est de tenter d'expliquer comment l'accumulation de l'Ènergie sexuelle est distribuÈe dans le psychisme individuel, puis remis en libertÈ, se transforme en une activitÈ sociale. En particulier, les mÈthodes de transformer l'Ènergie sexuelle a constituÈ la base du concept de sublimation de Freud, selon laquelle l'Ènergie sexuelle peut avoir deux points de sortie, par la rÈalisation de la gratification sexuelle, qui est la plus primitive forme de libÈration, et par la sublimation, c'est-Þ-dire, sur un niveau plus ÈlevÈ lorsque l'Ènergie primaire de la libido est associÈe Þ d'autres formes d'activitÈ. Ainsi, un tel modÕle contient deux types de dÈveloppement de toute sociÈtÈ et de la civilisation en gÈnÈral. Le premier type est observÈ dans les sociÈtÈs oÛ il n'existe pas d'interdictions sexuelles. Le sexe est reconnu comme Ètant la fÉte Þ cÒtÈ d'une existence normale. Dans une telle sociÈtÈ, la personne est vraiment heureuse, ne sent pas l'oppression de la moralitÈ sociale, et mÕne une vie insouciante, telle une abeille butinant. On peut certes supposer que ce modÕle est proche de la culture autochtone (OcÈanie, PolynÈsie). Dans ce cas, la sociÈtÈ est condamnÈe Þ la stagnation et aux blocages, car l'Ènergie est dÈpensÈ seulement pour la vie elle-mÉme sans aucun aspect pour la sublimation, c'est-Þ-dire qu'il n'existe pas de forces dans cette sociÈtÈ pour la science, des affaires et l'art de s'Èpanouir. Le deuxiÕme type est en totale opposition. Un individu dans une sociÈtÈ qui rÈprime sa sexualitÈ personnelle et rÈglemente son comportement est profondÈment malheureux, dÈprimÈ, et limitÈes dans le dÈsir. La sociÈtÈ elle-mÉme est dynamique et a un grand potentiel de dÈveloppement parce que les impulsions de l'individu sont sublimÈes Þ des formes socialement acceptables d'activitÈ. Il convient de noter que ce concept d'un modÕle de sexualitÈ, malgrÈ le fait qu'il n'a pas encore ÈtÈ vÈrifiÈ dans les faits, a ÈtÈ reconnu dans de nombreux autres domaines de la connaissance humaine (Culturologie, anthropologie, sociologie, etc.)
       La socialisation des besoins sexuels de l'homme est l'un des domaines les moins ÈtudiÈs de la sexologie. J. Schmidt interprÕte cela comme suit. Une personne naÍt avec un certain niveau de capacitÈ neurophysiologique, que lui permet d'expÈrimenter le plaisir sexuel par la stimulation de l'appareil gÈnital et les zones ÈrogÕnes extra-gÈnitales, atteignant le point culminant d'un orgasme. En fonction de la thÈorie de l'Èducation, la stimulation et l'orgasme agissent en soutien et de renforcent la tendance Þ susciter des situations Èrotiques et des expÈriences salace qui peuvent se prÈsenter Þ l'individu. Plus les expÈriences sexuelles commencent dÕs le plus jeune Áge, plus elles se produisent avec une plus grande satisfaction et absence de conflits, plus elles sont tolÈrables pour la sociÈtÈ, et plus la motivation sexuelle sera exprimÈe, c'est-Þ-dire que le dynamisme augmente. Comme l'expÈrience est accumulÈe, l'activitÈ sexuelle est directement proportionnelle Þ ses consÈquences Èmotives pour une rÈelle personnalitÈ.
       Plus l'activitÈ sexuelle et la satisfaction sont associÈes au cours de l'accumulation d'une expÈrience humaine, comme les expÈriences sexuelles, la satisfaction sexuelle et la dÈtente avec un sentiment d'acceptabilitÈ, de sÈcuritÈ et de valeur dans le domaine de la moralitÈ sociale, plus Èvident est le dÈsir sexuel. Cela confirme la rÕgle de gÈnÈration des motivations secondaires.
       Selon ce modÕle, la libido, le comportement et l'activitÈ sexuelle dÈpendent mutuellement des facteurs biologiques, psychologiques et sociaux-culturels. Le terme " culturel " a plusieurs significations. Ainsi, F. Nietzsche le dÈfinit comme " un style unique dans l'art de toutes les manifestations de la vie d'une nation ", M. Mead, dit que c'est " l'unification de toutes les formes traditionnelles de comportement ", H. Ortega-y-Gasset-, comme " une orientation sociale que nous donnons Þ la culture biologique de notre potentiel ", K. Jung, comme " les formes de comportement typique d'un groupe, une communautÈ de personnes, une sociÈtÈ, avec du matÈriel et immatÈriel. " Freud a Ècrit que le mot " culture " caractÈrise l'ensemble des rÈalisations et des institutions qui nous Èloignent de la vie des ancÉtres primitifs et sert deux objectifs : la protection de l'humanitÈ de la nature et l'ordre des relations entre les gens. Le cÈlÕbre spÈcialiste de l'histoire de l'esthÈtique MS Kagan (1996) attire l'attention du lecteur sur le fait que le terme " culture " est nÈ dans la Rome antique par opposition au terme " nature ".
       Le concept " culture " comprend non seulement des caractÈristiques de la sociÈtÈ, mais Ègalement la formation individuelle, la culture individuelle de la personnalitÈ. Il est comprÈhensible que la culture des sentiments, les relations et la culture sexuelle soient importantes dans ce domaine.
       La sexualitÈ reflÕte pleinement la culture ethnique et religieuse d'une sociÈtÈ et le caractÕre unique d'une Èpoque. Une norme morale ou une autre est souvent le principal critÕre dans les tentatives de dÈfinir les standards sexuels. La relation entre les diffÈrentes cultures et les sociÈtÈs pour la sexualitÈ individuelle est inscrite sur une Èchelle rÈgressive (interdictions et jugements) et permissive (permissions et encouragements).
       Le philosophe franÃais Michel Fuco indiquÈ qu'il Ètait difficile d'Ètudier la culture sexuelle d'une sociÈtÈ parce que les ordres et les interdictions ne sont pas uniformes et ambiguÊs pour les diffÈrents membres de cette sociÈtÈ. Ce qui est permis pour certains est catÈgoriquement interdit pour d'autres. Le sexe, l'Áge, la situation sociale, la profession, etc. peuvent agir en qualitÈ de facteurs de diffÈrenciation.
       J. Braud a fait une remarque intÈressante que plus est simple et primitive l'organisation et la structure d'une sociÈtÈ, plus elle tolÕre la sexualitÈ et, corrÈlativement, vice-versa. La dÈclaration de Yu. M. Lotman (1977) est trÕs importante : "La forme la plus simple de la multiplication biologique est la rÈpartition des organismes unicellulaires. Dans ce cas, chaque cellule est totalement indÈpendante et n'a pas besoin d'une autre. L'Ètape suivante est la division d'une espÕce biologique en deux classes de sexe, tout ÈlÈment de chaque classe est nÈcessaire et suffisante pour continuer l'espÕce. L'Èmergence de diffÈrents systÕmes de forces zoosÈmiotiques individuelles entre les spÈcimens doit Étre considÈrÈe comme significative car elle introduit un ÈlÈment de sÈlection dans les relations conjugales des animaux supÈrieurs. La culture se positionne comme un systÕme d'interdictions supplÈmentaires physiquement superposÈes sur les actions possibles. La combinaison de systÕmes complexes de mariages interdits ou les violations de leurs structures significatives convertissent le destinataire et l'Èmetteur de la communication matrimonial en une personnalitÈ. Le couple "homme-femme" donnÈ par la nature est remplacÈ par "que lui et que elle" par la culture. Il suffit d'intÈgrer des diffÈrentes unitÈs de l'homme dans la structure complexe de la culture ce qui en fait en mÉme temps des parties de l'ensemble et individuellement inreproductible, la diffÈrence entre qui est le porteur de certaines valeurs sociales."
       La rÈalitÈ virtuelle est un moyen permettant aux entreprises et Þ la crÈation d'avoir des relations efficacement asexuÈes, c'est-Þ-dire, privÈes de l'irrationnel que la motivation sexuelle intÕgre inÈvitable dans des communications personnelles. D'autre part, les personnes en quÉte de relations sÈrieuses peuvent trouver leur deuxiÕme moitiÈ sur Internet comme tout moyen de rencontrer des gens sur la planÕte.
      

    Chapitre 12
    La mort de l'èrotisme

      
       L'Èrotisme est mort. Quand nous pouvons voir Þ chaque fois, dans tous les films et chaque magazine ce qu'un homme respectable ne devrait pas examiner de trop prÕs dans sa propre chambre, il n'existe pas de l'Èrotisme. Il s'est engourdi, dans un premier temps il a ÈtÈ remplacÈ par une brutalitÈ obscÕne et actuellement il est complÕtement en ruine.
       PrÈcÈdemment nous avons tant aimÈ les photos classiques sans Èquivoque, dÈsormais pas une œuvre d'art n'a une chance d'avoir du succÕs sans pornographie. On a rÈcemment montrÈ Þ MontrÈal une piÕce de thÈÁtre sur l'amour d'un homme pour une chÕvre. Que vont-ils devoir faire demain afin d'atteindre les derniers vestiges de l'Èrotisme dans les yeux sans vie de la passion humaine ?
       Auparavant, l'ennui des chevaliers ÈpuisÈs Ètaient compensÈ par des rÈcits de mÈnestrels. Les femmes au temps mÈdiÈval n'avaient rien Þ faire la nuit. Il n'y avait pas de tÈlÈvision ni de cÁble dans les chÁteaux et les dragons volant Þ basse altitude dÈvoraient des antennes de rupture, interfÈrant la rÈception du signal de tÈlÈvision par satellite. Alors les uns se divertissaient avec l'opus poÈtique et les autres incitaient les volontaires des croisades Þ tenter leur chance aux fenÉtres avec une rose entre les dents ou Þ d'autres actes tout aussi intrÈpides.
       þ cet Ègard, les femmes mÈdiÈvales se comportaient exactement comme les dirigeants de la Sainte èglise. Tous les deux promettaient aux chevaliers en suspens le bonheur du paradis ou les flammes de l'enfer. Ces deux extrÉmes de l'au-delÞ sont naturellement regroupÈs dans chaque femme et chaque religion.
       Le monde moderne est enracinÈ dans l'Èrotisme lui-mÉme, en premier lieu afin d'expliquer ouvertement Þ tous l'anatomie et la physiologie de l'amour, puis en enlevant les jupes des femmes (pas au sens figurÈ, mais simplement en les remplaÃant par des pantalons ennuyeux), les mettant au travail, les suspendant de leurs labels coutumiers : cuisiniÕre, concierge, serveuse, Èconomiste, le mÈnage, vaisselle, et entre toutes ces professions, quelque part Þ cÒtÈ de cela, il leur est encore rappelÈ l'obligation d'accomplir de le devoir conjugal qui est dÈsormais et heureusement partagÈ entre les deux Èpoux. Maintenant, elles participent au remboursement du prÉt hypothÈcaire pour l'achat d'un logement commun.
       þ ce propos, qu'Þ pensÈ Balzac quand il a Ècrit " La Physiologie du mariage ? " Tout doit Étre rÈÈcrit. Les temps modernes vont certainement les corriger. Les dÈfilÈs scintillant de gays dans la rue et l'intimitÈ vÈritablement dÈcouverte sur les Ècrans contribuent Þ l'injection dans l'esprit des gens sans prÈtention l'ennui d'une existence lascive, avec les maniÕres dÈpassÈes, avec une galanterie arborÈe dans l'arriÕre-pays de la conscience, avec des tee-shirts affreux et des pantalons qui, aujourd'hui, habillent l'ensemble de la population de la Terre sans Ègard au sexe ou Þ l'Áge, ainsi va la vie... Le Viagra et le Prozac sont les Èquivalents exclusifs du bonheur humain.
       Lorsque le sexe est partout, il n'est nulle part. L'Èmancipation est allÈe si loin que les gens ont complÕtement oubliÈ ce pourquoi ils se sont ÈmancipÈs. La vie humaine est devenue triste et maintenant il s'avÕre qu'il n'y a plus de signification particuliÕre dans l'existence humaine. Alors, existons-nous dans un souci d'encenser la malbouffe et de produire en masse les produits en matiÕres plastiques ? Non ! L'humanitÈ doit exister pour le bien de l'amour. Malheureusement maintenant, il est affichÈ avec une audace physiologique incommensurable sur la couverture des magazines et donc la sensibilitÈ de l'amour a ÈtÈ dÈtournÈe dans un Ègarement extrÉmement irrÈflÈchi des arcanes du corps.
       Aujourd'hui la civilisation a atteint la hauteur de sa dÈcadence. D'ici il n'y a aucune sortie, juste un peu plus de plus de glissement possible du haut vers le bas. Au lieu de faux-bourdons pleins de ressources et des candidats jeunes et espiÕgles, la reine l'abeille a reÃu une simple fourmi ouvriÕre parÈe de la tÉte aux pieds d'un tricot d'une couleur Þ faire pÁlir un croque-mort.
       En d'autre temps vous regardiez des hommes modernes et ils ne semblaient Étre rien de plus que des singes. Et femmes ? Attrapez une lueur d'espoir dans les yeux d'une jeune femme Þ n'importe quel guichet de la poste est aussi difficile que de ne pas voir son string ou les ÈlÈgants chiffons qui la dÈshabillent. Seigneur, je n'ai eu aucune indÈcence Þ l'esprit quand j'ai dit "string", Þ peine pensais-je prendre cela en exemple, disons, comme on le faisait au milieu du dix-neuviÕme siÕcle...
       Lisons quelques lignes de la poÈsie de Baudelaire "Galant navire" :
      
       Quand tu vas balayant l'air de ta jupe large,
       Tu fais l'effet d'un beau vaisseau qui prend le large,
       ChargÈ de toile, et va roulant
       Suivant un rythme doux, et paresseux, et lent.
      
       Cette vision pouvait apparaÍtre Þ Baudelaire seulement au milieu du dix-neuviÕme siÕcle quelque part Þ Paris. Une jupe Þ cerceau serait absurde dans une mÈgapole moderne Èpouvantable. Il y avait un air de libertÈ dans la vie calme des autobus indolents, des charrettes et des pots de fleurs Þ chaque coin de rue et, probablement, plus d'aquarelle que dans les embouteillages parisiens Ètouffants modernes... Lisons plus loin :
      
       Tes nobles jambes, sous les volants qu'elles chassent,
       Tourmentent les dÈsirs obscurs et les agacent,
       Comme deux sorciÕres...
      
       Une large jupe bruissant dans l'espace, mÉme un pas Ènergique cÕde Þ la douceur commandant un mouvement inverse. La course et la marche Þ pied sont vite hors de propos. La dynamique du mouvement devrait Étre la rÈminiscence d'une danse modeste...
       Et placez maintenant plusieurs expressions antiques disparues dans la bouche de cette crÈature parÈe dans ce style, "Oh, pÕre..."
       Bien, voyez-vous maintenant ? C'est ainsi que l'Áge des ordinateurs nous a volÈs trompÈs...
       Quand le monde sensible est dÈgradÈ Þ l'ennui par des magazines pornographiques et quand tout est infectÈ de sexe insensÈ, il n'y a plus d'Èrotisme. C'est la mort. M. Freud n'a rien dit de plus pour nous aider. Nos nÈvroses ont des racines entiÕrement diffÈrentes. Et ce n'est certainement pas la sensibilitÈ qui supprimÈe, mais un peu d'insultes de jeunes hommes, de paresse naturelle pour les uns, trop d'argent pour d'autres, lÞ oÛ le dÈsir compulsif faÃonne les gens Þ sa maniÕre...
      

    Chapitre 13
    L'Individu Souverain

      
       Une rÈfÈrence pour les autoritÈs, c'est la petite monnaie avec laquelle il est facile de payer, mais qui coØte cher. Cependant, l'esprit humain est structurÈ de telle maniÕre qu'il ne peut rien faire de lui mÉme Þ part des habitudes sauvages. Pour devenir une personne, une personne a besoin d'une autre personne. Ils disent souvent que c'est la sociÈtÈ qui fait d'un homme un homme. Mais ce n'est pas vrai. Un adulte isolÈ aux cÒtÈs d'un nouveau-nÈ n'est suffisant pour faire d'un enfant une personne normale et mØre. Cela signifie que l'humanitÈ en thÈorie peut passer d'une personne Þ un autre par une chaÍne sans aucune participation de la sociÈtÈ. Bien sØr en pratique ce n'est pas fait, mais cette illustration dÈmontre que la sociÈtÈ n'est pas le facteur principal tandis que le peuple et ses composants le sont.
       En attendant, la signification de l'autoritÈ ne peut pas Étre rÈÈvaluÈe si la question est exposÈe par cette voie parce que si une personne a seulement un enseignant alors l'enseignant deviendra inÈvitablement pour elle l'autoritÈ absolue. La sociÈtÈ ne donne plusieurs autoritÈs pas Þ un seul homme, diluant ainsi le poids de chacun. Ainsi, un homme Ècoutant plusieurs personnes obtient l'indÈpendance de la pensÈe des autoritÈs individuelles et semble Étre libre de l'oppression d'une autoritÈ prise sÈparÈment Ètant ainsi aussi libÈrÈ des inÈvitables erreurs liÈes Þ sa subjectivitÈ.
       Pour moi, comme pour beaucoup de lecteurs avides et de penseurs, il n'y a pratiquement aucune autoritÈ. Si quelqu'un dit quelque chose, cela a peu de signification pour nous. Selon le conseil de Descartes, nous mettons tout en doute et essayons de regarder ce monde d'une faÃon critique. Mais quoi que nous disions, pour beaucoup d'autres personnes, les autoritÈs sont les indicateurs de la vÈritÈ absolue. Si l'Oncle Vasya annonce que tout est relatif, personne ne lui porte aucune attention. Mais si Albert Einstein le dit, alors la majoritÈ Ècrasante de la population de la planÕte acceptera cette affirmation sans exiger de preuve spÈciale...
       Parce que moi-mÉme je ne suis pas une autoritÈ reconnue et n'en serai probablement jamais une, j'ai le dÈsir d'avoir mes pensÈes sur l'avenir des nations en tant qu'ètat justifiÈes par quelqu'un d'autre. Je me rends compte tout Þ fait bien que n'importe quelle idÈe qui entre dans ma tÉte doit avoir ÈtÈ dite par quelqu'un dans le passÈ et trÕs probablement plus qu'une fois. Et si tous les types possibles de pensÈes sont rÈsumÈs lÞ, il me semble que, naturellement, il y en a un nombre trop limitÈ. En outre, ceux des paradigmes de pensÈes diverses peuvent Étre classifiÈs et les pensÈes elles-mÉmes sur cet ordre possible d'idÈes ne sont pas aussi nouvelles.
       D'une faÃon ou d'une autre, j'avais l'intention de trouver des penseurs indÈpendants qui auraient des pensÈes semblables aux miennes sur la libÈration possible de l'homme de l'oppression de son propre Ètat pour la crÈation d'un monde dans lequel chaque personne deviendrait un individu souverain.
       Ma recherche fut presque immÈdiatement couronnÈe de succÕs. Fouillant dans les informations sur les variÈtÈs diverses d'anarchisme moderne, comme la doctrine libertaire chÕrement rebaptisÈe et d'autres variÈtÈs de "liebers" et "isms", je suis tombÈ plutÒt souvent sur des citations du livre "l'Individu Souverain." Ce livre a ÈtÈ publiÈ Þ Londres en 1997. Pendant la derniÕre dÈcennie, la plupart des prÈdictions faites Þ l'aube de l'Õre d'Internet ont ÈtÈ confirmÈes avec une exactitude stupÈfiante. Les auteurs eux-mÉmes se sont avÈrÈs s'Étre appropriÈs du rÒle des autoritÈs.
       James Dale Davidson est un journaliste cÈlÕbre et le directeur de plusieurs sociÈtÈs.
       Lord William Rees-Mogg siÕge dans la Chambre des lords et il est aussi conseiller financier pour les plus grands investisseurs dans le monde, Ètant directeur des Investissements Rothschild et de la Division britannique de General Electric. Lord Rees-Mogg est aussi le rÈdacteur en chef des Temps de Londres et le vice-prÈsident de la tÈlÈvision britannique et de la sociÈtÈ de radio la BBC.
       Les pensÈes principales de ce livre peuvent Étre catÈgorisÈes en plusieurs thÕmes qui n'ont besoin d'aucune explication...
       "Pour la premiÕre fois, ceux qui peuvent s'instruire seront presque entiÕrement libres d'inventer leur propre travail et il comprendront les avantages complets de leur productivitÈ."
       "Dans un environnement oÛ la plus grande source de richesse est les idÈes vous avez dans votre tÉte plus qu'un capital physique seul ; chacun qui pense clairement sera potentiellement riche."
       "Ils [les gouvernements d'Ètat] auront en fin de compte peu de choix, mais ils doivent traiter les populations des territoires qu'ils servent plutÒt comme des clients et moins comme les criminels traitent leurs victimes."
       "Le nouvel Individu Souverain fonctionnera comme les dieux des mythes dans le mÉme environnement physique que d'ordinaire, le sujet citoyen, mais dans un royaume sÈparÈ politiquement. Commandant des ressources amplement plus grandes [que des citoyens ordinaires] et au-delÞ de la portÈe de beaucoup de formes de contraintes, l'Individu Souverain reconcevra les gouvernements et reconfigurera l'Èconomie dans le nouveau millÈnaire. Les implications complÕtes de ce changement sont presque inimaginables."
       "Quelqu'un avec un ordinateur portable et une liaison satellite sera capable de conduire presque n'importe quelle information d'affaire n'importe oÛ, en le rendant inaccessible pour la taxation. En outre, "...les gouvernements qui essayent de trop facturer comme le prix du domicile chassera simplement ses meilleurs clients."
       "De mÉme que des monarques, les Lords, les papes et les potentats se sont battus impitoyablement pour prÈserver leurs privilÕges habituels vers le dÈbut de la pÈriode moderne, les gouvernements d'aujourd'hui emploieront la violence, souvent de maniÕre secrÕte et arbitraire, dans le but de retenir le temps... Mais cependant, particuliÕrement dans une pÈriode de transition, les gouvernements impitoyables se comportent comme s'ils Ètaient mariÈs avec le fisc ou la C.I.A."
       "AprÕs le changement de millÈnaire, beaucoup de commerces dans le monde auront migrÈ vers le nouveau royaume de l'espace virtuel, une rÈgion oÛ les gouvernements n'auront plus la domination qu'ils exercent sur le fond de la mer ou des planÕtes extÈrieures... L'Ètat s'est habituÈ au traitement de ses contribuables comme un fermier traite ses vaches, les gardant prÕs d'eux dans un champ prÉts Þ Étre trait. BientÒt, les vaches auront des ailes."
       "Quand l'Ètat dÈcouvre de lui-mÉme qu'il est incapable de maitriser ses dÈpenses engagÈes malgrÈ une augmentation des revenus fiscaux, il en recoure Þ d'autre, des mesures de plus en plus dÈsespÈrÈes. Parmi elles, il fait tourner la planche Þ billets. Les gouvernements se sont habituÈs au plaisir d'un monopole sur la monnaie qu'ils peuvent dÈprÈcier Þ volontÈ. Cette inflation arbitraire est une piÕce maÍtresse de la politique monÈtaire de tout Ètat... Au vingtiÕme-siÕcle, le nouveau millÈnaire, le cyberargent contrÒlÈ par des marchÈs privÈs remplacera l'argent Èmis par les dÈcrets des gouvernements."
       "Pour une mesure que peu de gens auraient imaginÈe il y a seulement une dÈcennie, les individus rÈalisent dÈsormais l'autonomie croissante des nations en tant qu'ètat sur les mÈcanismes du marchÈ. Toutes les nations en tant qu'ètat font face Þ la faillite et Þ l'Èrosion rapide de leur autoritÈ. Puissant comme ils sont, ils conservent le pouvoir d'effacer mais pas de commander. Leurs missiles intercontinentaux et les porte-avions sont dÈjÞ factices, comme l'imposition est inutiles, autant que le dernier cheval de bataille du fÈodalisme."
       "Dans le nouveau millÈnaire, la vie Èconomique et politique ne sera plus organisÈe Þ une Èchelle gigantesque de domination de la nation en tant qu'ètat comme il l'Ètait lors des siÕcles modernes. La civilisation qui vous a apportÈ la guerre mondiale, la chaÍne de montage, la sÈcuritÈ sociale, l'impÒt sur le revenu, le dÈodorant et le grille-pain est en train de mourir. Le dÈodorant et le grille-pain peuvent survivre. Les autres ne pourront pas."
       "Plus il est apparent qu'un systÕme s'approche de sa fin, plus le peuple est rÈticent Þ adhÈrer Þ ses lois. N'importe quelle organisation sociale aura donc tendance Þ dÈcourager ou minimiser les analyses qui prÈvoient sa cession. Seul un soutien important assure que les grandes transitions de l'histoire soient rarement dÈcouvertes comme c'est le cas. Si vous ne savez rien sur les vicissitudes de l'avenir, vous pouvez vous adonner au repos, espÈrant que des changements dramatiques ne seront ni d'actualitÈ, ni rendus public par des penseurs conventionnels."
       Une conclusion que nous sentons intuitivement, mais qui est rarement prÈsentÈ dans le livre qu'une nation en tant qu'ètat moderne devrait plÈbisciter en exemple et rendre plus couronnÈ de succÕs que le crime organisÈ.
       J'ai Ècrit une lettre au Lord et son coauteur pou demander de la permission de traduire leur livre en russe si cela n'avait pas encore ÈtÈ fait. J'ai exprimÈ mon exaltation sur l'exactitude de leurs prÈdictions et leurs indicateurs pour chacun d'entre nous sur la faÃon de survivre et de prospÈrer dans l'Áge de la chute inÈvitable de nations en tant qu'ètat et l'Èmergence d'individus vraiment libres et "souverains".
      

    Chapitre 14
    Dissociation ou Association ?

      
       Dissociation ou Association ? Cette question a vraiment tourmentÈ l'humanitÈ pendant de nombreux millÈnaires. Des nations, des pays et mÉme les empires ont surgi comme des bulles de savon pour ensuite soit Èclater par un coup de massue, soit en trÈpassant tranquillement dans le nÈant. D'une faÃon ou d'une autre, la question de la nationalitÈ et la structure de l'ètat basÈs sur ces faits n'a rien de nouveau. Cependant, une tentative peut Étre faite pour considÈrer tout cela plus largement.
       Pourquoi les gens s'associent-ils ensemble ? La rÈponse est simple : Seul, nous ne pouvions pas survivre. L'homme est un Étre social et a besoin du collectif.
       Pourquoi alors, nous sÈparons-nous ? Pour avoir plus de libertÈ individuelle, parce qu'en vivant trop en collectivitÈ, nos chances d'agir exclusivement selon notre discrÈtion sont sØrement limitÈes.
       Pourquoi l'homme a-t-il besoin de libertÈ ? Pour agir dans ses propres intÈrÉts, indÈpendamment de ce qu'ils pourraient Étre. La voie de la libertÈ se trouve Þ un niveau trÕs basic de notre systÕme biologique. Essayez d'attraper un chaton effrayÈ juste comme il tombe d'un escalier, il essayera sØrement toujours d'Èchapper de vos mains parce qu'en dÈpit de sa chute qui pourrait Étre traumatique (peu importe ce qu'on dit sur l'agilitÈ des chats, le chat domestique moderne est parfois plutÒt maladroit), le chaton prÈfÕre la libertÈ sur sa propre sÈcuritÈ.
       Une sorte de compromis est donc nÈcessaire. D'une part, le peuple devrait trouver un excellent Èquilibre de rapports dans lesquels les gens sont sÈparÈs autant que possible afin d'assurer la libertÈ personnelle. D'autre part, les gens devraient Étre unis autant que possible pour l'entraide et l'appui mutuels.
       Une telle approche peut-elle Étre extrapolÈe au niveau des nations ? Je suppose que oui. Bien sØr, les nations individuelles peuvent survivre pendant une pÈriode plutÒt longue dans un isolement relatif. Cependant, on ne peut pas considÈrer une telle condition de vie normale. Le manque d'Èchange d'idÈes, les exportations et les importations ou la fusion de nouveaux matÈriels gÈnÈtiques rÈsultant de mariages et mÈlanges auront un effet nÈgatif sur le dÈveloppement d'une nation isolÈe. Une telle nation affectÈe par des cataclysmes naturels sÈrieux ou l'agression externe sans l'appui d'autres pays peut Étre condamnÈe Þ l'Èlimination totale.
       Pourquoi le peuple s'efforce-t-il obligatoirement d'appartenir Þ une nation ou Þ une autre ? Pourquoi tout le monde sans exception ne deviendrait pas cosmopolite avec l'Ètude d'une seule langue, disons, l'anglais, en commenÃant Þ la maison pour rompre avec les racines nationales ? ThÈoriquement, si le peuple l'avait voulu, aprÕs une ou deux gÈnÈrations chacun sur Terre parlerait la mÉme langue et penserait la mÉme chose. MalgrÈ le fait qu'une telle proposition semble attirante du point de vue d'un fonctionnement efficace, comme pour les termites ou les abeilles, c'est inacceptable pour une sociÈtÈ humaine. Le peuple est d'accord avec l'internationalisation de leur coutumes et standards de comportement seulement sous la pression de facteurs Èconomiques ou politiques qui les forcent Þ immigrer ou rÈamÈnager leur vie dans leur propre pays selon les exigences de l'Èconomie mondiale ou de situations gÈopolitiques.
       Cependant, dans ce cas de grands groupes de personnes pensent qu'appartenant Þ une langue ou un seul systÕme culturel est conforme Þ leurs intÈrÉts. Ils devraient donc s'efforcer de se sÈparer des autres nations s'ils sont capables de vivre comme ils le souhaitent. Mais non, l'isolement pourrait menacer le dÈveloppement et le succÕs de leur nation.
       Examinons la question de l'acquisition de l'indÈpendance de nations individuelles du point de vue du pays mÕre, c'est-Þ-dire, de la nation centrale qui a historiquement dominÈ l'autre et a contrÒlÈ son peuple :
       Si les ambitions impÈriales des leaders d'une nation centrale sont mÈconnues, il est dans l'intÈrÉt gÈnÈral d'accorder autant de libertÈ que possible Þ cette nation asservie parce qu'une nation dominante ne peut pas Étre complÕtement libre si elle en asservit une autre. La prÈsence constante de tensions causera tÒt ou tard plus de mal que de bien. Cependant, achever la libÈration de nations asservies du central par leur isolement mutuel n'est pas non plus une rÈsolution raisonnable.
       Donc, un certain compromis s'impose entre, d'une part, le niveau de centralisation ou la fÈdÈration et, d'autre part, l'octroi de l'indÈpendance qui est de nouveau nÈcessaire.
       Si tout est si simple et clair, quel est donc le problÕme ? Parce que, dans ce cas, les tendances nationales et libÈratrices sont si destructrices et explosives dans la nature ?
       Il est possible que le problÕme ne soit pas dans la nature de ces tendances, mais que, en rÕgle gÈnÈrale, ces derniÕres soient utilisÈes sous forme hostile ou, si vous voulez, par la rivalitÈ des nations ÈtrangÕres pour affaiblir le pays mÕre qui inclut la nationalitÈ en luttant pour l'autodÈtermination.
       On peut dire de maniÕre totalement Èvidente qu'il n'y a jamais de raisons objectives de faire la guerre. Tout peut toujours Étre arrangÈ paisiblement. Cependant, l'histoire entiÕre de l'humanitÈ est une nÈgation qui vole en Èclats.
       Nous pouvons attribuer la litanie entiÕre des conflits militaires des Áges antÈrieurs au sous-dÈveloppement des consciences sociales qui, lentement mais sØrement, ont suivi le chemin de la reconnaissance des impÈratifs moraux tels que : "Nous sommes tous des frÕres" ou "Tuer est un pÈchÈ." On connait ces piliers de la morale humaine depuis des temps immÈmoriaux. Ils sont les plus en verves lors du vingt et uniÕme siÕcle. Maintenant il est difficile d'imaginer que la politique occidentale puisse appeler Þ la destruction massive d'une autre nation bien que cette fausse rhÈtorique ait dÈjÞ existÈ, incidemment. On peut encore Ècouter la logique astucieuse du discours de Goebbels en 1933 si son essence mortelle Ètait oubliÈe : "Dans la rÈsolution du problÕme juif, nous suivons seulement l'esprit de notre Èpoque. La protection de la menace juive est seulement une partie de notre plan. Le fait que nous discutions juste de cette partie de notre politique devient le sujet principal et c'est le fait des Juifs eux-mÉmes. Le judaÎsme mondial essaye de mobiliser le monde contre nous dans l'espoir secret de rÈcupÈrer l'influence perdue en Allemagne. C'est une certaine tragÈdie de cette nation si les Juifs ont commencÈ Þ jouer un tel rÒle dans le monde. Mais nous ne sommes pas coupables de cela !"
       Pratiquement chacun a un jour ou l'autre appelÈ Þ la mise Þ mort d'innocents. L'innocent est toujours accusÈ de quelque chose pour justifier sa mise Þ mort.
       La philosophie du genre "tous les meurtriers doit Étre tuÈs pour que personne ne tue personne" ne marche pas non plus parce que l'adhÈrent Þ une telle idÈologie devrait se tuer d'abord ; l'appel Þ la mise Þ mort des meurtriers le rend meurtrier Þ son tour.
       Ainsi, tandis que la mÈthode de la force est l'outil principal pour rÈsoudre des conflits mondiaux, il n'est pas surprenant que n'importe quel penchant sÈparatiste, mÉme si c'est de nature paisible, sera soutenu par des ennemis externes et utilisÈ pour dÈgager un pays ou un autre qui est impliquÈ dans un processus d'auto-libÈration.
       Aucun mouvement sÈparatiste sÈrieux n'est possible sans un appui extÈrieur parce que mÉme s'il est nÈ d'un mouvement dÈmocratique, des ennemis externes essayeront de changer sa nature, le dirigeant vers l'extrÈmisme jusqu'au point d'accomplir des actes de terrorisme.
       Un exemple excellent, c'est l'histoire du mouvement de libertÈ national du QuÈbec parce que cela implique l'un des pays les plus sØrs dans le monde, le Canada.
       Cela atteint son paroxysme en octobre 1970 avec le conflit entre la province francophone du QuÈbec et le reste du Canada anglophone quand les extrÈmistes du FLQ et leurs principes adoptÈs des libertÈs nationales typiques des pays du Tiers-Monde a essayÈ de se battre avec des armes pour l'indÈpendance du QuÈbec francophone. Le diplomate britannique James Cross a ÈtÈ enlevÈ. Le ministre du Travail du QuÈbec Pierre Laporte a ÈtÈ enlevÈ et tuÈ. Cependant, l'activitÈ armÈe fut bientÒt arrÉtÈe suite Þ la mise en place d'une prÈsence militaire et des arrestations massives.
       C'est ainsi que ces ÈvÈnements se voient de notre point de vue aujourd'hui au bout de trente ans. Mais que sont-ils allÈs chercher ? Si nous examinons la chronique de ces ÈvÈnements qui a ÈtÈ publiÈe en 1972, il devient clair que ce n'Ètait pas du tout considÈrÈ comme un conflit local. Le Premier ministre du Canada Pierre Trudeau Þ craint que la situation puisse Èchapper Þ tout contrÒle et dÈstabiliser l'ensemble de l'AmÈrique du Nord. La chronique confirme que plus de trois mille combattants armÈs Ètaient prÉts Þ ce moment-lÞ au QuÈbec.
       D'oÛ a pu Èmerger une telle organisation terroriste dans un pays aussi sØr ? Le FLQ a utilisÈ la propagande marxiste et a dÈclarÈ des habitants de langue anglaise du Canada Ètaient rÈduits Þ l'esclavage.
       Il semblerait que "la propagande marxiste" devait montrer clairement d'oÛ le vent soufflait. Toutefois, les tentatives de trouver un lien clair avec des services spÈciaux de l'Union soviÈtique n'Ètaient pas simples Þ faire aboutir. Nous pouvons trouver la confirmation de nos soupÃons dans le livre "Sword et Shield", publiÈ en anglais par l'ancien gÈnÈral du KGB Vasili Mitrokhin avec l'historien de Cambridge Christopher Andrew. Le livre dÈmontre que le KGB Ètait intÈressÈ par la manipulation des extrÈmistes du QuÈbec. Il dit : " Nous savons que le KGB a influencÈ le mouvement de l'indÈpendance du QuÈbec au cours de cette pÈriode. On en est encore Þ se demander dans quelle mesure, mais la tentative Ètait lÞ. "
       Il suffit de regarder une carte de l'AmÈrique du Nord pour confirmer nos soupÃons. AprÕs la tentative infructueuse pendant la crise des CaraÎbes de se rapprocher des frontiÕres des ètats-Unis, ce qui a presque conduit Þ une guerre nuclÈaire, l'Union soviÈtique ne pouvait tout simplement pas perdre l'occasion d'influencer directement ou indirectement la dÈstabilisation de la situation au QuÈbec qui avait une importance stratÈgique Ènorme. Si le renversement communiste avait ÈtÈ victorieux au QuÈbec, l'Union soviÈtique aurait eu un incontestable avantage stratÈgique en plaÃant sous son influence un pays nanti d'une frontiÕre territoriale avec les ètats-Unis. Surtout en considÈrant qu'il y avait un bloc socialiste en Europe qui fournissait un tampon stratÈgique en cas de guerre, grÁce Þ la Turquie pro-amÈricain avait une frontiÕre territoriale avec l'Union soviÈtique. Ce qui s'est passÈ avec les fusÈes Þ Cuba a forcÈ l'Union soviÈtique Þ agir avec plus de prÈcautions.
       Regardez la carte de l'AmÈrique du Nord d'un point de vue des capacitÈs stratÈgiques de l'URSS au cours de ces annÈes si les communistes au QuÈbec avaient remportÈ un conflit avec les pays de l'OTAN.
       Peut-Étre une telle illustration efface les doutes que tout mouvement de libÈration nationale puisse laisser ouvertement ou secrÕtement en dehors de l'intention des services spÈciaux hostiles des ètats. Quand un ètat essaie de se protÈger l'intÈgritÈ et la sÈcuritÈ des personnes qui sont engagÈs, il est accusÈ de rÈprimer le mouvement de libÈration nationale.
       C'est pratique, n'est-ce pas ? Le droit Þ l'autodÈtermination nationale est l'un des principes communÈment acceptÈs du droit international. Ce principe a ÈtÈ reconnu lors du dÈmantÕlement du systÕme colonial et attachÈ Þ la dÈclaration sur l'octroi de l'indÈpendance aux pays et aux peuples coloniaux (adoptÈe par la rÈsolution nR 1514 de la quinziÕme AssemblÈe gÈnÈrale des Nations unies du 14 dÈcembre 1960) et aux dÈclarations des Nations Unies pour les pactes internationaux ultÈrieurs.
       Il y a une contradiction entre le dispositif des droits des peuples Þ l'autodÈtermination et le principe de l'intÈgritÈ territoriale des ètats. L'incapacitÈ des diffÈrentes parties Þ trouver un rÕglement pacifique Þ une telle contradiction approfondit les conflits nationaux, et souvent cela dÈgÈnÕre en une confrontation militaire. Ainsi, en gÈnÈral les reprÈsentants de l'ètat central usent de leur pouvoir pour protÈger leur position en utilisant l'argument selon lequel le principe de l'intÈgritÈ territoriale a la prioritÈ sur le droit Þ l'autodÈtermination nationale.
       Pendant ce temps, il est Ègalement admis que le principe de l'intÈgritÈ territoriale est destinÈ exclusivement Þ la protection des ètats contre les agressions extÈrieures. La formulation de la partie 4, de l'article 2 de la Charte des Nations Unies est liÈe justement Þ cela : " Tous les Membres doivent s'abstenir, dans leurs relations internationales, Þ la menace ou l'emploi de la force contre l'intÈgritÈ territoriale ou l'indÈpendance politique de tout ètat, ou de toute autre maniÕre incompatible avec les buts des Nations Unies et dans la DÈclaration relative aux principes du droit international. " " Tout ètat doit s'abstenir de toute action visant Þ rompre partiellement ou totalement l'unitÈ nationale et l'intÈgritÈ territoriale de tout autre ètat ou pays. "
       Les adeptes de cette opinion soulignent que l'application du principe de l'intÈgritÈ territoriale est en fait subordonnÈe Þ la rÈalisation du droit Þ l'autodÈtermination. Ainsi, selon la dÈclaration relative aux principes du droit international, "Rien dans les paragraphes prÈcÈdents ne sera interprÈtÈ comme autorisant ou encourageant toute mesure de nature Þ dÈmembrer ou compromettre, en totalitÈ ou en partie, l'intÈgritÈ territoriale ou l'unitÈ politique d'ètats souverains et indÈpendants eux-mÉmes en conformitÈ avec le principe de l'ÈgalitÈ des droits et l'autodÈtermination des peuples."
       Ainsi, il est dÈfini que le principe de l'intÈgritÈ territoriale n'est pas applicable aux ètats qui ne permet pas d'assurer l'ÈgalitÈ des nations qui y vivent et qui ne permet pas la libre autodÈtermination de ces nations.
       En bref, tout sera merveilleux si ces mÉmes pays qui vivent dans un monde idÈal, ne perturbent pas les activitÈs des services spÈciaux et prÈdateurs d'ambitions.
       Un Mouvement National de la libertÈ est, dans la plupart des cas, un principe pour certaines Èlites nationales (dont les ambitions en rÕgle gÈnÈrale sont prises en charge par des opposants) pour saisir le pouvoir local.
       La situation Èconomique de l'ètat et du niveau de vie de ses citoyens, en rÕgle gÈnÈrale, risque de s'aggraver aprÕs l'intronisation de l'indÈpendance. Prenons des exemples de l'antiquitÈ Þ nos jours. L'histoire indique que la crÈation de vastes empires multinationaux, tÒt ou tard, a conduit Þ leur effondrement. Cela s'applique Þ Babylon, l'empire perse, l'empire romain, le Saint-Empire romain, le Golden Horde, l'empire ottoman, l'empire britannique, et l'URSS. Dans presque tous les cas, l'effondrement a entraÍnÈ une forte dÈgradation du niveau de vie dans la plupart des ètats nouvellement formÈs. En outre, le processus d'intÈgration, mÉme ceux aussi variÈs que lors de la formation des ètats-Unis d'AmÈrique et la crÈation de l'Union europÈenne, ont Ègalement leurs complications.
       Le meilleur rÈsultat sera peut-Étre choquant, mais aussi d'un grand intÈrÉt. Deux processus mutuellement accomplis devraient se produire dans le monde. D'une part, tous les pays du monde devraient Étre intÈgrÈs dans un monde fÈdÈrÈ organisÈ avec l'ouverture des frontiÕres, des systÕmes d'imposition unifiÈs, une bonne sÈcuritÈ sociale, ainsi que les moyens efficaces pour maintenir l'ordre. D'autre part, le monde doit aller dans le sens Þ fournir un maximum de libertÈ personnelle Þ chaque individu, le convertissant en une personnalitÈ d'ètat.
       Ce processus se produit malgrÈ le fait que de nombreux ètats rÈsistent inconsciemment. Les pays sont rÈpartis selon un "plan B" avec l'apparition et le dÈveloppement d'Internet qui est un domaine d'information unique sur la base duquel de nouvelles relations d'affaires et de collaboration en science et dans l'art sont en formation. Cette tendance, libÈrant l'homme de la nÈcessitÈ d'Étre physiquement prÈsent au sein d'un ètat sÈparÈ lui a fourni, en substance, une libertÈ qui n'Ètait pas envisagÈe prÈcÈdemment, et cette conversion vers le tout Internet devient un secteur de sauvegarde de l'humanitÈ dans un tout nouveau type de sociÈtÈ.
       Les ètats commencent Þ remarquer le rythme rapide par lequel ils sont en train de perdre leur influence sur la vie des individus. Mais, heureusement, ce processus semble irrÈversible et il ne fait que commencer.
       Dans ces conditions, les anciennes formes d'ètats-nations deviennent des ballasts dans le dÈveloppement de l'humanitÈ. Les barriÕres linguistiques n'existent plus. Des sites Internet contenant des traducteurs automatiques libres permettent de converser librement dans les principales langues de la planÕte. Les barriÕres culturelles sont Ègalement abaissÈes parce que si tout rÈgime contraignant ou assimilÈ n'est pas bienveillant Þ une personne, elle peut obtenir des informations trÕs prÈcises en quelques fractions de seconde et devenir un spÈcialiste littÈrale sur les caractÈristiques d'une rÈgion ou d'une autre. Il convient de souligner que toutes ces tendances sont actuellement dans un Ètat embryonnaire et n'ont pas encore ÈtÈ intÈgrÈs dans un systÕme mondial unique qui pourrait dans un proche avenir transformer la plupart des gens dans les pays dÈveloppÈs en citoyens du monde.
       Le furieux dÈveloppement d'Internet dans les pays moins dÈveloppÈs est Ègalement encourageant. Par exemple, ce que l'on appelle les web-cafÈs sont en plein essor en Inde, en Chine, au Pakistan, et mÉme dans les pays africains. Dans ceux-ci, pratiquement n'importe qui peut obtenir l'accÕs Þ Internet pour un prix symbolique.
       Ainsi, les communications entre les personnes de diffÈrentes nationalitÈs et de races qui sont physiquement situÈs dans diffÈrentes parties du monde sont arrivÈes lÞ oÛ elles Ètaient auparavant impossibles. Parfois, ces communications sont plus fortes et plus sincÕres que celles entre personnes se trouvant au mÉme endroit. Maintenant, il est insensÈ de parler de la langue territoriale et de l'unification. Si cette tendance est maintenue, la signification du terme "unitÈ nationale" deviendra un ÈlÈment du passÈ (bien sØr, si elle n'est pas relancÈe de force).
       Bien sØr, il existe certains rÈgimes politiques qui essaient de toutes leurs forces de limiter Þ leurs populations l'accÕs Þ Internet. Par exemple, cela est fortement ressenti en particulier Þ Cuba. Le gouvernement de la Chine a convenu avec les plus grands moteurs de recherche qu'il serait impossible de voir des sites anti-gouvernementaux dans leur pays. Toutefois, si le monde n'est pas entraÍnÈ dans un conflit mondial ou devient victime d'une catastrophe Þ l'Èchelle cosmique, les tendances positives dans le dÈveloppement d'Internet seront maintenues et il sera difficile de l'arrÉter sur la voie d'un changement de la psychologie humaine, dans laquelle il n'y aura pas de place pour les diffÈrences nationales.
       Il n'est un secret pour personne qu'Internet est actuellement dans une certaine mesure une rÈflexion nationale du fractionnement du monde moderne. DiffÈrentes sociÈtÈs nationales ont leurs propres espaces virtuels limitÈs par leurs langues. Toutefois, ce phÈnomÕne sera aussi une chose du passÈ avec l'apparition des options de traduction automatique.
       En entrant dans un cyberespace pour la premiÕre fois, un homme perd son corps physique. Cela permet de rÈsoudre le vieux problÕme des conversations entre les gens. L'individu est invincible. Il est impossible de porter attente Þ sa libertÈ, de l'attaquer ou de le tuer. Bien sØr, les ètats trouvent des moyens de suivre les criminels sur Internet. Mais je ne peux pas parler de ce type de personnes. Je veux dire que maintenant, malgrÈ les conflits entre les ètats, nous sommes libres d'organiser les boÍtes Þ dialogues et mÉme de tenter d'Ètablir des relations d'affaires avec les pays identifiÈs sur la "liste noire" du soi-disant axe du mal. Cela crÈe une certaine " fraternisation " acceptable, dÕs lors que le pouvoir de l'ètat des deux pays a des difficultÈs Þ crÈer l'image d'un ennemi, tel un archaÎque demi-homme avec des cornes. Comment le racisme peut-il Étre discutÈ si l'on ne sait pas sur Internet si vous parlez avec un africain ou anglo-saxon ? Je suis absolument certain que chacun de nous dans un proche avenir sera en mesure de choisir pour lui-mÉme toute faÃade virtuelle, d'expression, ou la couleur de la peau...
       D'autres caractÈristiques nationales en plus de l'aspect extÈrieur existent Ègalement, par exemple, la soi-disant mentalitÈ notoire. Toutefois, il faut dire que ces diffÈrences sont lentement mais sØrement ÈliminÈs. Nous essayons tous d'imiter les normes progressives d'Internet, en conversation et en comportement. MÉme les diffÈrences mentales seront surmontÈes avec l'apparition de nouvelles gÈnÈrations nÈes avec l'avancÈe d'Internet.
       Bien sØr, les doctrines dÈmodÈes des Ètats rÈsisteront puissamment Þ ces tendances positives. Cependant, les plus progressifs peuvent devenir leaders de ce mouvement pour la vraie libÈration de l'homme, de sa nationalitÈ et de sa race. Ceux qui resteront Þ la traine pÈriront inÈvitablement, non pas au niveau rhÈtorique des internationalistes venteux, mais au niveau concret des nouveaux rapports internationaux, et ce, pas mÉme entre des nations, mais entre les individus, dont chacun mettra une pierre Þ la crÈation d'un Ètat de personnes libres.
      

    Chapitre 15
    Le Futur DÈveloppement de l'Histoire

      
       La prÈdiction de l'avenir est, bien sØr, une tentative pas trÕs utile. Les livres consacrÈs Þ ce sujet sont toujours sÈduisants, stimulant et agrÈablement fantaisistes. Cependant, le plus souvent, ils sont dÈcevants. Quelques auteurs publient des rÉves exubÈrants, plats ou ayant peu l'engagement de rÈveiller des pensÈes intÈressantes. D'autres sont limitÈs Þ des prÈdictions gÈnÈrales, pour lesquelles il serait bon de s'abstenir de toute l'Ècriture.
       La prÈdiction de l'avenir se rÈfÕre Þ cette partie vague de l'activitÈ humaine qui circule dans les marchÈs bruyants parmi des gitans Ètrangement attirants avec des bibelots et des parures insolites, parmi les magiciens et les prestidigitateurs, dont on ne peut jamais dÈmonter la duplicitÈ ou l'escobarderie.
       La prÈdiction de l'avenir Þ une Èchelle globale est aussi une Èpreuve pour les peuples trop confiants en leur capacitÈ surtout en cas de faiblesse mentale.
       La prÈdiction de l'histoire est une autre question. Cependant, les discussions sur les futurs chemins du dÈveloppement des sociÈtÈs humaines sont possibles et mÉme nÈcessaires.
       Une chose surprenante dans l'histoire est que les ÈvÈnements grandioses de diffÈrentes Èpoques distinctes sont parfois une rÈsurgence l'un envers l'autre comme deux petits pois dans une cosse. Quelle que soit la maniÕre dont on apprÈhende l'histoire moderne, il y a toujours en place certains concepts, parfois si semblables, et qui n'arborent rien de nouveau sous le soleil. Il semblerait mÉme qu'il soit facile de prÈvoir les nouveaux dÈveloppements de n'importe quel type d'ÈvÈnement basÈ sur des scÈnarios rÈpÈtitifs de conquÉtes diverses, de batailles, de trahisons, d'actions et de sacrifices.
       Cependant, c'est une illusion, la mÉme illusion en toute simplicitÈ que la modeste chorÈgraphie d'un jeu d'Èchecs dans lequel des piÕces tournent autour des cases noires et blanches de maniÕre prÈvisible, mÉme si une grande rÈflexion se cache derriÕre. Cependant, c'est une Ènigme plus compliquÈe en matiÕre humaine. Ainsi, le fait que l'histoire se rÈpÕte elle-mÉme ne peut pas entiÕrement nous aider quand nous sommes balayÈs par de nouvelles pensÈes du futur, des querelles sanglantes et des actes glorieux.
       Toutefois, et sans surprise, la situation historique moderne est Ègalement tout Þ fait unique en son genre. Le dÈveloppement du progrÕs, des moyens de communication, des armes modernes, et la libertÈ d'accÕs Þ l'information rendent la situation tout Þ fait particuliÕre. Il ne s'agit pas de diffÈrences quantitatives de milliers d'annÈes d'histoire, mais des aspects qualitatifs qui n'existaient pas auparavant et n'aurait pas pu Étre prÈvues.
       La croissance sans prÈcÈdent de la population mondiale, qui a multipliÈ plusieurs fois le nombre de ses vies dans une tranche de temps qui est nÈgligeable par rapport au dÈveloppement de l'humanitÈ, est actuellement Ègalement une situation unique en son genre. De mÉme que l'illusion existe que la Terre est le centre de l'univers, aujourd'hui, nous pourrions Étre trompÈs sur la prÈrogative de notre position. Toutefois, ces ÈlÈments, en fait, font d'aujourd'hui un moment spÈcial.
       Il existe certaines tendances qui pourraient Étre ÈlucidÈes de maniÕre Þ ce qu'un paradigme ou un autre type de dÈveloppement de l'histoire puisse Étre exposÈ. Par exemple, nous pouvons dire que l'unipolaritÈ n'est pas stable. DÕs que l'un des principaux pouvoirs est identifiÈ sur la scÕne mondiale, on trouve toujours un contrepoids, ce qui conduit Þ un conflit qui, Þ son tour, est rÈsolu souvent dans le sang, laissant le monde unipolaire pour un moment, aprÕs quoi il revient Þ nouveau Þ concurrence de deux parties. Sur la base de ces arguments, nous pouvons proposer qu'une civilisation mondiale contrÒle de faÃon unilatÈrale, mÉme si c'est la plus grande utopie, car un tel systÕme risquera l'instabilitÈ en raison des forces pÕgres prÉtes Þ briser l'ensemble.
       Seulement une menace commune pour le monde entier, comme une attaque d'Ètrangers, peut unir toutes les nations du monde sous le contrÒle d'une sorte de gouvernement unique et seulement si cette menace existe. Prenons l'exemple de l'OTAN. DÕs que la menace soviÈtique a disparu, l'unitÈ des pays de ce bloc militaire est devenue fragile et aprÕs la deuxiÕme guerre en Irak, dans laquelle certains pays de l'Union ont refusÈ de participer, le syndicat Nord-Atlantique est tombÈ complÕtement en dÈsuÈtude.
       La tendance Þ renforcer le sÈparatisme est prÈsente dans de nombreux pays. Par exemple, le QuÈbec a fait sÈcession du Canada en 1995. De nombreux autres exemples sont connus comme l'effondrement de l'Union soviÈtique. DiffÈrentes nations peuvent Étre placÈes sous un seul gouvernement, soit rÈprimÈes par la force d'un pouvoir, qui peut difficilement continuer longtemps, ou unifiÈes par une grave menace extÈrieure, mais qui auront des difficultÈs Þ rÈsister seules. Selon la note politique cynique de Machiavel, qui se distingue par une ouverture inÈgalÈe et dont les conseils continuent Þ trouver confirmation dans les derniÕres annales, il n'est pas recommandÈ en gÈnÈral Þ un pays faible de rentrer dans une union avec un voisin puissant et, inversement. Il vaut mieux entrer dans une union avec un ennemi robuste Þ une certaine distance pour qu'il puisse garantir son indÈpendance dans cet Èquilibre des pouvoirs. Souhaitez-vous ajouter une illustration ? Le KoweÎt et l'Arabie saoudite se sont unis avec les ètats-Unis et non avec l'Irak voisin. Les pays d'Asie centrale permettre Þ bases militaires amÈricaines de stationner sur leur territoire. Les pays baltes sont amis avec les ètats-Unis et pas du tout avec leur voisin russe.
       Un gouvernement central fort dans le monde moderne est nÈanmoins utopique parce que mÉme au niveau d'un seul pays, on observe de plus en plus de fractionnements du pouvoir, une augmentation de l'auto-administration, et l'indÈpendance physique des ÈlÈments de diffÈrents pouvoirs tels que les rÈgions, les provinces, les villes et les sociÈtÈs commerciales internationales qui dÈpendent de moins en moins d'un gouvernement central et qui souhaitent plus d'indÈpendance.
       Quel niveau peut atteindre un tel fractionnement du pouvoir ? Il peut atteindre pratiquement le niveau individuel de chaque personne prise sÈparÈment. Par la fusion en un seul systÕme mondial d'intÈrÉts et de valeurs, maintenu par de tels moyens omniprÈsents modernes et mÉme Þ l'avenir d'Internet, chaque personne prise sÈparÈment s'affranchit des limites de toute gÈographique et de frontiÕres sociales. Les intÈrÉts de l'individu moderne peuvent aller bien au-delÞ des limites de sa maison, sa terre, sa rue, sa ville ou son pays. Dans une telle situation, les diffÈrents individus peuvent prÈsenter diffÈrents intÈrÉts pour l'ètat mÉme dans ce domaine dÈlicat que sont les relations internationales. Alors qu'auparavant la majoritÈ de la population des nations ne comprenait pas ce qui se tramait dans le monde et d'ailleurs, ne prÈsentait aucun intÈrÉt en ce qui se passait au-delÞ des limites de leur quartier, aujourd'hui de nombreux individus distincts peuvent ou ne peuvent pas avoir du pain et du beurre pour leur petit-dÈjeuner en fonction de ce que la politique ou la situation Èconomique prÈsente de l'autre cÒtÈ de la planÕte. Pour une grande variÈtÈ de biens et services, le marchÈ est en train de se mondialiser. Les personnes qui n'ont pratiquement aucun lien avec une section locale du pays, vivent dans un pays et vendent leurs services ou des marchandises dans diffÈrents pays. De plus, ils n'ont souvent aucun rapport avec le lieu oÛ ils disent vivre.
       Quand j'Ètais enfant, nos parents ont fait une tournÈe en Australie. J'ai racontÈ Þ ma grand-mÕre une histoire un peu enfantine que nous n'avions pas d'allumettes et qu'il fallait nous en envoyer un peu d'Australie. Toutefois, en se fondant sur le fait que de nombreux services dans le monde moderne n'ont pas besoin d'un approvisionnement physique, le cÒtÈ enfantin naÎf de l'histoire ne semblait plus si naÎf ou ayant trait Þ la fiction. Dans une telle situation, le pouvoir des instances locales du systÕme s'affaiblit ÈnormÈment. Bien sØr, ceux qui dÈtiennent le pouvoir rÈsistent Þ l'Èrosion de leur influence sur les paisibles citoyens. Toutefois, ce processus est pratiquement inÈluctable et, tÒt ou tard, il conduira Þ la mort de l'ancien rÈgime des systÕmes dÈjÞ parce que les gens dÈcident par eux-mÉmes avec qui ils souhaitent faire des affaires de l'autre cÒtÈ de la Terre, quelle que soit la politique et les intÈrÉts Èconomiques des leur patrie.
       Il faut apprendre Þ reconnaÍtre et Þ filtrer le bruit de fond des ÈvÈnements insignifiants afin de visualiser plus ou moins clairement l'orientation du dÈveloppement de l'histoire.
       Lorsque nous consultons les archives, par exemple les articles dans les journaux du dÈbut du siÕcle ou pendant les guerres mondiales, il est tout simplement Ètonnant qu'un grand nombre d'ÈvÈnements qui semblent avoir changÈ le cours de l'histoire sont maintenant oubliÈs. þ l'examen des vieux journaux, il Ètait difficile de prÈdire oÛ tel ou tel modÕle de l'histoire pouvait conduire, et mÉme le savoir avec quelle certitude ces faits historiques suivaient les ÈvÈnements dÈcrits. Dans la vie privÈe actuelle Ègalement, au-delÞ des bruits de fond des ÈvÈnements insignifiants, il est difficile de deviner tous les jours oÛ le karma nous conduira.
       Parfois, j'essaie pendant six mois de ne pas voir les derniers feuilletons tÈlÈvisÈs en vue de me crÈer juste l'illusion d'une paix temporaire et pour calmer mes Ètats de nÈvroses. De retour devant le petit Ècran, je constate tout d'abord que la communautÈ a peu changÈ. DeuxiÕmement, ce qui a radicalement changÈ est voilÈ. þ l'audition des feuilletons pour la premiÕre fois aprÕs un long entracte, je constate que je ne comprends plus grand chose parce que les Èpisodes nous ont longtemps ÈtÈ dÈlivrÈs comme par exemple cette interminable sÈrie brÈsilienne. Et il est trÕs compliquÈ pour un extraterrestre ou un Ètranger de dÈterminer qui est Pedro et pourquoi il est chargÈ de dette. Impossible de comprendre d'emblÈe qui est jugÈ et pour quoi, pour qui et oÛ on vote. Seule la rythmique sous-jacente des actes terroristes m'a dÈmontrÈ que j'Ètais toujours dans la mÉme rÈalitÈ.
       Ensuite, j'ai trouvÈ par hasard lors de la plus rÈcente diffusion l'historique des ÈvÈnements qui apparemment, pour ne pas dire sans aucun doute, semblaient extrÉmement importants au moment de leur apparition, mais qui dÈsormais, Ètaient tellement noyÈs dans tant de choses que j'avais quelques difficultÈs Þ obtenir une idÈe plus ou moins claire de ce qui s'Ètait passÈ en rÈalitÈ.
       Ainsi, cet exemple illustre clairement combien le bruit de fond des ÈvÈnements historiques interfÕre sur le discernement qu'on peut avoir sur les indices du dÈveloppement futur de l'histoire.
       Les jugements sur l'histoire, Þ l'instar de tous les jugements en gÈnÈral, dÈpendent entiÕrement de la subjectivitÈ de l'observateur. Il n'y a pas d'observateur objectif pour cela, et pas seulement pour cela. Comme nous avons souvent rÈÈvaluÈ nos ÈvÈnements passÈs, nous changeons nos impressions sur des ÈvÈnements futurs en utilisant exclusivement l'impÈratif des intÈrÉts prÈsents. Il faut dire que les faits de nombreux ÈvÈnements historiques ont beaucoup moins de sens que l'Èvaluation de ces ÈvÈnements Þ l'heure actuelle. Une communautÈ de personnes peut facilement purger de sa mÈmoire collective ou fausser pratiquement n'importe quel ÈvÈnement historique jusqu'Þ le rendre mÈconnaissable. Le mÈdecin en chef de l'hÒpital dans lequel j'ai travaillÈ rÈpandait en quelque sorte dans l'hÒpital la conviction que la maladie de Hansen n'Ètait pas une infection. Maintenant, nombreux sont ceux dans le monde qui nient le gÈnocide fasciste imposÈ Þ la nation juive. En gÈnÈral, le refus de l'Èvidence est une caractÈristique trÕs sociale de la conscience collective de l'homme. Avec une telle subjectivitÈ des jugements sociaux de l'homme, quelles que soient les prÈvisions du dÈveloppement futur de l'histoire qui pourraient Étre profÈrÈes, elles peuvent Étre dÈformÈes et avoir peu de valeur.
       Les civilisations prÈsentes dans le monde moderne (ou les paradigmes de civilisations) ont des Èchelles diffÈrentes et ne peuvent Étre comparÈes Þ l'Ègard de nombreux paramÕtres. Une comparaison des pays utilisant le produit national brut par personne ne nous donne aucune indication du niveau de leur dÈveloppement comme une unitÈ comparative d'une civilisation Þ une autre.
       Les pays sont diffÈrenciÈs par les valeurs culturelles des diffÈrentes personnes tout comme sont diffÈrenciÈs les reprÈsentants des diffÈrentes classes sociales. Quel est le caractÕre d'un ètat sinon une image collective reprÈsentant la totalitÈ des communautÈs nationales ? Tout comme les gens diffÕrent par la race, ils diffÕrent aussi par la pensÈe et l'Áme. Et cela ne peut en aucun cas Étre rÈfutÈ. Je ne vais pas dire que les noirs de peau sont mieux ou pires que ceux Þ la peau blanche ou qu'un nez grec est meilleur ou pire qu'un nez crochu ou en patate. Il est diffÈrent, c'est tout. Seul un fou aveugle ne peut voir cette diffÈrence, mais il est Ètrange de mesurer ces diffÈrences et des traits distinctifs des diffÈrentes nations Þ la seule mesure de leur efficacitÈ Èconomique.
       En raison des l'Èchanges d'informations, l'unification mondiale est certainement de plus en plus d'actualitÈ dans le monde moderne. Les gens dÈlestent leurs parures, mais, croyez-moi, ne change pas de l'intÈrieur. Un samouraÎ portant une cravate sera toujours un samouraΠ; un fier BÈdouins dans une Cadillac, un fier BÈdouins. Et un cadre anglais raffinÈ maintient son self-respect mÉme dans un sale tee-shirt et un blue-jeans. Ne vous laissez pas berner par le masque extÈrieur des diffÈrences nationales. Au sein de chaque nation, il y a un noyau de l'identitÈ nationale que des milliers, voire des dizaines de milliers d'annÈes, ne pourront dÈfaire. Ne vous laissez pas berner par l'idÈe que si les frontiÕres des ètats ont changÈ au cours du siÕcle dernier, il y aura en quelque sorte des rÈpercussions sur l'identitÈ Þ l'Èchelle nationale. Vous pouvez Èchanger des Huns par les Slaves, les Slaves par les Vikings et les Vikings par les Tatars, mais le cœur d'une nation qui porte son caractÕre est codÈ dans ses gÕnes et dÈpend plus de qui Èpouse qui que sur qui vit Þ quel endroit. Ne m'accusez pas de racisme. Le racisme n'est pas une confirmation qu'il existe des diffÈrences entre les races, mais plutÒt une affirmation que pour une raison quelconque, l'une est meilleure, plus efficace, ou plus intelligent que l'autre. Par l'estampage du racisme, dont tous peuvent admettre la diffÈrence entre les populations distinctes, nous entrons dans une zone de mÉme hystÈrie que l'anthropologie qui a ÈtÈ cÈlÕbre pendant des siÕcles. Si on Ètiquetait tous ceux qui voient ces diffÈrences, nous pourrions sauver le monde de la discrimination raciale ! Le racisme est toujours, comme toutes les autres idÈologies, seulement un prÈtexte pour prendre une plus grande tranche, pour construire une plus grande maison et pour Étre plus ÈgoÎste.
       Quels principaux caractÕres nationaux peut-on identifier ? Le monde peut Étre divisÈ Þ peu prÕs ainsi : la communautÈ europÈenne, islamique, l'ExtrÉme-Orient et le monde rudimentaire. Encore une fois, notez que dans un pays africain la prÈsence d'un prÈsident dans un costume, un taxi dans la rue, un groupe de travail et le tÈlÈphone ne signifie nullement que ce pays n'est pas peuplÈ par une tribu sauvage qui n'a pas changÈ depuis cent milliers d'annÈes et peut rester comme tel dans un avenir prÈvisible. Encore une fois, vous pouvez souhaiter me cataloguer, mais vous changerez d'idÈe aprÕs avoir lu ce qui suit. Je ne pense pas qu'il est mauvais d'Étre une tribu sauvage. Je pense que la complexitÈ et le stress d'une communautÈ sauvage n'est pas de plus grande ou moindre ampleur que ceux de Manhattan ou de Londres. En outre, je pense que les personnes civilisÈes sont tout aussi intellectuellement ou spirituellement dÈveloppÈes que celles dans une sociÈtÈ civilisÈe. L'ensemble de la question tourne autour du fait que ces civilisations dÈpassÈes vÈgÕtent dans un univers social distinct et parallÕle et qu'en aucun cas elles n'entrent en contact avec une civilisation europÈen ou une autre.
       Je connais une tribu qui a 2500 mots diffÈrents dans sa langue pour dÈsigner les sauterelles. Dans notre civilisation, nous avons seulement un mot pour les sauterelles. Je connais une autre tribu dont les anciennes croyances conviennent merveilleusement bien avec les thÈories cosmologiques modernes et vont mÉme bien au-delÞ. Ainsi, afin s'approcher de la vÈritÈ, on n'a pas besoin de la rechercher. Parce souvent tant de connaissances ÈtrangÕres sont trouvÈes que l'on oublie ce pourquoi on faisait des recherches. Bien sØr, nous pensons que les tribus sauvages sont toutes de sales abruties incapables d'appliquer nos normes du bien-Étre. Je connais une troisiÕme tribu qui vit dans l'Amazonie sauvage, bon nombre des adultes et des enfants sont constamment dÈvorÈs par des animaux sauvages. Ils ne peuvent imaginer combien l'achat d'un fusil leur apporterait vie et bonheur. Vous pensez que peut-Étre ils n'en veulent pas. Effectivement. Un ancien de notre civilisation qui leur a expliquÈ il y a longtemps a dÈclarÈ qu'ils Ètaient des idiots. Certes, ils n'avaient pas d'argent mais ils n'en ont toujours pas. Et les animaux sauvages vont les manger comme avant. Voici un exemple du choc des civilisations. Quand une culture et une civilisation plus insensible est prise sous le contrÒle de sa triste sœur, il y a toujours une catastrophe. Vous dites que les civilisations les plus faibles pÈrissent. Rien de la sorte. La civilisation disparue des AztÕques existe dans notre conscience commune comme une rÈalitÈ indestructible. Pendant ce temps, les pitoyables guerriers de Cortez sont encore de pitoyables guerriers. Et autre chose, la mystique et mythique Atlantide existe dans la conscience humaine commune, mÉme en laissant sur la carte du monde rien d'autre que l'ocÈan Atlantique.
       Ainsi, en dÈterminant que quatre grandes civilisations sont recensÈes dans le monde moderne, nous devons les examiner de plus prÕs. Dans la civilisation europÈenne, les lignes du nord et du sud peuvent Étre identifiÈes. Je voudrais tracer la frontiÕre par le nord de la France et l'Italie puis faire un virage en diagonale Þ travers l'Autriche, capturer les pays du nord de l'Europe de l'Est, les pays baltes et Saint-PÈtersbourg. Je voudrais intÈgrer toutes les communautÈs europÈennes situÈes en-dessous de ma frontiÕre imaginaire, au sud de cette ligne. Ce sont les Grecs, les Italiens, les Espagnols et les ètats des Balkans. þ mon avis, ils sont, sans surprise, plus proche de la civilisation islamique que de l'Europe du Nord. Des siÕcles d'Ècrasement que l'Empire ottoman a laissÈ en traces indÈlÈbiles. Bien sØr, de nombreux Grecs portent les gÕnes de Platon. Mais qui pourrait leur dire que Platon Ètait proche de la culture nord-europÈenne ? Le fait que toute la philosophie occidentale moderne est basÈe sur Platon ne va pas du tout faire de Platon un EuropÈen occidental. Si vous lisez ses dialogues, il s'agit en mÉme temps d'une personne de l'Est et du Sud. Dans la civilisation europÈenne, la lignÈe nord-amÈricaine qui est dominÈe par les ètats-Unis et le Canada devrait Étre dÈfinie sÈparÈment.
       Qu'est-ce qui est caractÈristique de la civilisation nord-europÈenne ? Il a encore de graves contradictions internes qui ont ÈtÈ nÈgligÈes et qui sont toujours dominÈes par la prÈsence d'un ennemi mortel. Tout d'abord, c'Ètait le communisme. Maintenant, c'est le fondamentalisme islamique qui, parfois, glisse au-dessus de ces diffÈrends. Imaginez que lors d'une belle journÈe moderne la civilisation nord-europÈenne se rÈveille dans un monde oÛ elle est seule. Eh bien, disons que l'autre est partie en voyage Þ bord d'un super vaisseau coloniser une planÕte nouvellement dÈcouverte dans les environs d'Alpha du Centaure parce qu'une analyse spectrale a indiquÈ qu'elle contenait de nombreuses olives et du riz, un ocÈan chaud, et pas un citoyen d'Europe du Nord. Au dÈbut, les citoyens d'Europe du Nord en viendront Þ se mordre les doigts tellement ils sont heureux. Mais dans un proche avenir, ils vont souhaiter diviser le monde. L'Angleterre se lie avec la France. La France lutte contre l'Allemagne. Allemagne les prendra tous les deux Þ la fois, renouant avec l'ancienne tradition. Les ètats-Unis gardent la mÉme tradition de lutte contre tout le monde. Nous nous retrouvons donc devant une attendue et classique guerre mondiale. Au dÈbut, ce sera une guerre des mots, alors, peut-Étre, cela persistera tel quel. Toutefois, les malheureux membres de la civilisation du nord-europÈenne ne pourront pas en croire leurs oreilles d'Étre revenus au point de dÈpart.
       L'Union europÈenne, qui a ÈtÈ crÈÈ afin de lutter Èconomiquement Þ l'assaut des ètats-Unis, est un syndicat contre nature imposÈ sur le droit Þ l'autodÈtermination nationale des diffÈrents pays europÈens. MÉme Þ l'heure actuelle, il montre des rides profondes sur son corps de nouveau-nÈ. Encore une fois, l'essence des caractÕres nationaux des ètats n'a pas changÈ aprÕs que les thÈoriciens et les Èconomistes, ayant consultÈ les uns et les autres, aient dÈcidÈ de crÈer une monnaie europÈenne commune.
       En Allemagne, les restes sÈniles de l'Èpoque hitlÈrienne, formÈs de maniÕre prÈcise sur la question rÒle de l'Allemagne dans le monde a passÈ avec succÕs ce dÈveloppement aux nouvelles gÈnÈrations de consommateurs. Les mÈdias et la derniÕre histoire officielle de la dÈlivrance nous ont jouÈ un tour rutilant, comme si Berlin Ètait tombÈ en dÈmarrant un programme de tÈlÈvision dans l'esprit de plusieurs dizaines de millions d'Allemands. C'est de la pure fiction. Berlin n'est pas tombÈe et ne tombera jamais dans l'Áme de beaucoup d'entre eux. Ne pas prÉter attention Þ cela ne peut Étre qu'intentionnel, ce qui rend l'ensemble de la population myope et naÎf. Le nationalisme allemand n'est pas arrivÈ en Allemagne avec Hitler et n'est pas parti avec lui. C'est ce qui dÈfinit l'essence mÉme de la nouvelle nation allemande, qui exige la vengeance pour cette existence banale sur le pont historique que l'essor anglais et franÃais ont imposÈ sur le sort de leur monde. Il suffit de parler avec un allemand sur le sujet et vous obtiendrez sans doute l'Ètrange sentiment d'une attitude de mÈpris envers vous, curieusement, non pas en paroles, mais dans une sorte d'aura de la conversation. Je peux en conclure que si j'expÈrimente un sentiment d'impuissance, mon ami allemand connaÍt un sentiment de supÈrioritÈ. Il peut Étre supposÈ que la nouvelle Allemagne sera trÕs agressive sur la scÕne mondiale. J'ai ÈtÈ extrÉmement troublÈ par sa rÈunification au dÈbut des annÈes 1990. La faÃon dont ce pays se prÈsente dans les Èmissions d'information et lors des confÈrences internationales en aucune maniÕre ne donne l'impression d'une pensÈe nationale persistante qui, comme un printemps, est comprimÈ et inÈvitable dans l'esprit des Allemands mais qui, tÒt ou tard explosera avec plus de vigueur. Vingt-cinq ans d'une Europe pacifique dans la premiÕre moitiÈ du XXe siÕcle n'ont pas non plus fourni une solide garantie que cette paix n'Ètait pas le prochain entracte entre les guerres qui s'avÕrent traditionnelles depuis plusieurs milliers d'annÈes.
       L'Angleterre joue un rÒle Ètrange sur la scÕne mondiale. L'AmÈrique a usurpÈ ce pays le plus actif l'intelligence et l'esprit d'entreprise. En outre, l'Irlande, l'ècosse, la Scandinavie et les Pays-Bas ont souffert de migrations similaires. D'autre part, l'immigration massive a mis en pÈril non seulement la partie active de la population de ces pays mais a aussi envoyÈ Þ l'Ouest une vague de sÈdentaires et de gens opprimÈs. Et ce phÈnomÕne s'est produit sur une Èchelle colossale. Des millions de personnes dÈplacÈes vers l'AmÈrique. Ce phÈnomÕne a certainement jouÈ un rÒle important dans la situation actuelle de ces ètats et sur leur implication future. En Angleterre, j'ai eu le plaisir de passer plusieurs jours en conversant avec franchise sur d'Áge moyen des Anglais toujours en activitÈ. J'ai ÈtÈ absolument ÈpoustouflÈ par la similitude de son programme avec celui de la gauche israÈlienne :
       1. Le gouvernement est mauvais parce qu'il ne fournit pas de pensions suffisantes, d'indemnitÈs de chÒmage et la compÈtente gratuite des soins de santÈ.
       2. Qui a besoin de l'ècosse ? Laissez-les se dÈbrouiller eux-mÉmes.
       3. Qui a besoin de l'Irlande du Nord ? Tout le monde s'ennuie avec elle.
       4. Qui a besoin du Pays de Galles ? (Lorsque nous Ètions au Pays de Galles, ma femme a lÈgÕrement plaisantÈ avec un membre du personnel du musÈe : "Acceptez-vous les devises ÈtrangÕres ?" La plaisanterie c'est qu'il ne considÕre pas le Pays de Galles comme appartenant Þ l'Angleterre).
       Ce paradoxe juif, qui se termine par la destruction total de soi dans le sens national, Ètait totalement inattendu par les vieux Anglais. Il me semble que cela n'augure rien de bon pour son pays.
       La reine ? Qui a besoin de la reine ? Il serait prÈfÈrable d'augmenter le bien-Étre pour les chÒmeurs ! L'Angleterre est affaibli et peut-Étre que le seul dÈbat national concerne les immigrÈs, qui sont nombreux mais inadaptÈs au systÕme. Ils rÈpÕtent Èternellement les allÈgations insensÈes et paradoxales qui sont d'abord prises comme des blagues, puis conduisent Þ la mort d'une nation et la fragmentation d'un pays.
       Toutefois, il existe une autre hypothÕse. Peut-Étre mon plus honorable Anglais ne pense pas comme il parle parce que ce que l'on pense est considÈrÈ comme mauvais dans la culture anglaise. Par consÈquent, ce solide noyau avec ce modeste nom de Royaume-Uni peut rester une inaccessible pÈpite Þ l'avenir parce que, selon des scientifiques britanniques, la dÈrive des continents, qui continue de modifier la gÈographie de la planÕte jusqu'Þ ce qu'elle soit mÈconnaissable dans les 200 millions d'annÈes, dÈplacera Þ peine lÈgÕrement les Íles britanniques ; un peu plus de mers chaudes, aucun changement consÈquent pour eux !
       Dans sa politique extÈrieure, Angleterre adhÕre Þ une position de soutien sans Èquivoque pour les ètats-Unis alors que la population du pays mÈprise les ètats-Unis et, en aucune faÃon, ne les soutient dans leur politique. Les premiers ministres ont changÈ. Il semblerait que 80% des personnes qui ne soutiennent pas le gouvernement serait en mesure d'Èlire une sorte de gouvernement diffÈrent. Mais rien ne change. Tout en mÈdisant sur leur dos dans les pubs anglais, ils continuent d'Èlire un gouvernement, des secrÈtaires d'ètat et des prÈsidents qui soutiennent l'AmÈrique, obÈissant au doigt et Þ l'œil Þ ce que disent les ètats-Unis. Je pense qu'il y a un seul secret ici. L'Anglais a la haine de leurs proches voisins de l'Europe continentale, et ils choisissent la moindre de leurs afflictions.
       La France rÈsiste en montrant son caractÕre. þ premiÕre vue, fiÕre et mÈprisante, extravagante et intÈrieurement extrÉmement agressive, elle a, comme la plupart des pays de l'Europe continentale, reÃu la majeure partie des immigrants islamique de l'Afrique et de l'ExtrÉme-Orient, ce qui l'a transformÈe jusqu'Þ devenir mÈconnaissable. J'ai ÈtÈ stupÈfait d'observer la baisse des colossales relations franco-amÈricaines en moins d'une semaine au cours de laquelle la France a refusÈ de soutenir la derniÕre guerre en Irak. La France n'est pas le seul pays qui a refusÈ de soutenir les ètats-Unis. Toutefois, cela a bouleversÈ les AmÈricains qui Ètaient si dÈÃus qu'ils ont rebaptisÈ les frites franÃaises : frites de la libertÈ ! La France, comme d'autres grands pays, a un grand besoin de vengeance et a la capacitÈ de dÈcider du sort du monde et ne pas servir comme Þ Disneyland pour Èlargir le public amÈricain.
       En lisant les magazines et les journaux FranÃais, la pensÈe suivante m'a traversÈ l'esprit : La France a une base culturelle unique qui s'ouvre Þ celui qui dispose d'assez de patience pour rechercher du plaisir Þ travers les voiles de l'histoire. La France avec ses Voltaire, Descartes, Rimbaud et Balzac est pleine de vie, bien qu'elle ait eu besoin de glisser au travers de nombreux prÈjugÈs. Il ne sert Þ rien de chercher plus attentivement. C'est volontiers et avec joie qu'elle dÈvoile ses secrets de la vie. Cette culture est trÕs similaire Þ la nÒtre. C'est la mÉme culture avec laquelle nous avons grandi, Pouchkine, TolstoÎ et autres Russe classiques qui volontairement ou non, nous ont ÈtÈ attribuÈs. La culture franÃaise est encore plus proche de nous que de notre propre Russie moderne. Le fait est que la France n'a pas connu les ÈvÈnements de 1917 qui ont castrÈ la culture Russe. Par consÈquent, elle a ÈtÈ conservÈe en France, mais pas en Russie. Ainsi, quelque chose de trÕs familier et proche de nous se cache derriÕre la politique extÈrieur et ÈtrangÕre en France...
       L'Europe est habituÈe Þ Étre le centre du monde. Elle ne peut pas encore traiter avec le fait que, si elle a ÈtÈ ardemment impliquÈe elle-mÉme dans deux guerres mondiales, le centre du monde a traversÈ l'ocÈan vers l'Oncle Sam, un bouffon dans un chapeau ÈtoilÈ. Europe n'arrive toujours pas Þ prendre cette affaire au sÈrieux.
       Bien sØr, un conflit ouvert avec les ètats-Unis n'est pas envisageable dans la politique europÈenne (mÉme la sauvage Russie n'a pas donnÈ suite Þ un conflit ouvert avec les ètats-Unis parce que les armes nuclÈaires ont scarifiÈ toute idÈe d'une vÈritable guerre entre puissances nuclÈaires).
       Les hommes politiques europÈens ont toujours ÈtÈ fiers de leur manipulation artistique sur d'autres pays, ce qui est ennuyeux pour leurs voisins europÈens. Il ne faut pas oublier que les pÕres des hommes politiques modernes ont enseignÈ Þ leurs enfants le meilleur des traditions de ces arts politiques.
       Il suffit de prendre en exemple le dernier conflit avec l'Irak. L'Allemagne et la France se comportent comme s'ils avaient un accord d'unification avec l'Irak. Comment cela peut-il Étre expliquÈ ? Les idÈes de l'islam et la tyrannie sont-elles vraiment chÕres aux FranÃais et Allemands d'Èlite ? Cela ne peut pas Étre expliquÈ par le grand pourcentage de la population islamique dans ces pays parce que les dirigeants politiques en gÈnÈral ne prÉtent pas attention sur l'avis de l'Èlectorat (surtout des minoritÈs) entre les Èlections. L'Èlectorat dans la plupart des dÈmocraties modernes n'a pas les moyens directs de renverser un gouvernement impopulaire. Leurs reprÈsentants au parlement sont beaucoup plus influencÈs par leur opposition ou les intÈrÉts de la coalition que par l'opinion de leurs Èlecteurs. Ils ont tous appris par cœur depuis longtemps le fait que la politique a un pseudo-moral unique qui permet Þ un changement de positions politiques, de virer de bord, et de perdre une bonne rÈputation parce que la population reviendra Þ chaque prochaine Èlection, l'esprit propre et poli, pour d'Èlire ceux qui ont le plus d'argent lors de la prÈcampagne Èlectorale.
       Bien entendu, des exceptions se produisent. Toutefois, il convient de noter que pratiquement personne Þ part les hommes politiques eux-mÉmes n'est intÈressÈ par la politique dans des pays sØrs. Cela leur permet de bouillir dans leur propre jus et de sortir ces dispositions avec une moralitÈ dÈsuÕte que si votre voisin l'avait Èmise vous ne seriez mÉme pas allÈ lui dire bonjour et, trÕs probablement, vous n'auriez pas une chance de voter pour lui, qu'il soit ou non venu vous dire bonjour, parce que votre voisin pourrait Étre jetÈ en prison pour de telles idÈes dÈpassÈes.
       Ainsi, les hommes politiques europÈens sont divisÈs et prÒnent un affaiblissement du rÒle des ètats-Unis en manipulant les pays tiers. Ils ont mÉme temporairement formÈ une union malade contre nature les uns avec les autres et ont donnÈ le saint des saints Þ tout ètat, la monnaie nationale, au nom de l'euro afin de rÈsister Þ la gigantesque Èconomie des ètats-Unis, qui engloutit jusqu'Þ une un quart des ressources du monde pour se concentrer dans les mains de 5% de la population mondiale.
       Les ètats-Unis, peu importe combien leurs ennemis sont contre, sont encore trÕs forts, cohÈrant et uniforme dans leurs rÈflexions sur les vestiges et sÈrieux sur l'avenir de leur empire parce que, dans les paroles de Confucius, un ètat a besoin d'une armÈe forte, de l'abondance du pain, et un bon Ètat d'esprit afin de s'Èpanouir. Les ètats-Unis possÕdent les trois de ces facteurs. Si quelqu'un tente de souligner leur discorde mentale, cette discorde n'est qu'apparente. Les AmÈricains ont rÈussi Þ s'unir autour de leur nation et une idole de pierre nommÈe au dollar. Ils sont numÈro un dans ce domaine. Noirs et Blancs, droite et gauche, les gens normaux et les minoritÈs sexuelles pensent sincÕrement que le bonheur est dans l'argent.
       Les ètats-Unis ont rÈussi Þ engendrer quasi-totalement une satisfaction de la nation. Un rÈcent sondage rÈalisÈ par Time magazine a rÈvÈlÈ que plus de 80% des AmÈricains pensent qu'ils sont heureux. Je suppose que ceci est le rÈsultat d'une union nationale avec un large sourire. Les psychologues savent que pour certains il y a une complÈmentaritÈ entre le comportement, les paroles d'une personne et comment elle se sent. C'est Èvident. Quand une personne est satisfaite de tout, elle sourit et dit : "OK." Mais il a ÈtÈ prouvÈ que si une personne sourit tout le temps et dit toujours : "OK", tÒt ou tard, elle commencera Þ Étre insatisfaite de tout.
       Les ètats-Unis jouent un rÒle de gendarme sur le monde bien que personne ne les ait autorisÈs Þ le faire. Bien sØr, c'est bon quand il y a un pouvoir sur la Terre qui ne permet pas Þ un dictateur de sarrasins de capturer pays aprÕs pays. Mais un manque de lÈgitimitÈ dans ce rÒle que se donnent les ètats-Unis lui-mÉme en fait un conquÈrant potentiel.
       Il y a une grave question en dÈbat avec les nations sur le simple principe du dollar et, en gÈnÈral, tout le monde est satisfait. Par consÈquent, on peut supposer que l'Europe ne sera pas en mesure de juguler son rÒle principal.
       Nous n'avons dit rien sur la Russie. La Russie c'est une autre histoire. La Russie est en train de construire un ètat puissant. Maintenant, il n'est pas liÈ Þ toute idÈologie et est dirigÈ par des gens qui ne comprennent rien Þ "la moralitÈ de l'homme" en tant que tel. Je pense que c'est une nouvelle forme d'ètat que Platon a oubliÈ de mentionner dans son visionnaire et trÕs mature dialogue : "La RÈpublique. " Ce n'est aprÕs tout pas une tyrannie, une dÈmocratie, une oligarchie, une thÈocratie ou un rÈgime militaire. C'est le KGB-cratie, une nouvelle forme d'ètat contrÒlÈe par des services spÈciaux. Et les services spÈciaux du monde entier ont des points de vue entiÕrement diffÈrents sur les mÈthodes et les moyens de lutte politique et de contrÒle au-delÞ mÉme les plus notoires tyrans et les satrapes.
       Les insinuations, le chantage, les manipulations, les compromis, les falsifications de documents, espionnage audio-visuel, tentatives d'assassinat et organisations d'accidents constituent l'ensemble normal de procÈdures de fonctionnement de ces services. Hitler et Saddam Hussein ont ÈtÈ des amateurs et des Ètudiants. Nos nouveaux dirigeants de la Russie sont des professionnels. Ils se comportent au Kremlin-mÉme comme des agents sur commandes spÈciales. Je ne peux pas dire si c'est une bonne ou une mauvaise chose parce que les gens dans un tel pays doivent Étre satisfaits, car ils nourrissent tous les affamÈs et les politiquement inactifs, parce que tous ces politiquement actifs sont ÈcrasÈs dans des hÈlicoptÕres longtemps avant les annonces de leur activitÈ ou restent cloÍtrÈs dans les prisons pour des crimes sans rapport avec la politique ou maintenu au silence Þ l'Ètranger, car il est bien connu que les services spÈciaux ne connaissent pas de frontiÕres. En substance, si la Russie Ètait dirigÈe non par des diplÒmÈs du KGB, mais par d'autres services spÈciaux, le rÈsultat serait le mÉme. L'Èvolution des services spÈciaux, peu importe si elle sert un "bon" ou "mauvais" pays, a donnÈ lieu Þ des missions, des mÈthodes et des moyens qui sont Þ peu prÕs les mÉmes pour tous. Je me souviens d'une entrevue avec un agent spÈcial anglais, un charmant jeune homme qui a tÈmoignÈ dans le dÈtail qu'il a tirÈ une balle dans la tÉte d'une personne non armÈe pacifique dan une station tranquille dans le dÈsert Irak. Lorsque l'intervieweur, un peu choquÈ, a demandÈ ce qui justifie ces actions, l'agent a rÈpondu qu'il ne pouvait pas mettre en danger l'opÈration et la sÈcuritÈ de ses camarades, mais il convient de noter que le groupe se composait de plusieurs ÈlÈments armÈs et que l'arabe Ètait seul dans sa station. Cet officier, fier descendant d'une famille britannique raffinÈe, n'avait pas une once de conscience. Il pensait comme un professionnel, exactement ces mÉmes professionnels siÕgent actuellement au Kremlin. Je pense qu'ils n'ont pas de graves problÕmes au pouvoir, parce qu'ils traitent leur mission avec professionnalisme et tirent sans rÈflÈchir dans la tÉte de celui qui se produit loin de chez eux.
       Alexandre Dumas a aussi exprimÈ une pensÈe semblable avec la prÈcision d'une grande citation : " En politique... il n'y a pas d'hommes, mais des IDèES ; pas de sentiments, mais des INTèRéTS ; en politique, on ne tue pas un homme : sur supprime un obstacle.
       Regardez les programmes de la premiÕre chaÍne de tÈlÈvision Russe. Ils n'ont rien en commun avec les misÈrables shows soviÈtiques. Les nouvelles Èmissions sont magnifiques. Chaque objet a une fin. Pas une minute de temps de tÈlÈvision passÈe n'est futile. Il semble que le personnel se compose de personnes qui estiment qu'ils risquent un retour en arriÕre en cas de mauvaise prestation. Pas de mÈchancetÈ, mais le dÈsir de rÈsoudre les problÕmes de maniÕre normale, forte et convaincante, et qui respecte l'ètat. Est-ce que le fait que la voix de l'Ouest ne soit pas assez dure permet aux fonctionnaires du Kremlin de vous impressionner avec un KGB qui marche ouvertement en Russie ? Le problÕme n'est pas qu'il n'y en est pas, mais que les gens occupant des fonctions importances au vingt et uniÕme siÕcle travaillent de maniÕre professionnelle contrairement Þ leurs prÈdÈcesseurs soviÈtiques et qu'il ne puisse y avoir aucune fuite d'information entre les professionnels. Est-ce bon ou mauvais ? Il ne nous appartient pas de juger. L'ètat doit dÈclarer les tÁches qui doivent Étre effectuÈes pour une telle approche. Mais l'histoire se poursuivra avec un autre ètat d'aprÕs le modÕle de Sparte qui, croyez-moi, ne sera pas si facile Þ copier tant il a de problÕmes finalement avec les chiffres internes et extÈrieurs.
       Maintenant, jetons un coup d'œil Þ la civilisation islamique. En principe, tout ce qui touche au fondamentalisme islamique n'est pas nouveau. Les organisations terroristes internationales d'une forme ou d'une autre ont dÈjÞ ÈtÈ rencontrÈes auparavant. Le problÕme est, trÕs probablement, que le systÕme de valeurs de cette civilisation n'est pas en phase avec celles du maillage europÈen. Le systÕme est totalement incomprÈhensible, ses valeurs trop disparates, par consÈquent, il est fÁcheux.
       Il m'est toujours comique d'observer comment les gens ÈduquÈs sont surpris quand un nouveau potentat africain ou islamique s'approprie l'argent destinÈ Þ aider son peuple de la faim pour de nouveaux avions pour son usage personnel ou pour le prochain palais avec des toilettes en or. La rÈponse dans ce cas est trÕs Èvidente. Le chef ci-dessus ne comprend simplement pas le point de vue progressiste comme quoi tous les hommes sont Ègaux.
       Pire que cela, les gens qui meurent de faim non plus ne se considÕrent pas individuellement comme Ètant l'Ègal de leur chef. On se demande, bien sØr, s'ils n'ont pas subi un lavage de cerveau avant de parler devant la camÈra de tÈlÈvision.
       Mais le pire de tout ce n'est ni le premier ni le dernier chef qui profitent du systÕme. Le pire, c'est le fait que les gens, en fait, ne sont pas considÈrÈs comme Ègaux. Si nous rÈflÈchissons Þ l'essence mÉme d'une sociÈtÈ dÈmocratique, elle ne garantit pas l'ÈgalitÈ entre les hommes. Elle tente de prÈsenter l'ÈgalitÈ des chances, mais c'est tout Þ fait diffÈrent de ce qui stipule que tous les hommes sont Ègaux dans leurs capacitÈs. Encore une fois, je ne crois pas, ni n'insiste sur le fait que certaines personnes sont de deuxiÕme ou troisiÕme classe. Je dis simplement que tous les gens sont diffÈrents, ont des caractÈristiques diffÈrentes, des connaissances diffÈrentes et des capacitÈs diffÈrentes. Il n'existe pas de personnes avec de bonnes ou de mauvaises capacitÈs. Par exemple, les personnes ayant des talents musicaux ne seront guÕre utiles si des pierres doivent Étre dÈplacÈes d'un endroit Þ un autre.
       La civilisation islamique n'a pas de valeur pour la vie humaine, que ce soit pour ses propres intÈrÉts ou autre chose. Par consÈquent, le monde occidental rencontre toujours une situation oÛ la seule chose qu'il peut faire c'est des vagues de ses mains. Je suggÕre que, malgrÈ le fait que le fondamentalisme islamique Þ l'heure actuelle agit comme une force indÈpendante, les pouvoirs de l'Europe, la Russie, les ètats-Unis, et mÉme d'ExtrÉme-Orient, les utilisent directement ou indirectement pour servir leurs propres intÈrÉts politiques. Plus grands sont les dÈsaccords entre ces diffÈrents camps, plus directs sont les conflits qui se dÈplacent ensuite en premier-plan et qui nÈcessitent le soutien d'un troisiÕme larron.
       La civilisation islamique est actuellement dans sa premiÕre phase et elle dÈvoilera sans doute un jour ses charmes Þ la population mondiale. Le seul problÕme c'est son attitude et son mÈpris Þ l'Ègard du monde matÈriel. Je considÕre l'utilisation de toilettes en or comme une manifestation de mÈpris pour le monde matÈriel, car il s'agit d'une destruction de ressources qui pourraient Étre utilisÈes pour dÈvelopper le bien-Étre et l'indÈpendante individuelle ou de renforcer les nations islamiques dans un contexte d'union militaro-industriel de poing. Les cutters chinois qui ont ÈtÈ utilisÈes pour dÈtourner les avions qui ont frappÈ le World Trade Center sont une preuve supplÈmentaire que des extrÈmistes islamistes mÈprisent tout ce matÈriel. Il est difficile de ne pas Étre d'accord qu'une civilisation qui est techniquement plus avancÈe gagne souvent Þ l'Èchelle mondiale. En raison de leur caractÕre national, la plupart des pays islamiques sont peuplÈs par des personnes qui sont incapables d'une stricte discipline, instables, utilisation de pots-de-vin, gÈnÈralement facilement intimidÈs par des menaces et, surtout, dans l'impossibilitÈ d'Ètablir une ligne distincte entre le monde de la rÈalitÈ et le monde du rÉve. Mais cela ne peut pas faire d'une telle civilisation une grave force militaire. Vu le rapport de la Commission sÈnatoriale sur les ÈvÈnements du 11 septembre 2001, j'ai ÈtÈ ÈmerveillÈe par la description de la nature des actes des terroristes. Ils ont des complications graves avec la discipline, avec l'Ètude de l'anglais et, principalement, avec la formation du pilotage. Il semble qu'il Ètait plus facile pour ces personnes de se suicider que d'Ètudier quelque chose. Et ce n'est pas surprenant. Le problÕme est commun Þ la plupart des combattants du potentiel des organisations terroristes. Peut-Étre que leurs dirigeants sont trÕs capables intellectuellement. Toutefois, il est Èvident qu'ils ont de graves problÕmes avec les rangs infÈrieurs. Ces problÕmes seuls prouvent l'opportunitÈ de leur nouveau shahid car il semble qu'ils ne sont capables de rien d'autre que de se tuer eux-mÉmes.
       La sociÈtÈ occidentale est consternÈe de voir des terroristes kamikazes. Quelqu'un a-t-il vÈrifiÈ les statistiques du nombre de suicides qui se produisent dans les pays dÈveloppÈs ? Les suicides sont la deuxiÕme cause de dÈcÕs chez les jeunes (les accidents sont la premiÕre cause). Peu importe combien le suicide est contre nature dans la sociÈtÈ humaine, le nombre suicide est-il aussi ÈlevÈ mÉme dans les communautÈs oÛ il est impopulaire ? Que peut-on dire d'une sociÈtÈ dans laquelle shahidisme est transformÈ en culte. Le fondamentalisme islamique, qui tente de compenser son incompÈtence en matiÕre militaire, a dÈcidÈ d'utiliser la tendance naturelle des jeunes vers le suicide comme un atout dans sa lutte avec le monde occidental. Beaucoup pensent qu'il s'agit d'un affichage de la force de l'Áme islamiste. Je pense que c'est un cri de dÈsespoir des dirigeants des groupes terroristes qui sont incapables de rÈsoudre efficacement leurs problÕmes de personnel dØ Þ des complications avec la discipline et autres problÕmes susmentionnÈs typiques de la population auprÕs de laquelle les combattants doivent Étre recrutÈs.
       Parce que l'utilisation des terroristes suicidaires a atteint une ampleur et que la menace est le fondement du terrorisme islamique moderne, je vois le besoin d'examiner ce phÈnomÕne plus en dÈtail. La clarification de cette question est particuliÕrement nÈcessaire car des terroristes islamistes utilisent efficacement le fait qu'il existe des milliers de shahidistes potentiels et c'est une puissante propagande de leur invincibilitÈ. L'homme de la rue devient particuliÕrement nerveusement dÈsorientÈ Þ cause des nouvelles quotidiennes sur les nouveaux actes de terrorisme suicidaire.
       Le suicide est connu dans la nature. Le meilleur exemple c'est les rongeurs qui se suicident quand ils sont dÈplacÈs ; certaines espÕces de fourmis, pour permettre de surmonter des obstacles en crÈant un pont font don de leur propre corps pour leurs frÕres ; et les baleines qui se suicident aussi pour des raisons encore floues. Par consÈquent, la nature inspire parfois un besoin instinctif de certaines personnes Þ sacrifier leur vie, directement ou indirectement, en vue d'assurer la survie et la prospÈritÈ de l'espÕce.
       Selon les statistiques de l'Organisation Mondiale de la SantÈ (OMS), un attentat-suicide se produit dans le monde environ toutes les 40 secondes. En 2000, 815 000 personnes se sont suicidÈes. Ce nombre est plus de deux fois supÈrieure Þ celui des personnes tuÈes de cette mÉme annÈe dans les conflits armÈs (306 600). Il faut dire que si le nombre de tuÈs dans les conflits armÈs est gÈnÈralement aussi gonflÈ que possible (en particulier chez les perdants), le nombre de suicides est souvent sous-estimÈ. Dans de nombreux cas, les accidents de chutes, les accidents de voiture avec prÈmÈditation, et les surdoses de stupÈfiants ne sont pas comptabilisÈs comme des suicides. Toutefois, ceux-ci sont trÕs courants.
       MÉme dans un pays aussi sØr que le Canada, selon les donnÈes de l'OMS, 15 personnes sur 100 000 commettent un suicide. Parmi certains groupes nationaux tels que les Inuits (Esquimaux vivant dans le nord du Canada), le nombre de suicides est de 60 Þ 75 pour 100 000. D'autres secteurs de la population ont un nombre ÈlevÈ de suicides : les jeunes, les personnes ÁgÈes, les prisonniers et des malades mentaux.
       Le nombre de suicides augmente d'annÈe en annÈe. Au cours de la pÈriode allant de 1990 Þ 2000, pratiquement le mÉme nombre d'hommes sont morts en Ontario Þ la suite d'accidents automobiles et de suicides. Je ne parle pas du nombre de tentatives de suicide. Il convient de noter que les tentatives de suicide sont 3 Þ 4 fois plus ÈlevÈ chez les femmes que chez les hommes bien que le nombre de suicides chez les hommes soit quatre fois plus ÈlevÈ. Tous les quatre dÈcÕs dans un groupe d'Áge de 15 Þ 24 ans est le rÈsultat de suicides. Les femmes-shahides qui ont rÈcemment fait leur apparition sont Ègalement largement utilisÈes par les extrÈmistes de la propagande. MÉme les femmes font les coups elles-mÉmes. Cependant, comme nous le voyons dans les statistiques, la tendance des femmes Þ commettre un suicide est non seulement pas moindre mais vraiment plus ÈlevÈe que pour les hommes. La ceinture explosive est une bonne garantie que les efforts seront couronnÈs de succÕs.
       Ces chiffres indiquent que la tendance vers le suicide est extrÉmement forte chez les individus. Le suicide est Ègalement facilement sous l'influence des normes en vigueur dans une sociÈtÈ. Le soutien Þ un culte peut conduire au suicide, le culte du shahid peut considÈrablement renforcer ce potentiel qui est naturellement tapi dans toute sociÈtÈ humaine. Ainsi, une telle statistique rÈvÕle la secrÕte vigueur de la menace terroriste islamiste. Le Shahid pousse tous les candidats au suicide Þ porter une ceinture et Þ aller la porter sur la terre des adversaires dans des lieux communs avec autant de personnes que possible pour dÈtruire une grande partie de la population de la planÕte qui est parfois sans mÉme aucun lien quelconque avec l'idÈalisme islamique.
       En ce qui concerne l'ExtrÉme Est des cultures, il convient de noter qu'elle un lien encore plus lointain sur le plan de la civilisation europÈenne.
       L'ExtrÉme-Orient est une vÈritable Ènigme. La Chine avec sa dÈmographie galopante, le Japon avec son Ètourdissement progrÕs technique, ainsi que les nouvelles Ètoiles sur l'horizon de l'Èconomie mondiale comme Singapour, la CorÈe du Sud, TaÎwan, et autres lieux semblables. L'ExtrÉme Est de la civilisation se caractÈrise par une affinÈ des personnes Þ agir comme un organisme intÈgrÈ unique qui ne tient pas compte des impulsions individuelles et qui est fanatiquement fidÕle au service du bien commun.
       La Chine est une Ènigme. La culture chinoise pour moi, c'est un peu extraterrestre et, je pense, pas seulement pour moi. Nous comprenons peu sa motivation, ses pensÈes et sa logique. Le fait que beaucoup de Chinois vivent en Occident et que, vous et moi, mon cher lecteur, sommes nÈcessairement toujours habillÈs par des produits chinois fabriquÈs par des Chinois ou en train de manger quelque chose de chinois. Le monde entier est un marchÈ de la fourmiliÕre humaine grandiose appelÈ la Chine.
       Il ne faut pas oublier que des milliers d'annÈes, la Chine Ètait la premiÕre civilisation dans le monde. Au cours du dix-neuviÕme et au dÈbut du XXe siÕcle, le pays fut plongÈ dans des conflits civils, la famine, et des occupations militaires. Pendant la Seconde Guerre mondiale, les communistes sous la direction de Mao Tse Tung ont commencÈ Þ construire un ètat communiste. En outre d'Ènormes coØts Èconomiques, le pays a perdu des dizaines de millions de personnes par la faim et la misÕre.
       Toutefois, la Chine aujourd'hui, sans modifier sensiblement sa base idÈologique, fait l'objet d'une revitalisation Èconomique sans prÈcÈdent. De 1994 Þ 2003, le volume des exportations chinoises a augmentÈ de prÕs de quatre fois, de 120 Þ 438 milliards de dollars. Les dirigeants du pays prÈvoient qu'il augmentera en 2007 Þ $ 800 milliards. Avec de tels volumes d'Èchanges, la Chine va certainement devenir un des principaux acteurs Èconomiques dans le monde. Washington, Tokyo et Bruxelles doivent maintenant examiner Ègalement l'avis de Chine. Des sujets tels que les droits de l'homme et la libertÈ de la presse ont ÈtÈ poussÈs Þ l'arriÕre-plan de la politique moderne. Tout le monde souhaite recevoir un morceau du gÁteau chinois afin d'Èviter les coups en douce Chinois, mais seulement sur le plan Èconomique pour le moment. Il est connu que toute Èpreuve Èconomique a toujours tendance Þ se transformer en un conflit militaire.
       Le mythe du bon marchÈ et de la faible qualitÈ des marchandises de la Chine se dissipe littÈralement sous nos yeux. Des produits bon marchÈ mais de haute qualitÈ prennent leur place. Les leaders des sociÈtÈs amÈricaines et europÈennes sont horrifiÈs Þ l'expansion du commerce de la Chine. De puissants ordinateurs personnels pour 200$, de bons vÉtements et des chaussures pour cents 100 ou 200$. C'est le paradis pour les consommateurs, mais la faillite de l'Èlectronique dans les pays riches.
       La plupart des principales marques mondiales ont depuis longtemps et avec plaisir passÈ des commandes en Chine et collÈ dessus "Made in China". En moyenne depuis 1998, la tÈlÈvision est devenue meilleur marchÈ de 9% chaque annÈe ; l'Èquipement sportif, de 3% ; les outils de bricolage, de 1%. Aucun pays europÈen n'a cette dynamique. Aujourd'hui, plus de 30% des exportations chinoises sont l'Èlectroniques, l'ÈlectromÈnager, l'Èquipement. De plus en plus, la confiance augmente dans les produits chinois et du fait que Wal-Mart, le plus grand dÈtaillant au monde, ne cesse d'augmenter le volume de marchandises en provenance de Chine, il y a longtemps que les achats ont dÈpassÈ les 15 milliards de dollars.
       Non seulement la quasi-totalitÈ des gÈants de l'automobile mondiale ont leur propre production en Chine, mais aussi de nombreux consommateurs, dont Philips et General Electric. Non seulement les ampoules Èlectriques simples, mais aussi gigantesques turbines sont fabriquÈs en Chine. Ce fait confirme Þ nouveau la grande qualitÈ de la main-d'œuvre chinoise.
       Pendant plusieurs annÈes de suite, la Chine a pris l'initiative l'initiative d'attirer l'investissement Ètranger direct. Au cours de 2003-2005, la moyenne annuelle du volume des investissements directs Ètrangers Ètait au niveau de 55-60 milliards de dollars. Environ la moitiÈ du total des exportations chinoises sont produites par des coentreprises. Leur part dans le total des investissements dans des fonds de base dans le pays est supÈrieur Þ 15%. Maintenant, plus de 400 des 500 plus grandes sociÈtÈs mondiales ont prise dans l'Èconomie chinoise. Cette bataille n'est pas seulement pour le marchÈ chinois. C'est le modÕle de la survie des entreprises dans le monde global.
       General Motors, Volkswagen, Toyota Motors et Ford Motors dans un proche futur envisagent de dÈpenser environ 14 milliards de dollars pour la production annuelle d'environ six millions d'automobiles sur le marchÈ local. General Motors gagne presque un tiers de ses bÈnÈfices sur le marchÈ chinois. Un tiers de la croissance des voitures personnelles du Japon est due Þ la demande croissante de la Chine. Cet indice est beaucoup plus ÈlevÈ pour TaÎwan, 68%. Ces tendances stimulent Ègalement la croissance de l'Èconomie amÈricaine.
       þ partir de 2002, la RÈpublique Populaire de Chine est devenue le principal crÈancier de l'AmÈrique. La Banque Nationale de Chine est le deuxiÕme plus gros acheteur des obligations d'ètat des ètats-Unis, aprÕs le Japon. Ainsi, les furieuses dÈpenses de croissance de George Bush ont ÈtÈ financÈes en grande partie par la Chine. Au cours de 2002-2004, la rÈserve de devises des banques asiatiques ont progressÈ de plus de 1,2 billions de dollars. La Banque centrale d'Asie dÈtient 80% de la rÈserve mondiale de dollars. þ savoir ces aides pour les ètats-Unis ont empÉchÈ une plus profonde dÈvaluation du dollar amÈricain au cours des deux derniÕres annÈes.
       Il est tout Þ fait possible que la Chine joue un rÒle beaucoup plus important et dÈcisif sur la scÕne mondiale dans un proche avenir. L'utilisation d'une approche Ènergique en direction de ce grand pays devient de plus en plus illusoire. Un point positif c'est que le peuple chinois dans les siÕcles passÈs n'a pas beaucoup aspirÈ Þ dominer le monde et, visiblement, ce n'est pas une caractÈristique de cette nation. Toutefois, la Chine a un rÈel problÕme avec un manque d'espace de vie qui sera rÈsolu, trÕs probablement, au dÈtriment des pays voisins.
       L'Inde a soudainement commencÈ Þ se reprÈsenter elle-mÉme comme le deuxiÕme pays le plus peuplÈ au monde. Il est difficile de lui attribuer un modÕle de civilisation, car de nombreuses caractÈristiques qui composent ce pays sont Ètroitement liÈes. Les Hindous sont Èpris de paix et participent rarement Þ des conflits ouverts. Ils sont de bons commerÃants. Toutefois, il n'est pas simple de leur vendre quelque chose. Leur capacitÈ Þ reprÈsenter le dÈsirable comme l'authentique, y compris par une sincÕre autohypnose, n'a tout simplement pas d'Èquivalence et interfÕre avec une sobre Èvaluation de la situation rÈelle de l'entreprise et empÉche toute activitÈ commerciale et dÈveloppement en gÈnÈral.
       La majoritÈ des sociÈtÈs multinationales modernes sont en train d'Ètablir des bureaux de reprÈsentation en Inde et dans d'autres pays en dÈveloppement, ce qui occasionne un transfert d'emplois des pays dÈveloppÈs vers les pays du tiers monde. Cette tendance est considÈrÈe comme extrÉmement nÈgative par les pays dÈveloppÈs. Toutefois, c'est trÕs utile au niveau mondial.
       Une bonne illustration de la circulation directe de l'emploi dans un pays du tiers monde c'est le fait que, selon le magazine Fortune, en avril 2005 IBM supprime 14 500 emplois en Europe et dans le mÉme temps, selon le New York Times, planifie d'embaucher 14 000 nouveaux employÈs en Inde.
       La raison de ce transfert d'emploi est le faible salaire, le nombre de personnels formÈs et la douceur des normes de travail dans les pays du tiers monde. Par exemple, il existe un grand nombre de spÈcialistes qui parlent anglais en Inde. Selon la ConfÈdÈration des industries indiennes, il y a 2,5 millions de spÈcialistes en technologies de l'information, d'ingÈnieurs et de spÈcialistes en sciences biologiques qui sont diplÒmÈs chaque annÈe en Inde. En outre, plus de 1500 diplÒmes de doctorat sont accordÈes dans ces mÉmes domaines. Je crois que cela a un effet positif sur la rÈpartition des richesses dans le monde, mÉme plus, cela facilite le dÈveloppement des sous-rÈgions et, surtout, Þ terme cela peut engendrer une approche plus sobre des pays dÈveloppÈs en vue de leur lÈgislation du travail qui se rÈduit parfois Þ l'absurde embauche de paresseux et Þ l'inefficacitÈ des employÈs qui reÃoivent des salaires gonflÈs, sont nantis de droits dÈraisonnable et, surtout, ont tendance, aprÕs une brÕve pÈriode Þ recueillir des allocations de chÒmage. Le dÈveloppement normal de l'entreprise fondÈe sur une telle main-d'œuvre devient pratiquement impossible, ce qui oblige l'employeur soit Þ remplacer la partie inefficace et coØteuse des employÈs avec des systÕmes automatisÈs ou Þ sous-traiter les emplois en outre-mer. Les ètats n'ont d'autre choix que d'entamer la concurrence pour des emplois avec des employeurs offrant des conditions raisonnables. Les salaires dans les pays du tiers monde vont certainement augmenter et les conditions de travail s'amÈlioreront. Je crois que si le monde n'est pas soumis Þ une catastrophe extraordinaire qui romprait l'Èquilibre actuel, le marchÈ du travail du futur sera global et les restrictions en matiÕre de visas ne seront pas justifiÈes.
       L'objectif principal de la communautÈ mondiale dans un proche avenir est de tenter d'Èviter les cataclysmes massifs tels que les guerres, les astÈroÎdes, et d'autres ÈvÈnements qui pourraient faire plusieurs pas en arriÕre Þ l'humanitÈ et la faire couler dans les Áges sombres. Ainsi, l'essentiel est que notre avenir ne s'engage pas dans la tombÈe de la nuit des Áges.
       Malheureusement, une prÈvision optimiste est improbable parce que les communautÈs humaines n'ont jamais rÈussi un dÈveloppement progressif, sans baisse de civilisations et autres catastrophes. Ainsi, selon les prÈvisions des statistiques, l'Ècrasement d'un gros astÈroÎde est inÈvitable dans chaque intervalle de temps dÈfini comme une action militaire de grande envergure et les conflits sont inÈvitables. Par exemple, le programme anti-missile de dÈfense des ètats-Unis suscite de graves inquiÈtudes parce que si Washington est convaincu que le ciel amÈricain est invulnÈrable, les contremesures nuclÈaires contre d'autres pays cesseront d'avoir de l'effet.
       Si nous parlons du libre dÈveloppement de l'humanitÈ, on peut supposer qu'en gÈnÈral elle suive un chemin qui rappelle que, pour le dÈveloppement des pays dÈveloppÈs, qui est orientÈe vers le bien-Étre du monde, il faut une alimentation et les mÈdicaments moins cher pour la population des pays, au moins tant qu'ils ne se dÈcomposent pas dans les maisons des riches, et commencer la prochaine rÈvolution mondiale. Sinon, la suite sera que tout le monde redescendra Þ un niveau Ègal de pauvretÈ.
       La mort des civilisations est tout aussi inÈvitable que la mort des individus. Mais, tout comme le fil du dÈveloppement spirituel des individus est transmis de gÈnÈration en gÈnÈration, le flash des civilisations antÈrieures sera transmis Þ leurs brillants successeurs. Notre civilisation est pleine d'esthÈtique grÈco-romaine, de philosophie et de culture, tout comme la civilisation qui remplacera la nÒtre portera les traces de notre destin et nos rÈalisations. La logique de Tvorets est ici et nous ne pouvons pas la changer. N'est-ce pas le cas ? La catastrophe a commencÈ non pas quand NoÈ a larguÈ l'arche, mais avant qu'il ne puisse le faire. Et si le mince fil de nos rÈalisations peut se briser facilement, je crois que le Seigneur ne le permettra pas. Mais vous avez raison sur la mort inÈvitable de la civilisation dans laquelle nous vivons. C'est une question de temps, demain, dans 200 ans... La chute de l'Empire romain a commencÈ quand il a ÈtÈ scindÈ en deux parties. Toutefois, aprÕs cela, la partie occidentale a durÈ plus de 400 ans et l'est, plus encore, sur mille ans... La seule chose importante, c'est que tout se passe beaucoup plus vite dans notre temps. Le passage d'une civilisation Þ une autre n'arrive pas nÈcessairement avec cris, des invasions barbares et des assassins, mais le plus souvent c'est le cas. Nous sommes tous comme des enfants de leurs parents qui cachaient le fait que tout le monde meurt tÒt ou plus tard, et nions que notre civilisation va inÈvitablement pÈrir. L'enfant est allÈ dans la rue pour chercher le pain Þ la boulangerie et des imbÈciles ont saisi l'occasion de lui expliquer, tuant sa colombe dans son œuf, que tout le monde meurt tÒt ou tard. Donc, il pleure, et pleure, pleure... Mais ces larmes sont utiles, ce sont des larmes d'illumination.
      

    Chapitre 16
    Le terrorisme n'est pas une cause, mais une consÈquence

      
       Le terrorisme torture le monde. Tout d'abord, ce n'est pas nouveau mÉme s'ils tentent de nous convaincre. C'est ce qui s'est passÈ de tous les temps. Les commentateurs russes Þ la RTVI amÈricaine font valoir la conclusion que, " Notre civilisation doit revenir Þ la barbarie de sorte que la barbarie puisse vaincre les terroristes islamiques. " Au dÈbut, cela semble assez logique. Toutefois, il s'avÕre que cela est faux aprÕs rÈflexion.
       Le terrorisme n'est pas une cause mais une consÈquence. Afin de changer quelque chose en fait, il est nÈcessaire de trouver la cause et la combattre, elle, pas la consÈquence.
       Je me souviens, il y a deux ans, j'ai entendu une confÈrence enregistrÈe : "Il y aura une troisiÕme guerre mondiale" ou quelque chose comme Ãa. Et je me souviens bien les mots Èloquents de l'enseignant : "L'idÈologie n'est jamais une cause. L'idÈologie n'est jamais la raison principale. La seule raison pour laquelle l'histoire s'emballe, c'est la lutte pour le pouvoir."
       Prenez la RÈvolution d'Octobre. Je ne doute pas que LÈnine et ses camarades ont ÈtÈ des idÈalistes fanatiques. Pourtant, ils ne sont pas la cause mais la consÈquence.
       S'il n'y avait pas eu le soutien du Kaiser allemand, cette infime poignÈe de fanatiques radicaux n'auraient pas usurpÈ le pouvoir ni l'aurait conservÈ. En raison des quatre ans de guerres extÈnuantes, l'Allemagne avait besoin de mettre hors jeu la Russie et trouver une mÈthode simple et extrÉmement efficace, louant les bolcheviks radicaux et fanatiques de sorte qu'une politique interne renverse la Russie hors de la guerre. Il n'Ètait pas important qu'une rÈvolution affecte Ègalement l'Allemagne. L'important c'est qu'il Ètait dÈjÞ trop tard pour lutter contre les bolcheviks qui voyageaient en wagons scellÈs Þ travers l'Allemagne. Ils n'Ètaient pas la cause mais la consÈquence. Comme un dard empoisonnÈ qui perce dÈjÞ le corps de sa victime... Qu'est-ce qui a guidÈ l'Allemagne ? La peur !
       Il en va de mÉme avec les terroristes modernes. Qui en a besoins et les utilise ? Ils sont trÕs nombreux. L'Europe, unie dans la peur avec les ètats-Unis ont lancÈ les monnaies nationales. Les Arabes sont devenus la principale raison de la politique moderne. La Russie n'est pas intÈressÈe de quelque maniÕre que ce soit dans le rÒle des ètats-Unis comme une superpuissance dans un monde mono-polaire. Le fait que les terroristes, hors de contrÒle, frappent l'Europe et les Arabes eux-mÉmes, menaÃant la stabilitÈ de leurs rÈgimes, et gÉnent la Russie qui soutient la TchÈtchÈnie, ne signifie nullement que le terrorisme contre les ètats-Unis n'est pas du goØt de tous ces acteurs susmentionnÈs. Nous avons oubliÈ la CorÈe du Nord, la Chine et de nombreux autres pays pour qui le gendarme monde, rÒle des ètats-Unis, est constamment en opposition et n'est absolument pas nÈcessaire.
       La crainte de tous ces acteurs, pour qui le terrorisme contre les ètats-Unis est trÕs agrÈable Þ leur goØt, c'est la peur des ètats-Unis eux-mÉmes qui sont beaucoup plus grands et puissant que tout le potentiel des terroristes. Les actes de terreur dÈtruisent les poches de peuples pacifiques qui n'ont jamais ÈvaluÈ leurs dirigeants. Mais les ètats-Unis peuvent effectivement supprimer le pouvoir de pratiquement toute force sur terre ou, du moins, nuire de maniÕre significative Þ ce pouvoir.
       Ainsi dans la pratique, directement ou indirectement, le monde entier soutient le terrorisme par crainte des ètats-Unis. Il s'agit d'une rÈponse directe Þ la menace des ètats-Unis et sa tendance Þ l'expansion mondiale, le manque de respect pour les traditions locales, et la concentration complÕtement disproportionnÈe de la soliditÈ financiÕre du monde. Un pays avec 4-5% de la population mondiale concentre entre ses mains 25% du capital mondial. Le soutien directe ou silencieux du terrorisme islamique symbolise une tentative de redistribuer cette influence. Bien sØr, il est impossible de raisonner avec le terrorisme, car il est fanatique et son slogan est "La mort !"
       Ainsi, avec ce qui se passe en Irak, le monde entier en veut plus ! Parce que leur peur des ètats-Unis n'Ètait pas du tout vaine ! Les Yankees ont brisÈ toutes les rÕgles et peuvent enlever Þ quiconque le pouvoir chaque fois que cela leur semble pratique. Et le fait que la violence en Irak n'a pas du tout diminuÈ avec le dÈpart de Saddam, cela donne Þ penser que la question n'Ètait et n'est toujours pas avec Saddam lui-mÉme.
       Les ètats-Unis doivent parvenir Þ un accord avec l'Europe, la Russie, la Chine et les autres dictateurs ou manipulateurs. Il est nÈcessaire de parvenir Þ un accord dÈlicatement et sur un long terme. Les ètats-Unis doivent changer d'attitude envers le monde, et traiter non pas comme un spectateur ou un ordonnateur mais comme ÈlÈments importants de l'ordre mondial. Les ètats-Unis devraient se montrer plus craintifs alors qu'ils croyaient que rien n'Ètait Þ craindre. Toutefois, c'est absolument impossible, surtout maintenant.
       Ainsi, afin de vaincre le terrorisme, il n'est pas du tout nÈcessaire de se pencher au niveau de la barbarie. D'autre part, une augmentation du niveau vers une culture politique plus raffinÈe et une meilleure comprÈhension des relations internationales est nÈcessaire.
       Mais les ètats-Unis doivent-ils combattre le terrorisme ?
       C'est une question trÕs vaste. Il est tout Þ fait envisageable qu'ils ne devraient pas du tout. La concentration de la puissance militaire, la suppression des libertÈs aux ètats-Unis et la popularitÈ du pouvoir en raison des victoires militaires ramÕnent ce peuple au niveau du Moyen-Áge, oÛ tous sont des hÈros. Il est vrai qu'ils ont capturÈ Saddam dans une fosse. Mais, personne n'a effectivement planifiÈ de dÈtruire le terrorisme dans le monde. Ce qui est Ègalement pratique pour tout le monde Þ ce stade, tout comme la guerre froide a ÈtÈ pratique pendant quarante ans.
       Est-il surprenant que la question " Faut-il que l'ètats-Unis combattent le terrorisme " soit une " trÕs vaste question " pour vous ? Si une troisiÕme guerre mondiale Èclate, il faut savoir que malheureusement, une victoire de la civilisation occidentale est loin d'Étre garantie, car sÈrieux sont les dÈbats contradictoires avec l'Europe et l'AmÈrique sur la pertinence de mesures de lutte contre le fondamentalisme islamique. Les terroristes utilisent d'anciennes mÈthodes, mais elles sont souvent validÈes par le principe que tout est juste dans une guerre. Le terrorisme doit Étre combattu. Il peut montrer son visage vicieux non seulement dans les tours du World Trade Center Þ New York, dans les trains d'Espagne, mais aussi dans les rues de Londres. Il peut aussi surgir dans vos forÉts canadiennes.
       La situation peut Étre totalement acceptable pour la direction des ètats-Unis. Le fait est que les terroristes tuent principalement de simples personnes innocentes et les politiciens considÕrent que rien n'est plus abstrait que des nombres.
       Allez-vous dÈfendre le fait que les hommes politiques de tous les pays sont absolument sans scrupule et que leur unique motivation est le pouvoir ? Il me semble qu'il s'agit lÞ d'une vÈritÈ commune. Comme toujours, les intÈrÉts des simples citoyens peuvent Étre captÈs par l'intÈrÉt de personnalitÈs politiques. Je ne dis pas que c'est mauvais, ni ne veux dire que c'est une bonne chose. Je veux dire que le monde est construit de telle sorte que ceux qui la contrÒlent sont des escrocs, qu'il se distingue par le fait que les escrocs eux-mÉmes ont pris le pouvoir il y a longtemps et n'ont pas besoin de s'appuyer sur des actes terroristes ; tout est trÕs bien avec eux. Mais il y en a d'autres, de nouveaux escrocs, qui veulent leur propre part du gÁteau ou l'ensemble des gÁteaux Þ la fois... Mais les anciens escrocs ne veulent pas cibler et d'essayent donner l'impression qu'ils se battent entre eux. Il n'existe pas de solution simple Þ ce problÕme. Capturer cinq autres pontes irakiens ne sera toujours pas une solution simple... Les ètats-Unis doivent comprendre la complexitÈ des enjeux politiques de l'Europe, qui sont consentis par la BBC, The Guardian, Le Figaro et les " combattants de la libertÈ " mais ils ont finalement ÈtÈ dÈcimÈs par ces mÉmes combattants, comme cela s'est produit en 1807-1812 et 1939 et cela se reproduira encore de nombreuses fois. Un accord doit Étre fait avec celui qui est pour les terroristes... Vous proposer mordre le bÁton comme un chien. Mais il faut mordre ou Étre d'accord avec celui qui tient le bÁton.
       Est-ce que les hommes politiques modernes veulent vraiment Èliminer le terrorisme ? Il est tout Þ fait possible que l'absence de terrorisme soit pour eux comme une menace d'Èlimination de leur poste. Leur popularitÈ grimpe immÈdiatement aprÕs une attaque... mais les Èlections ne se produisent pas tous les jours. Et par les prochaines Èlections suivantes, ils sont dÈclarÈs glorieux dÈfenseurs de la patrie... DÈraciner le terrorisme vous fait perdre de la puissance... Souvenez-vous que Churchill Ètait un personnage important dans sa victoire sur le fascisme et n'a pas ÈtÈ rÈÈlu aux Èlections Þ la fin de la guerre. þ mon avis, cela ne satisfait pas tout homme politique. Tous les hommes politiques sont animÈs par les mÉmes ambitions que le Hamas, qui devient plus actif dÕs que le processus de paix se fait sentir parce que le Hamas n'est plus nÈcessaire si la paix rÕgne, et plus personne ne lui donnera l'argent... Je soutiens qu'il n'y a pas de sÈrieuses divergences entre les dirigeants de l'Europe et les terroristes dans la quÉte du pouvoir. Certains Ètaient tout simplement des terroristes pendant la RÈvolution franÃaise et la Guerre d'IndÈpendance des ètats-Unis. Tout le monde a oubliÈ cela depuis longtemps. D'autres veulent leur propre rÈvolution, l'indÈpendance et le pouvoir avec un retard de 250 ans.
       Je n'ai rien dit d'IsraÊl. Et ce n'est pas par hasard. þ prÈsent, avec les changements importants dus au conflit en Irak, ce pays a cessÈ d'avoir une signification primordiale. Et si IsraÊl est dÈsormais reconnu comme une marionnette, cela veut dire qu'il n'avait jamais eu aucune importance quant au terrorisme mondial, peu importe comment sonne ce paradoxal.
       Pour dÈcrire de maniÕre comprÈhensible la situation en IsraÊl, je prendrai la libertÈ d'utiliser une longue citation du comique amÈricain Dennis Miller, qui, ce doit Étre notÈ, n'est pas juif. Dennis Miller accueille l'Èmission tÈlÈvisÈe "Dennis Miller En direct" sur HBO. RÈcemment, en essayant d'expliquer Þ ses concitoyens amÈricains l'essence du conflit palestino-israÈlien, il a dit : "les Palestiniens veulent leur propre pays. Il y a seulement un accroc Þ cela. Les Palestiniens n'existent pas en tant que tel. C'est un mot inventÈ. IsraÊl a ÈtÈ appelÈ la Palestine pendant deux mille ans. Le mot 'Palestinien' semble antique mais en fait il ne l'est pas. C'est une invention moderne. Avant que les IsraÈliens n'aient reÃu le territoire suite Þ la guerre de 1967, la Bande de Gaza appartenait Þ l'ègypte, la Cisjordanie et la riviÕre du Jourdan appartenait Þ la Jordanie et les Palestiniens n'existaient pas. SitÒt que les Juifs ont installÈ les territoires et ont commencÈ Þ cultiver des oranges de la taille de basket-balls, ils ont trouvÈ 'les Palestiniens' pleurant sur leurs liens profonds Þ leur terre et leur nation perdues. Ainsi, au nom de l'honnÉtetÈ, n'utilisons pas le mot 'Palestiniens' plus longtemps pour dÈcrire les enfants trÕs charmants qui dansent avec joie sur nos morts (amÈricains) tandis qu'aucun d'eux ne se soucie qu'ils soient enregistrÈs sur magnÈtoscope [par des journalistes amÈricains]. Au lieu de cela, utilisons un autre nom qui dÈcrit mieux ce peuple : 'Autres Arabes Qui Ne Peuvent Rien Accomplir Dans La Vie Et PrÈfÈrÕrent s'Envelopper Dans Le MÈlodrame SÈduisant De La Lutte èternelle Pour La Mort.' Bien, c'est un peu long pour s'attendre Þ ce que les journalistes de CNN l'utilisent. Alors appelons-les `les Juifs-Haters-Adjacents' pour les diffÈrencier de tout autre 'Juif-Haters-Non-Adjacent.' Ainsi, `les Juifs-Haters-Adjacents' veulent leur propre pays. Il y a toujours un petit problÕme. Non, ils ne le veulent pas, ils pouvaient l'avoir Þ tout moment depuis les trente derniÕres annÈes, particuliÕrement les cinq derniÕres annÈes. Cependant, si vous avez votre propre pays, vous devez installer des feux rouges et des Èboueurs, crÈer des organisations commerciales et plus Ètrangement, d'une faÃon ou d'une autre commencer Þ mener une vie normale ! Ce n'est pas un amusement ! Non, ils veulent ce que veut tout Juif-Haters dans la rÈgion, ils veulent IsraÊl. Bien sØr, ils veulent aussi une pile Ènorme de cadavres juifs, ce qui donne plus de satisfaction, mais principalement ils veulent IsraÊl. Pourquoi ? Seulement pour dÈtruire IsraÊl ou 'l'EntitÈ de Sioniste,' comme ils appellent ce pays dans leurs livres scolaires. Pendant les cinquante derniÕres annÈes, ce but a permis aux leaders des Pays arabes de distraire l'attention de leur peuple loin du fait que ces pays sont les moins instruits, pauvres et scotchÈs au niveau des relations... NÈanmoins tribal, je roule des yeux chaque fois j'entends parler de la grande histoire et de la culture du Proche-Orient Musulman. Si je n'ai pas manquÈ quoi que ce soit, les Arabes n'ont rien donnÈ au monde depuis qu'ils ont inventÈ l'algÕbre. Et tous nos remerciements leur vont pour cela.
       Cinq cent millions d'Arabes et cinq millions de Juifs. Imaginez tous les Arabes comme un terrain de football. En comparaison, IsraÊl serait une boÍte d'allumettes. Et maintenant ces mÉmes nations jurent qu'elles seraient immÈdiatement satisfaites si on leur en donnait la moitiÈ. Est est-ce que c'est vrai ? Oh, c'est une merveilleuse nouvelle ! Mais attendez, qu'en est-il de cette sÈrie de guerres et le serment constant de dÈtruire tous les Juifs et de les jeter Þ la mer ? Nous rigolions juste un peu... Mon ami Kevin Rooney a fait le commentaire suivant : " Changez simplement complÕtement la situation. Imaginez cinq cent millions de Juifs et cinq millions d'Arabes. " J'ai ÈtÈ frappÈ par la belle simplicitÈ de cette comparaison. Quelqu'un peut-il imaginer un Juif mettant une ceinture explosive remplie de lames de rasoir et de clous ? Non, bien sØr que non ! Ou faisant tout ce qui est possible pour conduire le minuscule Ètat arabe dans la mer ? Non-sens ! Ou dansant avec joie grÁce au meurtre d'innocents ? Impossible ! Ou diffusion un horrible mensonge d'Arabes cuisant du pain avec le sang d'enfants ? RÈpulsif !
       La plus mauvaise chose qu'un Juif puisse faire dans sa vie, c'est de vous laisser mourir !
       Bien sØr, M. Bush a besoin de l'appui des pays arabes, particuliÕrement quand il a commencÈ la guerre avec l'Irak. Mais cet appui est aussi illusoire qu'essayer de garder une foule de top-modÕles dans une piÕce sans leurs narcotiques...
       Cependant, il y a toujours un danger de perdre l'objectivitÈ et l'Èquilibre moral dans n'importe quelle stratÈgie Þ grande Èchelle. Nous l'avons dÈjÞ partiellement perdu. AprÕs les attaques terroristes du 11 septembre 2001, Le PrÈsident Bush a dit au monde entier qu'il planifiait de traquer le terrorisme et les pays qui le soutiennent. Excellent. Cependant, quand les IsraÈliens subissent des actes terroristes presque chaque jour Èquivalent Þ l'explosion dans la Ville de l'Oklahoma, au lieu de commencer Þ Èradiquer le terrorisme, les ètats-Unis exigent de la retenue de la part d'IsraÊl.
       Si l'AmÈrique subissait des actes terroristes pratiquement chaque jour, nous recommanderions trÕs vite et vivement Þ notre gouvernement de les arrÉter immÈdiatement en tuant tous les protagonistes de cette horreur !
      

    Chapitre 17
    Le FantÒme de la Solution Finale

      
       Une personne normale est celle qui pense tout d'abord Þ sa sÈcuritÈ et la sÈcuritÈ de ceux qui lui sont chers, ce qu'il fait en gÈnÈral en toute humanitÈ. Une personne normale cherche l'amour, l'amitiÈ, le succÕs dans les affaires ; sollicite l'art et la crÈativitÈ ; est entraÍnÈ vers les sciences ; et il commence finalement Þ chercher l'auto-actualisation, et soutenant d'autres choses encore. Il n'y a aucune race, nationalitÈ, nation, espÕce, sous-espÕce, le nÒtre et le vÒtre et le mien et autres pour une telle personne. Elle comprend que si tous les gens ne sont pas toujours des frÕres, rien ne les arrÉtent pour tenter de le devenir. Mais le fait est qu'un peuple normal ne contrÒle pas le monde.
       Racontez Þ une personne normale la rhÈtorique des Sionistes et des antisÈmites. Elle n'en comprendra rien. Qui est le peuple Èlu ? Pourquoi crÈer un Ètat comme un royaume antique dirigÈ par des prÉtres et une religion inhumaine dans le troisiÕme millÈnaire ? D'autre part, pourquoi en utilisant le svastika indien antique, incinÕrent-ils les disciples des enseignements juifs antiques dans des fours ? Chacun a oubliÈ il y a longtemps que l'homme a besoin de la religion pour vivre et que mourir est plus facile que d'avoir ses biens confisquÈs, d'Étre interdit de mariage, interdit d'Èlever des enfants, ou, de plus, Étre mis Þ mort pour des idÈes trop ÈlevÈes, ou refuser des obsÕques, les dÈcaler dans le temps pour ennuyer les parents au mÈpris du dÈcÈdÈ.
       Si Hitler resurgissait et voudrait recommencer l'annihilation des Juifs, quel plan d'action attaquerait-il pour se familiariser avec une situation moderne ? Bien sØr, tous doivent Étre rassemblÈs en un endroit et pulvÈrisÈs par une bombe nuclÈaire, de prÈfÈrence celle qui leur est propre.
       Comment appelons-nous ceux qui encouragent tous les Juifs Þ se rÈunir en IsraÊl et Þ les soutenir mÉme pour qu'ils aient leur propre bombe nuclÈaire ? Nous les appelons des Sionistes. Ainsi, Hitler Ètait un Sioniste. Notez que je n'ai pas dit que les Sionistes Ètaient des fascistes. J'ai seulement dit que tous les deux parlent la mÉme langue, la langue de race... Les fascistes pourraient entiÕrement soutenir des Sionistes en termes de concentration de tous les Juifs en un seul endroit. Ils seraient les avocats actifs de n'importe quelle sorte de concentration...
       Les Palestiniens reprÈsentent un certain type de Juifs arabes. Ils sont rÈprouvÈs dans tous les pays incluant le leur qu'ils n'ont toujours pas. Le monde Musulman a rÉvÈ pendant une longue pÈriode de leur dÈlivrance totale. Quelle est la meilleure voie ? Les installer ensemble avec des Juifs en IsraÊl ? Entassez-les et dÈmÉlez les questions tant juives que palestiniennes.
       þ mon avis, tout cela va ensemble. Le reste n'est qu'une pure rhÈtorique vide de sens.
       IsraÊl est tout aussi nÈcessaire pour les ChrÈtiens fanatiques mais enthousiastes. On ne peut pas impressionner quelqu'un que vous vous croisiez en lui souriant jusqu'aux oreilles, on n'en devient pas plus saint. La saintetÈ n'est pas dans des rituels ou dans le culte de la torture ou mÉme dans la mise Þ mort, mÉme si c'est Dieu qui a fait l'homme. Le Christ, c'est un culte qui est seulement une variation d'un sacrifice barbare... La saintetÈ est dans des pensÈes. Et les pensÈes devraient Étre bonnes et pures. Les pensÈes ÈclairÈes devraient Étre un gage de sÈcuritÈ, entre tous et ceux prÕs de vous, d'amour, d'amitiÈ, de succÕs dans les affaires, dans l'art, la science et plein d'autre choses...
       Cependant, les fanatiques de toutes les couleurs commencent toujours par se souvenir de la fin. Ils cherchent immÈdiatement l'auto-actualisation, commenÃant une recherche dans des fosses et dÈchets. La SÈcuritÈ n'est rien pour eux. Qu'est-ce que la sÈcuritÈ pour un sadomasochiste ? Un ennui total !... L'amour peut Étre une simple idÈe pour nos fanatiques. L'amitiÈ, seulement avec des camarades dans une fÉte ou en religion. Ils ont besoin de la science pour faire de meilleures bombes et de l'art pour dissÈminer leurs idÈes.
       Ainsi, les fanatiques, peu importe leur couleur, si le ChrÈtien, le fasciste, le Sioniste ou le Musulman ont le dÈsir commun qu'IsraÊl doive exister, ils feront de mÉme. Laissez leurs motifs Étre diffÈrents et leurs intentions aussi, qu'ils ne changent rien parce qu'ils sont tous des passagers dans le mÉme train. L'un est ingÈnieur ; un autre est droguÈ ; un troisiÕme, un ivrogne... OÛ est la diffÈrence puisqu'ils tirent tous dans la mÉme direction !
       Calmez-vous, les canailles sont debout derriÕre eux. Ils n'ont aucune idÈe et les idÈologies n'existent pas eux. Ils n'ont aucun besoin de l'argent ! Ils n'ont mÉme pas besoin du pouvoir ! Ils jouent des jeux envoØtants... Et maintenant l'Union soviÈtique s'effondre. Peu importe oÛ on va, des parents se sont sacrifiÈs en IsraÊl particuliÕrement pour tout cela par l'organisation instruite en un forum manifeste pour tous les Juifs soviÈtiques. Chacun apporte ses documents contrefaits et autres faux papiers. Ils sont partis ! Sont allÈs en IsraÊl. Ils sont devenus subitement riches ! Et ils s'agitent de maniÕre tonitruante. Les antisÈmites hurlent aux autres : "Partez en IsraÊl !" Mais c'est seulement la premiÕre partie de l'expression. La deuxiÕme partie est toujours un secret. Cependant, il n'y a aucun secret. "Partez en IsraÊl ! Nous tuerons vous tous lÞ-bas !"
       Vous le savez implicitement. Prenez un Juif, donnez un Juif... c'est bon, revenez au point de dÈpart ; Hitler aurait ÈtÈ extasiÈ. Il aurait caressÈ sa moustache, aurait levÈ sa main en criant follement : " IsraÊl ist fÝr Juden ! All Juden mÝssen nach IsraÊl gehen !" Bien, qu'est-ce qui n'est pas sioniste dans cela ?
       Alors, remarquant que les non-juifs sont aussi attrapÈs dans la souriciÕre, notre FÝhrer est ressuscitÈ, comme un homme qui aime l'ordre, il a donnÈ l'ordre d'effectuer la purification, attraper tous les non-juifs et de les renvoyer. Oui, les Juifs ont contrefait des documents qu'ils avaient de quelques parents pour qu'ils les laissent aller. Ils ont simplement appelÈ ce forum IsraÊl et ont ordonnÈ une "aliyah". Et maintenant il s'avÕre que ceux qui ont changÈ les documents et des noms de famille pour partir doivent Étre renvoyÈs. Pas Þ cause de la compassion, mais parce que l'ordre du FÝhrers qui l'Ètape finale du plan grandiose et qu'ils ont appelÈ la Solution Finale devrait commencer ici.
       PlaÃons les Ètiquettes l'une sur l'autre. Celui-ci est un fasciste ; celui-lÞ un Sioniste. Vous, un antisÈmite agissant comme un Juif ; moi, un Juif agissant comme un antisÈmite. Divisons les gens par races, nations, nationalitÈs, espÕces et sous-espÕces.
       Les juifs ont-ils besoin d'IsraÊl ? Les juifs, comme tout peuple, ont besoin de sÈcuritÈ, d'amour, d'amitiÈ, succÕs, de sagesse, de beautÈ, de libertÈ d'expression... Mais d'IsraÊl ? Quel IsraÊl ? Tueront-ils tout le monde sans cela ? Ils nous tueront tous avec cela. Ils ont aussi inventÈ un protecteur pour moi...
       Tant que nous continuons Þ parler dans la langue du troisiÕme Reich, le fantÒme de la dÈcision finale s'accrochera Þ nous tous, non seulement pour la question juive, mais aussi pour toute humanitÈ.
       Et si nous essayions simplement d'Étre des gens normaux ?
      

    Chapitre 18
    La Nature du Barbarisme Moderne

      
       En gardant Þ l'esprit que l'humanitÈ peut se vanter de progrÕs exclusifs dans le dÈveloppement technologique et d'autres secteurs, on devrait s'attendre Þ ce que le vrai humanisme Þ une Èchelle globale puisse aussi de dÈvelopper tandis que le barbarisme sur l'Èchelle massive devrait rester dans un passÈ ÈloignÈ, dans les profondeurs rÉveuses de l'histoire sanglante de l'espÕce humaine. Cependant, cela n'arrive pas. Le vingtiÕme siÕcle, au contraire, fournit un exemple excellent de barbarisme de masse qui galope de maniÕre effrÈnÈe, prouve paradoxalement que des actes barbares sur une large Èchelle ne quittent nullement la scÕne de la derniÕre histoire du monde.
       Le barbarisme sur une Èchelle massive comprend plusieurs actes effectuÈs par un grand nombre de gens contre un grand nombre d'autres personnes. Mises Þ mort massives par toutes sortes de mÈthodes, infligeant blessures physiques et incarcÈration dans les prisons. Suite Þ ces actes, bien sØr, arrive la destruction massive d'objets prÈcieux, culturels et matÈriels. Le vingtiÕme siÕcle Ètait notable pour tous ces actes, sur une particuliÕrement grande Èchelle.
       Comment une augmentation de l'Èchelle du barbarisme au vingtiÕme siÕcle peut-elle Étre expliquÈe ?
       D'abord, l'explication la plus simple est la croissance dÈmographique sans prÈcÈdent sur la planÕte. Il y a plus de personnes qui peuvent Étre tuÈes et plus de personnes qui peuvent assassiner. Si Hitler avait voulu il y a trois ou quatre siÕcles exterminer six millions de Juifs, il n'aurait pas pu le faire pour la simple et bonne raison qu'il n'en aurait pas trouvÈ assez.
       DeuxiÕmement, l'affaire est mieux organisÈe. La communication et des moyens de transport permettent Þ n'importe quels ÈvÈnements d'Étre effectuÈs beaucoup plus efficacement que dans des siÕcles passÈs.
       TroisiÕmement, les armes et des moyens dÈvastateurs ont ÈtÈ amÈliorÈs. La petite armÈe d'Alexandre le Grand ne pouvait pas efficacement dÈtruire l'armÈe ennemie Persique plus nombreuse parce que les soldats d'Alexandre n'avaient simplement pas assez de mains pour tuer les ennemis qui s'enfuyaient. De nos temps avec des armes modernes, on n'a pas ce problÕme.
       Finalement, quatriÕmement, malgrÈ la conscience accrue des gens et leur attitude apparente envers la mise Þ mort de leur congÈnÕres (par exemple, dans le passÈ et dans une sociÈtÈ raffinÈe, la mise Þ mort en temps de guerre Ètait considÈrÈe comme complÕtement normale et mÉme un attribut courageux), les nouveaux moyens de mise Þ mort exigent si peu de participation directe du meurtrier, particuliÕrement sur des Èchelles massive, que c'est devenu trÕs facile et gÈnÈralement un acte extrÉmement isolÈ. Par exemple, si nous comparons deux actions, tuer en utilisant d'une hache (beaucoup moins de personnes seraient tuÈes et beaucoup de personnes de moins pourraient Étre tuÈes par cette mÉme hache) et tuer en appuyant un bouton qui lance une roquette avec une tÉte nuclÈaire (mÉme un enfant pourrait effectuer cette action; cependant, les consÈquences seront des millions de fois plus sÈrieuses que juste un mouvement de hache).
       Ainsi, les arguments mentionnÈs ci-dessus expliquent l'ampleur du barbarisme au vingtiÕme siÕcle d'un point de vue technique. Laissez-nous examiner maintenant le soutien idÈologique du barbarisme de masse. Le vingtiÕme siÕcle est devenu l'apogÈe d'une Èpoque pour effectuer de nombreuses tentatives de transformations sociales pour des idÈes utopiques, des idÈes nationalistes et autres phÈnomÕnes avec un soutien idÈologique. Le sacrifice des principes moraux humains communs et des testaments bibliques mÉme antiques au nom de nouveaux efforts idÈalistes comme la citoyennetÈ mondiale de la race superbe ou le prolÈtariat est devenu une norme de vie et la rÈalitÈ mondaine du siÕcle passÈ.
       En outre, il devrait Étre notÈ que chaque attaque massive est d'habitude justifiÈe comme une vengeance, c'est-Þ-dire, comme une rÈaction Þ une autre attaque ou une agression prÈcÈdente. Dans pratiquement chaque cas d'agression, une justification qui explique et lÈgitime ces actes barbares peut Étre trouvÈe.
       Cependant, avant que nous n'analysions l'Áge moderne, il doit Étre notÈ que la pensÈe que le vingtiÕme siÕcle est un siÕcle de barbarisme Þ une Èchelle excÈdant celle des siÕcles prÈcÈdents est une plus que probable illusion.
       Le fait est que nous voyons plus clairement ce qui est plus proche de nous. Par exemple, les populations indigÕnes des deux AmÈriques ont ÈtÈ massacrÈes dans des siÕcles passÈs Þ une Èchelle complÕtement comparable avec celle du vingtiÕme siÕcle. BasÈ sur des donnÈes modernes, il peut Étre dit que quand Christophe Colomb a posÈ pied le 12 octobre 1492, dans une des Íles d'AmÈrique du Nord, bientÒt appelÈe "le Nouveau Monde," sa population Ètait de 100 Þ 145 millions d'individus. Deux siÕcles plus tard elle avait diminuÈ de 90 %. MÉme aujourd'hui, "la plus chanceuse" des nations existant dans les deux AmÈriques a conservÈ moins de 5 % de son ancienne population. Le gÈnocide des populations indigÕnes de l'hÈmisphÕre Occidental n'a aucun parallÕle Þ l'Èchelle de l'histoire mondiale.
       Ainsi, prÉtez attention. Tout ce peuple n'a pas ÈtÈ dÈtruit pas par des bombes nuclÈaires ou des chambres Þ gaz, mais par de simples arcs, des lances, des sabres et des mousquets dÈsuets.
       Pour donner un sens Þ l'ampleur de la tragÈdie, imaginez que, comme Colomb, des extraterrestres ont atterri sur notre planÕte et ont commencÈ Þ coloniser la Terre. En consÈquence, toutes nos villes ont ÈtÈ dÈtruites en plus de deux siÕcles et environ 5,5 milliards de personnes ont ÈtÈ tuÈs. En l'annÈe 2200, quand la population de la Terre contiendra seulement 600 millions de personnes, le gouvernement magnanime des extraterrestres commencera seulement Þ respecter et Þ prÈserver la culture des premiÕres nations pour repeupler la Terre. AprÕs cette comparaison, quelqu'un voudrait-il que des extraterrestres apparaissent ouvertement de nos jours sur Terre ?
       Il serait naturel de fixer notre regard sur l'exemple le plus Èvident de barbarisme du vingtiÕme-siÕcle, le phÈnomÕne du fascisme d'Hitler.
       Il est toujours intÈressant d'Ècouter un contemporain de ces ÈvÈnements. George Orwell, l'auteur de l'anti-utopie cÈlÕbre "1984", note dans un de ses essais que la question est non seulement dans le maniaque Hitler, non seulement dans la capitale qui l'a soutenu, mais aussi dans l'Ètat d'esprit. Et cet Ètat a conduit au barbarisme. Il Ètait prÉt Þ l'accepter et Þ devenir son participant actif.
       Le mentionnÈ ci-dessus indique que ce n'est pas assez pour arranger un courant constant d'avantages matÈriels, non plus pour fournir l'humanitÈ en tout ce qu'elle souhaite ; peu importe ce que nous faisons, tÒt ou tard cela nous amÕne Þ l'insouciance barbare... L'impression c'est est que toute l'humanitÈ souffre d'une interfÈrence turbulente gÈnÈrale, parfois remplacÈe par les longues Ètapes de rÈmission, mais dÈbordant souvent dans les Èpisodes psychotiques aigus qui deviennent de plus en plus intenses avec le temps.
       Le principal problÕme des rÈsultats de la DeuxiÕme Guerre mondiale est que, malgrÈ la victoire sur Hitler, toutes ces horreurs de la barbarie qui ont ÈtÈ effectuÈes seront une des composantes de l'image de l'homme. Le fait est que le monde a tendance Þ regarder derriÕre lui en tremblant. Dans un premier temps, en tout Ètat de cause, il a baptisÈ cette pÈriode "sans prÈcÈdent" mais ensuite tous les ÈvÈnements seront similaires par rapport Þ cette norme. Ainsi, pendant la DeuxiÕme Guerre mondiale le niveau de barbarie et les barÕmes de fÈrocitÈs ont dÈpassÈ toutes les prÈcÈdentes "rÈalisations" de l'humanitÈ. Lorsque certaines actions sans prÈcÈdent sont effectuÈes, cela prÈpare plus ou moins le seuil de la rÈpÈtition. Bien sØr, le monde a ÈtÈ horrifiÈ, il se cherche lui-mÉme, et pour un certain temps restera en Ètat de choc. Toutefois, nous savons que le monde a la mÈmoire courte. MÉme maintenant des thÈories apparaissent disant que le massacre des Juifs et autres horreurs du fascisme ne sont tout simplement jamais arrivÈs. Ces affirmations semblent absurdes Þ notre gÈnÈration qui a ÈtÈ quelque peu touchÈe par les lointaines consÈquences de la guerre pendant laquelle nos grands-mÕres et grands-pÕres furent torturÈs et tuÈs. Mais que se passera-t-il dans quelques gÈnÈrations ?
       La question n'est pas tant pour les dirigeants que dans l'Ètat d'esprit. Il est possible que les guerres ne s'arrÉtent pas lorsque l'un des adversaires gagne, mais quand les masses dÈveloppent une grande fatigue de la guerre et ne veulent plus se battre. Auparavant, cette pÈriode Ètait de dix ans, tel que c'est dÈcrit dans l'Iliade de la guerre de Troie. Ensuite, elle Ètait de sept ans, comme Þ l'Èpoque d'Alexandre le Grand. Au XXe siÕcle, cette pÈriode a ÈtÈ ramenÈe Þ quatre ans... Les deux guerres mondiales ont durÈ environ quatre ans chacune.
       En tournant notre attention vers la mentalitÈ moderne, nous voyons un certain effondrement de la comprÈhension du bien et du mal, du pÈchÈ et de la saintetÈ. Le monde d'aujourd'hui a dÈrivÈ trÕs loin des normes morales qui Ètaient acceptÈes depuis des siÕcles. Par consÈquent, les obligations qui freinent la barbarie sont devenues beaucoup plus faible.
       Quelle est la stratÈgie de sortie pour une telle situation ? Quelles mesures peuvent Èviter la prochaine vague de barbarie ? La barbarie dans le reste du monde peut Étre arrÉtÈe par les mÉmes mÈcanismes appliquÈs dans les pays dÈveloppÈs, une forte police et l'armÈe, un systÕme judiciaire unifiÈ, le respect des lois, et surtout, l'Èducation de la population dans l'esprit de soutenir l'ordre Ètabli interne.
       Par consÈquent, le monde doit Étre transformÈ en quelque chose comme une fÈdÈration d'union d'ètats ayant des relations et des lois comme celles des ètats-Unis ou des provinces qui composent le Canada dans le but de briser la possibilitÈ mÉme d'une barbarie de masse.
       Dans quelle mesure le monde peut-il arriver Þ une telle unification ? Afin de dÈcrire la situation actuelle dans le monde moderne, laissez-nous imaginer la planÕte comme un immense ètat fÈodal. Les Barons indÈpendants (diffÈrents pays) sont pÈriodiquement en guerre les uns avec les autres alors que le roi (par exemple, les ètats-Unis) est seulement le plus grand fief. Il n'existe pas de lÈgislation unifiÈe dans un tel pays, c'est-Þ-dire, elle peut Étre Ècrite mais personne ne lui obÈit. Nul ne respecte les dÈcisions de la Cour unifiÈe et chacun fait comme il lui plaÍt. Les barons ont un pouvoir presque illimitÈ sur leurs sujets. La solidaritÈ des nations peut Étre ajoutÈe Þ ce systÕme parce que chaque baron a ses propres racines nationales qui en aucune faÃon ne contribue Þ l'unification.
       Afin de rendre le monde en quelque sorte plus sØr, il doit Étre uni en vertu de rÕgles de fonctionnement internationales rÈelles, autoritÈs, administratives et militaires. Malheureusement, l'ONU n'a pas une telle autoritÈ. Un systÕme de juridictions internationales (les tribunaux internationaux actuels sont inefficaces parce que tous les pays ne reconnaissent pas leurs dÈcisions et celles qu'ils reconnaissent officiellement entre eux ne peuvent pas toujours rÈpondre aux dÈcisions) et une armÈe commune dans le rÒle du gendarme, si vous le souhaitez, sont nÈcessaires. Le fait est que si les ètats-Unis ont usurpÈ le rÒle de gendarme international, provoquant l'indignation gÈnÈrale, cela ne signifie nullement que la planÕte n'a pas besoin d'un gendarme international. Commander n'est pas possible sans un gendarme. Et sans ordre, le monde est vouÈ Þ de nouveaux actes de barbarie.
       Quels sont les rÈsultats ? Comment la planÕte peut-elle Étre unifiÈe sous un mÉme pouvoir modÈrÈ et docile ? Tout d'abord, l'Ètat d'esprit doit changer. Les mÈdias et l'Èducation sont aujourd'hui trÕs fortement manipulateurs. Tout le monde regarde principalement les mÉmes chaÍnes d'information nationales et suit les mÉmes cours que certains postes de propagande ont distillÈs Þ une population sous rÈpression. En outre, le monde fonctionne sur un principe extrÉmement hÈtÈrogÕne au sens Èconomique du terme. Pour son confort, une personne vivant dans un pays dÈveloppÈ nÈcessite parfois une somme qui suffit Þ soutenir la vie de toute une ville quelque part en Afrique. Cette inÈgalitÈ flagrante a ÈtÈ observÈe dans l'ancien Ètat fÈodal dans lequel les institutions sociales et une fiscalitÈ unifiÈe efficace n'existait pas. Ainsi, notre comparaison du monde moderne avec un ètat fÈodal est Ègalement un exemple rÈussi d'une situation Þ portÈe de main.
       Un exemple d'une tentative d'unifier les diffÈrents pays dans le cadre d'un seul gouvernement est donnÈ avec l'Union EuropÈenne. L'Union EuropÈenne ne s'est pas dÈsintÈgrÈe quand les FranÃais ont votÈ contre la Constitution europÈenne. Tout d'abord, il s'agissait seulement d'une nouvelle constitution. Les anciens accords sont restÈs en vigueur. A propos, 54,87% de la population franÃaise, la deuxiÕme plus grande puissance Èconomique en Europe, a votÈ contre l'adoption de la Constitution europÈenne. Cela signifie que les opposants n'Ètaient que lÈgÕrement plus nombreux. C'est certainement le rÈsultat des enjeux politiques locaux. Les analystes franÃais expliquent ce mÈcontentement d'aujourd'hui par le contexte socio-Èconomique et politique. Les FranÃais du "Non" sont principalement une rÈaction Þ l'expansion rÈussie de l'UE dans les pays d'Europe orientale et les pays baltes. Le prochain pays qui peut refuser la Constitution europÈenne c'est les Pays-Bas. Selon des enquÉtes rÈcentes, la majoritÈ des Èlecteurs (57-60%) s'opposent Þ la loi fondamentale de l'UE. Pour que la constitution entre en vigueur en 2007, elle doit Étre ratifiÈe par les 25 membres de l'UE. " Les FranÃais ont vu que de maniÕre inattendue, ils se sont retrouvÈs dans une Europe qu'ils ne comprenaient pas " a soulignÈ le journal Le Figaro. þ l'heure actuelle, des difficultÈs sociales et Èconomiques de la France qui ont ÈtÈ causÈs par la mondialisation sont empilÈes sur cette Èvolution et interviennent sur le mode de vie traditionnel des FranÃais.
       NÈanmoins, ces ÈvÈnements ne signalent pas l'Èclatement de l'Union, car les accords de Nice restent en vigueur jusqu'en 2009.
       Ainsi, si les facteurs nÈgatifs de l'expansion prÈmaturÈe de l'UE aux considÈrations sociales et Èconomiques externes et locales sont ÈliminÈs, l'UE peut devenir un modÕle pour l'avenir avec "l'Union Mondiale." Bien sØr, pour l'instant cela semble utopique. Cependant, le monde change dÈjÞ et continuera Þ changer dans un proche avenir.
       Un des facteurs importants pouvant aider Þ rÈduire la probabilitÈ de rÈpÈter les actes massifs de barbarisme en formant des autoritÈs exÈcutives et lÈgislatives mondiales peut Étre, mÉme si c'est Ètrange, un changement de mentalitÈ de la population mondiale par le progrÕs technique, Þ savoir, la tÈlÈvision sur Internet, qui mÕnera Þ la fin de la tÈlÈvision comme l'arme la plus puissante pour manipuler la conscience sociale. Le fait est qu'Internet est toujours dans sa petite enfance, malgrÈ son dÈveloppement donnant le vertige. Il ne peut pas encore rivaliser avec la tÈlÈvision qui permet Þ la plupart des tÈlÈspectateurs d'assimiler passivement la propagande secrÕte et ouverte de ces canaux que l'on offre dans une rÈgion gÈopolitique ou une autre.
       La fusion d'Internet et de la tÈlÈvision, quand la plupart des matiÕres sur l'Internet seront formatÈes comme des clips vidÈo disponibles en tÈlÈvision ordinaire, affaiblira l'effet manipulateur de la tÈlÈvision moderne parce que le peuple commencera Þ choisir les sujets et les sources selon leurs goØts. Dans ce cas, ces sources ne seront pas nÈcessairement des canaux, des programmes ou des sites rigides, mais des blocs d'idÈes en toute indÈpendance nationale et aux avis pro ou anti-mondiaux, libres et nos rÈgulÈs.
       Laissez-nous essayer d'imaginer comment les ÈvÈnements se seraient dÈveloppÈs aprÕs le cÈlÕbre acte de terreur contre les ètats-Unis le 11 septembre 2001, si le monde avait ÈtÈ une Union Mondiale avec des autoritÈs unifiÈes et une rÈalitÈ d'exploitation.
       L'ONU aurait immÈdiatement organisÈ une commission efficace pour examiner l'acte de terreur sur lequel tous les pays auraient collaborÈ. Les criminels de l'acte de terreur auraient ÈtÈ trouvÈs et livrÈs aux cours suprÉmes. Les guerres avec l'Afghanistan et l'Irak et les crises pÈtroliÕres et tout le reste qui ont tourmentÈ le monde dans les cinq premiÕres annÈes du vingtiÕme premier siÕcle n'auraient pas ÈtÈ nÈcessaires. Pourquoi ce n'est pas arrivÈ ? Parce que les autoritÈs locales ont d'Ènormes pouvoirs et les autoritÈs internationales n'ont personne. Parce que des gouvernements nationaux locaux utilisent le terrorisme pour leurs propres jeux politiques.
       Peu importe combien c'est Ètrange, l'augmentation du bien-Étre de la population mondiale et le progrÕs technique en combinaison avec l'Èvolution des mÈdias de masse, qui rend chaque individu libre de choisir les positions et les points de vue en toute indÈpendance du pouvoir des ètats-nations, sera en mesure de dÈsamorcer la situation dans laquelle la barbarie sur des Èchelles monde trouve ses appuis. Mais Þ l'heure actuelle, il est Ègalement trÕs probable que l'humanitÈ s'engage dans un nouveau cycle de dÈveloppement de la barbarie dans monde qui risque de s'ancrer durablement dans la mesure oÛ cela ne l'a jamais ÈtÈ volontairement au sein des ètats, au moins dans des pays sØrs.
       Ces concepts semblent utopiques. Il est tout Þ fait possible que le monde de demain soit brisÈ par une nouvelle explosion sans prÈcÈdent d'un total barbarisme. Cependant, il faut noter qu'indÈpendamment de la vieille sagesse qui dit que rien dans les changements mondiaux et l'histoire n'est jamais rÈpÈtÈ, il est nÈanmoins nÈcessaire de reconnaÍtre que les choses dans le monde bougent et que ces changements fournissent l'espoir d'une civilisation meilleure mais fragile qui peut Étre irrÈmÈdiablement dÈmolie par n'importe quel zÈphyr de malheur, mais aussi d'un progrÕs immuable de l'humanitÈ vers l'organisation de systÕmes plus raisonnables de gestion mondiale.
      

    Chapitre 19
    Le Satanisme a-t-il Vaincu le Monde Moderne ?

      
       En observant le monde moderne autour de vous, vous arriverez sØrement Þ la conclusion que Satan du haut de son image antique a remportÈ une victoire Èclatante. Ce qui Ètait prÈcÈdemment une fraction intÈgrante du dimanche des sorciÕres et autres iniquitÈs a confortablement rempli nos Ècrans, les magazines et les journaux et, bien sØr, Internet qui s'est docilement acclimatÈ. Il est difficile de dire quels types de meurtres imaginaires, brutaux et avec mutilation une personne moderne n'a pas vu Þ l'Ècran, quelles perversions elle n'a pas eu l'occasion de rencontrer pendant l'Èternel zapping sur les chaÍnes de tÈlÈvision. Mais le plus Ètrange n'est mÉme pas ce que nous nous voyons, entendons ou lisons, mais comment nous l'acceptons. Des horreurs inhumaines envahissent nos maisons via nos Ècrans de tÈlÈvision aprÕs le dÍner familial ou en dÈtende sur le sofa comme quelque chose de familier et complÕtement normal.
       Il est nÈcessaire d'essayer de calculer ce qui se passe sans moralitÈ excessive. Pourquoi ont les actes que l'on a prÈcÈdemment considÈrÈs comme haute dÈpravation se sont transformÈs en parfaitement normaux ? Pourquoi les normes fondamentales de tact et de dÈcence ont-elles ÈtÈ rejetÈes ?
       "Le satanisme" ne signifie pas ce mouvement concret qui a surgi au dix-neuviÕme siÕcle sur une vague de fascination romantique avec le mal qui Ètait une rÈaction Þ la dominance de la religion ChrÈtienne. Les satanistes ont empruntÈ l'image biblique de Satan, mais l'ont traitÈ exactement Þ l'opposÈ, tel un symbole positif de puissance et de libertÈ. Le Satanisme signifie toutes ces actions, effets et images, qui sont associÈes aux manifestations de forces impures Þ des Èpoques prÈcÈdentes.
       Il n'y a aucun repÕre dans la liste des parades rÈpulsives des spectacles dont chaque personne moderne a ÈtÈ tÈmoin sitÒt que la tÈlÈvision est allumÈe. D'oÛ vient la vague des rapports Èlectroniques qui promeuvent l'inceste sans un bÈnÈfice commercial visible ?
       Si de tels spectacles Ètaient soudainement apparus aux yeux des gÈnÈrations passÈes, cela aurait sØrement inquiÈtÈ une majoritÈ Ècrasante et aurait ÈtÈ pris comme un signe sØr de la victoire du Satanisme.
       Il est intÈressant de noter que 0,5 % des AmÈricains cultivÈs pensent qu'ils termineront en enfer et approximativement les deux tiers du total des personnes interrogÈes pensent qu'elles termineront en enfer.
       En principe, les mauvaises forces ont perdu leurs pouvoirs habituels. Le Pape lui-mÉme a "absout" l'enfer pour des pÈcheurs, apparemment parce que ce n'est pas nÈcessaire et tout ce que les gens pourraient voir et sentir en l'enfer ne correspondrait Þ rien de ce qu'ils ont connu sur Terre.
       En outre, l'èglise Catholique, qui Ètait le symbole du dogme pendant de nombreux siÕcles, s'est avancÈe au niveau d'autres innovations. Maintenant le Pape dÈcÈdÈ Jean-Paul II dans un de ses sermons sur La place St Pierre a fait la prophÈtie sensationnelle que "Tous les hommes justes, partisans ou pas, sont sauvÈs et iront au paradis." Ainsi, le chef de l'èglise Catholique, un thÈologien Èminent et un interprÕte du Livre Saint, a promis pour la premiÕre fois le bonheur Èternel non seulement aux Catholiques sincÕrement croyant en JÈsus Christ mais aussi Þ tous les autres, mÉme s'ils n'adhÕrent pas Þ la religion ChrÈtienne.
       Le satanisme a glissÈ de la vie pratique vers l'espace virtuel oÛ il n'est plus damnÈ et il est devenu quelque chose comme un chewing-gum, lÈgÕrement nuisible avant qu'ils n'aient commencÈ Þ le faire sans sucre et qu'ils aient prouvÈ que les nouveaux types de gommes Ètaient mÉme bons pour des dents.
       L'infusion du Satanisme virtuel a ÈtÈ injectÈe dans l'humanitÈ moderne. Maintenant les histoires de tragÈdies rÈelles sont observÈes sur des Ècrans assez banalement et comparÈs Þ des films d'Èpouvante avec effets spÈciaux.
       L'humanitÈ ressemble Þ un adolescent assez mØr dont ses parents permettent d'observer des films adultes jusqu'aux petites heures du matin et refusent mÉme de croire qu'il fume des cigarettes.
       Aussi Ètrange que cela puisse paraitre, une catastrophe gÈnÈrale n'est pas encore arrivÈe. La sociÈtÈ vit comme elle a vÈcu bien que le crime soit Þ un niveau extrÉmement ÈlevÈ. La violence des programmes Þ la tÈlÈvision a augmentÈ de 100 % depuis 1980. A une heure d'heure de grande Ècoute, jusqu'Þ 14 scÕnes de violence et de brutalitÈ sont montrÈes. Selon quelques donnÈes, la violence de la tÈlÈvision est la cause de 15-20 % des actes de violence engagÈs dans la vie rÈelle. Les enfants et des adolescents sont particuliÕrement assujettis Þ l'agression de la tÈlÈvision parce que, selon l'Association MÈdicale AmÈricaine, l'enfant moyen voit pendant ses annÈes d'Ècole 8 000 meurtres et 100 000 actes de violence Þ la tÈlÈvision (selon une autre statistique, 50 000 meurtres et 200 000 scÕnes violentes). Selon le DÈpartement MÈdical de l'UniversitÈ d'Harvard, au moment oÛ un enfant amÈricain atteint l'Áge de 18, il a vu la violence Þ l'Ècran plus de 180 000 fois et environ 80 000 meurtres. En consÈquence, en AmÈrique, un meurtre est commis toutes les 24 minutes ; une infraction toutes les 10 secondes ; un viol toutes les 7 minutes ! La probabilitÈ de devenir une victime d'un crime en AmÈrique est beaucoup plus grande que celle d'avoir un accident automobile. Le risque d'Étre tuÈ pendant sa vie est 1 sur 133 pour chaque AmÈricain. Depuis 1950, les meurtres parmi les adolescents ont augmentÈ de 232 %.
       Un enfant moderne passe 28 heures par semaine devant la tÈlÈvision. C'est plus qu'il ne passe Þ Ètudier Þ l'Ècole. Au minimum, il joue pendant une heure par jour Þ des jeux vidÈo ou surfe sur Internet. Il consacre plusieurs heures par semaine Þ voir des films et Ècouter de la musique.
       Selon MÈdiascope, 66 % des Èmissions de tÈlÈvision pour les enfants aux ètats-Unis contiennent des scÕnes de violence et dans trois quarts des programmes, la violence n'est pas punie. Selon l'Institut national de SantÈ mentale, seulement 4 % des programmes contenant les scÕnes de violence contiennent un appel clairement exprimÈ Þ la non-violence.
       Plus de mille enquÉtes consacrÈes Þ l'effet de la tÈlÈvision et des films sur les enfants ont ÈtÈ effectuÈes dans le monde entier pendant les quarante derniÕres annÈes. Les enquÉtes ont ÈtÈ conduites dans beaucoup de pays en utilisant des garÃons et des filles appartenant Þ des races, des nationalitÈs et des groupes sociaux diffÈrents. NÈanmoins, les rÈsultats Ètaient pratiquement identiques. L'agression Þ l'Ècran rend les enfants plus agressifs envers les gens et les objets. L'AcadÈmie AmÈricaine de PÈdiatrie a publiÈ quatre conclusions fondamentales sur ces enquÉtes. D'abord, les enfants qui observent beaucoup de programmes contenant les scÕnes de violence considÕrent la violence comme une mÈthode lÈgitime pour rÈsoudre des conflits. DeuxiÕmement, l'observation de scÕnes de violence rend les personnes moins protÈgÈes de la violence dans la vie rÈelle. TroisiÕmement, plus un enfant observe les scÕnes de violence Þ l'Ècran, plus grandes sont ses chances de devenir une victime de violence. QuatriÕmement, si un enfant prÈfÕre regarder Þ la tÈlÈ des programmes contenant les scÕnes de violence, il y a une probabilitÈ significativement plus ÈlevÈe qu'il grandira en devenant une personne agressive et commettra mÉme un crime.
       Les mineurs ont tendance Þ croire tout ce qui est dit Þ l'Ècran. Par exemple, la Fondation Familiale Kaiser a rÈvÈlÈ en 2001 que 60 % des adolescents croient des informations mÈdicales montrÈes Þ la tÈlÈvision plus que l'avis de leurs docteurs. La violence Þ la tÈlÈvision est particuliÕrement dangereuse pour les petits enfants de 8 ans parce qu'ils ne peuvent pas prÈcisÈment diffÈrencier oÛ la vie rÈelle commence et oÛ la fiction finit. Ils prennent des films d'Èpouvante comme la rÈalitÈ. Il y a quelques tristes exemples. þ la fin des annÈes 1980, un garÃon de cinq ans a observÈ un dessin animÈ de Beavis et Butthead sur MTV. Les personnages stupides de ce dessin animÈ essayaient sans succÕs d'utiliser des allumettes. L'expÈrience fut par contre couronnÈe de succÕs pour le jeune garÃon. En consÈquence, il a brØlÈ sa sœur de deux ans et la caravane dans laquelle sa famille vivait. La mÕre qui avait laissÈ les enfants sans surveillance, les organisations de lutte anti-incendie locales et beaucoup d'organisations sociales ont commencÈ une campagne pour interdire ce dessin animÈ. Un compromis a ÈtÈ trouvÈ. MTV a enlevÈ les scÕnes de pyromanie des histoires de Beavis et Butthead. On connaÍt des cas oÛ les enfants ont essayÈ de voler en sautant par la fenÉtre quelques secondes aprÕs avoir vu le film de Superman.
       Il faut dire que 85 % des jeux vidÈo les plus populaires aux ètats-Unis contiennent aussi les actes de violence. Une enquÉte effectuÈ en 1996 parmi des garÃons et les filles de quatre ans ont montrÈ que les jeux vidÈo prÈfÈrÈs de la plupart d'entre eux (59 % de filles et 73 % de garÃons) Ètaient ceux qui contenaient les actes de violence. En 1999, deux Ètudiants vivant Þ Littleton, au Colorado, ont tuÈ 12 de leurs camarades de classe et ont blessÈ 23 d'entre eux avant de se suicider. L'enquÉte a montrÈ qu'un des facteurs qui les a conduits Þ commettre ces meurtres Ètait probablement le jeu Èlectronique populaire Doom. Les deux adolescents jouaient constamment avec lui. Les futurs meurtriers ont appelÈ les camarades de classe qu'ils considÈraient comme des monstres (selon la Doom, les batailles de hÈros se dÈroulent avec des monstres anthropomorphiques).
       La tÈlÈvision a eu un effet dÈvastateur sur le niveau du crime. La dÈpendance est claire. Le niveau du crime dans un pays ou un autre s'est accru dans les 10-15 annÈes aprÕs les dÈbuts de la tÈlÈvision. En 2001, le chef des services de santÈ des ètats-Unis a publiÈ un journal consacrÈ au problÕme de violence des jeunes hommes. Il a ÈtÈ soulignÈ dans ce journal que l'observation de films et de programmes contenant des actes de violence est un facteur de risque pour un adolescent. Il a le mÉme effet sur la conscience d'un enfant que les autres facteurs de risque comme la pauvretÈ, l'environnement social, le niveau intellectuel, etc.
       Les sondages d'opinion publique indiquent qu'environ les trois quarts des rÈsidants aux ètats-Unis sont convaincus que les programmes de tÈlÈvision sont surchargÈs par la violence. Une enquÉte conduite par la sociÈtÈ de tÈlÈvision Fox News, aprÕs une sÈrie de meurtres engagÈs par des Ètudiants, a montrÈ que 29 % des AmÈricains considÕrent les crÈateurs de films, de programmes et de musique coupables de ces crimes (58 % ont placÈ le blÁme sur les parents). Un sondage analogue par Gallup a montrÈ que les rÈsidants aux ètats-Unis considÕrent la tÈlÈvision comme la deuxiÕme raison principale de l'augmentation de la violence des jeunes. 40 % ont placÈ le blÁme principal sur les parents ; 8 %, Þ la tÈlÈvision ; 7 %, sur l'enseignement inefficace ; 6 %, sur les problÕmes psychologiques des enfants ; 5 %, sur la perte d'impÈratifs moraux stricts de la sociÈtÈ.
       La violence est l'un des sujets clefs utilisÈs par des producteurs de films hollywoodiens. Selon la Classification et l'Administration d'èvaluation, pour le service responsable de l'estimation des films afin de dÈterminer leur convenance pour les enfants, plus de 10 000 films avec actes de violence comme sujet principal ont ÈtÈ sortis de 1968 Þ 1990. En 2002, les studios d'Hollywood ont sorti 132 films, dont 49 contenaient des scÕnes de brutalitÈ et de violence.
       Plusieurs experts pensent que l'abondance de films de jeu amortit la comprÈhension des gens en rapport avec la valeur de la vie humaine. Une partie de la sociÈtÈ accepte dÈsormais les catastrophes rÈelles et les actes terroristes qui tuent des gens comme un spectacle de rÈalitÈ ou une suite de films de guerres cÈlÕbres.
       Les adolescents et les jeunes gens qui regardent la tÈlÈvision au minimum une heure par jour vont plus probablement commettre des actes agressifs que leurs pairs qui passent leur temps Þ d'autres choses. Cette conclusion est le rÈsultat d'une Ètude qui a durÈ 17 ans.
       Seulement 5,7 % des adolescents qui ont regardÈ la tÈlÈvision moins d'une heure par jour ont commis des actes de violence. Parmi ceux qui sont restÈs assis devant l'Ècran pendant 1-3 heures par jour, le nombre d'actes Ètait de 18,4 %. Pour les fanatiques de tÈlÈvision (> 3 heures par jour), c'Ètait 25,3 %. On voit des tendances analogues pour les adultes. Ainsi, selon la recherche par " Recherches Nielsen ", des enfants de 2 Þ 17 ans aux ètats-Unis observent en moyenne environ deux heures de tÈlÈvision par jour ; les hommes, plus de quatre heures ; les femmes, plus de cinq.
       Les horreurs inventÈes peuvent devenir une rÈalitÈ. Beaucoup films de police et de guerre deviennent des modÕles pour l'apanage de crimes rÈels. Le cas est bien connu oÛ deux voleurs ont essayÈ de rÈpÈter le vol d'un train transportant de l'argent. Ce modÕle ne concernait pas le vol rÈel engagÈ en Angleterre dans les annÈes 1950, mais un film issu de cela : le Train de l'Argent. DÈbut 2003, deux jeunes AmÈricains ont tuÈ leur mÕre et ont dÈmembrÈ son corps pour dÈtruire les preuves. Dans un des Èpisodes de la sÈrie de tÈlÈvision populaire " les Sopranos ", que des meurtriers ont aimÈ observer, la mafia a agi de la mÉme maniÕre.
       En 1998, la sociÈtÈ de marketing MÈdiascope a analysÈ plus de 8 000 heures de programmes de tÈlÈvision Èmis sur des chaÍnes amÈricaines diverses. Elle a trouvÈ que 60 % des programmes contenaient des scÕnes de violence. Les scientifiques universitaires de l'ètat de l'Iowa, Brad Bushman et Craig Anderson, ont comparÈ les statistiques pour des crimes commis actuellement (les donnÈes du FBI ont ÈtÈ utilisÈes pour cela) et des crimes montrÈs en spectacles les plus populaires Þ la tÈlÈvision, concernant des services de police et spÈciaux. L'enquÉte a montrÈ que les meurtres composent 0,2 % de tous les crimes engagÈs aux ètats-Unis. Cependant, les meurtres imitent la moitiÈ des crimes montrÈs Þ la tÈlÈvision.
       Le critique de films amÈricains, le cÈlÕbre Michel Medved a notÈ que la tÈlÈvision amÈricaine est l'endroit le plus craint dans le pays. Chaque jour Þ une heure de grande Ècoute (le temps oÛ la plupart des tÈlÈspectateurs regardent), un tÈlÈspectateur aperÃoit 350 acteurs Þ l'Ècran. Sept d'entre eux sont tuÈs. Medved Ècrit : "si cette statistique est extrapolÈe Þ la vie rÈelle, tous les habitants des ètats-Unis seront morts en 50 jours."
       La violence Þ l'Ècran est dangereuse principalement pour les tÈlÈspectateurs eux-mÉmes. En 2002, le film le plus bÉte a ÈtÈ prÈsentÈ aux ètats-Unis. Ce film Ètait basÈ sur une sÈrie populaire qui a jouÈ pendant une longue pÈriode sur MTV, dans 35 000 cinÈmas. Le film contient de nombreuses plaisanteries frÈquemment montrÈe, vraiment stupides et absurdes. NÈanmoins, ce film a causÈ une vague d'imitations. Des dizaines de cas oÛ des adolescents ont copiÈ ou ont essayÈ de copier certains tours montrÈs dans ce film ont ÈtÈ enregistrÈ aux ètats-Unis. Par exemple, un adolescent de 15 ans a imbibÈ son pantalon avec de l'alcool et s'est assis sur feu. Ses amis, enregistrant la scÕne sur un magnÈtoscope, ont ensuite envoyÈ "l'acteur" Þ l'hÒpital. Un autre incident a menÈ Þ la mort d'un homme de 22 ans qui, placÈ une chaise, s'est fait tracter par un tracteur Þ travers un mur de feu. Ses amis godiches ont aussi enregistrÈ la scÕne. Cela lui fait une belle jambe, il n'est plus de ce monde
       Le film "le Programme," qui a dÈpeint le football amÈricain, est sorti en 1993. Le film contient une scÕne oÛ les joueurs se fixaient debout dans la rue pour durcir leur volontÈ. Aux ètats-Unis, cinq adolescents, indÈpendamment l'un de l'autre, ont essayÈ de mettre cette mÈthode en pratique. Trois d'entre eux ont ÈtÈ tuÈs sous les roues des voitures ; deux ont eu de sÈrieuses blessures. AprÕs une sÈrie de protestations, les Films de la sociÈtÈ cinÈmatographique Touchstone ont enlevÈ cette scÕne de toutes les copies du film.
       Les annonceurs amÈricains considÕrent un film comme un grand succÕs si son passage Þ la tÈlÈvision atteint un pourcent de tÈlÈspectateurs. Si on considÕre que les scÕnes de violence affectent le mÉme pourcentage de la population, une image Èpouvantable en est tirÈe. Si un programme ou un film contenant les actes de violence sont observÈs par 10 millions de personnes, donc 100 000 d'entre eux deviendront agressifs. En outre, une Ètude effectuÈe sous les auspices de l'Association Psychologique AmÈricaine a dÈmontrÈ que l'agressivitÈ parvenue par cette voie peut Étre "accumulÈe" par des tÈlÈspectateurs et peut les mener vers le crime.
       Selon une autre Ètude conduite par les membres du personnel de l'UniversitÈ du Michigan, la violence Þ l'Ècran a un effet sur les gens comparable Þ celui de la nicotine. Son mÈcanisme d'action est semblable Þ celui de cigarettes. Plus une personne observe de violence, plus elle l'aime. De plus, les amateurs de films de guerre et de jeux vidÈo agressifs dÈveloppent un penchant pour les actes de violence. Si une personne est privÈe de telles scÕnes pendant un certain temps, elle commence Þ se sentir incommodÈe.
       Selon une Ètude effectuÈe Þ l'UniversitÈ Princeton, les films et des programmes de tÈlÈvision produits aux ètats-Unis et qui contiennent les actes de violence sont trÕs fortement recherchÈs par d'autres pays du monde. Une des raisons Þ cela c'est le fait que de tels films et programmes sont plus faciles Þ traduire dans des langues ÈtrangÕres et Þ adapter aux goØts de l'auditoire local. Par exemple, il est beaucoup plus difficile de traduire une comÈdie ou un programme d'humour parce que le tÈlÈspectateur Ètranger doit comprendre la rÈalitÈ dans laquelle les acteurs agissent et doivent avoir une idÈe de ce qu'est le pop art et les jeux de mots amÈricains.
       La plupart de ces faits s'appliquent aux ètats-Unis, un pays dans lequel l'Ètat est littÈralement fanatique des lois, oÛ les violations les plus petites sont avidement poursuivies et oÛ un nombre important de gens sont emprisonnÈs. Les ètats-Unis ont le pourcentage le plus ÈlevÈ de prisonniers. Pour 100 000 habitants, 565 sont privÈs de libertÈ. L'ironie c'est que ce pourcentage (environ 0.5 %) est le mÉme que le nombre d'AmÈricains planifiant d'aller en enfer...
       Il peut Étre dÈmontrÈ que cela n'a pas d'autre explication que l'implication directe du gouvernement amÈricain. Si le gouvernement avait rÈellement dÈcidÈ de lutter contre la criminalitÈ, il aurait sans doute adoptÈ une sÈrie de lois interdisant l'affichage de la violence et la dÈpravation dans pratiquement tous les spectacles. Peut-Étre qu'afin de comprendre les raisons d'un tel paradoxe, nous devrions continuer. Et pas seulement parce que les ètats-Unis souffrent de ces phÈnomÕnes.
       Le fait que certains pays d'Europe, tels que la NorvÕge et le Danemark, excluent pratiquement toutes les scÕnes de violence de la tÈlÈvision officielle, n'est pas trÕs efficace parce que les films et les jeux vidÈo en version d'origine sont aussi disponibles dans d'autres pays et sur internet.
       Les luttes contre l'homosexualitÈ sont Ègalement clairement ressenties dans la sociÈtÈ moderne. Pratiquement tous les films ont un hÈros avec une orientation sexuelle particuliÕre. Les gens ont dÈjÞ l'impression que l'humanitÈ est divisÈe Þ parts presque Ègales entre les hÈtÈrosexuels et les homosexuels. Toutefois, mÉme les estimations les plus gonflÈes de la fraction confirmÈe, les homosexuels reprÈsentent 10-15% de la population (les statistiques officielles place ce chiffre Þ 2-4%, mais on peut supposer que ces rÈsultats sont sous-estimÈs).
       La question de l'antiracisme, qui a presque larguÈ le racisme contre les blancs, fournit l'illustration d'une autre particularitÈ de la sociÈtÈ moderne.
       Dans l'AntiquitÈ grecque et romaine, il faut le dire, l'amour homosexuel Ètait suffisamment acceptable pour ne pas susciter une levÈe de bouclier devant ce phÈnomÕne unique de la sociÈtÈ moderne. Toutefois, cela ne peut pas Étre dit sur les mariages homosexuels. La lÈgalisation de ces unions est dangereuse parce qu'elle conduit Þ un rÈexamen de l'institution du mariage lui-mÉme. Aristote et le droit grec ou allemand identifie l'objectif de ce mariage pas comme non liÈ Þ l'amour, mais comme une famille avec tous ses aspects, sociaux, matÈriels, dÈmographiques et judiciaires. Les mariages homosexuels dÈnigrent plusieurs de ces aspects du mariage, et les remplacent par des sentiments et une vie sexuelle. Nous ne savons pas ce qu'il adviendra de tout cela simplement parce que l'humanitÈ n'a pas suffisamment de recul. Un autre facteur c'est la redÈfinition des rÒles des hommes et des femmes. Des temps immÈmoriaux, on pensait qu'un homme devait faire le travail de l'homme et une femme, celui d'une femme. MÉme dans la Rome antique, les mariages homosexuels n'Ètaient pas autorisÈs car on pensait que la femme devait rester soumise Þ l'homme. Les rÒles dans le mariage ont ÈtÈ rÈexaminÈs avec la libÈration des femmes. Ce mariage est devenu, Þ son Ètat actuel dans les pays occidentaux, une entreprise presque exclusivement d'union et complÕtement facultative.
       On a le sentiment que si la religion, la morale et la famille avaient prÈcÈdemment fonctionnÈ comme des forces de retenue dans le maintien de l'ordre de la sociÈtÈ, Þ partir du moment oÛ la sociÈtÈ pouvait fournir une solide et efficace force de police, la nÈcessitÈ pour ces mÈthodes de retenue disparaissait. En fait, tout naturellement, une telle libertÈ est plus caractÈristique des pays occidentaux alors que les lois mÈdiÈvales qui ne permettent pas l'amour homosexuel est toujours une rÕgle des pays de l'Est.
       Toutefois, j'ai lu avec une certaine surprise dans le dernier numÈro du magazine Le Figaro que les opÈrations de changement de sexe sont autorisÈes en Iran. En fin de compte, Khomeiny les avait autorisÈes il y a prÕs de quarante ans.
       Le journal Los Angeles Times a imprimÈ la citation suivante : " L'autorisation pour un changement de sexe n'est pas une approbation de l'homosexualitÈ. Nous sommes contre l'homosexualitÈ ", a dÈclarÈ Mohammed Makhdi Kariminia, le chef spirituel de la ville sainte de Kum, un des principaux protecteurs de l'utilisation d'hormones et des opÈrations chirurgicales de changement de sexe. " Mais nous avons annoncÈ que si un homosexuel veut changer de sexe, l'option est ouverte pour lui. " On ne peut pas dire qu'un changement de sexe en Iran est facile. La RÈpublique islamique traditionnelle reste une sociÈtÈ conservatrice oÛ l'atmosphÕre de jugements sÈvÕres et de douaniers stricts prÈvaut. Les ordres des chefs spirituels ne peuvent guÕre forcer une mÕre Þ accepter que son fils devienne une femme ou Þ influencer les collÕgues de travail d'ignorer que la voix de leur collÕgue s'est ÈlevÈe de plusieurs octaves. La rÈaction du gouvernement est Ègalement ambivalente. Certains de ses membres vocifÕrent comme avant contre les modifications de sexe.
       L'Iran n'est pas le seul pays musulman qui se met en route pour le changement de sexe, mais il reste prudent sur l'homosexualitÈ. La Cour du KoweÎt avait rÈcemment dÈcidÈ qu'Þ 29 ans, un homme qui avait changÈ de sexe pouvait vivre lÈgalement comme une femme. Cette dÈcision a ensuite ÈtÈ abrogÈe par une juridiction supÈrieure, mais elle a causÈ des dÈbats houleux dans le pays oÛ le thÕme de l'homosexualitÈ est un sujet tabou.
       En Arabie Saoudite, le juge d'un tribunal islamique a confirmÈ le droit d'un hÈritier revendiquant une partie de l'hÈritage reÃu par les fils alors qu'il a subi une opÈration pour devenir une femme. MÉme Al Azkhar, l'ancien centre d'Èducation des sunnites au Caire, au milieu des annÈes 1990, a sorti un dÈcret religieux agrÈant les changements de sexe dans certains cas.
       Mais pas une sociÈtÈ musulmane n'aborde le problÕme avec cette ouverture comme l'Iran chiite. Cela est peut-Étre dØ au fait que le pÕre de la rÈvolution, l'ayatollah Khomeiny, a signÈ des lois d'approbation de changements de sexe il y a quarante ans.
       Si un homme ou une femme veut fortement changer de sexe, en supposant qu'ils ont quelqu'un d'autre dans leur corps, Þ considÈrÈ Khomeiny, ils doivent Étre autorisÈs Þ changer de corps. Rien n'est dit dans le Coran au sujet d'un changement de sexe. Cela signifie qu'il n'existe pas de base pour interdire la mise en application. Avant Khomeiny, plusieurs dÈcrets islamiques ont permis les changements de sexe pour les hermaphrodites. Mais personne n'est autorisÈ Þ changer de sexe sans anomalies anatomiques.
       MÉme si ces rÈgimes stricts sont favorables Þ un changement de sexe, et si cela ne dÈtruit pas la stabilitÈ des piliers de la sociÈtÈ, cela signifie purement que les intÈrÉts de l'ètat sont impliquÈs dans l'adoption de ces lois au dessus des raisons morales.
       Ainsi, l'actuel effondrement de la douane peut Étre expliquÈ par le renforcement du pouvoir de l'ètat en vertu duquel il n'est plus besoin de maintenir l'ordre moral en utilisant les restrictions peu fiables. Maintenant, la population est effectivement retenue par la crainte de la prison, l'efficacitÈ de la police et le faible niveau de corruption. C'est bien suffisant de l'avis des ètats.
       Par dÈfinition, l'ètat est sexiste et amoral. Peu lui importe qui se marie avec qui et qui couche avec qui. L'objectif de l'ètat est de maintenir la stabilitÈ et d'Ètendre son pouvoir. Parce que le sexe et la violence dans l'industrie apporte des bÈnÈfices juridiques Ènormes, ses auteurs ont une influence significative sur tout gouvernement. En outre, ces industries gonflent la trÈsorerie de l'ètat et dynamisent l'Èconomie. Mais surtout, elles attirent l'attention des masses sur les problÕmes sociaux. Dans de nombreux ètats, on parle non seulement de lÈgaliser la prostitution, mais aussi les stupÈfiants. Certes, mÉme aux Pays-Bas la marijuana n'est pas encore lÈgale. Le point de dÈpart de la politique des Pays-Bas sur les stupÈfiants c'est l'objectif de rÈduire les mÈfaits, c'est-Þ-dire, d'Èradiquer l'usage des stupÈfiants puis de limiter les risques et les dommages qu'ils entraÍnent. Cela porte Þ la fois sur ceux qui utilisent des stupÈfiants et sur leur environnement.
       Dans les lois des Pays-Bas liÈes aux stupÈfiants, le cannabis (marijuana et haschich) et les soi-disant stupÈfiants lourds sont clairement diffÈrenciÈs. Sur la base de cette diffÈrenciation, la possession de cannabis pour un usage personnel (moins de 30 g) n'est pas considÈrÈe comme un crime, mais une violation civile. Parmi d'autres, l'objectif d'une telle politique est la sÈparation du marchÈ de gros des stupÈfiants et du cannabis (ce qui est vendu sous circonstances contrÒlÈes dans les cafÈs). La vente de cannabis dans les cafÈs (maximum de 5 g par personne et par jour) est considÈrÈe comme une violation mineure et n'est pas poursuivie.
       L'objectif de cette politique est de limiter les contacts entre les consommateurs de cannabis et les stupÈfiants lourds. Le fait est que si un utilisateur achÕte du cannabis chez un distributeur illÈgal, la probabilitÈ de tomber sur des stupÈfiants lourds est beaucoup plus ÈlevÈe. En raison de la sÈparation des marchÈs des stupÈfiants lourds et du cannabis, il est devenu possible de protÈger plus efficacement les consommateurs de cannabis (du point de vue des soins de santÈ), des stupÈfiants qui sont beaucoup plus dangereux.
       La conviction largement rÈpandue dans d'autres pays que la marijuana est vendue lÈgalement aux Pays-Bas est erronÈe. Tous les types de stupÈfiants sont interdits aux Pays-Bas. C'est comme une " rÈgion grise " qui comprend des immigrants illÈgaux et d'autres officiellement interdits, mais autorisÈs dans la pratique.
       Pour revenir au problÕme de l'implication des gouvernements sur la question de la propagation de la violence Þ l'Ècran, nous trouvons un fait qui est Þ premiÕre vue surprenant. Le bien d'une personne est sans intÈrÉt pour l'ètat. MalgrÈ le fait qu'un individu, comme Rousseau l'a dÈclarÈ, donne son autonomie, ses droits, sa libertÈ et Þ la puissance de l'ètat, en Èchange, il reÃoit, au mieux, une prÈoccupation pour le bien de la sociÈtÈ dans son ensemble. Tout ètat peut toujours se permettre d'ignorer la libertÈ et mÉme la vie d'une personne. Il n'y a donc rien Þ dire sur une trivialitÈ comme un programme de tÈlÈvision que certains n'aiment pas. " Si vous ne l'aimez pas, dit l'ètat, ne le regardez pas et ne laissez pas les enfants le regarder ". Et chaque film est donnÈ avec un avis spÈcifique sur le niveau de violence que les tÈlÈspectateurs peuvent suivre. Quand ce n'est pas nÈcessaire, l'ètat n'aime pas Étre extrÉmement attentif.
       Ainsi dans cette situation, la sociÈtÈ peut compter essentiellement sur elle-mÉme. La position peut changer si la demande pour des produits violents et sexuellement mal orientÈs diminue. þ l'heure actuelle des mouvements sociaux opposÈs Þ la propagation de la violence et Þ la dÈpravation apparaissent. MalgrÈ le fait que l'ètat est satisfait de la situation actuelle, celle-ci ne peut pas satisfaire les familles qui ne peuvent pas permettre Þ ce niveau d'agression d'augmenter de 25% la probabilitÈ de voir leurs enfants en prison. Les intÈrÉts de la famille et de l'ètat divergent. L'Èducation d'un enfant dans le monde moderne est devenue une entreprise trÕs compliquÈe. L'Ècole et les familles sont tout simplement Þ court de force pour empÉcher la tÈlÈvision de devenir un monstre moral. Il n'est pas simple de s'opposer Þ une telle force.
       Par les objectifs des marchÈs postindustriels, et avec sa participation Þ la propagande au sujet des relations sexuelles prÈ-maritales, l'ètat dÈtruit l'institution de la famille. Le mari devient un simple numÈro dans une longue chaÍne de petits amis ; la femme, la vingtiÕme petite amie. Le centre amÈricain de contrÒle et prÈvention des maladies (CDC) a publiÈ les rÈsultats d'une recherche rÈalisÈe pour le gouvernement amÈricain. Il s'agissait de 11 000 femmes ÁgÈes de 15 Þ 44 ans. Les rÈsultats obtenus par les sociologues sont plutÒt curieux. Par exemple, il a ÈtÈ constatÈ que les couples qui ne vivaient pas ensemble avant le mariage avaient beaucoup plus de chances de rester mariÈs. Les mariages de trÕs jeunes personnes, avec peu d'argent, sans convictions religieuses et dont les parents Ètaient divorcÈs avaient plus de chances de casser. Pendant ce temps, les sociologues ont confirmÈ que les chances de rester mariÈs sont beaucoup plus importantes pour un mariage civil qui n'est pas enregistrÈ officiellement. Les scientifiques ont Ègalement trouvÈ d'autres tendances. Trois femmes sur quatre sont mariÈes avant l'Áge de 30 ans, mais bon nombre de ces mariages se dÈsagrÕgent. Globalement, 43% des mariages ne durent pas plus de 15 ans.
       Quelles relations Þ long terme peuvent Étre discutÈs lors des rÈunions de rencontres des institutions avec des enfants de 11-13 ans assommÈs par des films, Internet, et mÉme l'acceptation de pratiques douteuses dans les Ècoles. Les relations non rÈglementÈes restent cachÈes. L'affichage de scÕnes sexuelles comportant des mineurs est interdit. Par consÈquent, les mineurs eux-mÉmes et leurs parents doivent constamment deviner ce qui se passera dans les coulisses. Si j'ai 13 ans, est-il dÈjÞ temps de perdre ma virginitÈ ou dois-je encore attendre ?
       La sociÈtÈ elle-mÉme commence Þ s'opposer Þ la situation qui en rÈsulte. La tendance rÈcente de la publicitÈ est pour le maintien de la virginitÈ jusqu'au mariage. La science n'est pas une source objective sur ce sujet. Psychologues, sociologues, et psychiatres suivent involontairement le style de pensÈes et les valeurs de leur Èpoque. Au dÈbut du XIXe siÕcle, beaucoup a ÈtÈ Ècrit sur les dangers et les consÈquences nÈgatives d'un dÈbut rapide de la vie sexuelle et peu ont prÉtÈ attention aux caractÈristiques clairement nÈvrotique de la soi-disant romantique avec l'exaltation de sa personnalitÈ, le mysticisme, et l'incapacitÈ d'avoir de simples relations personnelles, y compris sexuelles. D'autre part, dans la deuxiÕme moitiÈ du XXe siÕcle, l'aspect pathogÕne de la non-communication, la frigiditÈ sexuelle, etc. ont ÈtÈ soulignÈs. Les extrÉmes sont en fait mauvais. Quoi qu'il en soit, il est impossible, rigide, et irrÈflÈchi de classer toutes les personnes sous une Ètiquette. "La plus grande erreur possible dans ce domaine c'est de supposer que toutes les autres personnes soient exactement comme soi et, si non, ils devraient le devenir... Il n'y a pas de rÕgles sexuelles, de lois, des idÈaux ou le besoin d'englober Ègalement les introvertis et les extravertis, la nÈvrose individuelle ou la stabilitÈ. L'alimentation d'un homme est le poison d'un autre homme. Psychiatrique de la santÈ commence avec cette comprÈhension "(J. Wilson," Psychologie du Sexe").
       Ainsi, nous observons que la sociÈtÈ est capable d'absorber un certain degrÈ d'autorÈglementation. L'existence d'une interdiction encourage la sociÈtÈ Þ s'y opposer. Lorsque l'interdiction est levÈe, l'intÈrÉt commence Þ dÈcliner aprÕs un certain temps. Ensuite, la situation se stabilise. Cette tendance peut Étre observÈe dans certains exemples du passÈ, dont la portÈe va au-delÞ de cet essai.
       Une Èvaluation erronÈe d'une situation peut Étre assez souvent rencontrÈe parce que les gens ont tendance Þ supposer qu'une situation existante adviendra toujours pour une durÈe indÈterminÈe. Toutefois, nous pouvons conclure Þ partir des observations de pratiquement n'importe quel processus qu'elles sont toutes gÈnÈralement cycliques. Une autre raison de prÈvisions erronÈes c'est le fait que de nombreux chercheurs ne tiennent pas compte du potentiel d'autorÈglementation dans de nombreux systÕmes. C'est particuliÕrement vrai lors de l'examen de la sociÈtÈ humaine.
       Par consÈquent, il peut Étre supposÈ que les problÕmes et les Ècarts que nous avons examinÈs s'Èquilibreront Þ l'avenir. La fÈrocitÈ dÈbridÈe sur les Ècrans peut continuer Þ susciter une rÈaction nÈgative de la sociÈtÈ, ce qui fera baisser la demande pour un tel produit. Parce que l'objectif des films et de la tÈlÈvision c'est l'argent et non la perversion de la population de la planÕte et parce que la sociÈtÈ vote avec de l'argent, par une diminution des ventes de produits qu'elle trouve dÈsagrÈables, une sÈrieuse tendance Þ rÈduire la violence dans les films peut Èventuellement Étre envisagÈe. RÈcemment, personne n'est mort et personne n'a attaquÈ quiconque dans certains films trÕs rentables. Les tÈlÈspectateurs seront probablement plus en mesure de choisir librement des programmes de bon goØt, ce qui doit Étre le rÈsultat de la fusion de la tÈlÈvision et d'Internet. Cela permettra de renforcer les tendances positives.
       Une interdiction aux films publicitaires de contenir de la violence ne fera qu'accroÍtre l'intÈrÉt et rÈpÈter le cycle.
       L'agression et le sexe sont hÈritÈs des besoins naturels de l'homme au cours de son Èvolution et malheureusement, l'interdiction n'y changera rien. La capacitÈ d'obtenir cette libÈration d'agressivitÈ et d'Ènergie sexuelle est sublimÈe par Internet, ce qui va ainsi diminuer ses manifestations dans la rÈalitÈ, cependant cela semble paradoxal. Augmenter la sÈvÈritÈ des peines et amÈliorer la qualitÈ de la rÈalitÈ virtuelle sera en mesure de rÈÈquilibrer le tempÈrament pacifique de l'homme, vers une sublimation et Þ l'abri de ces actes couverts par des articles du code pÈnal.
       Toutefois dans la perspective historique, le satanisme classique comprend non seulement la violence et la dÈpravation, mais aussi, bien sØr, le culte de la sorcellerie. Comment l'improbable popularitÈ des livres et des films sur Harry Potter peut-elle Étre expliquÈe ? Le fait qu'ils soient Ècrits et filmÈs selon d'anciennes normes, bonnes ou mauvaises, non seulement ne rÈpond pas Þ la question, mais elle complique encore plus. Nous oublions que les principaux protagonistes sont des sorciÕres et leurs assistants, et que les gens simples sans pouvoirs magiques sont appelÈs avec mÈpris "Moldus" ou "personnes incapables de magie."
       Qu'en est-il des autres hÈros positifs moderne ? Batman, un homme vÉtu d'une cape noire qui vole au-dessus de la ville. N'est-ce pas sans rappeler la classique image de Satan ? Toutefois, ce hÈros est trÕs positif. Et Spiderman, l'homme-araignÈe ? Qu'en est-il de Catwoman ? Pourquoi pas un papillon ? Pourquoi pas un lapin ? Pourquoi choisir des animaux et les insectes qui sont associÈs au culte de Satan ? La chauve-souris, l'araignÈe, et le chat sont des symboles de forces obscures.
       Ces allÈgations ne concernent pas seulement la culture moderne rÈcente. "Le MaÍtre et la Marguerite", roman culte de Boulgakov avec qui depuis plusieurs gÈnÈrations ont a grandi, dÈcrit Ègalement Satan comme un hÈros romantique. Le roman dÈcrit un bal de Satan, qui est essentiellement une messe noire notoire, en rÈalitÈ, dans une teinte extrÉmement foncÈe ce qui donne encore plus de romantisme Þ l'histoire. Si Boulgakov avait dÈcrit le bal tel que le rituel dÈcrit en note de bas de page, le roman aurait sans doute eu moins de succÕs et touchÈ des milieux complÕtement diffÈrents. Laissez-nous essayer d'expliquer ce qui se passe. La plus simple explication c'est que les forces obscures sont sorties victorieuses et que le monde est sous le contrÒle du diable. Toutefois, il semble sous-jacent que l'Èquilibre entre le bien et le mal, est restÈ comme avant, comme il y a 100 ans, comme il y a 1000 ans. Peut-Étre la clÈ quantitative d'une bonne et une mauvaise exploitation a-t-elle changÈ, mais leur ratio est peut-Étre restÈ inchangÈ et mÉme dÈplacÈ vers le bien. La vie pour la plupart des gens, en particulier dans les pays dÈveloppÈs, est devenue plus facile. Au moins, l'esclavage officiel a ÈtÈ dÈracinÈ. La longueur et la qualitÈ de la vie ont beaucoup changÈ pour le meilleur. Le quotidien du monde Þ de rares exceptions n'est pas sans rappeler le royaume de Satan, en dÈpit des faits sur l'augmentation de la violence et de la dÈpravation. Malheureusement, nous n'avons pas de statistiques parce que dans les siÕcles passÈs de nombreux actes de violence n'Ètaient pas considÈrÈs comme tels et, par consÈquent, n'Ètaient pas ÈtÈ enregistrÈs comme des crimes. La peine de mort a Ègalement ÈtÈ interdite dans de nombreux pays.
       Peut-Étre le sujet lorsque l'on parle de l'utilisation de symboles en contradiction avec le christianisme, plus vraisemblablement liÈ Þ l'anti-Christ, est-il en fait la symbolique rÈaction Þ l'interdiction du christianisme qui est actuellement en affaiblissement partout. L'exemple donnÈ prÈcÈdemment sur la fidÈlitÈ indÈfectible du Pape et le grave coup donnÈ Þ l'autoritÈ de l'èglise catholique en raison de l'opinion publique concernant les prÉtres pÈdophiles, indique que le Pape essaye d'augmenter la popularitÈ de l'èglise catholique romaine par l'intermÈdiaire de ses fidÕles dÈclarations. Il faut dire que les rÈsultats sont trÕs bons. Le nouveau Pape a commencÈ son mandat avec une visite dans une synagogue et un voyage en Allemagne oÛ il a saluÈ une foule de ses compatriotes, parmi lesquels de nombreux jeunes (il convient de noter qu'ils Ètaient habillÈs trÕs fancifully). Le Pape digne du passÈ innocent d'une jeunesse hitlÈrienne sur fond de ventres nus pleins de boutons d'une jeunesse allemande le fÈlicitant... En dÈpit de cette illustration surrÈaliste publiÈe dans un magazine franÃais, il y a de l'espoir que le discours soit seulement de forme. Ce que l'èglise catholique a accompli au cours de l'inquisition a Èmis des doutes en gÈnÈral sur la rÈputation de l'institution papale. Ainsi, appartenir Þ l'hitlÈrisme, en particulier pour le passÈ de jeunes innocents, ne peut guÕre faire de mal.
       Nous avons plus de chances face Þ une bizarrerie, ce qui nous permettra aussi d'entrer plus facilement en Èquilibre avec le temps.
       Peut-Étre que l'humanitÈ est encore trÕs jeune. Si la vie de la civilisation moderne est reprÈsentÈe comme la vie d'un individu, l'Áge de notre civilisation est d'environ 16-17 ans. C'est l'explication pourquoi notre civilisation est une adolescente ! Regardez ce tableau:

    Age de l'enfant

    Correspondance en annÈes du dÈveloppement de la civilisation

    CaractÈristiques et compÈtences de l'enfant (humanitÈ)

       Naissance
       450-550
       BÈbÈ sÈparÈ du cordon ombilical (civilisation grÈco-romaine)
       1-3 ans
       500-900
       Apprend Þ marcher, utilise les toilettes. Ne voit pas encore les diffÈrences entre lui-mÉme et les autres. Tous les conflits sont rÈsolus par la force.
       3-6 ans
       900-1400
       D'Áge prÈscolaire. Apprend Þ lire et Þ Ècrire. Joue avec des jouets comme avant. Jeu favori : les chevaliers.
       6-9 ans
       1400-1700
       Jeunes classes, bases des mathÈmatiques. Continue de travailler sur les relations avec les combats.
       9-13 ans
       1700-1900
       Commence Þ jouer avec l'Èlectronique, fume, a des expÈriences avec la drogue. Travaux sur les relations comme auparavant, se bat.
       13-18 ans
       1900-2050
       A un intÈrÉt actif dans le commerce du sexe. Joue avec les jouets interdits. La rÈussite Þ l'Ècole, des progrÕs dans les sciences naturelles et en physique. Tire dans le dos de l'Homme. Manque les cours d'Èducation physique. Voir en particulier des actes de violence. Enregistre plusieurs visites Þ la police. Des combats, mais moins souvent avec automutilation. Plusieurs mutilations dÈlibÈrÈes trouvÈes sur son corps. Principal danger : tenter de se suicider.
      
       Si vous avez une bonne imagination, beaucoup de temps libre et que vous Étes le Nostradamus de notre Èpoque, vous pouvez continuer cette table.
       Bien sØr, un parallÕle peut Étre fait en comparant les flashes modernes de la dÈpravation avec des phÈnomÕnes similaires qui accompagnent le dÈclin de l'Empire romain. Toutefois, il est prÈfÈrable de prendre la situation actuelle comme un signe d'apparence de la libertÈ et l'approche de la maturitÈ de la sociÈtÈ moderne. L'idÈe que la civilisation moderne est une adolescente est plus acceptable pour beaucoup d'entre nous que la confirmation que le satanisme a conquis le monde. Parce que nous avons le droit de choisir, nous nous arrÉterons avec l'idÈe que notre civilisation est une adolescente. Ainsi, chacun d'entre nous sera en mesure d'acquÈrir une comprÈhension de ses actuelles et futures bizarreries et d'apaiser ses parents, philosophes grÈco-romains, de sorte qu'ils ne fassent plus attention. Quand un autre siÕcle viendra vous ne le reconnaÍtrez pas. Notre civilisation grandit et se rempli de l'Ènergie d'un jeune homme.
       Que pouvons-nous faire pour la prochaine gÈnÈration perdue ? Attendre que l'humanitÈ arrive Þ maturitÈ ? Eh bien, il est impossible de protÈger nos enfants du mal de ce monde qui se cache Þ l'extÈrieur et qui est refoulÈ en nous comme une tendance et un instinct naturel. La solution consiste Þ apprendre la modÈration et la capacitÈ de distinguer le bien du mal et avoir une attitude dÈtendue vers les imperfections de l'environnement.
      

    Chapitre 20
    Les orientations possibles de la future philosophie

      
       DÈfinition de la philosophie
      
       L'opportunitÈ d'Étre un philosophe est aussi controversÈe que jamais dans le monde moderne, oÛ l'idole absolue pourrait Étre d'ordre financier. La philosophie ne rapporte pas l'argent, et donc, prÈsente peu d'intÈrÉt Þ la personne moderne.
       Les accusations de l'inutilitÈ de la philosophie ne sont pas nouvelles. MÉme Aristote raconte l'histoire d'un philosophe et astronome qui s'ennuyait du fait d'Étre pauvre et que sa science ne pouvait pas l'enrichir. Il a donc appliquÈ ses conclusions philosophiques et astronomiques et a trouvÈ le moyen de devenir riche facilement et rapidement. Ainsi, "il a prouvÈ que les philosophes pouvaient facilement devenir riches si ils le souhaitent, mais ce n'est pas l'objectif qui les anime."
       La philosophie est une analyse rationnelle et des recommandations pour l'application de diverses illusions.
      
       Le concept de "l'illusion" dans cette dÈfinition ne possÕde pas une connotation nÈgative par opposition Þ la dÈfinition gÈnÈralement acceptÈe de l'illusion comme une fausse reprÈsentation mentale (spÈculation erronÈe). La vÈritÈ absolue n'existe pas et mÉme si c'Ètait le cas, elle serait impossible Þ prouver, car il peut toujours Étre dÈmontrÈ que ce qui il a ÈtÈ supposÈ ne procÈdait pas d'informations suffisantes pour une preuve absolument convaincante. A titre d'exemple, envisager le Dieu tout-puissant et omniscient. MÉme lui ne peut pas se prouver Þ lui-mÉme que sa toute-puissance et son omniscience ne sont pas seulement un fragment de son imagination. Eh bien, si mÉme Dieu ne peut pas connaÍtre la vÈritÈ absolue, alors comment pouvons-nous le faire, nous, mortels... Personne n'a besoin de la vÈritÈ absolue, car il s'agit d'une notion absurde.
      
       LittÈrature et philosophie
      
       Michel Gourinat a fait remarquer Þ juste titre que la philosophie est une recherche de la connaissance pour se reconnaÍt et que sa premiÕre question aborde sa propre nature. Les concepts philosophiques sont exposÈs Þ l'aide d'une langue littÈraire. Par consÈquent, la philosophie utilise traditionnellement la forme Ècrite ou orale littÈraire comme seul moyen d'expression.
       La philosophie est liÈe Þ la littÈrature non seulement par des signatures formelles mais aussi par sa base, car une œuvre philosophique est une expression de l'individualitÈ de l'auteur. MalgrÈ le fait que la critique littÈraire soit extrÉmement rÈticente Þ admettre que la philosophie est de la littÈrature, la philosophie n'a pas d'autres moyens pour exprimer ses idÈes.
       La philosophie doit Étre sÈparÈe de la littÈrature par l'identification complÕtement d'un type particulier de publication en rÈminiscence d'un article scientifique.
       Les œuvres philosophiques doivent suivre des rÕgles strictes pour la rÈdaction de rapports scientifiques et doivent comprendre, clairement sÈparÈs, des sections telles que le rÈsumÈ, l'arriÕre-plan, un dictionnaire des termes utilisÈs dans les travaux, tels qu'ils sont dÈfinis par l'auteur, l'introduction expliquant l'essence du problÕme, l'Ètat actuel de la question philosophique et une proposition de rÈsolution, de discussion, des rÈfutations et les conclusions. Bien sØr, ces points inclus dans le travail philosophique peuvent Étre beaucoup plus Ètendus. Toutefois, la philosophie comme une science a besoin d'utiliser un langage simple et clair comme, par exemple, les lois des ètats sont Ècrites.
       Ensuite, les œuvres littÈraires sÈparÈes peuvent Étre utilisÈes pour vulgariser le contenu d'une mÉme œuvre philosophique. Toutefois, il est tout Þ fait inutile d'avoir un texte Ècrit dans un style strictement juridique, nÈcessitant de gros efforts pour surmonter les points inexacts et ambigus. Les jeux de mots, les phrases fleuries, les paraboles, les allÈgories et un style paradoxal doivent Étre retirÈs des œuvres philosophiques.
       Ainsi, la littÈrature et la philosophie doivent d'Étre sÈparÈes l'une de l'autre. Toutefois, Þ en juger par une telle dÈfinition de la philosophie, Platon, Montaigne, Pascal, Nietzsche et beaucoup d'autres ne sont pas des philosophes. Peut-Étre que si leurs œuvres sont ÈtÈ rÈÈcrites dans un style de faits scientifiques et philosophiques, les gens seraient en mesure de souffler plus facilement, car le mÈlange de la littÈrature et de la philosophie permet Þ l'auteur de tenter un dÈtournement poÈtique au lieu de clairement exposer ses idÈes, en laissant une ouverture sans fin pour une interprÈtation par Þ caractÕre moins nuisible.
       Science et philosophie
      
       Selon Einstein, " La plupart des idÈes scientifiques fondamentales sont, par essence, simple et peuvent Étre exprimÈes dans une langue comprÈhensible de tous." Il en est de mÉme en ce qui concerne les idÈes philosophiques de base.
       Comme mentionnÈ ci-dessus, quelle que soit l'imperfection du langage humain et dans certains domaines de l'activitÈ humaine, un degrÈ ÈlevÈ de prÈcision d'expression visant Þ rÈduire au minimum la possibilitÈ d'ambiguÎtÈ a nÈanmoins ÈtÈ atteint. Un effort a ÈtÈ fait Þ l'endroit sur la carte oÛ les intÈrÉts personnels d'une personne, comme que son bien-Étre, sa libertÈ et sa vie sont parfois atteints. Le langage juridique devrait Ègalement Étre reconnu comme assez exact. Il convient de noter que la liste des dÈfinitions figurant au dÈbut de tout droit, car dans la pratique judiciaire, il a ÈtÈ remarquÈ depuis longtemps que la dÈfinition des (biens personnels, des droits de l'homme, la libertÈ de la personne, et bien d'autres) peuvent Étre interprÈtÈs diffÈremment et parfois de maniÕres diamÈtralement opposÈes. Notamment en raison de cela, toutes les lois en gÈnÈral contiennent les dÈfinitions des termes inclus dans celles-ci. Cela devrait Ègalement Étre un critÕre requis pour toute œuvre philosophique.
       La philosophie devrait certainement Étre sÈparÈe de la science en gÈnÈral parce que la philosophie ne possÕde pas une base de preuves axÈe sur l'expÈrience.
       D'ailleurs, de la part des scientifiques eux-mÉmes, la science devrait Étre sÈparÈe de la philosophie, de la religion et de la politique. Toute expÈrience scientifique devrait Étre rÈalisÈe par des experts indÈpendants et ignorants la raison et les objectifs de l'expÈrience et, en outre, les donnÈes produites par ceux-ci peuvent Étre partiellement ou complÕtement bloquÈes de leur interprÈtation.
       Une telle pratique existe et est largement utilisÈe dans les investigations cliniques oÛ, conformÈment aux normes internationales, un enquÉteur ("libre volontÈ cliniques d'exÈcution), est sÈparÈ de l'auteur qui a programmÈ l'enquÉte. Ainsi, il ne fait aucun doute quant Þ l'absence de volontÈ d'interfÈrer en tenant compte de la subjectivitÈ du chercheur dans les rÈsultats expÈrimentaux. Un effort supplÈmentaire a ÈtÈ fait Þ l'endroit sur la carte oÛ les vies de millions de personnes et la sociÈtÈ humaine sont placÈes quant Þ l'utilisation de ce que l'on appelle le " double-aveugle ", un modÕle expÈrimental pour lequel le chercheur et le patient ne savent obligatoirement pas si un mÈdicament ou un placebo est utilisÈ. En tout Ètat de cause, les recherches sont le plus souvent effectuÈes dans des laboratoires indÈpendants.
       Dans la science moderne une distorsion intentionnelle et volontaire en plus de la falsification pure et simple des rÈsultats se produit sur une Èchelle massive.
       Ainsi, la nÈcessitÈ d'obtenir des rÈsultats positifs et de les publier et la nÈcessitÈ de prouver certaines thÈories ne devraient pas peser sur les personnes qui sont directement impliquÈes dans la recherche scientifique.
       La pratique existant dans la science moderne oÛ un autre groupe de scientifiques rÈpÕte gÈnÈralement une expÈrience puis qui confirme ou pas les donnÈes du dÈcouvreur original est tout Þ fait inutile puisque le groupe de contrÒle de scientifiques peut, mÉme volontairement, viser la subjectivitÈ Þ confirmer ou Þ rejeter les rÈsultats.
       Un autre exemple de la qualitÈ de la recherche scientifique est la science appliquÈe qui fonctionne pour le bien commun, par exemple, l'industrie des semi-conducteurs. Ni les motifs politiques, ni les religieux n'influent sur ces Èvolutions. Le seul intÈrÉt de ces laboratoires c'est la crÈation de nouvelles technologies de production efficaces pour les tÈlÈphones cellulaires, les ordinateurs, etc. Le critÕre de rÈussite pour cette activitÈ scientifique est le rÈsultat pratique.
       La recherche fondamentale aussi doit Étre sÈparÈe autant que possible d'un besoin de rÈsultat, de la preuve ou du rejet de toute thÈorie. Elle doit Étre effectuÈe dans la direction prÈvue pour la collecte d'informations. Un bon exemple est le projet de dÈcodage du gÈnome humain.
       Ce qui se produit aujourd'hui dans le monde scientifique diffÕre peu de l'Èpoque mÈdiÈvale malgrÈ le fait que la science moderne dispose d'une compÈtence avancÈe, de ressources techniques importantes et d'une accumulation de connaissances factuelles.
       Parce que la science fondamentale est la maÍtresse de l'ètat et des dons privÈs, les scientifiques doivent consacrer beaucoup de temps Þ rechercher des subventions qui sont accordÈs en fonction de politiques Èconomiques, religieuses et des intÈrÉts de la sociÈtÈ. Pire encore si, par exemple, la science moderne doit prouver le caractÕre religieux et politique d'un problÕme tel que la Terre est comme une Ècaille de tortue.
       Ainsi, la philosophie doit Étre distincte de la science gÈnÈrale, de la science fondamentale, de la politique, de la religion et le financement doit Étre ciblÈ.
       Dans ces zones oÛ plane une menace directe pour la vie humaine et sociale en matiÕre de santÈ, les gens ont trouvÈ plus ou moins des mÈthodes efficaces pour faire de la recherche objective et contrÒlÈe. Le fait est que ce triste Ètat des choses avec objectivitÈ en science a des incidences sur la vie humaine et sociale en matiÕre de santÈ, les mÉmes sinon plus, que la conduite contraire Þ l'Èthique de la recherche clinique. Toutefois, ce lien n'est pas Èvident et il est donc largement ignorÈ. La philosophie est basÈe sur les rÈsultats de cette science qui prouve tout ce qui est payÈ, cela ne saurait Étre objectif. Par consÈquent, la philosophie doit Étre maintenue Þ distance des expÈrimentations scientifiques, de leur objectivitÈ, et la valeur de leur interprÈtation doit Étre a priori mise en doute.
       La religion et la philosophie
      
       Tout d'abord, la religion doit Étre sÈparÈe de Dieu, parce que dans la plupart des cas, elle ne lui est pas attachÈe. Les religions ont ÈtÈ inventÈes comme un ensemble de traditions nationales visant Þ l'autonomie morale-rÈglementation du commerce international des communautÈs humaines. Toutefois, les religions dans le monde moderne, comme pour l'ensemble de l'histoire de l'humanitÈ, sont exclusivement les outils de la gÈopolitique sur un niveau commun de l'humanitÈ et une alternative Þ la psychothÈrapie sur un niveau individuel.
       Ainsi, la religion n'a pas de relation avec Dieu. Par consÈquent, ces deux concepts dans la philosophie doivent d'Étre strictement sÈparÈs.
       La religion est un phÈnomÕne socio-privÈ qui devrait Étre ÈtudiÈ du point de vue de la sociologie et des sciences politiques et doit Étre considÈrÈe seulement comme de la philosophie autant que la philosophie affecte la discussion de ces sciences.
       L'Art et la Philosophie
      
       L'art est basÈ sur l'esthÈtique. Afin de dÈfinir la relation de la philosophie de l'art, l'Ètymologie du mot "esthÈtique" doit Étre comprise. L'esthÈtique devrait Étre dÈfinie comme une thÈorie de la rÈception sensorielle. Kant lui-mÉme a utilisÈ ce terme exclusivement dans ce sens.
       La dÈfinition de l'art Ètait extrÉmement large dans le passÈ. Le mot " art " en franÃais et en anglais Ètait auparavant utilisÈ pour signifier " La capacitÈ, l'occupation, la propriÈtÈ de l'individu ", par exemple, " Votre l'art est... "
       Par consÈquent, seul le terme "art pur", qui est distinct de la manifestation d'un commerce, devraient Étre examinÈ. BasÈe essentiellement sur l'opposition fondamentale des techniques de production et de la crÈativitÈ artistique, l'esthÈtique de Kant est dÈfinie ÈlÈgamment comme " l'art de gÈnie." Par consÈquent, l'art pur est sÈparÈ de la production de ses fruits parce qu'il est dÈjÞ en train de devenir un mÈtier. Kant dÈfinit l'art pur comme le plus parfait de la connaissance, mais il est incapable de l'intÈgrer rapidement dans une valeur esthÈtique.
       Art n'a pas de relation directe avec la philosophie, car en substance il n'a pas de sens philosophique et il est le fruit d'un Èchange d'idÈes excessif. L'art dans son expression pratique fait partie du commerce, il est une piÕce ou une production industrielle de produits de consommation contrÒlÈs par la demande ou par sa " pure " manifestation, il fait partie des connaissances exprimÈe Þ travers le langage et, donc, il appartenant Þ la littÈrature.
       L'art est ÈvaluÈ sur la base du goØt esthÈtique de l'Èvaluateur, il suscite une satisfaction esthÈtique causÈe par la beautÈ et peut varier lors d'une simple diffÈrence de satisfaction sensorielle.
       Existe-t-il une diffÈrence entre le sensoriel et l'esthÈtique pour une satisfaction physiologique ? S'il y a une telle diffÈrence, regarder une image Èrotique dans Playboy ou la statue de la VÈnus de Milo devrait exciter diffÈrentes sections du cerveau. S'il n'y a pas de diffÈrence de principe et que l'observateur dans les deux cas, trouve l'image d'un beau corps nu, la sÈparation de principe de la satisfaction "esthÈtique" peut Étre remise en question. Si les rÈactions du cerveau aux mÉmes images Èrotiques et Þ la lecture Þ voix haute d'un poÕme favori ou Þ l'Ècoute de sa musique prÈfÈrÈe sont comparÈes, la puretÈ de l'expÈrience sera compromise parce que les centres de rÈception de la musique, de la poÈsie, et des photos Èrotiques seront certainement situÈs dans diffÈrentes rÈgions du cerveau dØ au fait que le canal de rÈception des informations dans le cas de l'image est visuel et que pour la poÈsie ou la musique, il est audio.
      
       MÈtaphysique
      
       Aristote dÈfinit la mÈtaphysique comme le domaine de la connaissance de l'autre cÒtÈ de la physique. Si la physique traite de la partie sensorielle du monde, alors la mÈtaphysique est impliquÈe dans tout ce qui est hors de notre perception sensorielle. (C'est encore vrai aujourd'hui. Essayez de demander Þ un scientifique privÈ de la vue, de l'ouÎe, de l'odorat et du toucher de procÈder Þ toute expÈrience physique, sauf la vÈrification de la loi de gravitation universelle, car il se ramassera par terre aprÕs quelques pas, vous verrez...)
       Ainsi, si la mÈtaphysique est situÈe au-delÞ de la limite des sens humains, le monde devrait Étre divisÈ en quatre parties inÈgales :
       - La partie du monde Èvidente en elle-mÉme et donc accessible Þ Ètude par le biais de la perception sensorielle ;
       - La partie du monde indirectement Èvidente en elle-mÉme et accessible Þ Ètude par le biais de la perception sensorielle en utilisant des caractÈristiques indirecte ;
       - La partie du monde non Èvidente pour elle-mÉme, soit directement, soit indirectement, et inaccessible par la perception sensorielle, mÉme en utilisant des instruments puissants de multiplication et d'amplification, mais sensible Þ notre analyse mentale ;
       - La partie du monde qui est irrÈelle, mais qui est tout de mÉme sensible Þ notre analyse mentale.
       Ainsi, la mÈtaphysique concerne les deux derniÕres parties qui sont inaccessibles de maniÕre directe ou indirecte par le biais de l'Ètude des sens et accessible seulement Þ l'analyse mentale qui n'est pas fondÈe sur des preuves sensorielles.
       Les frontiÕres entre ces parties sont souples. Par exemple, la discussion sur les planÕtes autour d'autres Ètoiles mÉme rÈcemment pourrait Étre considÈrÈe comme de la mÈtaphysique parce que l'humanitÈ n'a pas pu dÈterminer leur existence en utilisant soit directement ou indirectement des mesures sensorielles. Toutefois, plus d'une centaine de planÕtes ont ÈtÈ trouvÈes Þ l'heure actuelle par de nouvelles mÈthodes indirectes. Elles pourront Étre directement observÈes dans un proche avenir.
       Qui sait, peut-Étre demain des instruments trÕs convaincants capables de faire une photo de notre Áme apparaÍtront. Cette substance ÈphÈmÕre passera du domaine de la mÈtaphysique Þ l'Ètude classique par la perception sensorielle.
       Le projet mÈtaphysique de Kant "n'est rien d'autre qu'un inventaire systÈmatique de tout ce que nous savons grÁce Þ la raison pure." La dÈfinition de Kant c'est qu'a priori, des ÈlÈments de connaissances permettent en effet d'Ètudier la mÈtaphysique. La physique est l'analyse factuelle de l'expÈrience limitÈe par la capacitÈ moderne de mÈthodes expÈrimentales. Ainsi, la physique des tourbiÕres dans un dilemme complexe oÛ il est difficile d'attendre des rÈponses complÕtes aux questions fondamentales de la philosophie en raison des limitations techniques, la puretÈ de l'expÈrience et l'objectivitÈ du chercheur soulÕvera toujours le doute. Dans la mÈtaphysique, il n'est pas nÈcessaire de limiter la raison des difficultÈs susmentionnÈes. Ainsi, la mÈtaphysique est un excellent outil pour la philosophie, c'est-Þ-dire, pour l'analyse rationnelle et des recommandations pour l'application de diverses illusions.
       Parce que le monde se compose de quatre parties, comme indiquÈ plus haut, alors que la physique peut Ètudier seulement une petite partie de celui-ci, la mÈtaphysique est nÈcessaire pour obtenir une image plus complÕte du monde en termes d''illusions que remplit la philosophie.
       Principes moraux
      
       Les tentatives visant Þ quantifier le sens du bien et du mal sont connues pour Étre nÈgligeables. Bonnes et mauvaises intentions ne peuvent Étre abordÈes que du point de vue de l'examinateur.
       Toutefois, indÈpendamment de ce qui prÈcÕde, le sens universel du bien et du mal est fondÈ sur la pyramide de Maslow dont les besoins peuvent Étre dÈrivÈs. Le mauvais, c'est quand ces besoins sont insatisfaits, la bien, c'est quand ils le sont.
       Si des personnes peuvent satisfaire tous leurs besoins sans se dÈranger les uns les autres, il de devrait y avoir entre elles aucun conflit. Par ailleurs, ces relations qui peuvent rÈsulter de mauvaises ou de bonne intentions, qui ont Ègalement en charge un cÒtÈ psychologique, car elles placent la personne physique qui reÃoit le bien dans une position dÈpendante qui force l'indemnisation, Þ savoir, rendre le bien par le bien.
       Ainsi, si tous les besoins d'un individu correspondant Þ la pyramide de Maslow sont satisfaits, il sera dans un Ètat de bonheur raisonnable. Mais il est important de savoir s'il l'a fait seulement pour satisfaire ses besoins, et non dans le but de ne pas satisfaire les besoins d'un autre individu.
       Gardant Þ l'esprit le problÕme des ressources limitÈes, je vous propose le systÕme suivant de satisfaction des besoins :
       Satisfaction des besoins fondamentaux
      
       La nourriture
       Il sera possible de satisfaire les besoins alimentaires de l'humanitÈ tout entiÕre en produisant les stocks de nourriture suffisants et d'excellente qualitÈ et en inculquant l'utilitÈ et l'Èquilibre des propriÈtÈs gustatives. MÉme Þ l'heure actuelle les pays occidentaux ont l'habitude de jeter une quantitÈ d'aliments suffisante pour nourrir tous les habitants de la Terre. Le fait est qu'une gourmandise hystÈrique s'est emparÈe des pays dÈveloppÈs et qu'elle est liÈe Þ la publicitÈ pour les produits alimentaires. Une grande partie de la population utilise de trois Þ quatre fois plus de nourriture que nÈcessaire et, par ailleurs, souffre de maniÕre catastrophique Þ l'Èchelle de l'obÈsitÈ.
       Un agencement raisonnable de la "nourriture", l'Èducation et une redistribution des ressources alimentaires adÈquat peut facilement rÈpondre aux besoins croissants de toute la Terre.
       L'abattage des animaux crÈe un grave problÕme moral et Èthique. Sur quelle base l'homme considÕre-t-il qu'il est en droit de prendre la vie de crÈatures situÈes Þ sa proximitÈ pour son Èvolution ?
       Lorsque les gens commencent Þ protÈger les animaux, ils organisent gÈnÈralement un abattage... des gens ! La solution Þ ce problÕme est simple. La culture de tissu animal dans des conditions de laboratoire, qui a dÈjÞ ÈtÈ lancÈ, doit Étre dÈveloppÈe. Des plantations colossales de produits Þ base de viande peuvent Étre mises en place dans un proche avenir. Ainsi, les troupeaux de bovins domestiques pourront Étre progressivement rÈduits par des dÈparts naturels et par la limitation des naissances.
       La qualitÈ gustative de ces produits Þ base de viande cultivÈe s'amÈliorera progressivement.
      
       Le logement
       Une nouvelle approche de la construction de logements est nÈcessaire. Tout d'abord, la rÈvolution d'Internet devrait Étre utilisÈe pour l'accomplissement virtuel de la plupart des fonctions sociales de l'individu afin que les grandes villes puissent Étre rÈinstallÈes dans de vastes Ètendues de terrains vacants. Des mÈthodes peu onÈreuses et simples d'isolation thermique des logements, avec l'utilisation maximale des ressources locales (Ènergie Èolienne, Ènergie solaire, ressources hydrauliques), doivent Étre dÈveloppÈes de maniÕre Þ ce que les lignes de service n'aient pas besoin d'Étre rÈparties sur plusieurs kilomÕtres. En marge, mais c'est assez liÈ, des moyens fiables de transport aÈrien doivent Étre dÈveloppÈs.
       Ainsi, le problÕme de la crise du logement dans les grandes villes et la dÈsertion seront pratiquement stoppÈs, puis le dÈveloppement de nouvelles terres pourra Étre envisagÈ. Les pays avec d'Ènormes espaces libres auront la capacitÈ d'aider Þ rÈgler les problÕmes avec un nouveau type d'immigration qui n'exige rien de l'ètat dans lequel il vit, sauf une parcelle de terrain, parce que ce sera Þ aux immigrants de mettre en place des relations de travail et de services.
       Les problÕmes de nettoyage des locaux devraient Étre rÈsolus au niveau de la conception mÉme des constructions, avec le dÈveloppement de " l'auto-nettoyage de la maison " en utilisant " l'auto-aspirateur " ou la nanotechnologie pour la purification automatique des dÈchets.
       Le problÕme de l'ameublement et de la dÈcoration esthÈtique sera rÈsolu Þ l'aide de la technologie des murs d'Ècrans ou la mÈthode holographique, les parois extÈrieures et intÈrieures de la maison Ètant dÈcorÈs et architecturÈs par des images virtuelles.
       Cette Èconomie de ressources permettra aux industriels de pouvoir se libÈrer pour la rÈalisation de projets plus humanitaires.
      
       Soins de santÈ
       La poursuite du dÈveloppement de l'industrie pharmaceutique, les nanotechnologies et les cellules souches ou le clonage permettront la dÈtection prÈcoce des maladies et la recherche individuelle pour un traitement efficace. En outre, une personne aura la possibilitÈ de renforcer ses muscles, de se protÈger contre les blessures et, surtout, d'accroÍtre l'activitÈ de ses organes des sens et de son cerveau.
       Sexe
       Une vie pleine de satisfactions et de santÈ, ÈquilibrÈe, sans besoin particuliers, voit ses tourments sensiblement rÈduits Þ aux relations sexuelles. En outre, l'Èlectronique et le monde virtuel peuvent dans une large mesure soulager les exigences requises. Toutefois, l'importance de l'amour naturel ne peut en aucun cas Étre diminuÈe. Une personne ne devrait jamais subir de violences dans sa famille ou de pressions morales de la part d'un partenaire sexuel. Ainsi, le choix de la cohabitation et la formation d'une famille seront prises en fonction de considÈrations d'ordre ÈmÈrites et non par de triviaux besoins sexuels que les progrÕs scientifiques seront en mesure de rÈduire ou de satisfaire d'une maniÕre tout aussi efficace que par des moyens naturels.
      
       L'alcool, le tabac et les stupÈfiants
       Ces produits sont inefficaces et dangereux pour rÈglementer l'humeur ou pour tenter d'Èchapper Þ la vraie vie. Ces trois maux rÈsultent d'une activitÈ sociale et commerciale ou d'une propagande de la rue. Ces habitudes doivent disparaÍtre avec une sÈparation physique suffisante les unes des autres et un minimum de vie sociale dans son sens nÈgatif. La nÈcessitÈ d'utiliser l'alcool et des stupÈfiants doit complÕtement disparaÍtre avec l'accÕs aux mÈdicaments et des moyens Èlectroniques de modification du comportement.
       Style de vie et bonne santÈ
       Une vie sportive et ÈquilibrÈe, des activitÈs rÈgies par des ordinateurs dont la nÈcessitÈ sera inculquÈe dÕs l'enfance, permettra d'amÈliorer sensiblement le bien-Étre des individus.
      
       Accumulation d'argent
       Des personnes continuent de se comporter comme des Ècureuils, de stocker dans leur nid tout ce qui n'est pas nÈcessaire Þ la vie courante. La plupart des avantages doivent Étre rÈÈvaluÈs en utilisant un changement important dans la rÈalitÈ virtuelle. Toute personne nantie d'un ordinateur avec la mÉme taille de mÈmoire peut crÈer autant de fichiers "Word" qu'elle veut pour sa dÈcoration. Ainsi, comme tout fichier crÈÈ et supprimÈ est amorti, les dÈcorations, la dÈcoration des maisons, et les dÈmarches extÈrieures pour chercher des moyens de transport devraient Étre amortis parce que l'allure ne sera qu'une illusion facilement reproduite par des moyens Èlectroniques.
       L'accumulation d'argent devrait devenir absurde, comme l'accumulation de fichiers inutiles. SØrement l'ensemble de la population doit Étre rÈÈduquÈ.
       L'agressivitÈ
       L'agressivitÈ peut Étre redirigÈe en Ènergie crÈatrice. Toutefois, peu de choses peuvent Étre respectÈes en raison des interdictions. Ainsi, des jeux agressifs ordinateurs doivent Étre utilisÈs Þ bon escient. Ils devraient Étre accordÈe Þ ceux pour qui un tel programme agit comme un moyen de sublimation et empÉche une agression effective. Toutefois, de tels programmes ne devraient pas Étre disponibles Þ ceux pour qui leur influence a l'effet inverse, en stimulant l'agression physique. Un simple test psychologique et d'autres moyens peuvent facilement dÈterminer la diffÈrence entre le premier et le deuxiÕme type de personnes.
      
       Satisfaction des besoins en matiÕre de sÈcuritÈ
      
       Protection contre les dangers imaginaires
       La plupart des gens ont peur de dangers imaginaires, pourtant la probabilitÈ qu'un malheur arrive est nÈgligeable. La diminution des activitÈs criminelles (vols, mutilations et viols) en relation avec le passage Þ des relations virtuelles et l'interdiction d'actes de violence dans les mÈdias et sur Internet, va provoquer une forte baisse de la peur de la population en bonne santÈ. Les personnes souffrant de nÈvrose seront rapidement diagnostiquÈes. Ils se verront offrir un traitement pharmacologique.
       Protection contre les dangers rÈels
       L'efficacitÈ accrue des soins de santÈ, la rÈduction de l'entassement de la population, la sÈcuritÈ intÈgrÈe Þ la construction des maisons (matÈriaux ininflammable, des gicleurs, Èlimination de substances nocives, etc.), et l'interdiction complÕte de port de toute arme ou autres mÈthodes de lutte avec un risque accru de blessure, seront entiÕrement destinÈs Þ satisfaire les besoins en matiÕre de sÈcuritÈ. De plus, il y aura une faible probabilitÈ de vol (parce que la plupart des valeurs seront virtuelles) et l'impossibilitÈ d'effectuer des agressions physiques sur Internet Èliminera pratiquement dÈfinitivement tout danger et toutes activitÈs criminelles. En outre, si tous les besoins des criminels eux-mÉmes sont satisfaits, leur motivation pour l'activitÈ criminelle sera grandement rÈduite.
       Les criminels ne seront pas isolÈs et entassÈs dans les prisons oÛ ils sont soumis Þ la survie du plus fort et oÛ ils finissent cassÈs et complÕtement brisÈs ou mÉme encore plus criminel. L'assignation Þ domicile dans un nouveau style maison sera tout Þ fait adÈquate et fiable pour protÈger la sociÈtÈ contre les criminels pour la pÈriode requise et le criminel fera l'objet d'un programme virtuel de rÈÈducation.
       Pour les conflits armÈs, tous les rÈsidents, peut-Étre ensemble puisque leurs maisons seront facilement dÈmontable-remontable, seront ÈvacuÈs vers des pays sØrs. Seuls ceux qui auront envie de lutter resteront sur le site du conflit. Les gens seront soigneusement contrÒlÈs Þ la sortie afin que personne ne possÕde d'armes. En outre, les dÈtecteurs de mensonge vont bientÒt devenir plus puissants. Une personne ne sera plus en mesure de dissimuler ses intentions. Ceux qui pensent Þ tuer les uns ou les autres seront dÈvoilÈs et placÈs en rÈsidence surveillÈe. Les soldats ne seront pas en mesure de maintenir la population dans la zone de conflit comme de simples prisonniers ou des monnaies d'Èchange.
      
       Besoin d'amour
       L'Internet de demain sera en mesure de satisfaire complÕtement la plupart des besoins d'amour. La vidÈo et les hologrammes seront en mesure de crÈer l'illusion d'une communication normale avec des amis, des proches, et mÉme la famille. L'heure est proche oÛ tout le monde sera en mesure de choisir son apparence favorite et ses vÉtements virtuel tel qu'il veut se prÈsenter lui-mÉme Þ ses amis et compagnons parce que tout sera possible dans le cyberespace. Cela rÈduira la nÈcessitÈ de fabriquer des vÉtements chers, les cosmÈtiques et les parfums.
       Cela ne remplacera pas la possibilitÈ de communications ordinaires. Toutefois, le pourcentage de ces communications sera le mÉme que celui nÈcessaire Þ la conception et Þ l'Èducation des enfants.
       Ainsi, une personne pourra convertir en une masse ses idÈes et ses pensÈes, et en aucun cas ne sera freinÈe par des limitations matÈrielles.
      
       NÈcessitÈ d'Étre acceptÈ dans la sociÈtÈ
       Les communications virtuelles prÈsentent peu de possibilitÈs pour cela. Parce que les conditions de vie de la plupart des gens sont Þ peu prÕs Ègales, comme les capacitÈs d'interfaces des programmes modernes sont Ègales (Bill Gates dans son bureau et un natif de la bibliothÕque publique au NigÈria voient la mÉme interface du programme MS Word), et les capacitÈs pour la libertÈ de communications seront Ègalement pratiquement illimitÈes. Internet va strictement supplanter toute tentative de comportement agressif en vidÈo, sur les forums et les chats. En outre, la nouvelle Èducation et l'interdiction de films agressifs permettront de rÈduire le niveau d'agression et d'accroÍtre les chances d'Étre acceptÈe par la sociÈtÈ. Pour ceux qui vont dÈvelopper de graves problÕmes, des amis "virtuel" qui les acceptent pour ce qu'ils sont seront crÈÈs.
       Le mode de vie moderne ne se justifie plus, il est seulement une crÈation des habitudes et un manque raisonnable d'organisation. TÒt ou tard, bien des modifications seront certainement d'actualitÈ.
       Le besoin de connaissance
       L'accroissement de l'activitÈ d'Internet va rendre les Ècoles et tous les autres Ètablissements d'enseignement inutile. Ils seront en seconde position aprÕs les prisons et les Ètablissements de traitement de nÈvroses, de toxicomanie, de promiscuitÈ et d'agression.
       L'activitÈ mentale sera un sujet trÕs important pour chaque individu. Les gens vont Ètudier toute leur vie. Toutefois, le programme ne sera plus l'accumulation de connaissances et deviendra une amÈlioration de la capacitÈ Þ trouver, classer et analyser, c'est-Þ-dire, une personne pourra Étre convertie Þ partir d'une puce mÈmoire en un professeur.
       La plupart des gens seront impliquÈs dans des opÈrations de travail virtuel qui sollicitent leur capacitÈ d'analyse directe, contrÒlÈe et soutenue par des ordinateurs. Les autres seront occupÈs Þ se perfectionner dans les arts ou la promotion de la science.
      
       Besoins esthÈtiques
       Comme nous l'avons dÈjÞ indiquÈ, des appareils Èlectroniques satisferont aux besoins esthÈtiques de la musique, de la dÈcoration de la maison, du mobilier, des accessoires et des vÉtements. La crÈation de l'illusion des espaces vus par les fenÉtres sera capable d'augmenter la satisfaction de l'esthÈtique de vie Þ un niveau sans prÈcÈdent. La reconnaissance que la rÈalitÈ est tout aussi illusoire que la rÈalitÈ virtuelle offrira suffisamment de satisfaction Þ tout style de vie, et pratiquement sans frais.
      
       NÈcessitÈ d'une auto-actualisation
       Ce besoin est encore le moins satisfait dans le monde moderne. Seulement dix pourcent des personnes sont de toute maniÕre auto-actualisÈes. L'humanitÈ ne comprend pas suffisamment l'importance de l'auto-actualisation pour une personne. En attendant, les plus grandes dÈceptions de l'humanitÈ ne se posent pas en termes de faim, de privation sexuelle, de danger, de haine, d'analphabÈtisme ou d'un manque de beautÈ esthÈtique. Tous les problÕmes de l'humanitÈ se posent Þ cause de ceux qui sont prÉts Þ tuer plusieurs dizaines de millions de personnes dans l'intÈrÉt de l'auto-actualisation. La manifestation insatisfaisante de l'auto-actualisation est un phÈnomÕne connu sous Hitler, LÈnine, Staline, Mao, Saddam et Ben Laden.
       La sociÈtÈ devrait d'abord calculer comment utiliser des ressources Èlectroniques illimitÈes pour rendre l'auto-actualisation possible pour une majoritÈ Ècrasante de la population. De plus, ayant subi l'auto-actualisation, le peuple s'efforcera d'aider les autres Þ s'auto-rÈaliser. Ainsi, ils deviendront dans une certaine mesure une structure organisationnelle indÈpendante. Seul le premier coup de pouce d'initialisation est nÈcessaire. Avec l'organisation d'un tel systÕme dans lequel tous les membres pourraient correctement s'auto-rÈaliser, les rÈsultats de l'auto-actualisation seraient prÈservÈs et utilisÈs Þ tous les niveaux humains et communs.
       SØrement une Èducation appropriÈe et destinÈe Þ la recherche "d'une conception existentielle", dont Sartre a parlÈ, sera nÈcessaire.
      
       L'espace et le temps
       Le temps est seulement une illusion de la conscience humaine. L'Espace peut aussi Étre juste une illusion. Par exemple, pendant une visioconfÈrence avec un correspondant Þ l'autre bout de la planÕte, comment mesurez-vous la distance entre son nez et l'Ècran ? Vos organes des sens vous disent que cette distance est environ 30 cm tandis que la vraie distance est peut Étre 12 000 km. Bien, quelle est la distance rÈelle ? Et cette distance signifie-t-elle quelque chose ? Vous vous comportez comme si votre correspondant Ètait localisÈ dans votre voisinage immÈdiat. Et cette erreur est induite par des mÈthodes modernes de communications lointaines. Dans l'avenir ce sera encore pire, la qualitÈ des images holographiques crÈera une image absolument indiscernable de la rÈalitÈ.
       Par l'utilisation des moyens les plus modernes de communications et d'opÈrations informatiques, beaucoup d'actions sont devenues rÈversibles avec le temps. En appuyant sur "Ctrl-+ Z" ou sur la touche retour du clavier on revient Þ l'Ètape prÈcÈdente ce qui fausse encore plus fortement notre rÈalitÈ et il en rÈsulte moins d'erreurs fatales.
       Imaginez que votre correspondant est un programme informatique et que vous l'avez irritÈ d'une faÃon ou d'une autre. Ce serait bien de prendre des mesures de retour en arriÕre dans le temps.
       La nostalgie des dÈfunts et les relations perdues peuvent Étre rÈactualisÈes par des copies virtuelles des gens. La nostalgie de votre jeunesse peut Étre aussi traitÈe en crÈant une image virtuelle de votre maison qui correspond complÕtement avec les objets du souvenir. Gardez Þ l'esprit, bien sØr, que vous avez grandi dans la mÉme maison Èlectronique. Dans la mÈmoire, sont enregistrÈes toutes les dÈcorations correspondant Þ votre enfance. Ces derniÕres peuvent redevenir d'actualitÈ, les dÈcorations remplacÈes, en appuyant un simple bouton. Les intÈrieurs peuvent ainsi Étre changÈs assez frÈquemment. Hier, l'intÈrieur Ètait un palais Versailles; aujourd'hui, une hutte de village amazonien. L'illusion de grands espaces libres et des halls infinis peut aussi Étre facilement gÈrÈe Èlectroniquement.
       Ainsi, l'espace et le temps cessent d'avoir une signification dÈcisive aussitÒt que les gens se convertissent dans un mode de vie virtuel. De plus, il n'y aura plus besoin d'effectuer la plupart des voyages parce qu'ils seront devenus complÕtement vides de sens. Si vous voulez visiter le Louvre, appuyer sur un bouton ou dites " Je suis au Louvres " et votre chambre est transformÈe en n'importe quel hall du Louvre.
       Parce que les voyages ont perdu leur signification, cela rÈduit significativement l'Ènergie consommÈe par la civilisation. Les vols de l'homme dans l'espace deviendront aussi complÕtement vides de sens parce qu'il sera possible de visiter n'importe quel organisme cÈleste du systÕme solaire sans avoir besoin de faire des voyages dangereux en utilisant des appareils cosmiques avancÈs.
       La civilisation humaine deviendra autosuffisante et satisfaite sans Èprouver le besoin de vols inutiles vers les Ètoiles ÈloignÈes parce que dans la rÈalitÈ virtuelle tout sera possible sans dÈpenser la moindre Ènergie. Est-il si important de savoir comment sont des pentes et des cailloux sans vie quelque part sur une planÕte tournant autour d'une Ètoile ÈloignÈe ? L'homme ne survit pas pour devenir plus petit qu'un atome et atterrir sur le noyau d'un atome hydrogÕne. Bien que dans la rÈalitÈ virtuelle ce soit mÉme possible.
       MÉme la recherche de frÕres intellectuels deviendra vide de sens parce que ceux qui veulent se rencontrer seront capables de le faire entiÕrement dans la rÈalitÈ virtuelle sans impliquer les gens qui ne veut pas les rencontrer. Le fait que nos ordinateurs soient remplis de jeux primitifs ne signifie pas du tout que ces mÉmes principes techniques ne puissent pas Étre utilisÈs pour crÈer une rÈalitÈ virtuelle capable de rÈsoudre tous les problÕmes humains. Peut-Étre est-ce pour cette raison que nous ne rencontrons jamais d'extraterrestres de civilisations plus avancÈes. Il est fortement probable qu'ils restent heureusement assis dans leurs propres maisons sur leurs propres planÕtes natales et qu'ils nous rencontrent dans leur rÈalitÈ virtuelle. Et quelle est la diffÈrence s'ils supposent par erreur que nous avons trois jambes et sept oreilles ?... BientÒt les apparences cesseront d'avoir une signification. Chacun dans sa rÈalitÈ virtuelle sera capable de ressembler Þ une chaise parlante s'il veut.
       Actuellement nous voyons des personnes avec un corps externe attirant. Mais c'est seulement la surface d'une personne. En rÈalitÈ, un corps est moche et puant... Heureusement, nous sommes bien contents d'observer seulement le cÒtÈ extÈrieur, mais pourquoi n'allons-nous pas plus loin pour voir une personne telle que nous voudrions la voir ?
       Dans la plupart des cas, les personnes ne se plaignent pas de l'utilisation de la rÈalitÈ virtuelle, mais le contenu actuel et les spÈcifications techniques laissent un peu Þ dÈsirer, c'est-Þ-dire que l'image n'est pas assez rÈaliste et qu'il n'y a aucun arome ou sentiment. Cependant, tout est susceptible de correction. BientÒt ce sera possible en agissant directement sur le cerveau ou en contournant les organes des sens pour crÈer la rÈalitÈ virtuelle peut-Étre plus rÈelle que le rÈel, qui ne sera rien de plus qu'une illusion empiÈtant sur nos organes des sens.
       Philosophie de la crÈation et l'Áme
       Il n'y a aucune raison de chercher les thÈories universelles de la crÈation. La philosophie de l'Áme devrait recommander de telles illusions dans lesquelles l'homme prendrait un endroit digne dans un univers mystÈrieux.
       Il n'y a pas de raison de faire appel Þ toutes les thÈories dans le domaine de la crÈation. La philosophie de l'Áme devrait recommander Þ ces illusions qui sont en l'homme de prendre une place digne dans les univers mystÈrieux.
       Il est nÈcessaire de se concentrer sur un mÉme plan pour la collecte des donnÈes et leur analyse mÈthodique indÈpendamment d'un paradigme cosmologique ou quoi que ce soit d'autre.
      
       La conscience
       MalgrÈ le fait que la conscience est le facteur principal qui dÈfinit une personnalitÈ, cela est imparfait. Ses capacitÈs doivent donc Étre augmentÈes dans toutes les voies afin d'utiliser la rÈalitÈ virtuelle.
      
       Le langage
       La langue, comme la conscience, est un outil fortement imparfait pour la communication. Cependant, elle peut Étre perfectionnÈe en utilisant des dispositifs Èlectroniques et des ordinateurs qui arrivent dÈjÞ sur le marchÈ en ce moment.
       Le travail
       Le travail perd le besoin d'Étre productif en terme habituel industriel du mot. La tÁche principale de n'importe quel individu devrait Étre la satisfaction de ses propres besoins selon la pyramide Maslow, qui a ÈtÈ mentionnÈe susdite. Le deuxiÕme but du travail doit Étre la satisfaction des autres besoins, et pas Þ cause d'une compassion ChrÈtienne irrationnelle envers une personne aimÈe, mais pour des considÈrations tout simplement pratiques et basiques comme la faim, les hobbies, le bien Étre.
       La fonction de manœuvres devrait inclure la satisfaction de ses besoins ou ceux des autres. Cependant, tout travail ordinaire et monotone devrait Étre fait par des ordinateurs et des systÕmes automatisÈs.
      
       La libertÈ
       La libertÈ de choix devrait Étre limitÈe, Þ savoir, il est impossible d'encourager la libertÈ d'Étre malheureux ou agressif. ètant malheureuse (insatisfaite) et agressive, une personne s'immisce dans la vie d'autres personnes. Donc, le devoir de chaque personne est de satisfaire entiÕrement ses besoins, mais pas Þ la charge des autres personnes et d'aider Þ satisfaire les besoins des autres quand ses propres besoins sont satisfaits.
       La libertÈ peut Étre seulement responsable et positive. Une personne ne devrait pas avoir la libertÈ de destruction et d'infliger du mal physique ou moral Þ d'autres personnes. Autrement, une personne peut Étre complÕtement libre. L'immigration perdra sa signification, les nations en tant qu'ètat seront affaiblies et des systÕmes mondiaux de gestion surgiront aprÕs que les conditions de vie soient standardisÈes dans le monde entier.
       Des systÕmes d'autorÈgulation seront dÈveloppÈs et simplifiÈs dans un monde virtuel.
       Chaque personne ambitieuse sera en mesure de construire un empire virtuel de n'importe quelle taille. En raison de ces avantages uniques des mondes virtuels, personne ne devrait plus vivre dans la contrainte, et grÁce Þ ces amÈliorations il n'existera pas d'autre route plus courte vers la libertÈ que par le biais d'Internet et des systÕmes similaires.
      
       Histoire
       L'histoire devrait Étre rÈexaminÈe Þ la lumiÕre de ces concepts de base. Cette rÈÈvaluation peut conduire Þ la reconnaissance du fait que tous les ÈvÈnements dans l'histoire qui sont acceptÈs comme positifs et progressiste ne sont pas exacts.
       L'histoire dans la science a peu de sens parce que c'est une collection de faits mal vÈrifiÈs, dont la majoritÈ est faussÈe au-delÞ de la reconnaissance.
       L'histoire devrait Étre sÈparÈe de la politique et de la religion parce que la plupart des conflits gÈopolitiques reposent sur des faits historiques rÈels ou fabriquÈs.
       L'humanitÈ doit reconnaÍtre que la plus grande partie de son histoire s'est dÈroulÈe dans des couches d'une propretÈ douteuse. Par consÈquent, l'importance des faits historiques ne devrait pas Étre gonflÈe. Les faits devraient Étre ÈtudiÈs exclusivement du point de vue de la science historique sans jeter d'ombre sur les ÈvÈnements modernes. La manipulation des faits historiques Þ des fins politiques devrait Étre catÈgoriquement condamnÈe.
      
       GÈopolitique
       Seule une fraction de l'humanitÈ est actuellement prÉte Þ se dÈvelopper selon les principes de la philosophie de l'avenir. Toutefois, Internet peut Èlargir ce cercle de personnes et de pays. Bien sØr, le monde portera encore longtemps la charge de la haine et de l'agression, l'inertie mÈdiÈvale de l'envie et la fÈrocitÈ cannibale. Mais plus tÒt commencera la civilisation occidentale Þ se convertir Þ un mode de vie virtuel, Þ remplacer certains composants par d'autres plus Èconomiques et Þ satisfaire tous les besoins, par exemple, un luxueux trois Ètages (bien qu'en rÈalitÈ en carton) par des maisons virtuelles, moins cela suscitera l'envie des nations dont le dÈveloppement sera beaucoup plus lent. En outre, il sera possible d'amÈliorer le niveau de vie des peuples par une sous-utilisation plus rationnelle des ressources matÈrielles qui seront libÈrÈes Þ la suite de la conversion vers une civilisation virtuelle.
      
       Dieu
       Dieu est tout se qui existe, capable d'exister, et incapable d'exister. Par consÈquent, nous pouvons rÈsoudre cette contradiction qui en dÈcoule, c'est-Þ-dire, que mÉme Dieu ne peut pas se prouver Þ lui-mÉme qu'il est Dieu. Dieu est TOUT et RIEN parce que ce qui existe et peut exister relÕve de la dÈfinition du TOUT et ce qui ne peut pas exister relÕve de la dÈfinition du RIEN. Par consÈquent, un tel Dieu ne prouvera rien Þ lui-mÉme.
      

    Chapitre 21
    Oh, combien de belles dÈcouvertes !...

      
       La capacitÈ de penser est extrÉmement rare. Peut-Étre que vous ne le croyez pas, mais je passe la plus grande partie de ma vie Þ ne pas penser. Nous nous promenons dans le monde comme des marcheurs en sommeil, ici ou lÞ, en nous cognant les uns les autres et nous frottant ensuite mutuellement le nez.
       Soit la pensÈe exige une certaine forme de dÈpense d'Ènergie pour laquelle notre organisme disciplinÈ n'est en aucun cas favorable ou le processus de pensÈe est d'une certaine maniÕre prÈjudiciable Þ la santÈ. C'est Ètrange parce que les rÈsultats du processus de pensÈe sont en gÈnÈral extrÉmement avantageux ! Pourquoi est-il pour nous si difficile de penser, puisque cette facultÈ nous a permis au cours de l'Èvolution de survivre avec succÕs, de dÈguster de la chair sans crocs, griffes et autres Èquipements habituellement requis pour cela ?
       Ainsi, pourquoi n'aimons-nous pas nous engager avec notre seul avantage Èvolutif, notre esprit ? Il est incroyable que l'homme n'ait pas su prendre le temps de penser ! Pour prendre une douche, il le fait ; pour tailler l'alimentation en morceaux, pas de problÕme, et il a mÉme inventÈ des titres particuliers tels que " petit-dÈjeuner ", et " dÈjeuner ", ou juste, " le souper ! " Eh bien pourquoi pas de moment particulier pour la rÈflexion ? Il pourrait y avoir un temps de penser pour le matin, un autre, pour le soir. Comme cela pourrait Étre bien ! Ainsi, il est utile laisser passer le temps, mÉme si c'est juste un peu. Et combien de belles dÈcouvertes, nous pourrions faire ! Vous n'allez pas le croire ! Cela vaut la peine d'envisager la question : qu'est-ce que j'ai fait de ma vie ? Et la dÈcouverte ne vous fera pas attendre bien longtemps ! (Peut-Étre est-ce pour cette raison que nous avons placÈ la rÈflexion dans une position pratiquement illÈgale afin de ne pas nous poser de telles questions...) Mais les gens ont dÈcidÈ de passer du temps au moins une fois par jour Þ prendre soin de leur hygiÕne personnelle afin que nous et d'autres ne soient pas incommodÈs. Pourquoi ne pas dÈterminer qu'une personne qui ne pense pas pendant plusieurs semaines est tout aussi rÈpugnante que quelqu'un qui ne se lave pas ?
       Ben Gourion a dit que la rÈflexion est un art qui exige beaucoup d'efforts, peu de rÈponses, et seulement dans de rares cas.
       Ainsi, quelles autres belles dÈcouvertes une simple rÈflexion nous promettent-elles ? Permettez-moi...
      
       PremiÕre dÈcouverte
       La vie est comme un esprit libre de femme sans prÈtention, avec une inclination romantique. Elle est agrÈable et pour une petite somme prÉte Þ Étre ce que vous voulez ! Il n'existe pas de plan, vous Étre heureux ou malheureux. Il suffit de lui donner pour la vie un anneau du dÈpartement des bijoux d'un magasin Þ bon marchÈ puis faire ce que bon vous semble avec elle. Si vous le souhaitez, vous pouvez mÉme avoir sincÕrement son amour et son engagement cœur et Áme ! Toutefois, rappelez-vous toujours que la vie, peu importe comment elle vous semble facile, est assez inconstante. Vous pouvez la rencontrer dans la rue dans un quartier glauque et Þ tout moment Étre soumis Þ l'Èchec, non par une intention criminelle, mais simplement en raison de la nature de son Áme en dÈperdition. Toujours se souvenir avec qui vous traitez, vous pouvez entourer votre vie d'amour et du confort de la maison pendant qu'elle descendra la rue en toute quiÈtude.
      
       DeuxiÕme dÈcouverte
       Le processus est important dans la vie et non le rÈsultat. Donc, une tentative doit Étre faite pour le rendre agrÈable sans Étre trop dÈrangÈ par les rÈsultats.
       Beaucoup de rÈsultats sont hors de notre contrÒle. Il vaut mieux donc se concentrer du cours de la vie. Quelque chose comme, "Choisir une direction et laisser aller." Mais seulement dans le bonheur, en chantant des chansons, en dansant et, de temps en temps, en vÈrifiant : "Mais oÛ allons-nous ?" Et une petite tape dans le dos devrait suffire pour continuer : "Reprenons la vraie route, mes amis !"
      
       TroisiÕme dÈcouverte
       Tout dans la vie est seulement juste une illusion. Ce que nous voyons et entendons ou l'odeur et le contact ; tout n'est qu'une interprÈtation de notre cerveau par des impulsions Èlectriques produites en rÈponse aux stimuli externes. Les mouches voient diffÈremment ; les grenouilles aussi. Ainsi Þ qui la vision de chacun est-elle la vraie ? Comme il en ressort, pas du tout ! Tout dans la vie doit simplement Étre une illusion implacable. La rÈalitÈ est seulement l'interaction entre nos illusions et l'intÈrieur de nos illusions. C'est tout ce que nous percevons comme la rÈalitÈ. Seulement il n'est pas nÈcessaire de penser que rien n'existe. Notre interprÈtation de cette existence doit simplement Étre une illusion. C'est tout. Comme il n'y a aucune raison de prendre au sÈrieux une lumiÕre trop magique Èjectant des images visuelles sur un Ècran, la vie non plus ne devrait pas Étre prise trop au sÈrieux. Juste soyez sØr que vous n'Étes pas en rÈalitÈ ÈcrasÈ par un train, parce que, premiÕrement, ce serait sØrement trÕs douloureux et, deuxiÕmement, cela exclurait la possibilitÈ de participer Þ notre bal local des illusions auquel nous sommes habituÈs ce qui vous engloutirait dans une non-existence complÕte qui est, en gÈnÈral, ennuyeuse et offensante, surtout quand cela arrive soudainement et prÈmaturÈment. Et puis, cela vous ferait penser que vous Étre envoyÈ au lit comme un enfant, avant mÉme le dÈbut de la soirÈe ou vous risquez mÉme d'Étre envoyÈ dans une autre danse effrayante avec d'autres illusions qui nous effrayent au plus haut point, comme tout ce qui est inconnu.
      
       QuatriÕme dÈcouverte
       Si autour de vous tout est seulement une illusion, essayez de choisir les plus agrÈables et les plus utiles, oubliez donc et rejetez les aspects nuisibles et craintifs. Existez en respectant le principe de "la Loi de l'ègalitÈ des illusions (des LEI)," selon lequel toutes les illusions sont Ègales. C'est vraiment une loi importante. Une illusion n'est ni plus ni moins absurde ou raisonnable qu'une autre. C'est Þ cause de cela que nous avons le libre arbitre et que, dans l'essence, c'est la libertÈ de choisir nos illusions. Achetez-vous des œufs cassÈs dans un magasin ? Vous tÁtez soigneusement chaque œuf, cette crÈation dÈlicate d'architecture naturelle, et mettez l'œuf cassÈ dans un autre paquet. Si cette opÈration simple vous est familiÕre appliquez-lÞ aussi aux illusions. Ne choisissez pas les illusions dÈfectueuses, pourries et violentÈes. Prenez-les fraÍches et bien formÈes, comme de bons œufs. Personne ne vous accusera d'Étre excessivement chicaneur ! Car, comme nous ne gardons pas les œufs brouillÈs, jetÈ dans les dÈchets et oubliÈ, sauf si nous en avons envie, ainsi nous souhaitons garder notre vie, pleine de bonheur et d'espÈrance !
       CinquiÕme dÈcouverte
       N'attendez pas de la vie qu'elle vous fournisse la bonne fortune. CrÈez-la pour vous et les autres.
       Nous entendons souvent le commentaire que la plupart des choses dans la vie dÈpendent d'occasions fortuites et d'opportunitÈs. Beaucoup de personnes sont convaincues que quand un bon cadeau de la vie se prÈsente il ne faut pas le laisser partir. Cependant, la vÈritÈ c'est qu'ils ne croient pas entiÕrement Þ ce qu'ils disent et qu'ils perdent espoir aprÕs des dÈcennies d'attente patiemment l'apparition de cette occasion magnifique, et aprÕs avoir rÈpÈtÈ inlassablement une expression rassurante comme : "Peut-Étre, un jour ou l'autre..." Comment pouvez-vous Étre sØr que vous ne laissez pas votre propre occasion passer quand vous n'avez jamais vÈcu cette expÈrience ? Comment pouvez-vous apprendre Þ ne pas laisser passer une vraie occasion si la bonne fortune se prÈsent si rarement ? En parlant consciencieusement, presque tous les gens ne peuvent certainement pas reconnaÍtre cette occasion trÕs unique quand elle frappe sur leur porte alors qu'elle est attendue depuis si longtemps. On doit apprendre Þ ne pas laisser ses occasions s'esquiver. Il faut les reconnaÍtre pour soi et pour ceux autour de soi. Alors elles apparaÍtront Þ un endroit donnÈ, en un temps donnÈ, comme tout ce qui est projetÈ Þ l'avance.
       Bien sØr, c'est un luxe onÈreux d'engendrer des possibilitÈs pour soi et pour les autres.
       Par exemple, le rÉve de devenir un grand cinÈaste. Il est juste nÈcessaire de faire un film en studio et de l'enregistrer. Plusieurs critiques qui aimeront votre film doit Étre trouvÈes. Et vous devenez un grand metteur en scÕne. Est-il vrai que c'est aussi simple que tourne la terre ?
       Mais d'oÛ vient l'argent des films ? Oh, l'argent, ce n'est pas un problÕme. Il suffit d'apprendre Þ gagner autant que nÈcessaire par l'attraction publicitaire et l'aide de partenaires de maniÕre Þ ne pas vous faire tirer dessus ou vous faire attaquer le long d'une route au cas oÛ vos crÈations ne font pas pleurer la moitiÈ du pays. Comment ? TrÕs simple. Commencer Þ penser le matin, le midi et le soir. Avec le temps, des idÈes simples feront leur apparition. Et ne pas trop s'attarder sur le processus de la pensÈe. Ou vous resterez une race de penseur d'opÈrette. La pensÈe doit Ègalement Étre modÈrÈe. Parfois, il est nÈcessaire d'agir. Mais, alors qu'en pleine concentration, vous Étes immergÈ dans le processus de la pensÈe, contraint que vous Étes de trouver un financement adÈquat pour vous et votre famille, vous trouvez une opportunitÈ, achetez une ramette de papier pour commencer Þ Ècrire des scÕnes. Parce que, malgrÈ les pratiques ingÈnieuses de Charlie Chaplin, ayant gÈnÈralement une scÕne, il est plus facile d'enregistrer un film. CrÈez de plus en plus, trouvez d'autres possibilitÈs et d'utilisez le soutien de votre personnel, le plus souvent des amis fidÕles, et vous aurez tÒt fait d'Étre couronnÈ de succÕs.
       Un seul conseil : avant de partir sur cette longue route semÈe d'embØches, bien rÈflÈchir si oui ou non vous avez vraiment besoin de tous ces problÕmes ? Dans l'affirmative, allez-y hardiment de suite et achetez le nÈcessaire parce que vous Étes libre de choisir vos illusions et de ne pas attendre pour provoquer votre chance !
      
       SixiÕme dÈcouverte
       Ne restez pas trop unilatÈrale. Ne pas exercer trop de force sur une seule idÈe. Si vous ne m'avez pas ÈcoutÈ, vous risquez l'Ècrasement comme une victime de la gravitation de votre idÈe, en orbite autour d'elle, et vous ne serez peut-Étre pas capable de vous en sortir. Avec vous prendra fin votre obsession qui, en premier lieu aura dÈtruit votre vie de famille, puis votre psychisme, vos intÈrÉts, et enfin vous aura scrupuleusement rÈservÈ une place sur un lit d'hÒpital psychiatrique ou sur une dalle Þ la morgue. Les idÈes, comme toute autre chose, sont dangereuses si on s'y attache trop.
       Ne pas essayer d'atteindre une perfection pour laquelle non seulement votre vie ne serait pas suffisante, mais aussi l'histoire de l'univers tout entier. La nature ne tolÕre pas la perfection et punit sÈvÕrement les perfectionnistes. Engendrez de nombreuses idÈes et ne laissez pas une seule idÈe vous engloutir complÕtement. La monogamie est tout simplement interdite en ce qui concerne les idÈes. Toute obsession est tortueuse...
       SeptiÕme dÈcouverte
       Ne vous laissez pas dÈborder par une passion qui vous utilisera comme un esclave ! D'autre part, bridez votre passion pour la mettre Þ votre service. La passion est une Ènergie universelle. Elle peut engloutir des navires et des continents. Apprenez Þ contrÒler sobrement votre passion et elle sera remplacÈe d'une vigueur supercritique thermonuclÈaire vers un arrondi de maniÕre brØlante qui Èclairera votre chemin dans l'obscuritÈ du labyrinthe journalier.
      
       HuitiÕme dÈcouverte
       Apprenez Þ faire que la passion des autres vous serve Þ vous et Þ vos idÈes. Transmettez aux autres tout ce que vous ne voulez plus ou qui est inintÈressant Þ faire, mais qu'il faut faire quand mÉme. Ne pas demander de l'argent nÈcessaire pour payer cet autre travail. Nous avons dÈjÞ discutÈ de l'argent. Vous ne pouvez pas tout faire vous-mÉme. Si celui qui a dÈcidÈ de construire la pyramide de Kheops n'avait pas demandÈ de l'aide, il serait encore en train de faire glisser la premiÕre pierre, infligeant une baisse encore plus grande du tourisme en ègypte par l'absence de, ce gigantesque et trÕs prÈsent triangle de pierres en lambeaux, cette pyramide que les terroristes visent pÈriodiquement et que les curieux viennent voir. Apprenez Þ faire en sorte que les illusions des autres servent vos propres illusions ! Illusions de tous les pays, unissez-vous !!!
       NeuviÕme dÈcouverte
       Essayez de vous entourer de bien et d'amour parce que le retour similaire est Ètonnamment agrÈable.
      
       DixiÕme dÈcouverte
       Apprenez Þ aboutir trÕs rapidement pour n'importe quelle question. Ne vous attardez pas, ne persistez pas et ne remettez pas Þ plus tard. Pour n'importe quelle initiative, soyez capable de comprendre et de rÈpondre honnÉtement Þ la question du pourquoi vous en avez besoin. Ne laissez pas les autres vous lier Þ leur illusion, particuliÕrement ceux qui vous repoussent ou vous ennuient. Toujours essayer de comprendre la motivation qui se cache derriÕre les actes des autres. Beaucoup de personnes pensent Þ haute voix parce qu'ils sont persuadÈs du fait que personne ne les Ècoute jamais. Il y a donc de moins en moins de gens retirÈs. Si vous Ècoutez attentivement ce que disent les gens, vous serez capables plus ou moins de comprendre leur motivation et, donc, de prÈvoir jusqu'Þ un certain degrÈ leurs actions. La capacitÈ de prÈvoir et comprendre la motivation des autres vous permettra de mieux de concrÈtiser vos objectifs.
      
       OnziÕme dÈcouverte
       Ne luttez pas contre vos inadÈquations et celles des autres. Essayez de convertir ces inadÈquations en quelque chose de valeur, en les Èvitant intelligemment ou en les incluant dans le rÈseau de vos idÈes. Si une personne est paresseuse, elle sera difficilement capable de vous rivaliser efficacement. Si une personne est stupide, elle sera Þ peine capable de vous rouler. Toutes ces inadÈquations deviendront des avantages extrÉmement importants si vous apprenez Þ les utiliser correctement. Ne donnez simplement pas Þ un idiot ce qui exige la sagesse ; une personne paresseuse nÈcessite la force et le travail imposÈ. Un imbÈcile paresseux est une combinaison rare. Le plus souvent, les imbÈciles aiment travailler parce de cette faÃon ils peuvent compenser de leur manque d'intelligence. Et les gens paresseux sont souvent intelligents et astucieux parce que pour Étre un paresseux couronnÈ de succÕs, il faut Étre capable d'ouvrir les esprits...
       Si vous Étes vous-mÉme paresseux et stupide, cela doit Étre admis et reconnu aussitÒt que possible (pour reconnaÍtre que vous Étes un imbÈcile, vous devez parfois cesser de l'Étre, ce qui ne peut malheureusement pas Étre dit ou ce sera la reconnaissance que ne vous ne l'Étes pas...). Cependant, tout est susceptible de correction. Embauchez un aide travailleur et un conseiller sage et gouvernez ainsi votre monde autant qu'il vous plaira !!!
      
       DouziÕme dÈcouverte
       Essayez d'extraire de chaque dÈception quelque chose de clairement utile pour vous ou qui amoindrira au moins l'amertume des torsions du destin qui sont tÒt ou tard inÈvitables dans la vie de chacun, peu importe combien clair est le ciel au-dessus de votre tÉte.
       Rappelez-le-vous mais ne laissez rien vous renverser. Si vous avez traitÈ des problÕmes du passÈ, vous serez trÕs probablement capables de le faire aussi dans l'avenir.
      
       Voici essentiellement toutes mes merveilleuses dÈcouvertes. Aimez penser et vous continuerez cette modeste liste avec vos propres dÈcouvertes qui sont plus que merveilleuses. La capacitÈ de penser est le plus beau cadeau de valeur donnÈ au peuple par notre Seigneur. S'il vous semble parfois qu'il vous donne le doigt, rappelez-vous que c'est seulement une illusion, impossible tÉtu !!!
      

    Chapitre 22
    Points de repÕre pour le futur dÈveloppement de la civilisation

      
       Si un bateau perd son chargement au dÈbut mÉme de sa navigation, peu importe comment robuste est sa coque, peu importe comment grandes sont ses dispositions et peu importe comment cohÈsif est son Èquipage, le chargement est condamnÈ Þ rester perdu dans les Ètendues Ènormes de l'ocÈan du monde. Au dÈbut, tout Þ bord de notre bateau imaginaire sera parfait et les ÈlÈments seront remplacÈs par d'autres ÈlÈments. Mais avec le temps, comprenant que le bateau est irrÈvocablement hors course, l'Èquipage sera au bord du dÈsespoir.
       Si le chargement a ÈtÈ correctement disposÈ, mÉme un bateau mal construit, mÉme avec des fournitures minimales Þ bord et mÉme avec un Èquipage ivre, il aura une meilleure chance d'atteindre le but de son voyage.
       Ainsi, ceux qui prennent un chemin incertain et ne voient pas au-delÞ des problÕmes quotidiens tactiques, puisque le bateau flotte, seront convaincus que tout va bien et que rien ne doit Étre changÈ jusqu'Þ ce qu'ils se rendent compte soudainement qu'ils sont condamnÈs. Mais jusqu'Þ ce moment tragique, ignorant les spÈcificitÈs et les rÕgles de bord, l'Èquipage Ètait incapable de prÈvoir la catastrophe, accentuant la panique qui dÈstabilise l'Èquipage.
       Mais d'une faÃon ou d'une autre n'importe quel bateau a besoin d'un guide et de points de repÕre.
       Quelle devrait Étre la ligne d'or le long de laquelle le cours de la civilisation doit Étre alignÈ et Étre dÈfini pour le bateau illimitÈ connu comme la communautÈ humaine ?
       Le conflit entre les intÈrÉts d'un individu et d'une sociÈtÈ est Èternel et irrÈconciliable. Les besoins de l'individu doivent Étre placÈs au niveau de la sociÈtÈ pour Étre rÈsolus. SpÈcifiquement, la hiÈrarchie des besoins d'Abraham Maslow doit Étre appliquÈe Þ la civilisation humaine dans son ensemble et Þ chaque communautÈ incluse sÈparÈment.
       Les besoins de base de n'importe quelle sociÈtÈ humaine sont l'alimentation, l'eau, l'abri, une croissance dÈmographique normale et des services mÈdicaux de base. Tant que ces problÕmes ne sont pas rÈsolus, rien ne peut Étre fait... Si c'est un principe de direction, nous ne pouvons pas parler du tirage de ceinture un peu plus serrÈe au nom d'un avenir brillant, et les mythes du sacrifice de soi au nom de la libertÈ, de la rÈsistance Þ un conquÈrant, de la valeur de la vie de ses propres citoyens et justifier de la faim ou des ÈpidÈmies. L'obligation primaire et principale des leaders de la sociÈtÈ humaine est de satisfaire les besoins physiologiques des gens confiant leurs destins dans les mains d'une sociÈtÈ sans remettre en cause les autres communautÈs.
       Quand les besoins physiologiques d'une communautÈ sont satisfaits, une protection efficace contre les dÈstabilisateurs externes et internes, les criminels, les voleurs et les terroristes doit Étre organisÈe. De nouveau, aucune idÈe "plus haute" ne peut justifier la rupture de la sÈcuritÈ d'une communautÈ. Les moyens de protection devraient Étre non agressifs. L'isolement avec la fourniture de conditions de vie dignes et le dÈsarmement des criminels et des ennemis externes est prÈfÈrÈ plus que leur destruction, parce que "la mise Þ mort du tueur" favorisera rapidement une chaÍne infinie de meurtres, jusqu'Þ la destruction massive des membres de la communautÈ elle-mÉme.
       Le troisiÕme niveau dans la hiÈrarchie de Maslow est le besoin d'amour. Ce besoin peut Étre satisfait en instruisant la population dans l'esprit d'un amour mutuel et de l'infusion d'amour et de respect Þ d'autres communautÈs.
       Le quatriÕme niveau de la hiÈrarchie de Maslow adresse le besoin d'estime. Si les trois niveaux prÈcÈdents sont rÈalisÈs, celui-ci ne prÈsente aucune complication parce que les communautÈs voisines n'auront aucun besoin de dÈfier leur propre leadership.
       Le cinquiÕme niveau est le besoin de connaissance. Ayant satisfait les quatre niveaux de besoins prÈcÈdents, une communautÈ devrait s'orienter elle-mÉme sur l'activitÈ cognitive en combinaison avec des systÕmes efficaces pour le stockage, le traitement et l'analyse pensive d'informations.
       Le sixiÕme niveau s'adresse aux besoins esthÈtiques et inclut l'ÈlÈvation dans une communautÈ de goØt, d'esthÈtique et d'amour pour la beautÈ.
       Le septiÕme niveau est la rÈalisation par une communautÈ de son auto-actualisation. Le dÈveloppement de la philosophie des Ècoles qui contribuent Þ dÈfinir ce "plus" en le considÈrant comme un terme de l'Èvolution de l'univers. Cette idÈe ne peut en aucun cas inclure d'infliger des dommages aux membres de sa propre communautÈ ou des autres communautÈs.
       Et enfin, le plus haut niveau, c'est d'aider d'autres collectivitÈs afin qu'elles aboutissent Þ leur auto-actualisation. Si nous examinons une communautÈ de l'humanitÈ en gÈnÈral, d'autres communautÈs peuvent sembler Þ des extraterrestres, s'ils existent. En d'autres mots, d'autres types de crÈatures peuvent prÈsenter de la conscience et des pensÈes similaires.
       Beaucoup d'entre vous, aprÕs avoir lu ces lignes, se diront brosse-le ! Mais attention, la prochaine utopie sera, en outre, peut-Étre une utopie nuisible...
       D'une maniÕre ou d'une autre, ces principes peuvent au moins crÈer des sites distincts. Ne les laissez pas montrer les moyens qui peuvent Étre utilisÈs pour les atteindre. Toutefois, si nous cherchons Þ poursuivre dans la mÉme voie que notre navire, et en utilisant ces repÕres, nous avons une chance de sauver notre voile d'une catastrophe mondiale sans tenir compte de toutes les lacunes dans sa construction et les bÈvues de l'Èquipage.

    Bibliographie

       De l'avis de Kant, les gens peuvent comprendre quelque chose des phÈnomÕnes de faÃons diverses, mais ne peuvent jamais directement connaÍtre ce qui lie les choses entre-elles.
       Extrapolations (du latin supplÈmentaire pour susdit, ou Þ l'extÈrieur et poliomyÈlite pour correction ou changement) dans cette interprÈtation. Une infÈrence sur l'avenir (ou d'une situation hypothÈtique) basÈe sur faits connus et des observations.
       Abraham Maslow (1908-1970), psychologue amÈricain Èminent, fondateur de psychologie humaniste.
       Maslow A. Motivation et personnalitÈ. Publication HarperCollins ; 3Õme Èdition (janvier 1987).
       Alter ego (Lat. L'autre moi), le second 'MOI.'
       Thompson, Clive. Un robot lisse parlant peut-il imiter la bonne conversation, produire des rÈponses pleines d'esprit et rÈvÈler des pensÈes profondes ? Voir ce qui arrive quand deux chabots parlent l'un Þ l'autre // DÈcouverte. 2007. Mai.
       L'ÈpistÈmologie est une branche de la philosophie qui Ètudie la nature, les mÈthodes et les limitations de la connaissance et des religions.
       Prozac Nation, 2001, USA.
       Solomon, Andrew. Le DÈmon de midi. Une Anatomie de la DÈpression. Londres : Chatto & Windus, 2001.
       Derrida J. La pharmacie de Platon // La dissÈmination. Paris : Edition du Seuil, 1972.
       Sartre, Jean-Paul. L'Imaginaire / Psychologie phÈnomÈnologique de l'imagination. Publications franÃaise et europÈenne (DÈcembre 1986)
       Transcendantale et supÈrieure sont des termes philosophiques prÈsentÈs dans la derniÕre philosophie de Kant. Les anciens moyens dÈterminant a priori les conditions d'une expÈrience possible. Dans ce sens l'expression "la philosophie Transcendantale" est presque Èquivalente au terme moderne thÈorie Erkenntniste (la thÈorie de la connaissance, de la science gÈnÈrale et les conditions nÈcessaires Þ l'expÈrience possible). Les derniers moyens outrepassant les limites de l'expÈrience possible (par contraste avec le terme "imminent"). Donc, la mÈtaphysique, c'est-Þ-dire, le secteur philosophique qui feint de savoir que qui se trouve au-delÞ des limites de l'expÈrience possible, n'a d'aucune consÈquence dans la philosophie supÈrieure. Kant accentue les diffÈrences entre ces deux termes, mais les utilise lui-mÉme nÈgligemment. Les deux termes ont ÈtÈ aussi utilisÈs auparavant par Kant dans la philosophie scolastique. Ils parlent du XIIIe siÕcle et d'actions immanentes (permanentes) comme d'une action arrivant dans un sujet et d'actions de transition comme d'une action dÈpassant ses frontiÕres et de causes immanentes, comme la raison incluse dans un objet agissant et cause une transition, comme une raison couchÈe Þ l'extÈrieur. Nous trouvons la mÉme utilisation de ces mots dans Spinoza, quand il parle de Dieu comme l'immanent et non une raison supÈrieure de toutes les choses, "le rerhum omnium causa immanens non vero transiens." (Voir le Dictionnaire EncyclopÈdique, Brockhouse et Efron, Terra, 2001).
       De l'avis de Kant, les gens peuvent signifier des phÈnomÕnes de faÃons diverses, mais ne peuvent jamais directement connaÍtre le noumÕne, "des choses elles-mÉmes".
       Kant, Immanuel, Travaux : en 6 vols., 1965. Vol. 4. Part I. pp. 67-209 (Ser. 'HÈritage Philosophique').
       L'utilisation des nanotechnologies en mÈdecine. Nanostructures qui stimulent la rÈgÈnÈration rapide d'organes et de tissus formÈs dans un organisme aprÕs une injection spÈciale. Ce n'est pas une fantaisie, mais dÈjÞ les rÈsultats de nouvelles expÈriences de laboratoires. Les maladies en cours d'Ètude sont : le Parkinson, la maladie d'Alzheimer, et le post-infarctus ou rÈgÈnÈration du myocarde. Stepp Samuel, Directeur de l'Institut de la mÈdecine Bio-nanotechnologies, a rÈcemment soulignÈ que le dÈveloppement actuel des nanotechnologies qui permet le traitement de divers types de maladies a commencÈ. Selon lui, l'Èvolution actuelle des processus permet d'ores et dÈjÞ Þ plusieurs organes et tissus endommagÈs de l'organisme humain d'Étre restaurÈs.
       Les cellules souches constituent une hiÈrarchie des cellules immatures des organismes vivants, dont chacune est susceptible d'Étre diffÈrenciÈes (spÈcialisÈes). Le profil variable des cellules souches en fait un matÈriau idÈal pour la transplantation de cellules. Ces mÈthodes de la thÈrapie gÈnique permettent aux cellules souches rÈgionales de migrer vers un site de tissus endommagÈs de l'organe correspondant, de se diviser et de se diffÈrencier, faisant de ce site de nouveaux tissus (LI Korochkin Biotechnologie : Quels sont les cellules souches / Nature (Londres). 2005. N R 6).
        Jean-Jacques Rousseau, 'Du contrat social ou principes du droit politique', Chapitre 7, 'Du pacte social', citÈ d'une copie Èlectronique des Archives de publication de la SociÈtÈ Jean-Jacques Rousseau, GenÕve, 1762.
        Chapitre 1, 'Sujet de ce premier livre'.
        Selon le magasine DÈcouverte, Octobre, 2005, p. 14.
        Chapitre 2, 'Les premiÕres sociÈtÈs'.
        Une ville canadienne de la province d'Alberta.
       Rees-Mogg, W., Davidson J. L'Individu Souverain : Comment Survivre et ProspÈrer Pendant l'ècroulement de l'ètat-providence. New-York : Simon et Shuster, 1997.
       P. 14.
       P. 15.
       P. 17.
       P. 17-18.
       P. 19.
       P. 20.
       P. 22.
       P. 40.
       P. 42.
       Question raciale et propagande du monde / / portÈe de la rÈunion de Nuremberg, 1933. Berlin: Verlag VaterlÄndischer CA Weller, 1933. Ð. 131-142.
       Front de libÈration du QuÈbec.
       L'èpÈe et le Bouclier: Les Archives de Mitrokhin et l'histoire SecrÕte du KGB de Christopher Andrew et Vasili Mitrokhin. 5 septembre2000. èditeur : Basic Books.
       Cours du livre.
       'IBM partage ses secrets '//Fortune. Vol. 152. N 5. 5 Sep 2005. P. 130.
       IsraÊl est pour des Juifs. Tous les Juifs devraient aller en IsraÊl.
        D'ailleurs, de nombreux pays reconnaissent les dÈcisions de la Cour europÈenne des droits de l'homme et pas seulement les pays de l'Asie et l'Afrique, mais aussi les ètats-Unis et IsraÊl. L'ironie est que la FÈdÈration Russe, mÉme du temps d'Eltsine a adoptÈ la Convention sur la protection des droits de l'homme et des libertÈs fondamentales, qu'ils appellent encore la Convention europÈenne des droits de l'homme, c'est-Þ-dire que des dossiers contre la Russie sont possibles Þ la Cour europÈenne.
        Les trois apÒtres du Satanisme sont Nietzsche, le philosophe allemand et l'auteur du traitÈ "l'AntÈchrist. La MalÈdiction du Christianisme ;" Alister Crowley, le mystique thÈoricien qui s'est appelÈ "la BÉte de l'Apocalypse;" et Anton Szandor LaVey, le fondateur de l'èglise de Satan et l'auteur du culte rÈservÈ : "la Bible Satanique" (1969).
        Selon les nouvelles d'Internet rÈcoltÈes chez Charismanews.
        La messe noire est un rituel satanique religieux qui est habituellement effectuÈ de nuit (Þ l'extÈrieur en ÈtÈ). En gÈnÈral, il s'agit d'une distorsion de la messe catholique. Elle commence par un rite d'adoration et de louanges Þ Satan. Au cours de la messe noire, une reine du bal est choisie et se retrouve nue sur l'autel. Un prÉtre symbolisant Satan lui-mÉme entre en contact physique intime avec elle, aprÕs quoi une orgie commence. Certains Satanistes sont inspirÈs par cette sombre esthÈtique et ils tirent leur satisfaction en surmontant les stÈrÈotypes chrÈtiens inculquÈs dans l'enfance. D'autres voient dans cette messe noire un vÈritable rite mystique pour acquÈrir le pouvoir.
        Aristote. Politiques. I 4, 1259 a 9-18//Aristote. Travaux. Vol. 4. P. 397.
        Gourinat, Michel. De la Philosophie. Hachette livre, 1994.
        Einstein A. èvolution de la physique. Moscou, 1956. Extrait de la prÈface Þ l'Èdition franÃaise.
        Voir : ConfÈrence internationale d'harmonisation - Good Clinical Practice Guidelines.
        Voici un exemple d'une telle preuve. Des rÈsultats expÈrimentaux ont mis en Èvidence que toute la matiÕre et l'Ènergie peut Étre rÈduite Þ des cordes extrÉmement fines d'Ènergie qui vibrent dans 10 dimensions. Une propriÈtÈ remarquable de Super-cordes est qu'elles peuvent vibrer que dans dix dimensions et non dans quatre, car afin de satisfaire la thÈorie gravitationnelle d'Einstein et la physique subatomique, un plus grand espace est nÈcessaire. Ainsi, on peut affirmer que la science ne nie pas le fait qu'une organisation de la matiÕre est situÈe en 10 dimensions spatiales, un peu comme peut l'Étre une Ècaille rouge de tortue Þ oreilles, sur lesquelles des signatures peuvent Étre connectÈes sur les taches blanches de plaques cornÈes, une Ècaille aplatie sur le dos et une coquille dure sur l'estomac. La dichotomie dans les propriÈtÈs physiques du rÈservoir est semblable Þ certaines dimensions de l'univers alors que la plupart des dimensions sont cachÈs directement ou indirectement Þ l'observation. Par consÈquent, les expÈriences prouvent que la base des 10 dimensions organisationnelles de l'univers dans lequel se trouve la planÕte est la mÉme que la hiÈrarchie organisationnelle sur la base de ces mÉmes principes de l'espace-temps-matiÕre du continuum qui constitue la configuration dichotomique de l'Ècaille rouge de la tortue Þ oreilles.
        Kant I. Critique de la raison pure. I. Part 1. ¿ 1// Kant I. Travaux : en 6 Vol., Moscou, 1964. Vol. 3, P. 128-129.
        Kant I. Critique de la capacitÈ de jugement. ¿ 46//Kant I. Works. Vol 5, P. 323.
        Kant I. Critique de la raison pure. PrÈface Þ la premiÕre Èdition / / I. Kant travaux. Vol. 3, p. 80.
      
      
      
      
      
      
      
      
      

    3

      
      
       Barbour, J. (2001). La fin du temps : La prochaine rÈvolution de la physique. Oxford, Presse universitaire.
       Krieger, L. (1989). Les raisons du temps : Philosophies de l'histoire du renouveau et de l'ancien. Presse universitaire de Chicago.
      

  • Êîììåíòàðèè: 20, ïîñëåäíèé îò 08/02/2010.
  • © Copyright Êðèãåð Áîðèñ Þðüåâè÷ (kriger@list.ru)
  • Îáíîâëåíî: 08/02/2010. 456k. Ñòàòèñòèêà.
  • Ðîìàí: Ïðîçà
  • Îöåíêà: 7.00*3  Âàøà îöåíêà:

    Ñâÿçàòüñÿ ñ ïðîãðàììèñòîì ñàéòà.